COLLOQUE LA POÉSIE DE THÉOPHILE GAUTIER : TEXTES ET POSTURES – UNIVERSITÉ CLERMONT AUVERGNE – 3-5 JUIN 2020

La Société d’histoire de la révolution de 1848 a le plaisir d’annoncer la tenue, du 3 au 5 juin 2020, du colloque international “La poésie de Théophile Gautier : textes et postures”, organisé par la Société Théophile Gautier en collaboration avec le Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS, Université Clermont Auvergne), sous la responsabilité scientifique de M. Alain Montandon (CELIS/UCA).

La poésie de Théophile Gautier : textes et postures

L’objet du colloque est de réexaminer la poésie de Gautier dans son ensemble dans une triple perspective :

  1. L’exhumation et l’étude approfondie, jusqu’à présent négligée, des textes oubliés de l’œuvre poétique de Gautier : on songe notamment aux Poésies de 1830, aux poésies diverses telles que R. Jasinski a pu les réunir, aux poésies libertines ou de circonstance, bref à tout le tissu intersticiel souvent négligé qui relie deux grands massifs poétiques mieux connus : La Comédie de la mort et bien sûr Émaux et camées. Il s’agira de combler les déficits critiques induits par des tropismes assez forts (en particulier pour Émaux et camées), et de proposer une approche complète, égalitaire et « réhabilitante » du corpus poétique. Cette approche gagnera à prendre en compte la diversité des supports de publication (journaux, éditions), méthode qui permet de réfléchir plus objectivement à la visibilité poétique de Gautier. Car c’est aussi la réalité éditoriale, c’est-à-dire la mise à disposition effective des textes, qui construit les jugements littéraires de la postérité.

  2. La mise en valeur des postures du poète relativement à son art à la société de son temps. Il s’agira d’aborder la poésie de Gautier dans son ensemble par le biais de ses représentations de la société. On y étudiera dans une perspective sociopoétique1 nourrie par l’étude de cas précis la posture et l’éthos du poète devant son époque, devant ses lecteurs, ses conceptions de la mission du poète face aux représentations sociales de la poésie et les réponses apportées tant dans l’écriture que dans les choix de publication. On fera porter l’analyse tant sur l’évolution historique de ses choix (on pense, naturellement, à son positionnement relativement aux développements de Hugo sur la fonction du poète, mais aussi aux écarts ou croisements avec d’autres figures emblématiques : Musset, Vigny, Lamartine, Leconte de Lisle, etc.) que sur les représentations des horizons de réception. L’analyse des poèmes mettra en évidence l’esthétique et la poétique (au sens originel de poïesis) dans toutes ses nuances et complexités.

  3. En conséquence, le repositionnement historique de Gautier dans l’histoire de la poésie et dans celle des littératures françaises et étrangères, dont il s’agira, afin de les corriger ou de les nuancer, de rendre compte des approches, souvent cantonnées à une assimilation réductrice de Théophile Gautier au Parnasse, courant lui-même victime de lectures parfois trop étroites. On pourrait examiner l’image d’un Gautier poète pour école primaire au XXe siècle par l’étude des textes choisis et des significations et conséquences de ces choix. On prendra aussi compte des réceptions créatrices de la poésie de Gautier à l’étranger et du fait qu’aucun poète n’a autant inspiré les musiciens que lui.

Le comité scientifique du colloque est ainsi composé de :
Anne Geisler (Évry-Val-d’Essonne)
Martine Lavaud (Sorbonne Université)
Alain Montandon (CELIS)
Marie Hélène Girard (Yale University)
Sylvain Ledda (Université de Nantes)
Jean-Michel Maulpoix (Paris3-Sorbonne Nouvelle) Serge Zenkine (Moscou, RGGU)
Ralph Häfner (Universität Freiburg)

Le colloque se déroulera à la Maison des Sciences de l’Homme (Université Clermont Auvergne).

Les propositions de communication doivent comporter un titre, un résumé de 20 à 30 lignes. Elles doivent parvenir avant la fin septembre à Alain.Montandon@uca.fr


LES RÉVOLUTIONS SEXUELLES

Mercredi 6 mars 2019
18h30-20h30
Mairie du 18e arrondissement
1, Place Jules Joffrin, 75018 Paris

Salle des mariages
Séance animée par Mathilde Larrère, avec Christine Bard et Sophie Delvallez

L’histoire de la sexualité a-t-elle ses périodes révolutionnaires, et comment et quand l’histoire des révolutions croise-t-elle celle de la sexualité ? Christine Bard nous parlera des révolutions sexuelles de la période 1880-1930 puis de celles de 1968 à nos jours. Sophie Delvallez s’intéressera aux saint-simoniens et saint-simoniennes des années 1830-40. Nous explorerons ainsi les possibilités d’ouverture qu’offrent les périodes révolutionnaires en termes de modifications, de transformation des rapports de genre et de sexualité ainsi qu’au retour à l’ordre et notamment à l’ordre des sexes après les révolutions. Nous interrogerons aussi le concept (et la réalité) de révolution sexuelle.
Christine Bard est professeure d’histoire contemporaine à l’université d’Angers, elle travaille sur l’histoire des femmes et du genre, du féminisme, de l’antiféminisme. Elle a notamment publié un Dictionnaire des féministes (PUF, 2017), Une histoire politique du pantalon (Seuil, 2010), Les Filles de Marianne. Histoire des féminismes, 1914-1940 (Fayard, 1995).
Sophie Delvallez est historienne, spécialiste de l’histoire des femmes et du féminisme au XIXe siècle, auteure de plusieurs articles sur les femmes saint-simoniennes.

Promenade à la découverte des statues du jardin du Luxembourg – dimanche 13 octobre 2019

La statue de George Sand.
La statue de George Sand, dans le jardin du Luxembourg, est l’œuvre de François Sicard (1862-1934). Elle a été inaugurée en juillet 1904. Elle se trouve près de celles de Stendhal et de Flaubert. Contrairement à l’image qu’elle a laissée dans l’histoire, George Sand est vêtue d’une ample robe bouillonnante et d’un fichu qui rappelle celui porté par les Berrichonnes.

Les jardins du Sénat (le Luxembourg) abritent plus de cent statues. Beaucoup sont consacrées à de « grands hommes », mais les « grandes femmes », pour une fois, sont en nombre grâce aux reines et aux grandes dames de France réunies en demi-cercle autour du bassin. Outre ces figures féminines, les personnages représentés sont essentiellement des écrivains, des artistes et des hommes politiques des XIXe et XXe siècles. Les plus grands sculpteurs de la période contemporaine ont mis leur art au service de ces représentations sculptées (Clémence Isaure par Auguste Préault, Stendhal par Rodin d’après un modèle de David d’Angers, Flaubert par Clésinger, Beethoven par Bourdelle, Hommage à Paul Éluard par Zadkine…).

Promenade historique organisée par l’historienne Jacqueline Lalouette, professeur émérite de l’université Lille III, membre senior honoraire de l’Institut universitaire de Fance, auteur de Un peuple de statues, la célébration sculptée des grands hommes aux éditions Mare & Martin.

Rendez-vous :
10h30
à l’entrée du jardin rue de Vaugirard (à la gauche du Sénat, près de la rue de Médicis)
30 personnes maximum

Inscription :
Envoyer un mail à clement.p.h.fabre@gmail.com (pour être prévenu en cas d’annulation ou de clôture des inscriptions)

Promenade “Sur les traces du pavé de Paris , Le sentier des carriers à Fontainebleau” – dimanche 22 septembre 2019

Un abri de carrier dans la forêt de Fontainebleau
Le grès de la forêt de Fontainebleau était exploité au XIXe siècle en particulier pour la fabrication des pavés de Paris. Il subsiste de nombreuses traces de cette activité (front de taille, abris, voies de vidange, déchets nommés écales…). L’arrivée du train en 1850 favorisa la transformation de la forêt en lieu de loisir grâce entre autres aux sentiers créés par François Denécourt.

Dans la forêt de Fontainebleau, au sud de Paris, la balade empruntera le « sentier des carriers » au long duquel nous pourrons examiner les traces laissées par ces travailleurs du grès qui ont contribué à transformer les rues de Paris pendant une bonne partie du XIXe siècle : les fronts de taille, les amoncellements produits par les chutes inutilisables de grès, et leurs abris. Notre chemin croisera ici ou là les sentiers tracés par Claude-François Denecourt (1788-1875), cet ancien soldat des armées napoléoniennes qui, pris de passion pour la forêt, y consacra quarante années de sa vie. Il créa de nouveaux sentiers (150 km), aménagea des grottes et des fontaines. Inventeur d’une nouvelle forme de tourisme, ce « Sylvain », comme on le surnomma, fut aussi un entrepreneur avisé qui publia moult guides illustrés.

Promenade historique organisée par l’historienne Jacqueline Lalouette, professeur émérite de l’université Lille III, membre senior honoraire de l’Institut universitaire de France, auteur de Un peuple de statues, la célébration sculptée des grands hommes aux éditions Mare & Martin. Aline Hellou sera notre guide sur le sentier.

Sentier d’environ 8 km de difficulté moyenne (quelques montées et marche souvent dans le sable). Prévoir un pique-nique.

Rendez-vous :
10h sur le parking au Carrefour du coq, Faisanderie de Fontainebleau, Derrière le Centre d’initiation à la forêt de l’ONF 77300 Fontainebleau
30 personnes maximum

Inscription :
Envoyer un mail à clement.p.h.fabre@gmail.com (pour être prévenu en cas d’annulation ou de clôture des inscriptions).

Prévenez si vous avez de la place dans une voiture ou si vous chercher une voiture. Un départ pourra être envisagé de la porte d’Italie.


Plateforme de la Société d'histoire de 1848 et des révolutions du XIXe siècle