Tous les articles par editeur

War as contact zone/La guerre comme zone de contact au XIXe siècle (Institut d’études avancées et Institut historique allemand, Paris, 28-29 juin 2018)

Les 28 et 29 juin 2018 se tiendra à l’Institut d’études avancées et à l’Institut historique allemand (Paris) un colloque international organisé par Jasper Heinzen (IEA et University of York), Odile Roynette (Université Bourgogne-Franche-Comté) et Mareike Koenig (IHA) intitulé : « La guerre comme zone de contact au XIXsiècle.

 

Le programme est disponible sur

https://www.paris‐iea.fr/fr/evenements/la‐guerre‐commezone‐ de‐contact‐au‐xixe‐siecle

Sergent Jean-Joseph Barbier, Notes la gymnastique (1843), mis en contexte par Thierry Arnal, Odile Roynette et Georges Vigarello

Nous avons le plaisir de vous informer de la parution de l’ouvrage du sergent Jean-Joseph Barbier, Notes sur la gymnastique (1843), mis en contexte par Thierry Arnal, Odile Roynette et Georges Vigarello, Valenciennes, Presses Universitaires de Valenciennes, coll. Textes en contexte, 2018, 117 p.

Texte de la 4e de couverture : 

Du 15 juillet 1842 au 1er avril 1843 le sergent Jean-Joseph Barbier suit les cours que donnent Francisco Amoros et ses assistants aux militaires qui aspirent à devenir moniteurs de gymnastique dans l’armée. C’est cet enseignement, consigné huit mois durant sur un simple cahier, que nous reproduisons ici dans sa forme originale. Accompagné et éclairé par trois textes d’analyse, le manuscrit de ce soldat appartenant au 50régiment de ligne constitue un document inédit. Il est un témoignage unique et essentiel permettant d’appréhender, à partir de la seule trace écrite laissée par un élève connue à ce jour, la nature et les contenus de cet enseignement gymnastique, normal et militaire. De fait, il nous transporte au plus près de la pédagogie physique inventée et mise en œuvre, sous la Restauration et la monarchie de Juillet, par celui qui, après avoir été un personnage influent de la vie politique espagnole, va s’imposer, en France, comme le premier des grands propagateurs de l’éducation physique.

« Les mots de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle », Hommes & Migrations

Parution du dossier « Les mots de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle », Hommes & Migrations, n° 1321, avril-mai 2018.

 

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution de ce dossier, fruit des travaux du programme ANR AsileuropeXIX et coordonné par Delphine Diaz et Alexandre Dupont. il met en lumière l’histoire de l’exil politique et de l’asile en Europe au XIXe siècle à travers les terminologies et les représentations utilisées pour désigner des migrations sous contraintes. Fondés notamment sur l’étude critique de corpus législatifs et administratifs, les articles montrent que les débats parlementaires et les mesures gouvernementales conditionnent l’accueil et le soutien financier des réfugiés à des catégories relevant de l’internement ou de l’assignation à résidence.

 

Pour consulter des extraits du numéro en ligne : http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?/numeros/8011-les-mots-de-l-exil-dans-l-europe-du-xixe-siecle

Pour imprimer le bon de commande : Bon de commande Hommes&Migrations

 

Sommaire du numéro :

Delphine Diaz, Alexandre Dupont : Les mots de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle

Delphine Diaz : Les réfugiés en France au prisme des circulaires du ministère de l’Intérieur (1830-1870)

Katarzyna Papiez : Adampol/Polonezköy, refuge et colonie agricole : un laboratoire de la polonité en exil dans l’Empire ottoman au XIXe siècle.

Alexandre Dupont : L‘exil carliste espagnol dans le sud de la France des années 1970

Thomas C. Jones : Définir l’asile politique en Grande-Bretagne (1815-1870)

Edward Blumenthal : Les mots de l’exil dans le droit international au XIXe siècle, entre Amérique latine et Europe

Sylvie Aprile : Expériences et représentations de la frontière

Sänchez Romy et Jean-Louis Simal : Lexiques et pratiques du destierro : l’exil politique en péninsule et à l’Outre-mer, de 1814 aux années 1880

Maïté van Vyve : Les perceptions de l’étranger, du réfugié et de l’expulsé dans les débats parlementaires en Belgique (1835-1875)

Laure Godineau : Figures de l’exil dans les chansons et poésies communardes

Jeanne Moisand : De l’exilé honorable au criminel potentiel ?

 

Le temps en révolution – Mardi 5 juin, Mairie du 18e arrondissement

La prochaine séance de l’Université populaire organisée par la Société de 1848, « Les Mardis des révolutions« , aura lieu mardi prochain 5 juin à la Mairie du 18e arrondissement (salle des mariages) de 18h30 à 20h30.

Elle portera sur le thème du TEMPS EN REVOLUTION, avec Pierre SERNA (sur la Révolution française) et Roman KRAKOVSKY (sur l’Europe de l’est). Séance animée par Laurent COLANTONIO.

Résumé :

L’image du temps qui s’accélère est associée aux révolutions d’hier comme à celles d’aujourd’hui. Mais en quoi la maîtrise du temps est-elle véritablement un enjeu dont se saisissent les acteurs ? Comment interpréter la volonté des révolutionnaires de « libérer le temps », de l’organiser et de le mesurer autrement ? Comment les populations réagissent-elles à ces révolutions temporelles, telles que l’invention d’un nouveau calendrier ? Voici quelques-unes des questions qui nous guideront au cours de cette séance des « mardis des révolutions » centrée sur les expériences française et russe.

Présentation des intervenants :

Pierre Serna est professeur d’Histoire de la Révolution française à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Son dernier ouvrage porte sur une histoire politique des animaux en révolution (Fayard, 2017).

Roman Krakovsky est chercheur associé au Centre d’études des mondes russes et caucasien (EHESS), il est spécialiste d’histoire de l’Europe centrale et orientale au XXe siècle. Un de ses derniers ouvrages portait sur l’espace et le temps en Tchécoslovaquie communiste (2014).