Le volume 13 des Fragments d’histoire du Compagnonnage


Le volume 13 des Fragments d’histoire du Compagnonnage vient de paraître .  

Au sommaire :

“L’utilisation industrielle des animaux”.
Laurent Bastard évoque les innombrables usages anciens des matériaux d’origine animale : la peau, les os, les cornes et sabots, les dents, les poils, les viscères, le sang, etc. mais aussi les coquilles, les excréments, les éponges et les coraux, le mucus d’escargot, etc. Les ébénistes, les tanneurs, les fourreurs, les fabricants de parapluies, les pharmaciens, les bijoutiers, les industriels du sucre, les savonniers, les maçons, les peintres, tous ont employé ou emploient encore des matières dont l’origine et l’exploitation soulèvent diverses questions… (p. 6-71)

“Heurs et malheurs du travail”.
Jean Marie Moine analyse à travers les chansons du XIXe et du XXe siècle comment le travail a été perçu : comme une bénédiction divine, dans une optique chrétienne, comme une fierté par les compagnons, comme une exploitation de l’enfance au tombeau, par les courants syndicaux et libertaires. Et il évoque aussi l’absence de travail : l’oisiveté des riches, le repos hebdomadaire et les loisirs, la réduction du temps de travail, la grève… Un sujet toujours d’actualité ! (p. 72-105)

“Les blasons des métiers du Compagnonnage”.
Jean Philippon montre que chaque corps compagnonnique s’identifie par un blason composé d’outils, mais aussi de devises et d’emblèmes non-professionnels, tels que la ruche, la balance, l’étoile… Mais au fil des décennies, les blasons de chaque métier ont sans cesse évolué, perdant certains éléments ou ajoutant de nouvelles figures aux  compositions originelles. Les blasons racontent donc une histoire… (p. 106-135)

“Les dernières demeures des compagnons tourangeaux”.
Pierre Graindorge et L. Bastard ont recensé et analysé toutes les tombes des compagnons présentes dans les cimetières de Tours et dans un rayon de 15 km. Leurs recherches se sont étendues aux monuments présentant des analogies symboliques avec elles : tombes corporatives, maçonniques, d’architectes, d’élèves des écoles d’arts et métiers… Une enquête illustrée sur le patrimoine funéraire, qui est méconnu et menacé… (p. 136-183)

192 pages grand format (21 x 30 cm), abondamment illustrées.
Prix : 22 € (ajouter 4 € pour l’expédition) ; chèque à l’ordre du Trésor public.

(Sylvie Aprile)