Tous les articles par editeur

LE DROIT DES ANIMAUX : UNE IDÉE RÉVOLUTIONNAIRE ?

Mercredi 6 février 2019
18h30-20h30
Mairie du 18e arrondissement
1, Place Jules Joffrin, 75018 Paris
Séance animée par François Jarrige, avec Pierre Serna (Historien, Université Paris 1) et Jocelyne Porcher (Sociologue, INRA)

En 2014, un tribunal argentin accordait pour la première une personnalité juridique à un animal, et depuis 2015 le Code civil français reconnaît les animaux comme des êtres vivants doués de sensibilité. Cette révolution en cours des droits des animaux, liée aux enjeux de protection et de libération animale, repose sur le constat désormais largement partagé que les animaux sont des êtes complexes et sensibles, auxquels doivent donc être reconnus des droits moraux et légaux. Dans ce contexte surgissent de nombreuses questions : la reconnaissance des droits implique-t-elle la fin du travail animal ? Comment imaginer une coexistence pacifique des hommes et des bêtes ? L’histoire et les sciences sociales s’intéressent de plus en plus aux bêtes, à ces non-humains reliés de multiples manières aux hommes. Dans cette séance nous interrogerons comment est née la question des droits des animaux ? Quels sont les liens qui ont pu exister entre émancipation humaine et émancipation animale durant les périodes révolutionnaires ? Dès l’époque révolutionnaire en effet, à la fin du XVIIIe siècle comme en 1848, la question animale se pose avec force et des lois condamnent peu à peu les mauvais traitements infligés aux animaux domestiques. Au début du XXe siècle, des associations de défense du bien-être animal et des lois contre la cruauté envers les animaux, existaient déjà dans presque tous les pays du monde. Parallèlement, le monde animal s’est profondément transformé avec la crise de la biodiversité et l’exploitation accrue des bêtes par un système agro-industriel hyper productiviste. Grâce à l’historien Pierre Serna et la sociologue Jocelyne Porcher, deux des meilleurs spécialistes de la question, nous reviendrons sur la façon dont les historiens et les sciences sociales pensent aujourd’hui la question animale, en confrontant passé et présent et en remettant en perspective historique les débats parfois vifs qui travaillent nos sociétés sur ces enjeux.

Document n°56 : croquis vietnamien

Vous pouvez télécharger ci-dessous les documents analysés dans l’article de Marie de Rugy, « Se repérer au Tonkin. Usage d’un croquis vietnamien par les Français lors de la conquête, 1883-1886 », RH19, n°56, 2018/1, p. 173-185

Croquis vietnamien dessiné pendant la conquête du Tonkin, probablement 1884
Croquis explicatif, d’après une carte du service historique de la Défense

Document n°57 : planche du Traité complet de l’anatomie de l’homme de Bourgery et Jacob

Vous pouvez télécharger ci-dessous les documents analysés dans l’article de Martial Guédron, « Les petites mains de l’anatomie en couleur  : à propos du Traité complet de l’anatomie de l’homme de Bourgery et Jacob », RH19, n°57, 2018/2, p. 137-149

Jean-Marc Bourgery, Nicolas-Henri Jacob, Traité complet de l’anatomie de l’Homme comprenant la médecine opératoire, Paris, C.-A. Delaunay, 1831-1854, 8 vol., Tome III, planche 100

A la demande de l’auteur, nous nous permettons également de relayer le résultat d’un travail d’équipe explorant en profondeur l’atlas anatomique dont cette planche est tirée : http://www.hear.fr/sites/didactique_visuelle/bourgery-jacob/

ATELIER D’HISTOIRE CRITIQUE – LILLE, FÉVRIER-MAI 2019

L’Atelier d’histoire critique, qui organise à Lille des manifestations publiques d’histoire articulées autour de débats politiques actuels (flyer à télécharger ici), organise gratuitement, de février à mai 2019, les cinq événements suivants :

1) « Pour un féminisme décolonial ! » rencontre avec Françoise Vergès, le samedi 2 février 2019 à 15 heures à l’espace Angela Davis, 74 rue d’Artois à Lille.

Françoise Vergès est une militante féministe décoloniale. Elle travaille en particulier sur les questions de races et de genres et pointe l’invisibilisation des femmes racisées et des classes populaires, notamment dans les luttes féministes dites « universalistes », construites autour d’enjeux qui sont propres aux femmes blanches et plutôt bourgeoises.

2) « Kanaky : bilan et perspectives après le référendum d’autodétermination », rencontre avec un porte-parole du Mouvement des Jeunes Kanaks en France (MJKF) et Marie Bazin, co-présidente de l’association Survie, le samedi 9 février 2019 à la Médiathèque du Vieux Lille.

Un peu plus de 3 mois après le référendum sur l’autodétermination qui a vu le score des indépendantistes dépasser ce que prédisaient les sondages, quelles perspectives s’ouvrent aux partisans de l’indépendance et de l’autodétermination du peuple Kanak? Quels parallèles peut-on établir avec la vague d’indépendance qu’ont connue les pays africains dans les années 1960?

3) « De la Révolution à la Commune : le siècle des exilés », rencontre avec Sylvie Aprile, historienne de l’histoire politique et sociale du XIXe siècle, le samedi 9 mars 2019 à partir de 15 heures à la Médiathèque du Vieux-Lille.

Tout au long du XIXe siècle, et plus particulièrement sous le Second Empire, de nombreux Français prennent le chemin de l’exil au gré des changements de régime politique. Si pendant la révolution française il s’agissait principalement de princes et de contre-révolutionnaires, ce sera par la suite le tour des républicains, socialistes ou anarchistes de prendre le chemin du départ, de gré ou de force.

4) « Féminisme et travail du sexe », rencontre avec Morgane Merteuil, le samedi 27 avril 2019 à partir de 15 heures à la Médiathèque du Vieux-Lille.

Des travailleuses du sexe se heurtent régulièrement à un discours féministe bien-pensant sur ce que doit être une « femme libre ». Morgane Merteuil, ex-travailleuse du sexe et ex-secrétaire générale du Strass (Syndicat du travail sexuel), reproche à cette conception (majoritaire au sein des organisations féministes les plus médiatiques) d’imposer aux femmes sa propre conception de la dignité.

5) « L’enseignement de l’histoire et ses enjeux », rencontre avec Laurence De Cock, le samedi 25 mai 2019, à partir de 15 heures à la Médiathèque du Vieux-Lille.

Historiquement , l’histoire scolaire s’est constituée pour fabriquer un récit commun à finalité identitaire dans le cadre d’une IIIe République en construction. Pour autant, le rôle de l’enseignement de l’histoire aujourd’hui est-il toujours le même ? L’histoire scolaire est-elle condamnée à nourrir le roman national ou est-elle en mesure de s’affranchir de la mythologie des grands hommes et des « belles » histoires ? Laurence De Cock est membre fondatrice du collectif « Aggiornamento Histoire-Geo ». Elle est l’auteure du livre « Sur l’enseignement de l’Histoire » paru aux éditions Libertalia en mars 2018.