Tous les articles par editeur

COLLOQUE LE MOUVEMENT DES ASSOCIATIONS DE TRAVAILLEURS AU XIXE SIÈCLE – UNIVERSITÉ DE LILLE, 7-8 OCTOBRE 2019 (APPEL À COMMUNICATIONS)

La Société d’Histoire de la Révolution de 1848 a le plaisir d’annoncer la tenue, les 7-8 octobre prochains, à l’université de Lille, du colloque « Le mouvement des associations de travailleurs au XIXe siècle », organisé avec son soutien.

« Dès le lendemain de la bataille, hommes et femmes, tous avaient à la bouche ce mot d’association, symbole de salut, qui semblait avoir en soi quelque vertu mystique. On criait « Association, association » comme jadis les vilains criaient : « Commune ! » et les Croisés « Dieu le veut ! » (Lettre de Pauline Roland à Guépin, 10 mai 1850)

On assiste actuellement à une résurgence du mot « Commune » dans les milieux militants qui cherchent à repenser l’autonomie politique (des récents mouvements étudiants à la Zad de Notre-Dame des Landes). En revanche, le souvenir des associations de travailleurs et travailleuses, qui ont été expérimentées tout au long au XIXe siècle, est peu réactualisé par les mouvements sociaux contemporains. Ce déplacement, à la fois dans les espaces de luttes et dans les manières de formuler les aspirations, est loin d’être anodin : le centre de gravité des luttes émancipatrices semble avoir partiellement quitté le monde du travail, rendant difficile la remémoration des tentatives passées de reconfigurer le travail hors du capitalisme et du salariat. Pourtant, ces expériences menées par des femmes et des hommes qui ont cherché à penser les conditions concrètes d’une réappropriation du travail sont propres à résonner dans notre présent. Elles mettent en effet en jeu une autre conception du politique, au-delà de la seule politique gouvernementale, territoriale et institutionnelle – fût-elle communale – mais passant par l’ensemble des activités sociales des individus, et en particulier dans les lieux même de l’exploitation. Dès lors, ces expériences d’association ouvrière permettent de penser la liberté contre le libéralisme, comme l’expérience en actes d’un pouvoir d’agir collectif et autonome dans « l’ici et le maintenant », partout où se rencontre la domination.

Réunissant des chercheuses et des chercheurs issu.e.s de différentes disciplines (histoire, science politique, sociologie…), ce colloque se propose d’interroger l’organisation concrète des associations de travailleurs, leur ancrage dans les mondes du travail ainsi que les projets socio-politiques qui les sous-tendent. Pour cela, il s’agira de faire entendre les voix des acteurs et actrices de ces associations, de reconstituer leurs réseaux et leurs pratiques. On s’attachera également à analyser les débats théoriques relatifs aux associations, en étudiant notamment les critiques formulées contre elles, non seulement par les libéraux, mais aussi par certains penseurs de la nébuleuse socialiste. Une périodisation large a été choisie afin d’inscrire nos questionnements dans l’« ère des révolutions » mais aussi d’explorer des périodes qui, bien qu’elles aient connu une vitalité du mouvement associatif, ont été moins traitées par l’historiographie (comme les années 1820 ou encore les années 1860). Les années 1848-1849, âge d’or des associations, surtout en France où elles ont été d’abord soutenues par le gouvernement avant de devenir des espaces de résistance au pouvoir d’État, occuperont pour autant une place importante dans ce colloque. S’inscrivant dans le sillon de l’œuvre fondamentale de Rémi Gossez, il sera l’occasion de dresser un état des lieux des recherches actuelles qui renouvellent les perspectives sur le mouvement associatif dans diverses régions du monde (notamment en Europe et en Amérique Latine).

Nous invitons les personnes qui souhaiteraient proposer une contribution à s’intégrer dans un ou plusieurs de ces axes :

1° Aspects organisationnels des associations

Un des enjeux de ces journées est de se doter collectivement d’outils pour saisir la diversité des formes d’organisation et d’action que recouvre l’idée d’association. À quoi renvoient les notions d’association, de mutualisme, de mouvement coopératif, de « corporatisme républicanisé » ou encore de communalisme ? Dans quelle mesure la question des relations entre les associations et l’État (auquel Louis Blanc attribue un rôle essentiel dans son ouvrage l’Organisation du travail, 1839) suscite-t-elle des lignes de fracture parmi les partisans du mouvement associatif ? Qui peut participer aux associations, comment les décisions sont-elles prises, comment le travail y est-il réparti ? À rebours de l’idée que ces associations seraient des îlots hors de tout rapport social, comment s’y déploient (ou y sont mises en échec) les relations de statut et de genre ? Comment ces associations s’inscrivent-elles dans des traditions d’organisation, parfois souterraines (maçonneries, compagnonnages…), parfois publiques mais réinterprétées (cultes religieux, goguettes…) ? Comment se transforment-elles à mesure que le contexte politique, économique, légal et technique se modifie ?

2° Objectifs des associations

On cherchera aussi à restituer les raisons de ceux et celles qui interviennent selon leurs engagements, leurs positions sociales, leurs réseaux de sociabilité, leurs expériences dans le monde du travail, mais aussi en référence aux événements (locaux, nationaux, internationaux) qui peuvent brutalement transformer leurs perspectives : s’agit-il d’opposer une résistance aux transformations à l’œuvre dans le monde industriel (mécanisation, extension du marchandage, emprise croissante des détenteurs de capitaux) ? D’accéder à plus d’autonomie à l’échelle locale ? De réorganiser les métiers par un nouveau corporatisme ? De concrétiser l’utopie de république démocratique et sociale en pensant un « gouvernement direct des travailleurs » selon l’expression de Pauline Roland ? De penser une alternative politique en dehors de l’État permettant aux exclus du suffrage – comme les femmes – à expérimenter une souveraineté en acte ?

3° Liens entre les associations de travailleurs et d’autres formes d’organisation collectives

Enfin, tout en maintenant la focale sur les associations de travailleurs, on pourra s’interroger sur la manière dont celles-ci interagissent avec d’autres formes d’organisation, non exclusivement définies par l’ancrage dans le monde du travail : journaux, partis, églises mais aussi associations libérales, républicaines ou socialistes… Loin de ne concerner que les formations de travailleuses et de travailleurs, la forme associative se diffuse en effet massivement dès le début du XIXe siècle au sein de collectifs politiques, philanthropiques ou encore éducatifs. Il s’agira alors de comprendre quels savoirs et pratiques circulent entre ces mondes, mais aussi de repérer les moments où les circulations s’interrompent et où les frontières sociales se rigidifient.

Ce colloque se tiendra à l’université de Lille, les 7-8 octobre 2019.

Les propositions de communication devront comporter un titre et un résumé d’environ 1500 signes, ainsi que les coordonnées de l’intervenant (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, courriel, adresse postale). Elles devront être adressées avant le 31 mars aux contacts ci-dessous.

Contacts :
caroline.fayolle@umontpellier.fr
samuel.hayat@univ-lille.fr
carole.christen@univ-lille.fr

LES RENCONTRES DU XIXE SIÈCLE – 1ÈRE ÉDITION – 19 et 20 juin 2019 – PETITES ET GRANDES RENCONTRES DU XIXE SIÈCLE

La Société d’histoire de 1848 a le plaisir d’annoncer la tenue, les 19 et 20 juin prochains, de la première édition des Rencontres du XIXe siècle, organisées sous son parrainage.

Réunir, autour d’une thématique suffisamment large, les jeunes dix-neuviémistes (doctorants et jeunes docteurs), par-delà les frontières des écoles doctorales et des champs historiographiques : voilà ce à quoi aspirent les Rencontres du XIXe siècle, organisées par un comité issu de plus d’une dizaine d’institutions différentes. Avec justement, pour cette première édition, une réflexion autour de la rencontre, tant dans ses dimensions les plus concrètes que dans les sens métaphoriques qu’elle a pu revêtir au cours du XIXe siècle.

Petites et grandes rencontres du XIXe siècle

« Petites et grandes rencontres » : la distinction paraît datée, et fleure trop le choc de civilisations incommensurables, en même temps que le rejet pudique du corporel et de l’intime, pour paraître justiciable d’une véritable réflexion historienne. C’est, paradoxalement, ce qui impose de la mobiliser pour étudier le XIXe siècle, quitte à la prendre à rebrousse-poil. Car les hommes et les femmes de ce siècle, persuadé.e.s pour certain.e.s de vivre une époque parcourue d’amples lames de fond – depuis le souffle glorieux des idéaux de 1789 et la geste modernisatrice de la révolution industrielle jusqu’à la diffusion des utopies sociales et le progressif englobement colonial du monde –, thématisent eux-mêmes les grandes rencontres qui seraient au cœur de l’histoire : rencontre de la modernité, des cultures, des civilisations. Et c’est à leur époque que se joue la construction de cette sphère du personnel, de l’intime, où viennent se nicher la rencontre des corps et autres petites rencontres.

Le XIXe siècle peut donc être lu comme celui de “l’étagement” des rencontres, depuis celles où l’on ne rencontrerait que l’autre, dans ce qu’il a de plus intime, jusqu’à celles où se jouerait, par-delà l’identité des protagonistes, quelque chose de plus grand qu’eux. Aussi importe-t-il de prendre à bras-le-corps cette discrimination des rencontres entre petites et grandes, entre rencontres anodines, où rien ne se jouerait de grand, et rencontres investies d’une signification historique véritable ou supposée, érigées en choc des civilisations ou chargées de fédérer de vastes communautés. S’il ne veut pas se retrouver lui-même prisonnier de ces distinctions héritées du XIXe siècle – dont on sait combien il façonne encore nos manières de penser –, l’historien n’a d’autre choix que de les prendre elles-mêmes pour objet d’investigation. Toute une histoire du XIXe siècle s’est ainsi employée, dans le sillage de Michel Foucault, à réviser cette distinction : des travaux d’histoire du genre, notamment, ont su creuser ce qu’il y a de politique, de macro au creux même de la rencontre des corps ; tandis que l’étude des sexualités coloniales, d’Ann Laura Stoler au récent Sexe, race & colonies, s’est efforcée de réinscrire l’intime au cœur de la rencontre coloniale.

Remettre ces différentes formes de rencontre sur le même plan, c’est donc repenser le XIXe siècle à rebours des lectures qu’il a lui-même imposées de son histoire. Et, pour éviter de tomber dans le double piège d’une étude des rencontres qui occulte les corps, et d’une lecture qui ne voit plus qu’eux, pour dépasser en somme les petites rencontres comme les grandes, il importe de les ramener toutes à hauteur d’homme et de femme, à l’échelle d’une interaction ; c’est-à-dire, de leur appliquer les méthodes mises en œuvre par d’autres sciences humaines (et notamment la sociologie) pour penser ces situations de face à face. Il s’agit de retrouver dans la rencontre le lieu d’une mise en scène de soi et d’un déchiffrement de l’autre, ainsi que l’espace d’une négociation. De la réinscrire dans un espace : on ne se rencontre pas n’importe où, certains lieux sont dédiés à la rencontre et la forme que prennent les rencontres est en tout cas tributaire du cadre où elles viennent se lover (et n’est-ce pas un espace de rencontre indirecte que le papier des correspondances officielles, amoureuses ou commerciales ?). Dans une temporalité, aussi : une rencontre se prépare, s’organise, ou bien s’impose dans une soudaineté imprévue, puis se remémore et se narre, notamment quand elle endosse la forme rétrospective d’une première fois. Sans oublier les codes, les normes et les contextes de la rencontre, qui comptent autant que ses effets.

Cette approche à hauteur d’homme et de femme permet enfin de restituer, à condition de les manier avec prudence, une valeur heuristique à ces catégories de « grandes » et « petites » rencontres : on vit en effet une rencontre comme plus ou moins grande, significative, déterminante, on l’investit de charge émotionnelle, d’implications biographiques ou historiques, de significations. Est-ce la même chose que rencontrer le roi, un voisin, la guerre, la ville, la sexualité, la mer, le suffrage universel ou le tramway ?

Ces quelques termes, jetés pêle-mêle sans la moindre volonté d’inventaire ou d’exhaustivité, doivent seulement donner une idée du spectre large que recouvre ici la notion de rencontre(s) : le décloisonnement des mondes sociaux, celui qu’immortalisait Delacroix sur les barricades de 1830 comme celui des casernes de la conscription, y trouve tout autant sa place que la mise en relation accélérée des continents ; la rencontre des paysans français avec les enjeux politiques nationaux y côtoie les premières entrevues de diplomates occidentaux avec l’Empereur de Chine ; et l’organisation disciplinaire des rencontres savantes n’est pas plus étrangères à nos préoccupations que les formes renouvelées prises à la faveur des débats psychanalytiques par la rencontre des corps. C’est que cette journée, par-delà la réflexion qu’elle entend stimuler, aspire surtout à une autre rencontre : celle des jeunes dix-neuviémistes, doctorants ou jeunes docteurs, que leur dissémination en laboratoires et en champs disciplinaires empêche trop souvent de nouer un véritable dialogue, et de partager le fruit de leurs travaux et de leurs réflexions. C’est cet espace de discussion dix-neuviémiste que les « Rencontres du dix-neuvième siècle » se proposent de creuser.

Les Rencontres seront organisées à Paris (Maison de la Recherche, rue Serpente), sous le patronage de la Société de 1848, sur deux journées, les 19 et 20 juin 2019 : une première journée, sur le format d’une journée d’études, organisée autour du thème de la « rencontre » et une seconde matinée, plus méthodologique, où les participant.e.s seront invité.e.s, dans le cadre plus informel d’un atelier, à réfléchir ensemble aux questions de méthode afférentes au thème de la rencontre, et notamment aux archives mobilisables pour en retrouver les différentes dimensions et lui redonner vie. Le logement sera assuré de façon collaborative par les doctorant.e.s parisien.ne.s impliqué.e.s, et le repas du 19 juin au midi sera pris en charge, mais les frais de déplacement seront à la charge des participant.e.s et/ou de leur laboratoire de rattachement.

Les masterant.e.s sont invité.e.s pour leur part à nous envoyer, toujours sur le thème de la « rencontre », des posters en version numérique (au format A0), dont certains seront sélectionnés par le comité, et imprimés à nos frais, pour être affichés au cours des Rencontres.

Liste non exhaustive des thèmes et termes – non exclusifs les uns des autres – pouvant être abordés dans les communications :

Modalités de la mise en contact :

  • Rencontres demandées ou fortuites, directes ou indirectes, sans suite ou suivies, individuelles ou collectives, intimes ou publiques, officielles ou officieuses.
  • Les supports de la rencontre : correspondances, traductions, discussions, duels, débats, transports, transferts, technologies.

Lieux et temporalités de la rencontre :

  • Les rencontres du lointain : voyages, exil, missions religieuses et ethnographiques, découvertes et explorations, campagnes militaires et champ de bataille.
  • Les rencontres du quotidien : famille, ville, ruralité, quartier, cercles, salons, clubs, boutiques, expositions universelles, affaires, rencontres intimes.

Le regroupement d’agents mobilisés :

  • Rencontres idéologiques, professionnelles, commerciales et scientifiques : confrontation, partage et diffusion des savoirs, des idées et des savoir-faire.
  • Rencontres avec le Politique et l’État (administration, apprentissage de la compétition électorale, rencontres militaires ou diplomatiques, rencontres coloniales) et rencontres contre le Politique et l’État (mobilisations collectives, militantes, groupes de propagande, luttes non-conventionnelles, illégales, traite d’esclaves, piraterie, procès et rencontres juridiques).

MODALITÉS DE SOUMISSION

Les propositions de communication (de 2000 signes maximum) et les posters devront être envoyés à l’adresse rencontres19eme@gmail.com avant le 28 février 2019, accompagnées d’un court CV. Les propositions, comme les communications, peuvent être en français ou en anglais.
La liste des propositions retenues sera annoncée le 31 mars 2019.
Le colloque se tiendra à Paris les 19 et 20 juin 2019.

COMITÉ D’ORGANISATION

Lisa Bogani (Université Clermont Auvergne)
Lisa Castro (Université Toulouse Jean Jaurès)
Clément Fabre (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Tatiana Fauconnet (École normale supérieure de Lyon)
Edoardo Frezet (Université Côte d’Azur)
Alexandre Frondizi (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Anthony Hamon (Université Rennes 2)
Viera Rebolledo-Dhuin (Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines)
Nicolas Tardits (Université Paris Ouest Nanterre)
Pietro Giovanni Trincanato (Université Paris-Est Créteil et Università degli Studi di Milano)
Benoît Vaillot (EHESS / European University Institute / Université de Strasbourg)

les révolutions sont-elles vandales ?

En France comme à l’étranger, autrefois comme aujourd’hui, lors de révolutions, des monuments et des statues font l’objet de la vindicte de révolutionnaires qui, voyant en eux les symboles de régimes honnis, les mutilent ou les détruisent. Ce thème est abordé le 9 janvier 2019 dans le cadre de l’Université populaire « Les mercredis des Révolutions » à partir des exemples de la France du XIXe siècle et de l’Europe de l’Est du XXe, respectivement par Emmanuel Fureix et Jérôme Bazin.

Au-delà de l’image simpliste de châteaux en feu et de statues gisant sur le sol, ces épisodes posent de nombreuses questions. La première est d’ordre lexicologique : comment les acteurs eux-mêmes désignaient-ils ces actions ? Et les historiens doivent-ils parler de « vandalisme », mot qui évoque une fureur et une inculture barbares, ou d’« iconoclasme », terme qui renvoie à un projet davantage théorisé. On a même proposé le néologisme « iconoclash », d’après le titre de l’exposition organisée en 2002 au Zentrum für Kunst und Medientechnologie de Karlsruhe par Bruno Latour et Peter Weibel.

On se demandera ensuite quelles effigies (celles de rois, de saints, d’hommes politiques…), quels types de monuments (églises, palais et châteaux, palais épiscopaux, casernes, fabriques…), furent visés durant ces épisodes, si les destructions furent aussi nombreuses dans toutes les régions, d’égale ampleur dans un cadre urbain, notamment dans les villes où siégeait le pouvoir, ou un cadre rural. Parmi les leaders du camp révolutionnaire, certaines personnalités tentèrent-elles de faire prévaloir des considérations d’ordre artistique ou patrimonial, de faire en sorte que l’aboutissement du nouveau projet politique ne se fasse pas au détriment d’œuvres anciennes, que l’on mettrait à l’abri dans des musées (On songe au Musée des Monuments français ouvert en 1795)  ?

On s’interrogera encore sur les foules à l’œuvre durant ces épisodes révolutionnaires. Qui prend l’initiative de la dégradation ou de la destruction ? Qui y participe ? Les femmes sont-elles présentes ? Comme actrices ou comme spectatrices ? Des sources permettent-elles de connaître précisément leurs intentions : s’agit-il de la simple décharge d’une fureur, d’une sorte de vengeance à fleur de peau ou, plus profondément, d’une damnatio memoriæ traduisant la volonté réfléchie d’édifier du neuf après avoir éliminé tous les témoignages du passé ? Est-ce que détruire une statue équivaut symboliquement à tuer celui qui est représenté ? S’en prend-on au marbre ou au bronze de son effigie faute de s’en prendre à lui corporellement, charnellement ? Techniquement, comment se déroulent les assauts contre les monuments et les statues ? Éclatent-ils de manière spontanée, avec « les moyens du bord » ou, au contraire sont-ils facilités par l’utilisation d’instruments préparés à l’avance (câbles, masses, pics…) ? On cherchera enfin à savoir si ces destructions sont définitives ou au contraire suivies de restaurations (cf. les grandes statues royales abattues sous la Révolution française et, pour certaines d’entre elles, refaites sous la Restauration).

Le Mercredi 9 janvier 2019
18h30-20h30
Mairie du 18e arrondissement
1, Place Jules Joffrin 75018
Séance animée par Jacqueline Lalouette, avec Jérôme Bazin et Emmanuel Fureix.

Jérôme Bazin est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris-Est Créteil. Ses travaux portent sur l’histoire sociale de l’art, plus spécifiquement dans les pays d’Europe de l’Est. Il est notamment l’auteur de Réalisme et égalité. Une histoire sociale de l’art en République Démocratique Allemande (1949-1990), Dijon, Presses du Réel, 2015.

Emmanuel Fureix est maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’Université Paris-Est Créteil. Ses travaux portent sur l’histoire politique et culturelle du XIXe siècle, l’histoire des émotions, des rituels et des violences politiques. Il est notamment l’auteur de La France des larmes. Deuils politiques à l’âge romantique, (prix Chateaubriand 2009) et de L’oeil blessé. Politiques de l’iconoclasme après la Révolution française (à paraître en mai 2019).

PROMENADE « FOLIES DANS LE PARIS DU XIXE SIÈCLE » – DIMANCHE 17 MARS 2019

Pavillon de l’hôpital Sainte-Anne
Inauguré sous le Second Empire en 1867, aménagé sous l’égide du baron Haussmann, l’hôpital psychiatrique Saint-Anne fut conçu comme un « asile clinique » pour le traitement de la folie , la recherche sur et l’enseignement de ses pathologies. A cet emplacement se trouvait auparavant la ferme Saint-Anne où venaient travailler les aliénés de l’hôpital de Bicêtre.

Utopie asilaire et contestation anti-aliéniste, nouveaux diagnostics tels l’hystérie ou la kleptomanie, nouvelles arènes telles celle de la justice : cette balade nous fait découvrir les lieux des interrogations médicales, artistiques, politiques et sociales que la folie, « cette maladie du siècle » (Gambetta), provoque.

Promenade historique organisée par Benoît Majerus, professeur associé à l’université du Luxembourg, auteur de Du Moyen-Âge à nos jours, expériences et représentations de la folie à Paris, Parigramme, 2018

Rendez-vous :
10h à l’hôpital Saint-Anne 1 rue Cabanis Paris 75014
30 personnes maximum
Attention : une partie du parcours pourrait s’effectuer en bus. Prévoir des tickets RATP.

Inscription :
Envoyer un mail avec nom et prénom à clement.p.h.fabre@gmail.com (pour être prévenu en cas d’annulation ou de clôture des inscriptions)