Tous les articles par editeur

Exposition « 1848 et l’espoir d’une République », Montreuil, Musée de l’histoire vivante

Nous avons le plaisir d’annoncer l’ouverture d’une exposition au Musée d’histoire vivante de Montreuil, intitulée « 1848 et l’espoir d’une République universelle, démocratique et sociale » (du 24 mars au 30 décembre 2018) :

Toutes les informations sur l’exposition se trouvent sur ce site :

http://www.museehistoirevivante.fr/

Mardi 10 avril – « Révolution, religion et laïcité », avec Leyla Dakhli et Jacqueline Lalouette

Prochaine séance de l’Université Populaire « Le mardi des révolutions »

 

Mardi 10 avril 2018, 18h30-20h30, Mairie du 18e, salle des Mariages

Révolution, religion et laïcité

Avec Leyla Dakhli et Jacqueline Lalouette. Séance animée par Jean-Claude Caron

A travers les cas de la France du XIXe siècle et de la Tunisie depuis le « printemps arabe », on interrogera la relation entre révolution et religion : s’agit-il d’un simple rapport de forces ou peut-on déceler un jeu d’influences réciproques ? La dimension religieuse de la révolution surgit dans le temps court, mais invite aussi à une réflexion de plus longue durée sur la place de la religion dans la société postrévolutionnaire. Quant à la question de la laïcité, elle permettra d’interroger les deux espaces et les deux époques abordés à travers la notion d’exception.

Continuer la lecture de Mardi 10 avril – « Révolution, religion et laïcité », avec Leyla Dakhli et Jacqueline Lalouette

Atelier « Les mots du politique » – 10 mai 2018 « Révolution, utopie, émancipation »

Le Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire et la Société d’histoire des révolutions du XIXe siècle vous convient à une nouvelle séance des ateliers « Les mots du politique »,
ouverts à tou.te.s.

La prochaine séance de l’atelier sera consacrée aux mots :

« Révolution, utopie, émancipation »

avec Ludivine Bantigny et Ophélie Siméon
séance animée et introduite par Michèle Riot-Sarcey

Jeudi 10 mai 2018, à 19h30
Au bar Le Lieu-dit, 6 rue Sorbier, Paris XXe


A l’heure où les mots de « révolution », d’« émancipation » et d’« utopie » sont l’objet de toutes les instrumentalisations, trois historiennes proposent de réfléchir à leur déploiement dans l’histoire et à leurs articulations possibles, à partir de leurs terrains respectifs : le moment 1968 et le XIXe siècle.

Appel à candidature pour soutien à une thèse sur Henri Wallon

Nous souhaitons relayer ce message de l’Association des amis et descendants d’Henri Wallon qui ouvre un appel à candidature afin d’allouer une somme de 3.000 euros à un doctorant.e s’engageant dans une thèse sur Wallon.

Pour toute information : b.wallon@wanadoo.fr 

Henri Wallon (1812-1904), l’historien, l’homme politique, le ministre, le secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, l’écrivain est surtout connu pour l’Amendement de 1875 auquel il a donné son nom. Il reste un « inconnu connu » malgré  une œuvre abondante dans de nombreux domaines dont par exemple la lutte contre l’esclavage. Sa longue carrière et ses engagements en font un témoin de son siècle.

Des sources importantes

Ses archives initialement déposées aux Archives départementales du Jura ont été transférées  et confiées en don en 2014 aux Archives Nationales à Pierrefitte par l’association des descendants et amis d’Henri Wallon.
Le fonds classé sous la cote 722 AP représente désormais 14 mètres linéaires puisque des versements complémentaires de documents familiaux dispersés entre les nombreuses branches de la famille ont été faits depuis 2014.
L’inventaire en cours sera mis en ligne par la direction des fonds privés.

D’Henri Alexandre Wallon, on trouvera par exemple les écrits imprimés, une abondante correspondance échangée avec ses enfants et petits-enfants, l’abbé Rara, le cardinal Lavigerie, archevêque de Carthage et d’Alger, Mgr Dupanloup, évêque d’Orléans, de nombreuses personnalités (membres de l’Institut, députés, sénateurs, ministres), d’anciens camarades ou élèves, ses relations avec des notabilités de Valenciennes du monde des Arts tels que Crauck, sculpteur qui a réalisé son buste, et Harpignies, peintre ainsi que des notices nécrologiques et toute la documentation autour des diverses commémorations depuis son décès.

La particularité de ce fonds est de conserver des documents originaux d’Henri Wallon et de ses descendants, les travaux entrepris dès son vivant par ceux-ci, notamment sa fille Valentine Deltombe, qui a commencé à recueillir et à analyser sa correspondance. Puis par Jean-Marie Joseph Petit, Henri Guibert, Rose-Anne Aussedat, , Didier Wallon…, qui ont effectué de nombreux travaux et recherches généalogiques. Pour Michèle Grenot, Didier Dastarac, Fabienne Wallon il s’agit de mémoires de maitrise réalisés dans les années 70.
A côté de ceux complémentaires à Valenciennes, l’Assemblée Nationale, le Sénat, l’Institut et la Mazarine, etc… le fonds des Archives Nationales est  le plus important. Il resterait néanmoins à explorer d’autres sources notamment privées dans lesquelles il laisse trace (en particulier les organismes dans lesquels il s’est investi et qu’il a présidés).
Ce riche ensemble de sources permet de faire l’histoire d’un homme dont l’évolution et les activités restent mal connues, en dépit de quelques travaux pionniers.
Le 18 mars 2017, la Société des Amis des Archives de France a décerné le prix Charles Samaran à l’Association des amis et descendants d’Henri Wallon. Ce prix, d’un montant de 1 000 euros récompense un détenteur d’archives privées qui les organise et les valorise.

Une première étape 

L’association des amis et descendants d’Henri Wallon a également contribué à favoriser diverses initiatives académiques sur Henri Wallon.
Lors du centenaire de sa mort en 2004 un hommage s’est tenu à l’Institut avec les Académies des Inscriptions et Belles lettres et des Sciences morales et politiques. Les interventions ont été publiées par l’AIBL et sont consultable sur son site.
En Janvier 2005 un colloque a été organisé avec l’Assemblée Nationale par le Comité d’Histoire Parlementaire et Politique.

Enfin en  janvier 2015 une journée d’étude « Henri Wallon : une voix pour la République » a été organisée aux Archives nationales pour permettre la rencontre des responsables de différentes institutions conservant des archives relatives à son œuvre et d’universitaires qui ont montré bien d’autres pistes restant à explorer : la lutte contre l’esclavage, son travail d’historien, sa postérité.
L’association s’est engagée dans  le projet d’édition par les Archives nationales, en open-édition, de l’ensemble des textes issus de ces trois manifestations. 

Elargir la perspective

Ces travaux ainsi que les fonds d’archives évoqués ci-dessus offrent aujourd’hui  la possibilité dans les meilleures conditions d’une recherche  universitaire permettant au-delà d’une biographie classique de saisir et comprendre H. Wallon dans son siècle.

L’association a pris de nombreux contacts pour stimuler une recherche universitaire sur Henri Wallon et, dans sa précédente Assemblée générale, l’association avait décidé d’allouer une somme de 3 000 € pour abonder une dotation à un chercheur qui s’engagerait dans une thèse dans cette perspective. A cette aide matérielle dont l’utilisation se ferait en lien avec le directeur de thèse  s’ajoute le soutien pour faciliter et valoriser la recherche.

C’est dans cet esprit qu’elle souhaite associer à sa démarche notamment l’école des Chartes et le Comité d’Histoire Parlementaire et Politique.