LA CONTRE-RÉVOLUTION

Exceptionnellement le MARDI 7 mai
18h30-20h30

Mairie du 18e arrondissement
1, Place Jules Joffrin, 75018 Paris
Salle des mariages
Séance animée par Quentin Deluermoz,
avec Maud Chirio et Jean-Clément Martin

Du Brésil de Bolsonaro à la Contre-Révolution française des années 1790, c’est un parcours dans le temps et dans l’espace que nous proposeront deux historiens connus pour leurs travaux sur le sujet : Maud Chirio et Jean-Clément Martin. Ils nous aideront à réfléchir au sens du mot « Contre-Révolution », à sa naissance et à ses multiples incarnations, à son univers mental (le rejet de la Révolution bien sûr, mais aussi de la « modernité », le culte de la tradition, de la « nature », etc.). La Contre-Révolution ayant essaimé à une échelle transnationale, la comparaison entre la France et le Brésil n’en sera que plus intéressante, en écho à une actualité très vive de la question.

Maud Chirio est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Paris-Est Marne-la-Vallée, spécialiste de l’histoire de la dictature militaire brésilienne, plus particulièrement des forces armées et de l’appareil répressif. Elle est notamment l’auteure de La politique en uniforme, Presses universitaires de Rennes, 2016, ouvrage traduit en anglais aux Presses Universitaires de Pittsburgh (Politics in Uniform, 2018).

Jean-Clément Martin est  professeur émérite d’histoire de la Révolution française à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est spécialiste de la Révolution et de la Contre-révolution françaises, des guerres de Vendée et de la « Terreur ». Il est l’auteur de très nombreux ouvrages sur le sujet, parmi lesquels, récemment, Robespierre, la fabrication d’un monstre, Perrin, 2016, et Les Echos de la Terreur. Vérités d’un mensonge d’Etat, 1794-2018, Belin, 2018.

Pierre-Marie Delpu – Un autre Risorgimento

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution de l’ouvrage de Pierre-Marie Delpu, Un autre Risorgimento. La formation du monde libéral dans le royaume des Deux-Siciles (1815-1856).

Entre l’effondrement de l’Empire napoléonien en 1815 et le milieu des années 1850, où la « question napolitaine » devient une affaire diplomatique internationale, la partie continentale du royaume des Deux-Siciles voit s’affirmer un scénario de politisation cohérent qui associe la revendication des libertés politiques à l’opposition à la monarchie bourbonienne. À partir de la documentation administrative bourbonienne, des écrits personnels des libéraux et de leurs productions politiques, on se propose d’étudier ce mouvement politique par ses acteurs. Il a pris la forme d’une société civile d’opposition réticulée et disparate, davantage anti-absolutiste qu’elle n’est idéologiquement libérale. À travers les circuits locaux, nationaux et transnationaux de la politisation libérale dans le Mezzogiorno pré-unitaire, c’est la singularité du Risorgimento méridional qu’on voudrait mettre en évidence, entre adhésions et résistances à la construction nationale italienne et réappropriations de cette dernière.

PHILIPPE DARRIULAT – UN ENFANT DU SIÈCLE. ALBERT LAPONNERAYE, RÉVOLUTIONNAIRE, HISTORIEN ET JOURNALISTE

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution du nouvel ouvrage de Philippe Darriulat, aux Presses Universitaires de Rennes : Un enfant du siècle. Albert Laponneraye, révolutionnaire, historien et journaliste.

Admirateur de Robespierre dès le règne de Louis-Philippe, ardent républicain, fondateur et principal rédacteur d’un journal radical – certains le qualifient même de communiste –, écrivain prolixe, journaliste passionné, responsable de la Montagne marseillaise pendant la Seconde République, acteur des renouveaux politiques et intellectuels de la première moitié du XIXe siècle, révolutionnaire fils d’un contrerévolutionnaire, historien qui espérait découvrir le futur dans l’étude du passé, démocrate qui voulait moraliser le monde dans lequel il vivait : tel fut Albert Laponneraye. Un homme qui, en 1832, lançait fièrement aux juges qui allaient le condamner pour ses écrits incendiaires, que seuls les jeunes gens de sa génération – les « enfants du siècle » comme il les nommait quatre ans avant que Musset ne publie son célèbre roman – pouvaient dénouer le drame ouvert par la prise de la Bastille. Un Enfant du siècle, il le fut en effet. Né après la Révolution, enfant sous l’Empire, adolescent sous la Restauration, il semble passer sa relativement courte existence (1808-1849) à rêver d’un futur aussi dramatique que celui que vécut la génération précédente. Sa vie, ballotée par des événements qu’il maitrisait peu, influencée par les cultures de son temps – romantique, puis scientiste –, marquée par d’immenses espoirs et de non moins grandes déceptions, fait de lui un incontestable enfant de ce XIXe siècle.

COLLOQUE LA POÉSIE DE THÉOPHILE GAUTIER : TEXTES ET POSTURES – UNIVERSITÉ CLERMONT AUVERGNE – 3-5 JUIN 2020

La Société d’histoire de la révolution de 1848 a le plaisir d’annoncer la tenue, du 3 au 5 juin 2020, du colloque international “La poésie de Théophile Gautier : textes et postures”, organisé par la Société Théophile Gautier en collaboration avec le Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS, Université Clermont Auvergne), sous la responsabilité scientifique de M. Alain Montandon (CELIS/UCA).

La poésie de Théophile Gautier : textes et postures

L’objet du colloque est de réexaminer la poésie de Gautier dans son ensemble dans une triple perspective :

  1. L’exhumation et l’étude approfondie, jusqu’à présent négligée, des textes oubliés de l’œuvre poétique de Gautier : on songe notamment aux Poésies de 1830, aux poésies diverses telles que R. Jasinski a pu les réunir, aux poésies libertines ou de circonstance, bref à tout le tissu intersticiel souvent négligé qui relie deux grands massifs poétiques mieux connus : La Comédie de la mort et bien sûr Émaux et camées. Il s’agira de combler les déficits critiques induits par des tropismes assez forts (en particulier pour Émaux et camées), et de proposer une approche complète, égalitaire et « réhabilitante » du corpus poétique. Cette approche gagnera à prendre en compte la diversité des supports de publication (journaux, éditions), méthode qui permet de réfléchir plus objectivement à la visibilité poétique de Gautier. Car c’est aussi la réalité éditoriale, c’est-à-dire la mise à disposition effective des textes, qui construit les jugements littéraires de la postérité.

  2. La mise en valeur des postures du poète relativement à son art à la société de son temps. Il s’agira d’aborder la poésie de Gautier dans son ensemble par le biais de ses représentations de la société. On y étudiera dans une perspective sociopoétique1 nourrie par l’étude de cas précis la posture et l’éthos du poète devant son époque, devant ses lecteurs, ses conceptions de la mission du poète face aux représentations sociales de la poésie et les réponses apportées tant dans l’écriture que dans les choix de publication. On fera porter l’analyse tant sur l’évolution historique de ses choix (on pense, naturellement, à son positionnement relativement aux développements de Hugo sur la fonction du poète, mais aussi aux écarts ou croisements avec d’autres figures emblématiques : Musset, Vigny, Lamartine, Leconte de Lisle, etc.) que sur les représentations des horizons de réception. L’analyse des poèmes mettra en évidence l’esthétique et la poétique (au sens originel de poïesis) dans toutes ses nuances et complexités.

  3. En conséquence, le repositionnement historique de Gautier dans l’histoire de la poésie et dans celle des littératures françaises et étrangères, dont il s’agira, afin de les corriger ou de les nuancer, de rendre compte des approches, souvent cantonnées à une assimilation réductrice de Théophile Gautier au Parnasse, courant lui-même victime de lectures parfois trop étroites. On pourrait examiner l’image d’un Gautier poète pour école primaire au XXe siècle par l’étude des textes choisis et des significations et conséquences de ces choix. On prendra aussi compte des réceptions créatrices de la poésie de Gautier à l’étranger et du fait qu’aucun poète n’a autant inspiré les musiciens que lui.

Le comité scientifique du colloque est ainsi composé de :
Anne Geisler (Évry-Val-d’Essonne)
Martine Lavaud (Sorbonne Université)
Alain Montandon (CELIS)
Marie Hélène Girard (Yale University)
Sylvain Ledda (Université de Nantes)
Jean-Michel Maulpoix (Paris3-Sorbonne Nouvelle) Serge Zenkine (Moscou, RGGU)
Ralph Häfner (Universität Freiburg)

Le colloque se déroulera à la Maison des Sciences de l’Homme (Université Clermont Auvergne).

Les propositions de communication doivent comporter un titre, un résumé de 20 à 30 lignes. Elles doivent parvenir avant la fin septembre à Alain.Montandon@uca.fr


Plateforme de la Société d'histoire de 1848 et des révolutions du XIXe siècle