Position de thèse | Xavier Mauduit, Le ministère du faste : la Maison du président de la République et la Maison de l’empereur (1848-1870)

Xavier Mauduit, Le ministère du faste : la Maison du président de la République et la Maison de l’empereur (1848-1870). Thèse de doctorat d’histoire soutenue le 3 mars 2012 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne devant un jury composé de Catherine Brice (présidente), Christophe Charle (directeur de thèse), Philippe Boutry, Jacques-Olivier Boudon et Jean-Claude Yon. Cette thèse se compose d’un volume de 916 pages auquel s’ajoute un volume d’annexes de 957 pages, principalement composé d’un dictionnaire biographique.

De toutes les expressions qui caractérisent le Second Empire, une des plus tenaces, ou du moins des plus récurrentes, est celle de la « fête impériale ». Elle évoque les cérémonies fastueuses et les réceptions officielles qui ont marqué non seulement les esprits des contemporains mais également les mémoires. Le mot « faste » est utilisé tant par les opposants au Second Empire, pour critiquer la frivolité et les dépenses excessives du régime, que par les soutiens de Napoléon III pour défendre l’Empire.

Le Second Empire, période longtemps délaissée par les historiens, fut fréquemment traité comme une anomalie du XIXe siècle avec, pour unique finalité, de comprendre la fin du régime, d’expliquer les événements de la Commune et la naissance de la IIIe République. Par ailleurs, l’Empire a été trop souvent analysé à travers les critiques qui lui ont été faites sous la République. De nouvelles voies historiographiques permettent aujourd’hui d’établir une grille de lecture du Second Empire qui dépasse la charge idéologique républicaine. Plus que de réhabiliter le régime, il s’agissait de l’étudier affranchi des critiques issues de la « légende noire » construite par les opposants mais aussi des clichés véhiculés par les nostalgiques de l’Empire.

Au cœur de la « fête impériale » se trouve une institution caractéristique des monarchies, la Maison du souverain, constituée sous le Second Empire en un ministère. Les historiens de la France post-révolutionnaire ont longtemps considéré avec défiance le phénomène curial au XIXe siècle, souvent lu à travers les critiques qui lui ont été faites : la cour fut déconsidérée, présentée comme futile, archaïque et inutile, voire contre-révolutionnaire. La Maison du souverain est pourtant une institution à l’existence ininterrompue en France, sinon pendant la Révolution française et la Seconde République. De même, durant tout le XIXe siècle, la Maison du souverain existe dans l’ensemble des autres régimes européens. Elle n’est donc pas un anachronisme et, pour les contemporains, son absence pouvait sembler anormale.

Ce travail sur la Maison de Napoléon III s’inscrit dans le renouveau des études sur phénomène curial au XIXe siècle, apparu depuis les années 2000, tant par les questionnements qu’il porte sur la construction de l’État que par les méthodes utilisées. Il suit les thèmes de réflexion posés par Pierre Bourdieu pour la compréhension du fonctionnement et de la pratique des institutions (Pierre Bourdieu, « De la Maison du roi à la raison d’État. Un modèle de la genèse du champ bureaucratique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 118, juin 1997, p. 55-68).

Ainsi, le point de départ n’était pas tant celui d’une hypothèse à vérifier – le régime a une image fastueuse – mais plutôt d’analyser la construction et l’utilité de cette image, principalement destinée à produire de la légitimité par le faste. Dès lors, il s’agissait d’analyser la place occupée par la Maison de Napoléon III, institution chargée de la représentation du souverain, dans la construction de l’image fastueuse que le régime s’est donnée et qu’il a voulu laisser. Autrement dit, la Maison de l’empereur est-elle un archaïsme dans le processus de construction de l’État ou participe-t-elle à cette construction, comme outil de pouvoir, au-delà même du Second Empire ?

 

La Maison de l’empereur n’est pas la cour impériale

Travailler sur la Maison de l’empereur requiert de définir avec soin l’objet étudié puisque la Maison du souverain se distingue de la cour. La cour désigne l’entourage nébuleux constitué d’hommes et de femmes de haut rang qui évoluent autour du souverain. La Maison quant à elle est une institution organisée en ministère sous le Second Empire. Faire partie de la Maison, c’est en recevoir un traitement ou détenir une fonction honoraire. Ainsi, les membres de la famille de l’empereur ou de l’impératrice, s’ils font évidemment partie de la cour, n’appartiennent pas à la Maison de l’empereur. Il en est de même pour les épouses des grands officiers de la couronne : admises à la cour, elles ne détiennent pas de fonction dans la Maison des souverains. À l’inverse, l’armée de domestiques au service de Napoléon III, de l’impératrice et du prince impérial ne peuvent être considérés comme faisant partie de la cour mais appartiennent à la Maison de l’empereur.

Ce ministère est en charges de grandes administrations, telles les domaines et forêts de la couronne ou encore les manufactures impériales. Elle est aussi une institution caractéristique d’une monarchie, « Les Maisons de Leurs Majestés », qui regroupent les services des grands officiers de la couronne (grand aumônier, grand maréchal du palais, grand chambellan, grand écuyer, grand veneur, grand maître des cérémonies, Maisons de l’impératrice et du prince impérial). Chacun des grands officiers de la couronne possède un service d’honneur dont les membres peuvent être associés à la cour.

Ainsi, seule une infime partie de la Maison de l’empereur fait partie de la cour. Réduire la Maison à la cour est donc erroné d’autant que l’ensemble du personnel, officiers de la couronne et domestiques, participe à la construction de l’image que veut se donner le régime et est constitutif du faste impérial. Sous le Second Empire, le ministère de la Maison de l’empereur organise la vie du souverain et, par là même, est en charge de la représentation de la dignité impériale.

 

Méthode

Les méthodes mises en œuvre pour étudier la Maison de Napoléon III répondent à la complexité du sujet. La démarche adoptée cherche à s’affranchir de la charge idéologique du discours produit par la Maison de l’empereur tout autant que de la littérature d’opposition qui constitue la « légende noire » du Second Empire. Le choix a été d’utiliser comme socle de recherche les dossiers du personnel et les sources administratives comptables du ministère pour en tirer des statistiques ensuite confrontées au discours portant sur la Maison de l’empereur.

La démarche prosopographique, aujourd’hui classique, exigeait la mise en place d’une méthode rigoureuse pour aborder plusieurs milliers d’individus. L’outil informatique, avec ses bases de données, a permis d’appréhender puis de dégager des conclusions sur un vaste corpus. Par ailleurs, l’utilisation de l’Internet comme outil de recherche s’est avérée très probante mais a nécessité la mise en place d’une méthode rigoureuse dont il a fallu démontrer la pertinence et la rigueur scientifique.

Il était évidement impensable d’écarter la masse de témoignages et de jugements laissés sur l’institution curiale. Les sources de tout type – mémoires, articles de presse, ou encore règlements administratifs – ont été utilisés pour appréhender un ministère voué à la représentation du pouvoir et, dès lors, véritable outil politique. Cette étude a été complétée par une analyse des sources iconographiques qui ont été l’objet d’une attention toute particulière.

D’autres axes de recherche ont été développés afin de ne pas restreindre ce doctorat à une histoire sociale qui confirmerait les résultats de travaux antérieurs. Ainsi, mon travail s’inscrit aussi dans l’histoire administrative, l’histoire des représentations, l’histoire culturelle ou encore l’histoire économique.

La démarche initiale de mon projet de recherche était donc d’étudier, sur plus de vingt années, l’ensemble d’un ministère, dans sa complexité sociale et symbolique mais aussi institutionnelle.

 

Le ministère du faste

Saisir les choix politiques faits sous le Second Empire quant à l’image donnée au pouvoir oblige à prendre en compte les prémices républicaines de la fête impériale. Durant sa présidence, Louis-Napoléon Bonaparte instaure une pratique du pouvoir qui a pour but de capter les élites, notamment lors des fêtes données au palais de l’Élysée, mais aussi de fasciner le peuple, surtout lors des voyages officiels. Quand il est élu président de la République en décembre 1848, Louis-Napoléon Bonaparte dispose d’un entourage officiel constitué de quelques fidèles, souvent compagnons d’aventures des années d’exil et des tentatives de prise de pouvoir. Ce sont les amis proches du président : Mocquard est chef du cabinet ; Bure, frère de lait de Louis-Napoléon Bonaparte, est intendant de la Maison du président ; Fialin de Persigny, Edgar Ney ou encore le général Fleury y sont officiers d’ordonnance. Le coup d’État du 2 décembre 1851 renforce la structure et les effectifs de la Maison du prince-président et annonce la Maison de l’empereur, officiellement mise en place dès la proclamation de l’Empire, en décembre 1852.

Au moment de restaurer la Maison de l’empereur, l’expérience curiale du Premier Empire est un modèle évident qu’il s’agit toutefois de réinventer. Par son organisation sous forme de ministère, cette institution aulique s’apparente à ce qu’elle fut sous la Restauration plus que sous le Premier Empire ou sous la monarchie de Juillet. L’étude de la Maison de l’empereur passe par une approche d’histoire administrative et d’histoire des institutions qui implique de détailler l’organisation et le fonctionnement de chaque service, en prenant en compte les effectifs et les budgets. La vie de l’institution a été l’objet d’une analyse poussée, tant pour les rythmes de travail des différentes fonctions que pour les traitements et les revenus complémentaires. Ainsi, Napoléon III réussit, avec une Maison aux effectifs plus modestes que celles du Premier Empire ou bien de la Restauration, à imposer une vie de cour somptueuse.

 

Les effectifs de la Maison de l’empereur sont de plusieurs milliers d’individus, tous services et administrations confondus. Durant l’ensemble du régime, plus de 3 400 individus ont été au service du souverain dans les « Maison de Leurs Majestés », c’est-à-dire les services des grands officiers, les Maisons de l’impératrice et du prince impérial, l’administration centrale du ministère et le Trésor de la couronne. Il faut compter plus d’un millier de personnes par an : 1 440 en 1854 contre 1 635 en 1869. La sélection des individus par l’empereur et les logiques de carrières varient selon la position occupée dans la Maison de l’empereur. L’étude des dossiers du personnel et de la correspondance administrative permet de détailler la vie professionnelle au sein de la Maison de Napoléon III : accidents du travail, santé, congés, punitions et évolution de carrière (promotions, mutations, retraite, révocation, démission).

La démarche prosopographique offre un panorama des différentes composantes de la Maison, des officiers de la couronne, des domestiques ou encore des employés de bureau. Les origines sociales et géographiques, la formation, les alliances, les fortunes ou encore les stratégies de carrière ont été étudiées selon la position occupée dans le ministère de la Maison de l’empereur. Qu’il s’agisse d’une proximité imposée par le service ou bien d’un entourage de confiance, le personnel au service de Napoléon III a une position particulière dans l’administration mais aussi dans la société.

En effet, la proximité au souverain, le contact même avec l’empereur, sommet de la pyramide sociale et politique, sont autant de phénomènes de distinctions. Le prestige et les avantages à tirer d’une position auprès de l’empereur se déclinent selon la fonction occupée. La Maison de l’empereur est un miroir de la société, une société idéale où la hiérarchie et les rapports sociaux sont définis par le cérémonial dans une institution où le petit personnel côtoie les figures les plus éminentes de l’Empire.

Enfin, la Maison de l’empereur est la vitrine du Second Empire et en cela un outil politique. La mise en scène de l’empereur est largement diffusée auprès des élites, de l’ensemble du peuple mais aussi des étrangers, notamment par les gravures dans la presse. La Maison de l’empereur a pour mission de synthétiser la nation, afin d’en recueillir les suffrages, et de proposer un modèle pour capter les élites. Napoléon III utilise sa Maison pour proposer, plus qu’imposer, un modèle élitaire dans lequel l’ensemble des dominants, quelque soit leur origine politique ou sociale, peut se retrouver. L’empereur fait en outre de sa Maison un véritable relais entre l’administration et le monde politique.

L’étude de la Maison de l’empereur a été prolongée au-delà de la chute du régime afin d’étudier le devenir du personnel au service de Napoléon III. Sous la IIIe République, la Maison focalise les critiques contre le régime perçu comme frivole, dépensier et aux mains d’une « bande ». Cette « légende noire » est combattue par les anciens membres de la Maison qui trouvent dans l’évocation de ce que fut la cour de Napoléon III une niche émotionnelle. Surtout, la pratique du pouvoir mise en place sous le Second Empire a été, par son efficacité, largement réinvestie sous la République qui est l’héritière du faste impérial.

Sous le Second Empire, la Maison de l’empereur est un outil majeur dans la construction de l’image fastueuse que Napoléon III veut donner de son pouvoir. La Maison de l’empereur, jusqu’alors peu étudiée, est une institution originale et essentielle par son influence sociale et politique. Le personnel de la Maison de l’empereur, surtout les officiers de la couronne, sont omniprésents dans la presse, dans les mémoires et dans les travaux d’historiens. Il fut pourtant difficile, sinon pour les grandes figures de la Maison, de trouver les informations nécessaires à la prosopographie. Plus de 4 000 notices, à savoir l’ensemble des individus qui firent partie de la Maison de Napoléon, ont été réunies dans un dictionnaire placé en annexe de la thèse. Toutes les carrières furent reconstituées et des notices détaillées ont été systématiquement rédigées pour les officiers de la couronne et pour les personnages proches des souverains.

Ce travail se veut le plus complet possible avec la volonté d’étudier un ministère dans sa globalité. La rigueur portée au dépouillement des archives et à la confrontation des sources de tout type avait pour ambition de comprendre l’institution curiale mise en place par Napoléon III. L’étude de la Maison de l’empereur Napoléon III permet cependant de poursuivre la recherche vers d’autres aspects de l’histoire du Second Empire, du phénomène curial et de la pratique du pouvoir au XIXe siècle. Cette thèse conduit à des conclusions qui ouvrent sur des réflexions dépassant le cadre du Second Empire et participe à l’analyse de l’utilisation politique de l’image du pouvoir, de la place des élites dans la société et plus globalement de l’histoire sociale du XIXe siècle.

 Xavier Mauduit

 

 

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...