Statues déboulonnées, pour quoi faire ? (1)

Destruction des statues de Victor Schœlcher en Martinique. ©Claude Gratien

Le 22 mai 2020, jour anniversaire de l’abolition de l’esclavage en Martinique, deux statues de Victor Schœlcher sont déboulonnées l’une à Fort-de-France, l’autre dans la ville proche de Schœlcher. Début juin, lors des manifestations anti racistes qui ont suivi le meurtre le 25 mai de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, maintenu au sol un genou sur son cou jusqu’à ce que mort s’ensuive par le policier blanc Derek Chauvin, des statues d’esclavagistes, de racistes, de colonialistes ont été déboulonnées un peu partout dans le monde, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Belgique…
Cette fièvre iconoclaste n’est pas nouvelle. L’historienne Jacqueline Lalouette, auteur d’ Un peuple de statues. La célébration sculptée des grands hommes. 1801-2018, dans un article spécialement écrit pour ce blog, retrace l’histoire des gestes et des controverses récentes autour de personnages statufiés soit enrichis par le commerce des esclaves comme Edward Colston au Royaume-Uni, soit colonisateurs particulièrement cruels comme le roi belge Léopold II propriétaire privé du Congo, ou encore esclavagistes et suprémacistes comme les généraux confédérés de la guerre de Sécession. En France, même si la contestation est moindre, les statues de Colbert, rédacteur du Code Noir, et de Faidherbe, colonisateur et gouverneur du Sénégal, de Bugeaud « pacificateur » de l’Algérie sont contestées. À lire ici

Déboulonnage de la statue d’Edward Colston à Bristol. ©Giulia Spadafora / NurPhoto / NurPhoto via AFP

Auteur de L’œil blessé. Politiques de l’iconoclasme après la Révolution française, Emmanuel Fureix a été interviewé dans Les Inrockuptibles du 9 juin. L’article, titré « Antiracisme : pourquoi s’en prendre aux statues est un acte hautement politique » revient sur la symbolique des statues dans l’espace public. Il ausculte cette longue tradition du leur déboulonnage, et le rapport à l’histoire dont ces actes témoignent. À lire ici.
Emmanuel Fureix a également été l’invité du 5/7 de France Inter le 10 juin, à écouter ici, et de l’émission 28 minutes sur Arte le 15 juin, à regarder ici

Syliane Larcher, chargée de recherches au CNRS, revient, dans son blog sur Médiapart « Déboulonné, ce passé que je ne saurais voir ! », sur la destruction des statues de Victor Schœlcher et s’interroge: « La violence d’aujourd’hui vient ainsi poser avec force à la société martiniquaise cette question éthique et politique délicate : peut-on patrimonialiser la domination subie ? Et si oui, comment le faire ? » À lire ici

Signalons enfin deux textes importants dans Sciences et Avenir :
• Celui de l’historien François-Xavier Fauvelle, titulaire de la chaire de l’Afrique ancienne au Collège de France, qui analyse les enjeux historiques, civiques et politiques des déboulonnages. À lire ici

• Celui de l’archéologue Jean-Paul Demoule qui montre que l’iconoclastie est une pratique de tous les temps dont l’histoire conserve les traces. À lire ici

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...