Statues déboulonnées, pour quoi faire ? (2)

Statue de Faidherbe à Lille à la fin juin. Photo Thierry Thorel

Deuxième série d’articles émanant entre autres d’historien.nes et publiés récemment dans la presse sur cette question sensible et controversée du déboulonnage ou du « taggage » des statues dans l’espace public. Une des dernières en date celle de Faidherbe à Lille.

Jacqueline Lalouette, auteur de Un peuple de statues, la célébration sculptée des grands hommes, (Mare & Martin, 2018), revient sur le monument Faidherbe à Lille qui célèbre un aspect du personnage, son rôle à la tête de l’armée du nord lors de la guerre franco-prussienne de 1870.
À lire ici

Rappelant que « les statues de « grands hommes » sont en France presque exclusivement masculines (93 %) » Emmanuel Fureix, auteur de L’œil blessé, politiques de l’iconoclasme après la Révolution française, (Champ Vallon, 2019), plaide, dans Politis, pour l’inscription de la pluralité des récits dans l’espace public.
À lire ici
Par ailleurs, Emmanuel Fureix était invité, en compagnie d’Isabelle Barbéris, chercheuse au CNRS, et d’Anne Lafont, historienne de l’art (EHESS) dans l’émission Le Temps du débat sur France-Culture le 23 juin
À écouter ici
Il a également été interviewé le 11 juillet dans Retronews, le site de presse de la BNF
À lire ici

Guillaume Mazeau et Mathilde Larrère, co-auteurs de L’Histoire comme émancipation (Agone, 2019). relient, dans le magazine Regards,  ces « déboulonnages », courants à chaque moment de crise dans l’histoire, aux « répertoires d’action des mouvements sociaux ».
À lire ici

Pour sa part Enzo Traverso, professeur de science politique, auteur notamment de Mélancolie de gauche : La force d’une tradition cachée (XIXe-XXIe siècle), (La Découverte, estime que le déboulonnage des statues des esclavagistes et des génocidaires permet de raconter l’histoire du point de vue des victimes. (texte en anglais). À lire ici
ou en français. À lire ici

Auteur d’un roman sur l’esclavage La saison de l’ombre (Prix Fémina, Grasset, 2013), l’écrivaine franco-camerounaise Leonora Miano estime, dans une tribune au journal Le Monde, que satisfaire la demande de « citoyens devenus français en raison d’un crime contre l’humanité, l’esclavage colonial, ne ferait pas pour autant disparaître Jean-Baptiste Colbert des livres d’histoire ».
À lire ici

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search