Tous les articles par editeur

REPRISE DES PROMENADES URBAINES

La Société de 1848 a le plaisir de rappeler que les promenades historiques reprennent cet automne, avec deux nouvelles promenades organisées par l’historienne Jacqueline Lalouette, professeure émérite de l’université Lille III, membre senior honoraire de l’Institut universitaire de France, auteure de Un peuple de statues, la célébration sculptée des grands hommes aux éditions Mare & Martin :

  • 22 septembre : À la découverte des statues du jardin du Luxembourg
  • 13 octobre : Sur les traces du pavé de Paris. Le sentier des carriers à Fontainebleau

Plus de détails dans l’onglet “Promenades urbaines” du blog. Des places sont toujours disponibles : inscrivez-vous ! (pour les inscriptions, envoyer un mail à clement.p.h.fabre@gmail.com)

Journée d’Etudes L’amateur au travail: instruments, gestes, savoir-faire

Le 23 septembre 2019 aura lieu la première journée d’études organisée dans le cadre du projet ANR AmateurS. Amateurs en sciences (France 1850-1950) (site du projet), organisée par Laurence Guignard, Hervé Guillemain, Nathalie Richard.

Cette journée aura lieu à Nancy, campus de Lettres et SHS, et sera consacrée à L’amateur au travail: instruments, gestes, savoir-faire.

LES ÉTRANGERS, ACTEURS DES RÉVOLUTIONS ?

Mercredi 5 juin 2019
18h30-20h30
Mairie du 18e arrondissement
1, Place Jules Joffrin, 75018 Paris

Salle des mariages
Séance animée par Fabrice Bensimon, avec Delphine Diaz et Edouard Sill

Thomas Paine ; Anacharsis Cloots ; Léo Frankel ; Jaroslaw Dombrowski; Walery Wroblewski; Elisabeth Dmitrieff ; John Reed ; George Orwell… Des colonies britanniques en Amérique du Nord en 1776 à l’Espagne en 1936, en passant par les  révolutions de 1830 et de 1848, la Commune de Paris en 1871, la Révolution russe de 1917, la liste est longue, des étrangers acteurs de révolutions. Ces quelques figures ne sont que les plus connues d’une longue cohorte d’anonymes, d’oubliés de l’histoire qui prirent les armes, voire donnèrent leur vie pour la liberté dans un pays qui n’était pas le leur. Cette séance entend aborder plusieurs questions à leur propos, avec Delphine Diaz, spécialiste des exilés au XIXe siècle, et Edouard Sill, qui travaille sur les volontaires des Brigades internationales pendant la guerre d’Espagne.

Delphine Diaz est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université de Reims. Elle est l’auteure de l’ouvrage Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du premier XIXe siècle (Armand Colin, 2014) et elle coordonne un programme collectif, AsileuropeXIX, sur l’histoire européenne et transnationale de l’exil et de l’asile politiques dans l’Europe du XIXe siècle. 

Edouard Sill achève une thèse d’histoire à l’Ecole pratique des hautes études sur les volontaires antifascistes pendant la guerre civile espagnole. Il est l’auteur de plusieurs articles sur la question.

EMMANUEL FUREIX – L’ŒIL BLESSÉ

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution, aux éditions Champ Vallon, du nouvel ouvrage d’Emmanuel Fureix : L’œil blessé. Politiques de l’iconoclasme après la Révolution française.

Après la Révolution française, le “ vandalisme” est répudié et la “guerre aux démolisseurs” lancée avec emphase. Pourtant, au fil d’un xixe siècle convulsif, des statues sont bel et bien déboulonnées, des bustes brisés, des emblèmes martelés, des drapeaux brûlés, des cocardes arrachées et piétinées. L’iconoclasme est certes miniaturisé et négocié, mais il se répète avec insistance. De la Restauration à la Commune de Paris, la destruction des signes de l’adversaire devient le lot commun de la politique.

Que détruisent, alors, ces “iconoclastes modernes” ? Avec quels gestes s’attaquent-ils aux images et aux signes visuels ? Que visent-ils à travers eux ? Quelle puissance et quelle vitalité attribuent-ils aux images ? Quels effets croient-ils produire sur le monde social et sur les rapports de pouvoir ?

Toutes ces questions prennent une singulière acuité au xixe siècle : la fragilité des pouvoirs, les profondes poussées démocratiques, la transformation du rapport au passé, la laïcisation graduelle de la société, la reproductibilité technique des images dessinent un nouvel iconoclasme.

Nourri d’archives vivantes et sensibles, l’ouvrage ne se contente pas d’exhumer des gestes oubliés ou effacés de l’histoire. Il définit le paysage des signes conflictuels et les regards portés sur eux. Il construit, surtout, une grammaire de l’iconoclasme qui résonne fortement avec notre présent. Dans des conjonctures fluides où la souveraineté paraît disponible, les iconoclastes s’attaquent aux signes qui la rendent visible et s’affirment eux-mêmes comme souverains. Ils épurent aussi les images du passé lorsqu’elles infligent une « blessure » morale à l’œil du regardeur. À d’autres moments, ils cherchent plus simplement à entrer par effraction dans l’espace public, sans autre espoir que de prendre la parole en s’attaquant à des signes intolérables.

Plus d’informations ici.