Archives de catégorie : parutions

« De Dreyfus à Verdun. Penser l’horizon militaire (1906-1916) »

Le dernier numéro de la revue Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, 2015/1, n° 33 vient de paraître.

Sommaire :

Introduction

  • Olivier Cosson, La Belle Époque de la Grande Guerre p. 3-14
  • Emmanuel Saint-Fuscien : Entre guerre et paix. La décennie décisive de la justice militaire française (1906-1916), p. 15 à 30
  • Odile RoynetteL’impossible émergence d’une culture de la confiance dans l’armée française avant 1914, p. 31 à 50
  • Olivier CossonFortification temporaire ou permanente ?Le génie militaire français de la guerre moderne à la guerre de tranchée (1906-1916), p. 51 à 70
  • Anne RasmussenPréserver le capital humain. Une doctrine hygiéniste pour préparer la guerre démocratique ? , p. 71 à 95
  • Richard S. FogartyLa « Plus Grande Guerre », Les colonies, la race et l’armée française (1906-1916), p. 97 à 112
  • Frédéric VergerMarcel Proust et le défi de la guerre, p. 113 à 118
  • Christophe ProchassonUn moment Verdun ? , p. 119 à 127

Documents

Éric ThiersLe rapport parlementaire sur la Loi de deux ans (3 mars 1904), p. 129 à 170

 

Octave Gréard 1828-1904 (Stéphanie Dauphin)

GréardParution de Stéphanie Dauphin, Octave Gréard 1828-1904, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, 354 p., ISBN 978-2-7535-4316-4, 22 €

4e de couverture

Cet intellectuel humaniste aurait pu construire une brillante carrière universitaire soutenue par une large production littéraire. Il change de voie à trente-six ans et amorce alors une rapide ascension professionnelle  : inspecteur d’académie (1864), chargé de l’enseignement primaire du département de la Seine (1866), dont il devient directeur (1870), avant d’être nommé inspecteur général (1871), directeur de l’enseignement primaire au ministère (1872), et enfin vice-recteur (1879). Bien introduit auprès des divers ministres qui se succèdent, il s’impose comme une « éminence grise » au service de l’école républicaine populaire.

Une idée essentielle d’Octave Gréard est d’avoir érigé Paris et la Seine en laboratoire pédagogique. En 1868, il élabore sa Nouvelle organisation des écoles primaires en trois cycles qui sera étendue à toute la France. Il fixe les programmes d’enseignement, les emplois du temps et les méthodes de travail. Il prévoit un recrutement élargi des futurs maîtres en créant deux écoles normales primaires dans la capitale. L’école pour tous implique de sa part un effort sans précédent de constructions scolaires pour garçons et filles. S’ajoutent à cette préoccupation les salles d’asile, les écoles primaires supérieures, les écoles d’apprentis et les cours d’adultes. Devenu recteur, tous ces chantiers ont des répercussions dans l’ensemble de l’académie de Paris (9 départements).

À sa mort en 1904, le journal Le Siècle lui rend hommage : « Il fut mêlé à toute l’œuvre scolaire de la Troisième République et mérita d’être appelé par Jules Ferry le premier instituteur de France. »

L ‘auteure

Stéphanie Dauphin est docteure en histoire contemporaine. Cet ouvrage est la version allégée de sa thèse : Octave Gréard, Réformateur de l’enseignement primaire du Second Empire à la Belle Époque. Ce travail universitaire s’est effectué sous la direction de Jean-Noël Luc au Centre de recherches en histoire du XIXe siècle (université Paris IV Sorbonne).

Table des matières et Introduction sur le site de l’éditeur

 

L’Europe et ses réfugiés politiques au XIXe siècle | par Sylvie Aprile et Delphine Diaz

Capture d’écran 2016-03-15 à 22.52.38

Les révolutions du XIXe siècle firent émerger une nouvelle figure, celle du réfugié politique, et de nouvelles politiques d’accueil. Mais, hier comme aujourd’hui, l’incertitude du vocabulaire employé reflétait la contradiction des États européens face au droit d’asile, entre devoir de protection et peur de l’étranger.

la suite ici :

http://www.laviedesidees.fr/L-Europe-et-ses-refugies-politiques-au-XIXe-siecle.html

©« The fool pied piper », Samuel D. Ehrhart, publié par Keppler & Schwarzmann, Puck Building, 1909.

La Prison des pauvres. L’expérience des workhouses en Angleterre (Jacques Carré)

WorkhousesParution de Jacques Carré, La Prison des pauvres. L’expérience des workhouses en Angleterre, Paris, Vendémiaire, 2016, 544 p., ISBN 978-2-36358-202-7

Présentation de l’éditeur

Les workhouses, ce sont ces maisons de travail, tristement célèbres depuis que Dickens les a décrites dans Oliver Twist, où l’on a parqué les pauvres en Angleterre durant plus de trois cents ans : du XVIIe siècle jusqu’au début du XXe, y ont été exclus de la société et soumis à un travail pénible aussi bien qu’aux brimades des surveillants les enfants, adultes ou vieillards jugés incapables de s’insérer dans une société urbanisée de plus en plus compétitive. Souvent soupçonnés de paresse, voire d’immoralité et de malhonnêteté, ils y étaient accoutrés d’uniformes où était cousue la lettre P (pour pauper), entassés dans des dortoirs dont la promiscuité favorisait la propagation des maladies, en butte à une discipline pénitentiaire qui préconisait, entre autres, l’usage du fouet, la privation de nourriture et l’envoi au cachot…

Pourtant, les workhouses ont aussi été des établissements de secours aux indigents d’un genre unique en Europe : à la fois ateliers et hospices, où le travail manuel fédérait un projet de société – une forme d’assistance publique avant l’heure. Ces institutions furent au cœur des réflexions des philosophes et des économistes s’efforçant de trouver des solutions aux questions de la marginalité et du chômage, des problèmes que nos sociétés n’ont toujours pas su résoudre.

Jacques Carré fait ici resurgir, derrière les discours officiels moralisateurs de l’époque, la voix et le quotidien des milliers d’anonymes et laissés-pour-compte qui ont peuplé ces asiles de pauvres.

L’auteur

Jacques Carré, professeur émérite d’études britanniques à l’Université Paris-Sorbonne, est spécialiste de l’histoire culturelle et sociale britannique des XVIIIe et XIXe siècles. Il s’est intéressé en particulier aux rapports entre architecture et société, sociabilité et savoir-vivre, ainsi qu’à l’histoire de la pauvreté et à l’utopie. Il a notamment édité le volume Les Visiteurs du pauvre, anthologie d’enquêtes britanniques sur la pauvreté urbaine, XIXe-XXe siècles.