PROMENADE « LE PARIS DE CHARLES FOURIER » – DIMANCHE 7 AVRIL 2019

Passage des Panoramas
Alexandre Brullé, éditeur de musique, avait acquis une librairie au 16 du passage des Panoramas. En 1847 elle est aussi devenue le « bureau d’abonnement » à La Démocratie pacifique pour la rive droite de Paris.

Entre le Palais-Royal qu’il fréquentait et le cimetière de Montmartre où se trouve sa tombe, la promenade suivra les traces de Charles Fourier (1772-1837), figure majeure du premier socialisme, penseur des attractions passionnées, « rêveur sublime » d’après Stendhal. Rues et places, passages couverts et immeubles d’habitation scanderont un parcours qui mènera du début du XIXe siècle à nos jours.

Promenade historique organisée par l’Association d’études fouriéristes et Thomas Bouchet professeur associé en histoire de la pensée politique à l’université de Lausanne auteur de De colère et d’ennui. Paris, chronique de 1832, Anamosa.

Rendez-vous :
10h30 au Palais-Royal, colonnes de Buren
30 personnes maximum

Inscription :
Envoyer un mail à clement.p.h.fabre@gmail.com (pour être prévenu en cas d’annulation ou de clôture des inscriptions)

NOS QUARTIERS EN RÉVOLUTION – MERCREDI 5 DÉCEMBRE – MAIRIE DU 18E ARRONDISSEMENT

Quartiers populaires par excellence, les communes de Montmartre et de la Chapelle-Saint-Denis jusqu’en 1860, et le 18e arrondissement de Paris après cette date, ont été le lieu de nombreux soulèvements et ont joué un rôle important dans toutes les révolutions du 19e siècle. Il suffit de rappeler que c’est sur les hauteurs de Montmartre que, le 18 mars 1871, commence la Commune de Paris, lorsque la population s’oppose à l’arrivée des troupes voulant récupérer les canons entreposés là et, par la même occasion, arrêter quelques révolutionnaires.
Quelle place nos quartiers ont-ils occupée dans les mouvements révolutionnaires ? Comment expliquer leur forte implication ? Qui sont les femmes et les hommes qui participaient à ces soulèvements ? Quelles relations les insurgés du 18e arrondissement entretenaient-ils avec ceux qui combattaient dans d’autres territoires de la capitale ? Comment étaient perçus ces quartiers par ceux qui n’y vivaient pas, quelles représentations de leurs habitants pouvaient être diffusées ?
Ce sont l’ensemble de ces questions – et bien d’autres – qu’abordera la prochaine séance de l’Université populaire organisée conjointement par la Société d’histoire du 19e siècle et la mairie du 18e arrondissement :

Le Mercredi 5 décembre
18h30
Salle des mariages de la Mairie du 18e arrondissement
1, Place Jules Joffrin 75018.

Séance animée par Philippe Darriulat avec les interventions d’Alexandre Frondizi et Quentin Deluermoz.
Alexandre Frondizi : docteur en histoire ayant tout récemment soutenu une thèse intitulée : Paris au-delà de Paris. Urbanisation et révolution dans l’outre-octroi populaire, 1789-1860 . Thèse qui, à partir de l’étude de la naissance des actuels quartiers de la Goutte-d’Or et de Clignancourt, entendait revenir sur les relations entre révolution urbaine et révolution socio-politique. La dernière publication en rapport avec le sujet de la séance : « Lendemains de barricades. Crise politique et voisinage dans le Grand Paris populaire de l’été 1848 » dans un ouvrage collectif intitulé Voisiner. Mutations urbaines et construction de la cité du Moyen Âge à nous jours , Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2018.
Quentin Deluermoz : maître de conférences à l’Université Paris 13 (laboratoire Pleiade), travaille sur l’histoire sociale et culturelle des ordres et désordres au XIXe siècle (France, Europe, empires). Le livre tiré de son Habitation à diriger les recherches, à paraître en 2019, propose une lecture ethnographique et globale de la Commune de Paris : Commune(s), 1870-1871. Une traversée des mondes au XIXe siècle (Seuil, à paraître). Parmi ses autres publications : Le crépuscule des révolutions (1848-1871) , Paris, Seuil, 2014 ; avec Pierre Singaravélou, Pour une histoire des possibles, raisonnement contrefactuel et futurs non advenus , Paris, Seuil, 2016.

LA RÉPUBLIQUE UNIVERSELLE EN 1848 – MUSÉE DE L’HISTOIRE VIVANTE DE MONTREUIL – 24 NOVEMBRE 2018

Sylvie Aprile (professeure d’histoire à l’université Paris-Nanterre) et Raimund Rütten (professeur émérite à la Goethe-Universitat Frankfurt am Main) dialogueront samedi 24 novembre, au musée de l’Histoire Vivante de Montreuil, sur l’idée de « République universelle » en Europe en 1848, dans le cadre de l’exposition « 1848 ou l’espoir d’une république universelle, démocratique et sociale ».

KARL MARX ET L’EXIL – 22 ET 23 NOVEMBRE 2018

La Société d’histoire de la Révolution de 1848 a le plaisir d’annoncer la tenue, les 22 et 23 novembre prochains à l’Institut historique allemand de Paris, de l’atelier « Karl Marx et l’exil : nouvelles approches », organisé par l’IHA et le programme AsileuropeXIX avec le soutien de la Société de 1848.


Karl Marx et l’exil : nouvelles approches, 22-23 novembre 2018

Organisation: Delphine DIAZ (Université de Reims Champagne-Ardenne, programme ANR AsileuropeXIX), Mareike KOENIG (Institut historique allemand) avec le concours de la Société de 1848

Jeudi 22 novembre 2018

18:00
Sylvie APRILE (Université Paris-Nanterre) Karl Marx et l’exil politique en Europe au XIXe siècle
Discutante: Heidi MEHRKENS (University of Aberdeen)

20:00
Vin de l’amitié

Vendredi 23 novembre 2018

9:00
Mot de bienvenue et introduction

9:30 – 11:00
Pauline CLOCHEC (ENS de Lyon), « Les écrits du jeune Marx »
Camille CREYGHTON (Universiteit van Amsterdam/Queen Mary University, London), « Karl Marx et les « colonies » allemandes à Paris et à Londres, 1843–1848″

11:00 – 11:30
Pause café

11:30-12:15
Jean QUETIER (Université de Strasbourg) « Intervenir dans les débats de la social-démocratie allemande depuis Londres »

12:15-13:30
Déjeuner

13:30–15:00
Delphine DIAZ (Université de Reims Champagne-Ardenne), Sylvie APRILE (Université Paris-Nanterre), Mareike KOENIG (IHA), Hugo VERMEREN (Ecole française de Rome) « Cartographier l’exil européen: l’exemple de Marx à Paris »
Janet POLASKY (University of New Hampshire) « L’exil bruxellois de Karl Marx: liberté et fraternité révolutionnaire »

15:00-15:15
Pause Café

15:15-16:00
Fabrice BENSIMON (Sorbonne Université), « Marx, Engels et les Fraternal Democrats à Londres »

Table ronde finale Sylvie APRILE (Université Paris-Nanterre), Thomas C. JONES (University of Buckingham), Mareike KOENIG (IHA), Heidi MEHRKENS (University of Aberdeen) animée par Fabrice BENSIMON (Sorbonne Université)

Plateforme de la Société d'histoire de 1848 et des révolutions du XIXe siècle