Vols et voleurs en Auvergne au XIXe siècle : entre « réalité » judiciaire et représentation sociale

Thèse de Lisa Bogani qui sera soutenue le mercredi 11 décembre 2019 à 14h à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand (4 rue Ledru – Amphi 219, 2e étage).

Le jury est composé de :

Mme Anne-Claude Ambroise-Rendu, professeure d’histoire contemporaine à l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines ; Jean-Claude Caron, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université Clermont-Auvergne (directeur de thèse) ; Frédéric Chauvaud, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Poitiers (rapporteur) ; Arnaud-Dominique Houte, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris-Sorbonne (rapporteur) ; Jean-Philippe Luis, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Clermont-Auvergne.

 Résumé : Au début du XIXe siècle, la justice est occupée par un nombre considérable d’affaires de vols. Recouvrant une grande diversité de cas de figure et de parcours individuels, ce phénomène criminel majeur se pose en défi à l’une des valeurs socles de l’ordre bourgeois sur lequel repose la société post-révolutionnaire : la propriété. Aussi est-il fermement condamné par la législation pénale qui fait fi des raisons socio-économiques pouvant pousser un individu à soustraire le bien d’autrui. Sa sévérité exemplaire ne suffit toutefois pas à endiguer le phénomène du vol et à assurer le respect total de la propriété. Au cours du premier XIXe siècle, les chiffres de la criminalité enregistrent, au contraire, une augmentation jugée inquiétante du nombre d’actes de vol traités par la justice. Pour autant, le système de la répression pénale s’adoucit progressivement : les sanctions prononcées contre les voleurs sont de moins en moins sévères. Ce double mouvement – en apparence contradictoire – amène à questionner et à confronter l’évolution des pratiques, des représentations collectives et des perceptions sociales et judiciaires du vol. Alors que ce phénomène criminel a été le plus souvent appréhendé à travers le cas parisien ou celui des grandes agglomérations, cette thèse propose de participer à l’écriture de son histoire en resserrant la focale sur un territoire alors majoritairement rural : l’Auvergne. À partir notamment des archives de la cour d’appel de Riom et de la presse locale de l’époque, ce travail pose la question des liens et des distorsions pouvant exister entre la « réalité » judiciaire, l’expérience vécue et les représentations sociales du vol. Mieux cerner le monde des voleurs et les logiques du passage à l’acte, comprendre comment la population et les autorités étatiques et locales pensent et gèrent cette infraction protéiforme à l’heure où la « question sociale » devient un enjeu politique prioritaire : tels sont les deux principaux objectifs de cette thèse qui entend ainsi participer à une meilleure compréhension des mécanismes d’évolution des sensibilités au crime et, plus globalement, de l’état des mentalités et des univers sociaux du premier XIXe siècle.

Mot clés : Vol, Voleur, Propriété, Justice, Criminalité, Délinquance, Répression pénale, Représentation sociale, Représentation médiatique, Journaux, Auvergne, Allier, Puy-de-Dôme, Cantal, Haute-Loire, XIXe siècle.

Jules Adler, peintre du peuple

Ci dessus La grève au Creusot, 1899

Dreyfusard de la première heure, Jules Adler (1865-1952) développe une vision du monde proche de celle d’Émile Zola (1840-1902), s’intéressant aux différentes figures du peuple : des ouvriers des manufactures et des mines aux petits métiers parisiens, des déracinés des villes aux paysans et marins, hommes, femmes, enfants ou vieillards partageant, sinon un même destin, une forme de relégation.

Après Dole, Évian, Roubaix, cette première rétrospective fait redécouvrir à Paris l’œuvre d’un artiste injustement méconnu bien qu’une de ses toiles, La Grève au Creusot (1899), soit devenue une icône des luttes ouvrières. Auteur d’une œuvre d’une grande force – notamment dans la première partie de sa longue carrière –, Adler a été largement reconnu en son temps, mais son indifférence aux débats des avant-gardes artistiques et son intérêt croissant pour le monde rural l’ont desservi auprès des générations suivantes. Au mahJ, l’exposition s’arrête aussi sur les résonances de la judéité du peintre dans sa perception du monde et ses engagements d’homme et d’artiste.

Jusqu’au 23 février 2020 au musée d’art et d’histoire du judaïsme

Hôtel de Saint-Aignan
71, rue du Temple
75003 Paris

libertaire ! Essais sur l’écriture, la pensée et la vie de Joseph Déjacque (1821-1865)

Les Cahiers de la MSHE Ledoux sous la direction de Thomas Bouchet et Patrick Samzun

Joseph Déjacque (1821-1865), ouvrier-poète parisien exilé en Angleterre puis aux États-Unis, a inventé le mot « libertaire » dans une lettre-brûlot adressée à Proudhon. C’était en 1857, à La Nouvelle-Orléans. Il avait aiguisé sa plume d’activiste et de poète depuis 1847-1848 dans des écrits révolutionnaires publiés ici pour la première fois. Sa pensée est étudiée au fil des contributions pluridisciplinaires de ce volume dans toute son amplitude antiautoritaire, anticapitaliste, féministe et antiesclavagiste. L’ensemble met en lumière le souffle transatlantique, l’intensité visionnaire et les tensions vives d’un parcours biographique, politique, intellectuel et littéraire hors norme.
Thomas Bouchet est professeur d’histoire de la pensée politique à l’université de Lausanne. Il a présenté le recueil d’écrits de Déjacque, À bas les chefs ! (La Fabrique, 2016).
Patrick Samzun est professeur de philosophie au lycée Marcel Sembat (Vénissieux). Il a publié Les Lazaréennes de Déjacque (ACL, 2018).
Pour télécharger le sommaire :
https://mshe.univ-fcomte.fr/doc…/cahiers/38_TDM_Dejacque.pdf

Plateforme de la Société d'histoire de 1848 et des révolutions du XIXe siècle