Animal de compagnie et…immigration.

Séminaire de recherche le 24 mai 2024 de 10h30 à 12h30 au Musée national de l’histoire de l’immigration sur la place de l’animal de compagnie comme source – peut-être inattendue – de l’histoire des migrations
Présentation
« Le chat, le chien et le géranium, ils avaient dû les sacrifier et ils n’emportaient avec eux que des batteries de cuisine. » Cette citation extraite de Terre des hommes de Saint Exupéry, qui évoque l’expulsion de Polonais pendant la crise des années trente, figure dans l’exposition permanente du Musée national de l’histoire de l’immigration.
Au moment de la séparation, que faire de ce compagnon qui, souvent, n’a pas sa place dans le voyage et ne peut être accueilli dans le pays d’accueil ou du retour ? A contrario, quand la migration s’installe dans la durée, l’animal est-il un marqueur d’intégration ? Ou celui d’une fidélité nostalgique ou politique ? Le chien “Sénat” de Victor Hugo dans les îles anglo-normandes, le chien du fils aîné d’Alexandre Herzen chargé de pallier les carences affectives et l’éloignement de sa famille ont leur place tout à la fois dans l’analyse de l’intime mais aussi dans la construction sociale et juridique de la condition de l’exilé et du migrant. Au côté de ces animaux “célèbres ” ou du moins connus, il s’agira aussi, bien entendu, d’évoquer tous les chiens, chats, canaris anonymes qui, sans être essentialisés, incarnent aussi un point de vue sur les migrations.
Lien d’inscription (attention pas d’hybride) 

légende photo : Arrivée d’une immigrante à Marseille

 



Citer ce billet
editeur (2024, 9 mai). Animal de compagnie et…immigration. Actualité du XIXe siècle. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11no0

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search