Tous les articles par editeur

les enquêtes ouvrières dans l’europe contemporaine

Sous la direction de Éric Geerkens, Nicolas Hatzfeld,
Isabelle Lespinet-Moret, Xavier Vigna

4ème de couverture  :
S’il est un spectre qui hante l’Europe des XIXe et XXe siècles, c’est bien celui de la classe ouvrière. En témoignent les innombrables enquêtes qui lui sont consacrées : elles disent combien la « question sociale », telle qu’elle s’invente avec l’industrialisation, est d’abord une inquiétude sur la condition ouvrière et son évolution. Ces mondes ouvriers, si prompts aux soulèvements, constituent une énigme que de multiples enquêtes visent à résoudre, le plus souvent pour conjurer une menace.
Ce livre propose un voyage étonnant à ses lecteurs en les conduisant, par les yeux des enquêteurs, dans les taudis de Manchester, les cités minières du Borinage ou les usines Mirafiori de Turin. Il éclaire d’un jour nouveau des figures illustres des sciences sociales : Frédéric Le Play, Max Weber ou Maurice Halbwachs ; mais il les fait aussi voisiner avec des artistes (Zola et les écrivains naturalistes, les cinéastes autour de Chris Marker) et avec des collectifs soudés par un engagement – féministes, jocistes ou révolutionnaires.
En explorant ce qui mêla indissociablement pratiques scientifiques et passions politiques, l’ouvrage offre une contribution originale à une histoire transnationale de l’Europe contemporaine”.
Éditions La Découverte/Recherche

Yan Pei-Ming/Courbet Corps à corps

L’artiste à 58 ans, Gustave Courbet,
2019 huile sur toile, Yan Pei-Ming

Extraits de la présentation sur le site du musée

À l’occasion du Bicentenaire de Gustave Courbet (1819-1877), le Petit Palais présente, jusqu’au 19 janvier 2020,  l’exposition Yan Pei-Ming/Courbet Corps à Corps prolongeant ainsi celle organisée cet été au musée Courbet à Ornans. Une di­zaine d’œuvres de Courbet, toutes issues des collections du Petit Palais, sont montrées en regard d’une quinzaine de toiles monumentales de Yan Pei-Ming réalisées pour certaines dans l’atelier de Courbet à Ornans. Elles seront présentées cette fois dans un accrochage volontairement inspiré des Salons du XIXe   siècle. Le Petit Palais possède l’une des plus grandes collections de tableaux de Courbet grâce à des achats de la Ville de Paris effectués dès la fin du XIXe siècle, enrichis au début du XXe siècle par les dons de sa sœur, Juliette Courbet, et du critique Théodore Duret.

Yan Pei-Ming découvre le travail du peintre français dans un livre de propagande en noir et blanc lors de ses premières années d’études en Chine. Installé en France de­puis 1980, il redécouvre alors la diversité de l’œuvre de l’artiste pour laquelle il nourrit une fascination accrue. De fait, dans ce corps-à-corps présenté dans la galerie des grands formats du Petit Palais, la matérialité des peintures de Yan Pei-Ming et de Courbet se parlent et se répondent. « Chaque matin, j’ai pris mon café en peignoir dans l’atelier de Courbet. J’ai vécu, comme lui, dans la maison mitoyenne. Courbet est mort à 58 ans, j’ai 58 ans ».
En réinterprétant les œuvres de Courbet, Yan Pei-Ming amorce un questionnement profond vis-à-vis de la peinture classique tout en lui rendant hommage. Yan Pei-Ming, né à Shangaï en 1960, est le premier artiste à avoir été invité en résidence dans l’atelier de Courbet à Ornans.

plus d’informations sur
www.petitpalais.paris.fr

 

lieux et symboles de la république

n° 8130  de la Documentation photographique (CNRS EDITIONS)
par Mathilde Larrère
maîtresse de conférences en histoire contemporaine.

Présentation :
Marianne, le drapeau tricolore, “Liberté, Egalité, Fraternité”, La marseillaise, le 14-Juillet, le portrait du Président…sont autant de symboles de la République qui semblent figés. Ce serait oublier qu’ils ont été façonnés tout au long d’une histoire chaotique, souvent conflictuelle. Ainsi, certains des symboles apparaissent au coeur de la Révolution française, précédent l’avènement de la Première République, alors que les révolutionnaires ressentent le besoin de marquer le changement de régime par de nouvelles représentations visuelles. Ces représentations ne cessent de s’opposer à celles de la monarchie et de l’Empire jusqu’à ce que la République soit consolidée à la fin du XIXe siècle. Les symboles ont aussi été disputés au sein du camp républicain qui a vu s’affronter deux modèles de République, la libérale et la sociale. Ainsi a-t-on vu s’élever le drapeau rouge contre le drapeau tricolore, se dresser une Marianne combattante contre une Marianne plus “sage”, mère nourricière. Les multiples déclinaisons de ces symboles laissent entrevoir des positionnements politiques différents. La date de notre Fête nationale a été âprement discutée et le 14-Juillet a été finalement choisi en laissant la possibilité de l’associer à la prise de la Bastille (14 juillet 1789) ou à la Fête de la Fédération (14 juillet 1790).  

 La République n’est pas le régime le plus fréquent au XIXe siècle. Aussi, les symboles souvent subversifs ont été la cible des iconoclasmes.  Des arbres de la Liberté sont abattus, replantés, abattus de nouveau, des statues de Marianne sont remisées pour être remplacées par des bustes de l’Empereur ou du roi, avant d’être à nouveau érigées. Des institutions portent encore aujourd’hui les traces de l’affrontement entre les iconographies produites par ces régimes : ainsi des mairies arborent un Roi-Soleil ; à Paris des monuments monarchistes et bonapartistes cohabitent avec des monuments républicains comme le Panthéon, rendu à la République lors des funérailles de Victor Hugo ; l’Assemblée nationale et le Sénat conservent quant à eux un décor bien peu républicain . 

 Aux XIXe et XXe siècles, les symboles entrent peu à peu dans la vie quotidienne. Ils ornent les places, les écoles des villes et des villages et viennent s’immiscer jusque dans les intérieurs, sur la vaisselle, les timbres et les documents d’identité. Baptêmes et mariages républicains s’inventent, rivalisant avec l’Eglise, élaborant leurs propres rituels. Ces symboles ont été caricaturés, ce jusqu’à nos jours, alors qu’ils pouvaient sembler s’être affadis. Lors des manifestations des Gilets jaunes, graffitis, banderoles, affiches sont venus détourner nombre d’entre eux, renouant avec l’opposition entre deux visages de Marianne, et inventant une nouvelle devise : “Liberté, Egalité, Flashball”. Ce numéro de la Documentation photographique propose aux historiens, professeurs, élèves et citoyens de revisiter cette longue élaboration d’un patrimoine de symboles et de lieux qui ne cessent d’être travaillés.