Ecrire, c’est résister

4ème de couverture :
Innocent du crime de haute trahison dont on l’accuse et condamné à l’issue d’un procès inique, dégradé devant vingt mille Parisiens, déporté en Guyane sur l’île du Diable, le capitaine Dreyfus s’est battu pour la justice et la vérité dès le premier jour de sa mise au secret, le 15 octobre 1894.
Son courage face à l’effondrement de son existence et à l’enfermement s’exprime tout entier dans les lettres qu’il adresse à sa famille depuis la prison et le bagne. Avec Lucie, sa jeune épouse, il noue une correspondance exceptionnelle qui défie le temps, l’éloignement et l’épreuve inhumaine de la détention. L’écriture épistolaire, malgré la censure, devient pour Alfred et Lucie le monde de leur résistance et de leur amour.
La violence de l’État quand il s’acharne sur un innocent et menace ses défenseurs, l’antisémitisme déclaré qui saisit l’opinion publique et pervertit la République, la confiance inébranlable d’un couple en la justice de son pays, l’honneur et la solidarité de toute une humanité : dans ces lettres retrouvées, tout résonne avec notre siècle.

Édition de Marie-Neige Coche et Vincent Duclert. Préface de Françoise Gillard. Collection Folio histoire (n° 291), Gallimard

les français de la belle époque

4ème de couverture :
C’est seulement autour de 1940 qu’on parle de la Belle Époque. Ces quelques années qui précèdent la Première Guerre mondiale ont suscité beaucoup de curiosité, maintes recherches, mais il en a rarement été donné un tableau d’ensemble. Tel est l’objet du présent ouvrage. Il a l’ambition d’embrasser toutes les facettes de ces deux décennies brillantes, remuantes, d’un essor économique remarquable, d’une créativité sans égale, traversées néanmoins de conflits récurrents, violents, parfois meurtriers.
Antoine Prost va à la rencontre des Français dans leurs villages, leurs quartiers, leurs échoppes, leurs ateliers … Il interroge leur quotidien, leurs traditions, leurs habitudes alimentaires, leur manière de se vêtir, leur hygiène précaire, leur intimité… Il restitue les passions qui les travaillent et les opposent, sur la place des ouvriers dans la cité, la religion, l’école, la laïcité – en plein conflit entre l’Église et l’État ; mais aussi sur la mission de l’armée dans la République, alors que la France achève ses conquêtes coloniales, fière d’être redevenue une grande puissance.
À la veille d’une guerre que peu voient venir, la France est-elle en mesure de la soutenir? Cette société divisée entre des élites toujours puissantes et un peuple toujours
pluriel d’où commencent à émerger des classes moyennes a pourtant trouvé dans la République son principe d’unité. Tel est le legs méconnu de la Belle Époque. En la revisitant, ce livre fait comprendre comment le pays a pu traverser sans se défaire quatre années d’épreuves terribles qui allaient le transformer en profondeur.

Jules Adler. Peintre du peuple

Colloque
dimanche 1 décembre 2019 au Mahj
Hôtel de Saint-Aignan, 71 rue du Temple
75003 Paris

Ce colloque s’interrogera notamment sur l’originalité de la démarche de l’artiste dans sa représentation du monde ouvrier et des mouvements sociaux, les résonances de son identité juive dans sa perception du monde et l’impact des deux guerres mondiales sur son œuvre.
10h00
Ouverture du colloque
Jules Adler, peintre du peuple ?
10h30
Vues de dos. Figures sans visage et figures de dos chez Adler
Par Amélie Lavin, musée des Beaux-Arts de Dole
11h00
Iconologie du monde ouvrier et du travail
Par Frederic Thomas, université libre de Liège
11h30
Des figures artistiques et médiatiques: les Gueules noires vues par Adler et Steinlen
par Philippe Kaenel, université de Lausanne
12h00-12h30 : débat
Jules Adler, un artiste juif sous la IIIe  République

14h00
Adler, un peintre juif ?
Dominique Jarrassé, Université Bordeaux Montaigne
14h30
Des chemineaux et des errants dans la peinture d’Adler
par Bertrand Tillier, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
15h00 – 15h30 : débat
Jules Adler et la guerre
15h45
Les dessins de Jules Adler lors de son internement à Picpus en 1944
par Claire Decomps, mahJ
16h15
« Lentement il reprit son activité d’autrefois »  (Les fronts de Jules Adler)
par Vincent Chambarlhac, université de Bourgogne Franche-Comté
16h45-17h00 Débat

 À l’issue du débat, visite de l’exposition
avec le public et les intervenants du colloque.
Réservation
https://www.mahj.org/fr/programme/jules-adler-peintre-du-peuple

Plateforme de la Société d'histoire de 1848 et des révolutions du XIXe siècle