LE DROIT DES ANIMAUX : UNE IDÉE RÉVOLUTIONNAIRE ?

Mercredi 6 février 2019
18h30-20h30
Mairie du 18e arrondissement
1, Place Jules Joffrin, 75018 Paris
Séance animée par François Jarrige, avec Pierre Serna (Historien, Université Paris 1) et Jocelyne Porcher (Sociologue, INRA)

En 2014, un tribunal argentin accordait pour la première une personnalité juridique à un animal, et depuis 2015 le Code civil français reconnaît les animaux comme des êtres vivants doués de sensibilité. Cette révolution en cours des droits des animaux, liée aux enjeux de protection et de libération animale, repose sur le constat désormais largement partagé que les animaux sont des êtes complexes et sensibles, auxquels doivent donc être reconnus des droits moraux et légaux. Dans ce contexte surgissent de nombreuses questions : la reconnaissance des droits implique-t-elle la fin du travail animal ? Comment imaginer une coexistence pacifique des hommes et des bêtes ? L’histoire et les sciences sociales s’intéressent de plus en plus aux bêtes, à ces non-humains reliés de multiples manières aux hommes. Dans cette séance nous interrogerons comment est née la question des droits des animaux ? Quels sont les liens qui ont pu exister entre émancipation humaine et émancipation animale durant les périodes révolutionnaires ? Dès l’époque révolutionnaire en effet, à la fin du XVIIIe siècle comme en 1848, la question animale se pose avec force et des lois condamnent peu à peu les mauvais traitements infligés aux animaux domestiques. Au début du XXe siècle, des associations de défense du bien-être animal et des lois contre la cruauté envers les animaux, existaient déjà dans presque tous les pays du monde. Parallèlement, le monde animal s’est profondément transformé avec la crise de la biodiversité et l’exploitation accrue des bêtes par un système agro-industriel hyper productiviste. Grâce à l’historien Pierre Serna et la sociologue Jocelyne Porcher, deux des meilleurs spécialistes de la question, nous reviendrons sur la façon dont les historiens et les sciences sociales pensent aujourd’hui la question animale, en confrontant passé et présent et en remettant en perspective historique les débats parfois vifs qui travaillent nos sociétés sur ces enjeux.