Tous les articles par editeur

revue diaspora – éloigner et expulser les étrangers au xixe siècle

La Société d’Histoire de 1848 a le plaisir d’annoncer la parution du 33e numéro de la revue Diasporas, coordonné par Delphine Diaz et Hugo Vermeren : “Éloigner et expulser les étrangers au XIXe siècle”.

Ce dossier invite à penser ensemble les différentes mesures d’éloignement et d’expulsion prises à l’encontre des étrangers au XIXe siècle sur le continent européen, dans certains espaces coloniaux, mais également en Amérique latine. Les neuf contributions de ce numéro abordent ainsi les politiques et les pratiques de l’éloignement des étrangers dans toute leur pluralité et leur complexité, montrant combien l’histoire de l’accueil et de l’intégration des étrangers est aussi une histoire de rejets profondément enracinés dans les processus de construction des États-nations et des territoires coloniaux au XIXe siècle. Une attention particulière est également portée aux étrangers visés par les procédures d’éloignement à travers les formes de mobilisations individuelles et collectives pour dénoncer et contester ces décisions prises à leur encontre.

Plus de détails ici

Aurélien Lignereux – les impériaux

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution, aux éditions Fayard, du nouvel ouvrage d’Aurélien Lignereux : Les Impériaux, de l’Europe napoléonienne à la France post-impériale.

Taillé à coups de sabre dans le continent pour nourrir les guerres et venir à bout de l’Angleterre, et pourtant destiné à offrir aux Européens un espace de droit et de civilisation, le Grand Empire de Napoléon fascine autant par ses proportions que par les tensions qui le parcouraient. Or que sait-on des fonctionnaires chargés de lui donner corps  ? Les états d’âme de ces hommes, à la fois missionnaires impériaux et pères de famille désorientés par de tels déplacements, sont ceux de toute une génération partagée entre souci de stabilité et désir de mobilité, et reflètent les contradictions d’une France portée à 130 départements, qui se construit simultanément en État-Nation et en État-Empire. En s’attachant à l’expérience sensible, sociale et culturelle de l’expatriation, ce livre entend réintégrer l’ère napoléonienne au sein d’une histoire toujours plus ouverte et connectée des circulations d’hommes et de savoirs.
L’enquête suit, pas à pas, une cohorte de 1 500 Impériaux, du préfet au préposé des douanes, depuis leur départ hors des vieilles frontières jusqu’à la mémoire d’un épisode ayant conjugué l’épreuve intime du dépaysement au sentiment gratifiant d’avoir écrit l’Histoire. Se dessinent alors une sociologie de ces agents happés par le marché impérial des emplois publics ainsi qu’une anthropologie de l’expatrié au fil d’une immersion au sein des correspondances privées. À leur retour en France, ces experts occupent des postes clefs dans les administrations fiscales, les Eaux et Forêts ou les Ponts et Chaussées  ; la leçon qu’ils ont tirée de la domination napoléonienne contribue à redéfinir le rapport au monde de leurs compatriotes  : ces praticiens du droit d’un peuple à disposer des autres se font, après 1815, les partisans du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, tout en poussant au rebond mondial de l’expansionnisme français.