LES RÉVOLUTIONS SEXUELLES

Mercredi 6 mars 2019
18h30-20h30
Mairie du 18e arrondissement
1, Place Jules Joffrin, 75018 Paris

Salle des mariages
Séance animée par Mathilde Larrère, avec Christine Bard et Sophie Delvallez

L’histoire de la sexualité a-t-elle ses périodes révolutionnaires, et comment et quand l’histoire des révolutions croise-t-elle celle de la sexualité ? Christine Bard nous parlera des révolutions sexuelles de la période 1880-1930 puis de celles de 1968 à nos jours. Sophie Delvallez s’intéressera aux saint-simoniens et saint-simoniennes des années 1830-40. Nous explorerons ainsi les possibilités d’ouverture qu’offrent les périodes révolutionnaires en termes de modifications, de transformation des rapports de genre et de sexualité ainsi qu’au retour à l’ordre et notamment à l’ordre des sexes après les révolutions. Nous interrogerons aussi le concept (et la réalité) de révolution sexuelle.
Christine Bard est professeure d’histoire contemporaine à l’université d’Angers, elle travaille sur l’histoire des femmes et du genre, du féminisme, de l’antiféminisme. Elle a notamment publié un Dictionnaire des féministes (PUF, 2017), Une histoire politique du pantalon (Seuil, 2010), Les Filles de Marianne. Histoire des féminismes, 1914-1940 (Fayard, 1995).
Sophie Delvallez est historienne, spécialiste de l’histoire des femmes et du féminisme au XIXe siècle, auteure de plusieurs articles sur les femmes saint-simoniennes.

Promenade à la découverte des statues du jardin du Luxembourg – dimanche 22 SEPTEMBRE 2019

La statue de George Sand.
La statue de George Sand, dans le jardin du Luxembourg, est l’œuvre de François Sicard (1862-1934). Elle a été inaugurée en juillet 1904. Elle se trouve près de celles de Stendhal et de Flaubert. Contrairement à l’image qu’elle a laissée dans l’histoire, George Sand est vêtue d’une ample robe bouillonnante et d’un fichu qui rappelle celui porté par les Berrichonnes.

Les jardins du Sénat (le Luxembourg) abritent plus de cent statues. Beaucoup sont consacrées à de « grands hommes », mais les « grandes femmes », pour une fois, sont en nombre grâce aux reines et aux grandes dames de France réunies en demi-cercle autour du bassin. Outre ces figures féminines, les personnages représentés sont essentiellement des écrivains, des artistes et des hommes politiques des XIXe et XXe siècles. Les plus grands sculpteurs de la période contemporaine ont mis leur art au service de ces représentations sculptées (Clémence Isaure par Auguste Préault, Stendhal par Rodin d’après un modèle de David d’Angers, Flaubert par Clésinger, Beethoven par Bourdelle, Hommage à Paul Éluard par Zadkine…).

Promenade historique organisée par l’historienne Jacqueline Lalouette, professeur émérite de l’université Lille III, membre senior honoraire de l’Institut universitaire de Fance, auteur de Un peuple de statues, la célébration sculptée des grands hommes aux éditions Mare & Martin.

Rendez-vous :
9h30
à l’entrée du jardin Place Edmond Rostand
30 personnes maximum

Inscription :
Envoyer un mail à clement.p.h.fabre@gmail.com (pour être prévenu en cas d’annulation ou de clôture des inscriptions)

Promenade “Sur les traces du pavé de Paris , Le sentier des carriers à Fontainebleau” – dimanche 13 OCTOBRE 2019

Un abri de carrier dans la forêt de Fontainebleau
Le grès de la forêt de Fontainebleau était exploité au XIXe siècle en particulier pour la fabrication des pavés de Paris. Il subsiste de nombreuses traces de cette activité (front de taille, abris, voies de vidange, déchets nommés écales…). L’arrivée du train en 1850 favorisa la transformation de la forêt en lieu de loisir grâce entre autres aux sentiers créés par François Denécourt.

Dans la forêt de Fontainebleau, au sud de Paris, la balade empruntera le « sentier des carriers » au long duquel nous pourrons examiner les traces laissées par ces travailleurs du grès qui ont contribué à transformer les rues de Paris pendant une bonne partie du XIXe siècle : les fronts de taille, les amoncellements produits par les chutes inutilisables de grès, et leurs abris. Notre chemin croisera ici ou là les sentiers tracés par Claude-François Denecourt (1788-1875), cet ancien soldat des armées napoléoniennes qui, pris de passion pour la forêt, y consacra quarante années de sa vie. Il créa de nouveaux sentiers (150 km), aménagea des grottes et des fontaines. Inventeur d’une nouvelle forme de tourisme, ce « Sylvain », comme on le surnomma, fut aussi un entrepreneur avisé qui publia moult guides illustrés.

Promenade historique organisée par l’historienne Jacqueline Lalouette, professeur émérite de l’université Lille III, membre senior honoraire de l’Institut universitaire de France, auteur de Un peuple de statues, la célébration sculptée des grands hommes aux éditions Mare & Martin. Aline Hellou sera notre guide sur le sentier.

Sentier d’environ 8 km de difficulté moyenne (quelques montées et marche souvent dans le sable). Prévoir un pique-nique.

Rendez-vous :
pas encore fixé
30 personnes maximum

Inscription :
Envoyer un mail à clement.p.h.fabre@gmail.com (pour être prévenu en cas d’annulation ou de clôture des inscriptions).

Prévenez si vous avez de la place dans une voiture ou si vous chercher une voiture. Un départ pourra être envisagé de la porte d’Italie.


PROMENADE “La Goutte d’Or, le Paris de l’Assommoir” – DIMANCHE 23 JUIN 2019

La rue de Chartres
Cette rue fut ouverte aux alentours des années 1820 dans le hameau de la Goutte d’Or qui faisait alors partie de la commune de La Chapelle Saint-Denis. Cette dernière fut annexée, avec la commune de Montmatre, à Paris en 1860 pour former le 18ème arrondissement. Au fond la basilique du Sacré-Cœur dont la construction fut votée en 1873 afin de « faire cesser les malheurs de la France » : la défaite de 1870 mais plus sûrement la Commune de Paris…

La balade fera découvrir un cas oublié d’urbanisation parisienne au XIXe siècle, le quartier de La Goutte d’Or, qui nuance l’image léguée par une historiographie obnubilée par les travaux du baron Haussmann. Elle sera l’occasion d’évoquer les acteurs, les formes et les rythmes de l’urbanisation depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’aux années haussmaniennes et à l’annexion de communes suburbaines en 1860. Elle se présente comme une archéologie du Grand-Paris populaire alors en pleine transformation et ébullition. Le parcours est conçu comme une remontée vers la Goutte d’Or à partir du métro Poissonnière jusqu’à la rue Marcadet « frontière » nord du quartier.

Promenade proposée par l’historien Alexandre Frondizi dont la thèse Paris au-delà de Paris : urbanisation et révolution dans l’outre-octroi populaire, 1789-1860 revient sur la fabrique de ce quartier au XIXe siècle.

Rendez-vous :
10h parvis de Église Saint-Vincent-de-Paul (Paris 10e)
métro Poissonnière ou Gare du Nord
30 personnes maximum

Inscription :
Envoyer un mail à clement.p.h.fabre@gmail.com (pour être prévenu en cas d’annulation ou de clôture des inscriptions).





Plateforme de la Société d'histoire de 1848 et des révolutions du XIXe siècle