Les sciences sociales contre la République ?

Fin octobre le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a déclaré que « l’islamo-gauchisme fait des ravages à l’université ». « Il y a un combat à mener contre une matrice intellectuelle venue des universités américaines et des thèses intersectionnelles, qui veulent essentialiser les communautés et les identités, aux antipodes de notre modèle républicain » a-t-il ajouté.
Le collectif des Revues en lutte, constitué en janvier 2020 autour de l’opposition aux projets de LPPR et de réforme des retraites, rassemblant 157 revues francophones dont La Revue d’histoire du XIXe siècle, s’insurge contre cet « anathème » lancé par le ministre qui « traduit une politique répressive de la pensée ». Dans un texte intitulé « Les sciences sociales contre la République ? », il revient sur le propre de la démarche scientifique qui est « de décrire, analyser, comprendre la société et non à décréter ce qu’elle doit être ».
Le texte complet de cette tribune est à lire ici.

La Conférence des présidents d’université (CPU) s’est également émue des propos du ministre. Elle rappelle que « les universités sont des espaces d’élaboration et de transmission du savoir » et qu’elles « ne sauraient être tenues pour complices du terrorisme ».

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search