Au croisement des pratiques et des représentations : regards sur le crédit dans la France du XIXe siècle | Journée d’étude 11 février 2013

 

Au croisement des pratiques et des représentations : regards sur le crédit dans la France du XIXe siècle

Centre d’histoire du XIXe siècle – ISOR Journée d’étude

Lundi 11 février 2013 Salle 1 – Centre Panthéon

12, Place du Panthéon

75005 Paris

MATIN

9h15 : Accueil des participants

9h40 : Introduction, présentation de la journée

 Constitution d’un discours public et d’un imaginaire

du crédit au XIXe siècle

Présidence Laurence Fontaine (CMH, CNRS-ENS-EHESS)

9h50 : Isabelle Rabault-Mazières (Centre d’histoire du XIXe siècle-ISOR), « Les discours du crédit dans la France du premier XIXe siècle ».

10h10 : Alexandre Péraud (TELEM, Bordeaux 3), « Du roman balzacien au roman popu­laire, constitution de stéréotypes du crédit dans la littérature ».

Discussion

 Normes et transgression Présidence Christophe Reffait (CERR, Université de Picardie Jules Verne)

10h50 : Elisabeth Jolivet-Roche (Centre d’histoire du XIXe siècle-ISOR), « Procs de l’usurier, procs du crdit dans les dbats parlementaires ».

11h10 : Marion Ardourel Croisy (Centre de Recherches sur les Poétiques du XIXe siècle, Paris 3), « La prison pour dette : entre fantasme et dnonciation d’un systme archaïque de sanction ».

11h30 : Laurent Bihl (Centre d’histoire du XIXe siècle-ISOR), « Les représentations de l’endettement dans la caricature (1830-1914) ».

Discussion

12h30-14h30 : Déjeuner

 

APRES-MIDI

Acteurs et institutions

Présidence Laurence Fontaine et Christophe Reffait

14h30 : Agnès Colas des Francs (Historienne de l’art, Chargée de mission culturelle au Crédit Municipal), « Pratiques et usages du Mont-de-Piété au XIXe siècle ».

14h50 : Anne-Elisabeth Andréassian (Centre d’histoire du XIXe siècle-ISOR), « Crédit et Mont-de-Piété dans la morale romanesque au XIXe sicle ».

15h10 : Simon Hupfel (BETA/Université de Haute Alsace), « Cultures du crdit et mou­vement ouvrier dans la fabrique lyonnaise de soieries (1831-1856) ».

Discussion

16h00 : Viera Rebolledo-Dhuin (CHCSC, Université de Versailles-St-Quentin-en-Yvelines), « Cultures et circulation du crdit dans la librairie des annes 1830 : les libraires-escompteurs, maillon des «chaînes» du livre et du papier ».

16h20 : Anaïs Albert (Centre d’histoire du XIXe siècle), « George Dufayel, tourmenteur des pauvres ou rformateur social ? Les enjeux de la reprsentation du crdit aux classes populaires à Paris à la Belle Epoque ».

 

Discussion et conclusion

 

L’histoire du crédit au XIXe siècle a longtemps été limitée a une approche purement économique et institutionnelle, celle du récit d’une modernisation, de la création et du fonctionnement des établissements de crédit. Mais cette histoire ne peut se réduire au passage d’une relation de crédit interpersonnelle à une relation impersonnelle encadrée par les procédures et les institutions de financement.

Au détour de ses recherches, l’historien rencontre en permanence les pratiques de crédit. Dans les archives judiciaires ou notariales, dans les autobiographies ouvrières, le crédit et les dettes sont omniprésents. Pourtant, malgré les travaux de quelques chercheurs, la diversité des pratiques et la complexité des représentations du crédit et de l’endettement restent largement à explorer.

Parce qu’il touche au fonctionnement interne des sociétés, parce qu’il a depuis les temps les plus anciens une composante morale et religieuse _ les premières évocations du Pater Noster dans les Evangiles de Matthieu et de Luc font ainsi référence aux dettes et aux débiteurs _ le crédit n’est ni un phénomène purement économique ni un outil financier neutre. Fait social et culturel complexe, il doit être analysé dans toutes ses facettes.

Les historiens modernistes ont ainsi fait du crédit et de la dette un observatoire privilégié des sociétés des Temps modernes et ont mis en évidence l’encastrement du crédit dans la trame des relations sociales. Outre-Manche, l’accent a été mis sur la dimension culturelle du crédit, et les spécialistes de la littérature ont par ailleurs bien montré que le crédit et la dette sont au cœur de nombreuses œuvres, notamment romanesques, du XIXe siècle.

L’objectif de cette journée d’étude pluridisciplinaire est donc de s’intéresser au crédit dans une perspective sociale et culturelle, d’examiner la réalité vécue et perçue du crédit et de la dette. Il s’agira de mettre au jour les représentations et l’imaginaire du crédit dans la France du XIXe siècle.

Comité scientifique : Laurent Bihl, Laurence Fontaine, Elisabeth Jolivet-Roche, Alexandre Péraud, Isabelle Rabault-Mazières, Christophe Reffait.

Organisation : Elisabeth Jolivet-Roche (elisabeth.jolivet@univ-paris1.fr), Isabelle Rabault-Mazières (Isabelle.Rabault@univ-paris1.fr)

 


Vous aimerez aussi...