Yan Pei-Ming/Courbet Corps à corps

L’artiste à 58 ans, Gustave Courbet,
2019 huile sur toile, Yan Pei-Ming

Extraits de la présentation sur le site du musée

À l’occasion du Bicentenaire de Gustave Courbet (1819-1877), le Petit Palais présente, jusqu’au 19 janvier 2020,  l’exposition Yan Pei-Ming/Courbet Corps à Corps prolongeant ainsi celle organisée cet été au musée Courbet à Ornans. Une di­zaine d’œuvres de Courbet, toutes issues des collections du Petit Palais, sont montrées en regard d’une quinzaine de toiles monumentales de Yan Pei-Ming réalisées pour certaines dans l’atelier de Courbet à Ornans. Elles seront présentées cette fois dans un accrochage volontairement inspiré des Salons du XIXe   siècle. Le Petit Palais possède l’une des plus grandes collections de tableaux de Courbet grâce à des achats de la Ville de Paris effectués dès la fin du XIXe siècle, enrichis au début du XXe siècle par les dons de sa sœur, Juliette Courbet, et du critique Théodore Duret.

Yan Pei-Ming découvre le travail du peintre français dans un livre de propagande en noir et blanc lors de ses premières années d’études en Chine. Installé en France de­puis 1980, il redécouvre alors la diversité de l’œuvre de l’artiste pour laquelle il nourrit une fascination accrue. De fait, dans ce corps-à-corps présenté dans la galerie des grands formats du Petit Palais, la matérialité des peintures de Yan Pei-Ming et de Courbet se parlent et se répondent. « Chaque matin, j’ai pris mon café en peignoir dans l’atelier de Courbet. J’ai vécu, comme lui, dans la maison mitoyenne. Courbet est mort à 58 ans, j’ai 58 ans ».
En réinterprétant les œuvres de Courbet, Yan Pei-Ming amorce un questionnement profond vis-à-vis de la peinture classique tout en lui rendant hommage. Yan Pei-Ming, né à Shangaï en 1960, est le premier artiste à avoir été invité en résidence dans l’atelier de Courbet à Ornans.

plus d’informations sur
www.petitpalais.paris.fr