Archives de catégorie : parutions

EMMANUEL FUREIX – L’ŒIL BLESSÉ

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution, aux éditions Champ Vallon, du nouvel ouvrage d’Emmanuel Fureix : L’œil blessé. Politiques de l’iconoclasme après la Révolution française.

Après la Révolution française, le “ vandalisme” est répudié et la “guerre aux démolisseurs” lancée avec emphase. Pourtant, au fil d’un xixe siècle convulsif, des statues sont bel et bien déboulonnées, des bustes brisés, des emblèmes martelés, des drapeaux brûlés, des cocardes arrachées et piétinées. L’iconoclasme est certes miniaturisé et négocié, mais il se répète avec insistance. De la Restauration à la Commune de Paris, la destruction des signes de l’adversaire devient le lot commun de la politique.

Que détruisent, alors, ces “iconoclastes modernes” ? Avec quels gestes s’attaquent-ils aux images et aux signes visuels ? Que visent-ils à travers eux ? Quelle puissance et quelle vitalité attribuent-ils aux images ? Quels effets croient-ils produire sur le monde social et sur les rapports de pouvoir ?

Toutes ces questions prennent une singulière acuité au xixe siècle : la fragilité des pouvoirs, les profondes poussées démocratiques, la transformation du rapport au passé, la laïcisation graduelle de la société, la reproductibilité technique des images dessinent un nouvel iconoclasme.

Nourri d’archives vivantes et sensibles, l’ouvrage ne se contente pas d’exhumer des gestes oubliés ou effacés de l’histoire. Il définit le paysage des signes conflictuels et les regards portés sur eux. Il construit, surtout, une grammaire de l’iconoclasme qui résonne fortement avec notre présent. Dans des conjonctures fluides où la souveraineté paraît disponible, les iconoclastes s’attaquent aux signes qui la rendent visible et s’affirment eux-mêmes comme souverains. Ils épurent aussi les images du passé lorsqu’elles infligent une « blessure » morale à l’œil du regardeur. À d’autres moments, ils cherchent plus simplement à entrer par effraction dans l’espace public, sans autre espoir que de prendre la parole en s’attaquant à des signes intolérables.

Plus d’informations ici.

Pierre-Marie Delpu – Un autre Risorgimento

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution de l’ouvrage de Pierre-Marie Delpu, Un autre Risorgimento. La formation du monde libéral dans le royaume des Deux-Siciles (1815-1856).

Entre l’effondrement de l’Empire napoléonien en 1815 et le milieu des années 1850, où la « question napolitaine » devient une affaire diplomatique internationale, la partie continentale du royaume des Deux-Siciles voit s’affirmer un scénario de politisation cohérent qui associe la revendication des libertés politiques à l’opposition à la monarchie bourbonienne. À partir de la documentation administrative bourbonienne, des écrits personnels des libéraux et de leurs productions politiques, on se propose d’étudier ce mouvement politique par ses acteurs. Il a pris la forme d’une société civile d’opposition réticulée et disparate, davantage anti-absolutiste qu’elle n’est idéologiquement libérale. À travers les circuits locaux, nationaux et transnationaux de la politisation libérale dans le Mezzogiorno pré-unitaire, c’est la singularité du Risorgimento méridional qu’on voudrait mettre en évidence, entre adhésions et résistances à la construction nationale italienne et réappropriations de cette dernière.

PHILIPPE DARRIULAT – UN ENFANT DU SIÈCLE. ALBERT LAPONNERAYE, RÉVOLUTIONNAIRE, HISTORIEN ET JOURNALISTE

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution du nouvel ouvrage de Philippe Darriulat, aux Presses Universitaires de Rennes : Un enfant du siècle. Albert Laponneraye, révolutionnaire, historien et journaliste.

Admirateur de Robespierre dès le règne de Louis-Philippe, ardent républicain, fondateur et principal rédacteur d’un journal radical – certains le qualifient même de communiste –, écrivain prolixe, journaliste passionné, responsable de la Montagne marseillaise pendant la Seconde République, acteur des renouveaux politiques et intellectuels de la première moitié du XIXe siècle, révolutionnaire fils d’un contrerévolutionnaire, historien qui espérait découvrir le futur dans l’étude du passé, démocrate qui voulait moraliser le monde dans lequel il vivait : tel fut Albert Laponneraye. Un homme qui, en 1832, lançait fièrement aux juges qui allaient le condamner pour ses écrits incendiaires, que seuls les jeunes gens de sa génération – les « enfants du siècle » comme il les nommait quatre ans avant que Musset ne publie son célèbre roman – pouvaient dénouer le drame ouvert par la prise de la Bastille. Un Enfant du siècle, il le fut en effet. Né après la Révolution, enfant sous l’Empire, adolescent sous la Restauration, il semble passer sa relativement courte existence (1808-1849) à rêver d’un futur aussi dramatique que celui que vécut la génération précédente. Sa vie, ballotée par des événements qu’il maitrisait peu, influencée par les cultures de son temps – romantique, puis scientiste –, marquée par d’immenses espoirs et de non moins grandes déceptions, fait de lui un incontestable enfant de ce XIXe siècle.

Sergent Jean-Joseph Barbier, Notes la gymnastique (1843), mis en contexte par Thierry Arnal, Odile Roynette et Georges Vigarello

Nous avons le plaisir de vous informer de la parution de l’ouvrage du sergent Jean-Joseph Barbier, Notes sur la gymnastique (1843), mis en contexte par Thierry Arnal, Odile Roynette et Georges Vigarello, Valenciennes, Presses Universitaires de Valenciennes, coll. Textes en contexte, 2018, 117 p.

Texte de la 4e de couverture : 

Du 15 juillet 1842 au 1er avril 1843 le sergent Jean-Joseph Barbier suit les cours que donnent Francisco Amoros et ses assistants aux militaires qui aspirent à devenir moniteurs de gymnastique dans l’armée. C’est cet enseignement, consigné huit mois durant sur un simple cahier, que nous reproduisons ici dans sa forme originale. Accompagné et éclairé par trois textes d’analyse, le manuscrit de ce soldat appartenant au 50régiment de ligne constitue un document inédit. Il est un témoignage unique et essentiel permettant d’appréhender, à partir de la seule trace écrite laissée par un élève connue à ce jour, la nature et les contenus de cet enseignement gymnastique, normal et militaire. De fait, il nous transporte au plus près de la pédagogie physique inventée et mise en œuvre, sous la Restauration et la monarchie de Juillet, par celui qui, après avoir été un personnage influent de la vie politique espagnole, va s’imposer, en France, comme le premier des grands propagateurs de l’éducation physique.