Archives de catégorie : parutions

libertaire ! Essais sur l’écriture, la pensée et la vie de Joseph Déjacque (1821-1865)

Les Cahiers de la MSHE Ledoux sous la direction de Thomas Bouchet et Patrick Samzun

Joseph Déjacque (1821-1865), ouvrier-poète parisien exilé en Angleterre puis aux États-Unis, a inventé le mot « libertaire » dans une lettre-brûlot adressée à Proudhon. C’était en 1857, à La Nouvelle-Orléans. Il avait aiguisé sa plume d’activiste et de poète depuis 1847-1848 dans des écrits révolutionnaires publiés ici pour la première fois. Sa pensée est étudiée au fil des contributions pluridisciplinaires de ce volume dans toute son amplitude antiautoritaire, anticapitaliste, féministe et antiesclavagiste. L’ensemble met en lumière le souffle transatlantique, l’intensité visionnaire et les tensions vives d’un parcours biographique, politique, intellectuel et littéraire hors norme.
Thomas Bouchet est professeur d’histoire de la pensée politique à l’université de Lausanne. Il a présenté le recueil d’écrits de Déjacque, À bas les chefs ! (La Fabrique, 2016).
Patrick Samzun est professeur de philosophie au lycée Marcel Sembat (Vénissieux). Il a publié Les Lazaréennes de Déjacque (ACL, 2018).
Pour télécharger le sommaire :
https://mshe.univ-fcomte.fr/doc…/cahiers/38_TDM_Dejacque.pdf

revue diaspora – éloigner et expulser les étrangers au xixe siècle

La Société d’Histoire de 1848 a le plaisir d’annoncer la parution du 33e numéro de la revue Diasporas, coordonné par Delphine Diaz et Hugo Vermeren : “Éloigner et expulser les étrangers au XIXe siècle”.

Ce dossier invite à penser ensemble les différentes mesures d’éloignement et d’expulsion prises à l’encontre des étrangers au XIXe siècle sur le continent européen, dans certains espaces coloniaux, mais également en Amérique latine. Les neuf contributions de ce numéro abordent ainsi les politiques et les pratiques de l’éloignement des étrangers dans toute leur pluralité et leur complexité, montrant combien l’histoire de l’accueil et de l’intégration des étrangers est aussi une histoire de rejets profondément enracinés dans les processus de construction des États-nations et des territoires coloniaux au XIXe siècle. Une attention particulière est également portée aux étrangers visés par les procédures d’éloignement à travers les formes de mobilisations individuelles et collectives pour dénoncer et contester ces décisions prises à leur encontre.

Plus de détails ici

Aurélien Lignereux – les impériaux

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution, aux éditions Fayard, du nouvel ouvrage d’Aurélien Lignereux : Les Impériaux, de l’Europe napoléonienne à la France post-impériale.

Taillé à coups de sabre dans le continent pour nourrir les guerres et venir à bout de l’Angleterre, et pourtant destiné à offrir aux Européens un espace de droit et de civilisation, le Grand Empire de Napoléon fascine autant par ses proportions que par les tensions qui le parcouraient. Or que sait-on des fonctionnaires chargés de lui donner corps  ? Les états d’âme de ces hommes, à la fois missionnaires impériaux et pères de famille désorientés par de tels déplacements, sont ceux de toute une génération partagée entre souci de stabilité et désir de mobilité, et reflètent les contradictions d’une France portée à 130 départements, qui se construit simultanément en État-Nation et en État-Empire. En s’attachant à l’expérience sensible, sociale et culturelle de l’expatriation, ce livre entend réintégrer l’ère napoléonienne au sein d’une histoire toujours plus ouverte et connectée des circulations d’hommes et de savoirs.
L’enquête suit, pas à pas, une cohorte de 1 500 Impériaux, du préfet au préposé des douanes, depuis leur départ hors des vieilles frontières jusqu’à la mémoire d’un épisode ayant conjugué l’épreuve intime du dépaysement au sentiment gratifiant d’avoir écrit l’Histoire. Se dessinent alors une sociologie de ces agents happés par le marché impérial des emplois publics ainsi qu’une anthropologie de l’expatrié au fil d’une immersion au sein des correspondances privées. À leur retour en France, ces experts occupent des postes clefs dans les administrations fiscales, les Eaux et Forêts ou les Ponts et Chaussées  ; la leçon qu’ils ont tirée de la domination napoléonienne contribue à redéfinir le rapport au monde de leurs compatriotes  : ces praticiens du droit d’un peuple à disposer des autres se font, après 1815, les partisans du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, tout en poussant au rebond mondial de l’expansionnisme français.

EMMANUEL FUREIX – L’ŒIL BLESSÉ

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution, aux éditions Champ Vallon, du nouvel ouvrage d’Emmanuel Fureix : L’œil blessé. Politiques de l’iconoclasme après la Révolution française.

Après la Révolution française, le “ vandalisme” est répudié et la “guerre aux démolisseurs” lancée avec emphase. Pourtant, au fil d’un xixe siècle convulsif, des statues sont bel et bien déboulonnées, des bustes brisés, des emblèmes martelés, des drapeaux brûlés, des cocardes arrachées et piétinées. L’iconoclasme est certes miniaturisé et négocié, mais il se répète avec insistance. De la Restauration à la Commune de Paris, la destruction des signes de l’adversaire devient le lot commun de la politique.

Que détruisent, alors, ces “iconoclastes modernes” ? Avec quels gestes s’attaquent-ils aux images et aux signes visuels ? Que visent-ils à travers eux ? Quelle puissance et quelle vitalité attribuent-ils aux images ? Quels effets croient-ils produire sur le monde social et sur les rapports de pouvoir ?

Toutes ces questions prennent une singulière acuité au xixe siècle : la fragilité des pouvoirs, les profondes poussées démocratiques, la transformation du rapport au passé, la laïcisation graduelle de la société, la reproductibilité technique des images dessinent un nouvel iconoclasme.

Nourri d’archives vivantes et sensibles, l’ouvrage ne se contente pas d’exhumer des gestes oubliés ou effacés de l’histoire. Il définit le paysage des signes conflictuels et les regards portés sur eux. Il construit, surtout, une grammaire de l’iconoclasme qui résonne fortement avec notre présent. Dans des conjonctures fluides où la souveraineté paraît disponible, les iconoclastes s’attaquent aux signes qui la rendent visible et s’affirment eux-mêmes comme souverains. Ils épurent aussi les images du passé lorsqu’elles infligent une « blessure » morale à l’œil du regardeur. À d’autres moments, ils cherchent plus simplement à entrer par effraction dans l’espace public, sans autre espoir que de prendre la parole en s’attaquant à des signes intolérables.

Plus d’informations ici.