Le roman de la Commune

« Paru en 1913, le roman documentaire de Lucien Descaves, anarchiste fasciné par le soulèvement de 1871, rend compte de la vie d’anciens communards proscrits puis revenus d’exil… Vers 1900, il se mit à collectionner les livres et brochures sur la Commune, chercha à rencontrer des anciens, se rendit à Genève «pour puiser aux sources». Car il avait en projet une grande «histoire de la proscription communaliste» qu’il pensait intituler les Epaves. Le livre ne vit jamais le jour, mais de l’entreprise naquit Philémon, drôle de roman documentaire paru en 1913 et que réédite aujourd’hui la Découverte, assorti d’une présentation de Maxime Jourdan…
…Plus que la vie d’exil, c’est le devenir de ces vieux révolutionnaires qui inspire les pages les plus pénétrantes. Des vieilles barbes, «derniers débris de la Commune», qui vouent un culte à Eugène Varlin, se réunissent pour dîner chaque 18 mars, rabâchent leurs exploits, mais finissent toujours en chansons. Des vaincus ? Non, s’insurge Philémon : «Nous avons été écrasés, déportés, proscrits… ; nous n’avons pas été vaincus !»

Voir l’intégralité de la critique de Dominique Kalifa
dans Libération du 1/01/2020
https://next.liberation.fr/livres/2020/01/01/philemon-portrait-d-un-libertaire-de-la-cause-commune_1771455

 


Vous aimerez aussi...