La première des féministes

Hubertine Auclert (1848-1914) a consacré sa vie à la cause des femmes. « Tenir comme moi si peu de place dans le monde et vouloir faire le changement le plus considérable qui ait eu lieu encore dans l’ordre social.» écrivait-elle dans son journal en juin 1883. Venue à Paris à l’âge de vingt-deux ans, elle s’affranchit bientôt d’un mouvement qu’elle juge trop modéré pour fonder son propre groupe, le Droit des femmes (ensuite Suffrage des femmes), en 1876. Considérant les droits politiques comme la clé de voûte de tous les autres droits, elle organise des actions d’éclat à forte portée symbolique et fonde en 1881 un journal, La Citoyenne, pour les revendiquer. Cette pionnière du suffragisme est également à l’origine du mot «féministe» pour désigner le combat pour l’égalité des sexes.
L’historienne Nicole Cadène livre une édition critique de ce journal longtemps disparu. Elle présente son autrice, la situe dans le mouvement féministe et ravive la mémoire de celle qui fut une des plus éminentes suffragiste françaises.
Lire un extrait

Hubertine Auclert (au centre), candidate aux élections législatives de 1910 (Photo Albert Harlingue/Roger-Viollet)


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search