“Doctors, dissection and resurrection men”, museum of London | par Fabrice Bensimon

 

“Doctors, dissection and resurrection men”

Museum of London, jusqu’au 14 avril 2013.

par Fabrice Bensimon

Jusqu’en 1832, il était d’usage, outre-Manche, pour les travaux des professeurs et des étudiants de médecine et de chirurgie, d’utiliser les cadavres des meurtriers exécutés. Mais, avec la diminution du nombre d’exécutions, la multiplication des écoles d’anatomie et l’amélioration de la formation (la « méthode française » voulait que l’étudiant ne se contente pas d’assister à la dissection, mais la pratique lui-même), la science était confrontée à une pénurie de cadavres. Les honorables médecins se fournissaient donc auprès de peu recommandables déterreurs de cadavres (les « bodysnatchers », surnommés « resurrection men »). Ceux-ci se fournissaient principalement dans les cimetières, souvent mal entretenus ; l’exposition présente notamment le fascinant journal de bord d’un de ces hommes, qui procédait à quelque 300 ventes de cadavres par an. Les « resurrection men » avaient fort mauvaise presse, car tout un chacun pensait qu’il fallait que le corps soit entier pour que l’âme puisse aller au ciel. Les plus fortunés se faisaient faire des cercueils blindés, voire piégeaient leur tombe ; les autres redoutaient de ne pouvoir reposer en paix.

Pire encore : à la fin des années 1820, différentes affaires criminelles révélèrent que des trafiquants de cadavres assassinaient pour se procurer des corps : à Edimbourg, William Hare and William Burke vendirent ainsi 17 de leurs victimes en 1827 et 1828 – et le terme « burking » passa dans le langage courant pour désigner cette sinistre pratique. Burke et Hare finirent pendus – et donc, disséqués. L’arrestation d’un groupe de burkers, à Londres en 1831, conduisit le Parlement à légiférer, en tenant compte de deux impératifs : les honnêtes gens avaient besoin de savoir qu’ils pourraient vivre et mourir paisiblement sans crainte d’être disséqués, et en même temps les médecins avaient besoin de cadavres. L’Anatomy Act de 1832 stipulait que les personnes décédées dans les hôpitaux, prisons et workhouses, et que personne ne réclamait, seraient remis aux médecins, aux chirurgiens et à leurs étudiants. Cet approvisionnement régulier de cadavres finit par tarir la demande clandestine et, semble-t-il, mettre fin au burking.  Sans résoudre l’inégalité devant la mort, dénoncée par les radicaux : « Let them have the bodies of the rich, for whose benefit science is cultivated », disait William Cobbett. L’immense majorité des cadavres qui finissaient disséqués étaient en effet ceux des pauvres, tandis que les privilégiés pouvaient s’assurer une vraie paix d’outre-tombe. Et la question de la dissection a marqué l’époque. Elle est évoquée non seulement par les canards et les gravures satiriques, très présents dans l’exposition, mais aussi dans plusieurs grands romans comme Frankenstein (Mary Shelley, 1817), A Tale of Two Cities (Charles Dickens, 1859) ou Middlemarch (George Eliot, 1871-1872).

C’est cette histoire – au croisement de l’histoire sociale, de celle de la médecine et de celle de la justice criminelle – que raconte la passionnante exposition du Museum of London. Elle s’appuie sur la découverte, en 2006, de centaines de squelettes sous le Royal London Hospital, situé à Whitechapel. Crânes sectionnés, fémurs et côtes tranchés et mêlés à des ossements d’animaux divers : il est patent que les corps de ces patients pauvres n’avaient pas été enterrés religieusement. Les débats de l’époque sont présentés, avec de nombreux imprimés, mais aussi divers objets : instruments médicaux et outils de dissection, piège à burkers et cercueil de fer, os coupés et fragments de peau tatoués, moulage d’un criminel crucifié et organes en cire aux fins pédagogiques. Rigoureusement scientifique, cette exposition ne verse jamais dans le sordide. Pour finir, elle invite le visiteur à réfléchir à l’avenir qu’il souhaite réserver à ses organes. Post-mortem, bien sûr.

Fabrice Bensimon

 

 

 

 

 

 

histoire du XIXe siècle – histoire du 19e siècle – actualité histoire du XIXe siècle – actualité histoire du 19e siècle – actualité 19 – histoire 19 – historiographie


Vous aimerez aussi...