Archives de catégorie : séminaires

Dolf Oehler – Juin 1848, présentation le 19 mai 2017

Nous vous avons le plaisir de vous annoncer la rencontre autour de la nouvelle édition (revue et augmentée) de la grande étude de Dolf Oehler sur Juin 1848,

Juin 1848. Le Spleen contre l’oubli. Baudelaire, Flaubert, Heine, Herzen, Marx

en présence de l’auteur

avec Thomas Bouchet, Alexandre Frondizi, Maurizio Gribaudi, Louis Hincker, Judith Lyon-Caen

le 19 mai 2017, 14h-18h

à l’EHESS, 105 bd Raspail, salle 13 (6e étage)

Cette rencontre est organisée avec le soutien du Centre de recherches historiques (CNRS-EHESS), des éditions La Fabrique et de la Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle.

Atelier « Les mots du politique » – 18 mai 2017 « Réforme et révolution »

Le Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire et la Société de 1848 vous convient à un atelier public dans le cadre des conférences « Les mots du politique »

La prochaine séance, à destination d’un public non universitaire, se tiendra au

Lieu-dit, 6 rue Sorbier, Paris XXe, à 19h

Jeudi 18 mai 2017 : « réforme et révolution »

(coord. Laurent Colantonio) 

LES MOTS DU POLITIQUE

Organisés par le CVUH et la Société de 1848

Présentation

Certains mots, qui un temps dans l’histoire, ont porté des idées libératrices sont désormais mis au service de la marchandise : l’usage du mot concept est un symptôme révélateur de cette décomposition. Instrumentalisés le plus souvent par un ordre politique profondément déstabilisé, les mêmes mots, autrefois mobilisateurs, voient leur sens inversé, tel le mot liberté par exemple.

Aujourd’hui semblent triompher partout la communication, le marketing, et le langage publicitaire qui accélèrent l’obsolescence des mots. Les élites politiques, économiques et intellectuelles utilisent de plus en plus une novlangue technocratique qui dépolitise et dissimule les véritables enjeux derrière un hypocrite voile d’ignorance et de prudence. Même les universitaires – soucieux d’obtenir des financements et de répondre à des appels à projet – ne cessent désormais de reprendre des catégories vides et creuses forgées ailleurs par des communicants. Cela contribue à la crise démocratique sans cesse diagnostiquée.

Or les mots pris dans des luttes de pouvoir et des rapports de force, s’élaborent historiquement au cours de conflits dont il importe de restituer les enjeux. Reconquérir le sens des mots, démystifier ceux qui prolifèrent dans l’actualité, sortir des langages qui enferment la pensée, tel devrait être l’une des missions de l’historien critique.

Afin de faire valoir la connaissance au détriment de l’opinion, le Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire (CVUH), en collaboration avec la Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle, se fixe pour objectif l’organisation d’ateliers de réflexion sur ces mots dont on parle mais dont on a oublié l’idée, la place et le rôle dans le mouvement de l’histoire et les expériences sociales. Nous chercherons également par une déconstruction historique à libérer les mots de la novlangue politico-médiatique. »

Séminaire de Judith Lyon-Caen, EHESS, 2014-2015

Programme du séminaire de Judith Lyon-Caen, maître de conférences à l’EHESS, 2014-2015

1er, 3e et 5e vendredis du mois de 11 h à 13 h (salle 11, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 7 novembre 2014 au 29 mai 2015

Les recherches présentées dans ce séminaire portent sur trois questions fortement articulées :

1) les usages sociaux et politiques de la littérature, principalement au XIXe siècle ;

2) l’histoire des liens entre l’expérience sociale et historique et la production d’écrits conçus et reçus comme « littéraires » au XIXe siècle et au XXe siècle ;

3) de façon plus globale, les relations entre littérature et sciences humaines et sociales dans l’histoire.

Les questions portant sur la valeur documentaire et testimoniale de la littérature, la réflexion sur la qualité spécifique des « savoirs littéraires » sont considérées non pas seulement comme des questions méthodologiques mais comme des objets d’histoire, des objets pour l’histoire. On propose ainsi une histoire des usages de la littérature, qui articule l’étude des formes d’action par l’écriture et celle des lectures, des appropriations, des savoirs sur les écrits conçus, reçus, qualifiés comme « littéraires » au XIXe siècle et au XXe siècle. On cherche ainsi à dégager des modes historiquement et socialement situés de production de la croyance en la « vérité de la littérature » – c’est-à-dire en la puissance de figuration, de représentation, de description ou d’intervention des écrits littéraires.

En 2014-2015, on s’intéressera dans un premier temps aux figurations de l’expérience érotique et intime dans des écrits et des images du XIXe siècle. Une série de séances sera consacrée à l’histoire des écritures du social (enquêtes, récits de vie, romans de mœurs, littérature panoramique), dans une longue durée que justifie le regain d’intérêt actuel pour les formes de “démocratie narrative”. En variant les échelles, on poursuivra l’exploration des formes de mobilisation, de politisation et de dépolitisation de la littérature autour de 1848, dans ce temps qui a été souvent perçu comme celui de l’engagement et du repli. On s’intéressera enfin à la réflexivité sociale de la littérature au XIXe siècle, à partir du cas d’un écrivain « inconnu », Camille Bernay, qui fera l’objet d’un travail collectif.

Programme

7 novembre 2014. Introduction. Littérature et histoire de l’expérience , XIXe -XXe siècles.

21 novembre 2014. De quoi les écrits sont-ils les traces ? L’érotique et l’intime (1). Barbey d’Aurevilly.

5 décembre. Réflexions sur la « culture érotique » du premier XIXe siècle.  Avec la participation d’Alain Corbin.

19 décembre. L’érotique et l’intime (2) : les tourments de « l’âme romantique ».

16 janvier 2015. « Sous les toits », le cas Camille Bernay (1). Expérience sociale et écriture littéraire à Paris au début des années 1830.

30 janvier. Lectures de la « littérature panoramique », de Walter Benjamin à Pierre Rosanvallon.

6 février. « Mœurs de l’atelier » : romans du travail au XIXe siècle.

20 février. Samuel Hayat (CNAM), « Etudier les pratiques intellectuelles ouvrières au XIXe siècle ».

pas de séminaire le 6 mars

20 mars. « Raconter la vie » : romans de mœurs et écritures du social en perspective, XIXe-XXIe siècles (avec Pauline Peretz, sous réserve)

3 avril. « Sous les toits », le cas Camille Bernay (2). L’auto-sociologie littéraire.

17 avril. Micro-histoire et micro-analyse littéraire : retour sur La Vengeance d’une femme (Barbey d’Aurevilly)

15 mai. François Vanoosthuyse (Paris III), sur la politique de Stendhal (titre à préciser)

29 mai. Travaux d’étudiants.

5 juin. Bilan

 

 

 

 

 

Histoire des imaginaires (XIXe-XXe siècles)

Histoire des imaginaires (XIXe-XXe siècles)Séminaire M2/doctorat du Prof. Dominique Kalifa, Université Paris-1 : 17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris (Salle Picard, Esc. C, 3e ét. droite)

Mardi 17h-19h, Sorbonne, salle Picard

Ouvert aux étudiants du master 2, aux doctorants et à tous les chercheurs intéressés, ce séminaire poursuit la réflexion entamée de longue date sur les liens entre culture, représentations et société. La dimension méthodologique y reste dominante : qu’il s’agisse de la présentation de leurs travaux par des chercheurs confirmés, de jeunes docteurs ou des doctorants, l’accent y est surtout porté sur les pratiques historiennes et les manières de faire. On s’intéressera cette année à l’histoire des imaginaires : sociaux, spatiaux, temporels.

1. Mardi 30 septembre 2014

Christophe Granger (CHS, Paris 1) et Hervé Mazurel (Université de Bourgogne) : « Ecrire l’histoire des sensibilités ». La dernière livraison de Vingtième siècle (n° 123, 2014) est à consulter avant la séance : https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2014-3.htm

2. Mardi 14 octobre 2014

Dominique Kalifa (Paris 1, Centre d’histoire du XIXe siècle) : « Les périodes pensent-elles ? Retour sur 1889  Un état du discours social de Marc Angenot ». Les chapitres 1 et 2 du livre sont à lire impérativement (http://www.medias19.org/index.php?id=11003)

3. Mardi 21 octobre 2014

Laura Suarez de la Torre (Instituto Mora, México) : « Jouer, chanter et danser : la musique à Mexico au XIXe siècle »

4. Mardi 18 novembre 2014

Dominique Kalifa (Paris 1, Centre d’histoire du XIXe siècle) : « La notion de “régime médiatique” est-elle pertinente ? » ».

5. Mardi 2 décembre 2014

Alain Corbin (Paris 1, Centre d’histoire du XIXe siècle) : « Emotions, sensibilités, imaginaires : l’histoire continue  »

6. Mardi 16 décembre 2014

Patricia Bass (Duke University) : « Reconnaître, connaître : fonctions du portrait de criminel ».

7. Mardi 13 janvier 2015

Clémentine Vidal-Naquet (Labex Enhe) : « Correspondances conjugales dans la Grande Guerre »

8. Mardi 27 janvier 2015

Carlotta Sorba (Université de Padoue) : « L’histoire culturelle en Italie: trajectoires et enjeux »

9. Mardi 10 février 2015

Carlotta Sorba (Université de Padoue) : « Culture médiatique et narrations nationales en 1848 : histoires de l’Italie racontées au peuple »

10. Mardi 3 mars 2015

Pierre Karila-Cohen (Université Rennes 2) « Le corps des préfets : représentations, sensibilités  et socio-histoire du politique »

11. Mardi 17 mars 2015

Eric Fournier (Paris 1, Centre d’histoire du XIXe siècle) « “Camarade Browning” ! Le choix des armes des révolutionnaires (1871-1914) »

12. Mardi 24 mars 2015

Valentin Chémery (Paris 1, Centre d’histoire du XIXe siècle) : « Le métier de policier en contexte colonial : police et maintien de l’ordre en Algérie au XIXe siècle »

13. Mardi 14 avril 2015

Dominique Kalifa (Paris 1, Centre d’histoire du XIXe siècle) : « Fin-de-siècle »