Hussardes noires, des enseignantes à l’avant-garde des luttes

Hussardes noires, des enseignantes à l’avant-garde des luttes. De l’affaire Dreyfus à la Grande Guerre par Mélanie Fabre
Présentation par l’éditeur
Dans les dernières décennies du XIXe siècle, quelques femmes saisissent les nouvelles opportunités qui s’offrent à elles dans l’institution scolaire. Enseignantes, directrices d’école, inspectrices, ces rares élues n’entendent pas toutes se contenter du rôle subalterne dans lequel on voudrait les cantonner.
Liberté, Égalité, Fraternité : elles prennent la République au mot.
Dans les salles de classe, les universités populaires, les revues ou sur les estrades des réunions publiques, elles font entendre leur voix. Indociles et combatives, elles défendent leur idéal d’une école émancipatrice, imaginent de nouveaux rapports entre les sexes et entre les nations. Ainsi inventent-elles, malgré les réticences et les résistances, une nouvelle figure : l’intellectuelle.
En retraçant la vie de quelques pionnières oubliées, Mélanie Fabre évoque toute une génération de femmes engagées dans un triple combat : pour une école démocratique, l’instruction laïque et l’émancipation des femmes.
Pour en savoir plus

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
editeur (28 mars 2024). Hussardes noires, des enseignantes à l’avant-garde des luttes. Actualité du XIXe siècle. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4g3


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search