*La Cité interdite au Louvre, empereurs de Chine et rois de France – par Quentin Deluermoz

La Cité interdite au Louvre, empereurs de Chine et rois de France, Musée du Louvre,
du 29 septembre au 9 janvier

 

Il peut paraître étonnant d’évoquer cette exposition pour parler du 19e siècle. Pourtant, et bien qu’il soit centré sur la mise en parallèle des longues histoires du Louvre et de la Cité interdite, construite ex-nihilo au 15e siècle, c’est aussi dans cette direction, avec le Louvre de Napoléon Ier et le règne de l’impératrice Tseu Hi (1861-1908) que tendent les pièces et tableaux exposés. Trois salles jalonnent le parcours. La première aborde les relations franco-chinoises du XIIIe siècle au XXe siècle, en insistant sur les cartes, les échanges de livres et de pièces de valeurs. La seconde s’intéresse plus spécifiquement à la construction de la Cité interdite, grâce à une vaste maquette située dans la salle du même nom de l’aile Sully. La dernière, enfin, présente les collections de l’empereur Qianlong, au XVIIIe siècle. Installé à la tête d’un immense et puissant empire, il encourage le développement des arts et attire plusieurs artistes étrangers dont Giuseppe Castiglione (1688-1766), qui imprègne leurs œuvres d’intéressantes hybridations. Si le propos est parfois décousu (au sens propre, puisque les salles sont dispersées en plusieurs endroits du bâtiment), l’exposition permet de découvrir, aussi, une mise en perspective globale, connectée et de longue durée du Louvre du début du XIXe siècle.

Quentin Deluermoz.

http://www.louvre.fr/expositions/la-cite-interdite-au-louvre-empereurs-de-chine-et-rois-de-france