Position de thèse | Emanuele Carvalheira de Maupeou, Louis-Léger Vauthier : un ingénieur fouriériste entre France et Brésil. Histoire et mémoire.

EMANUELE CARVALHEIRA DE MAUPEOU, Louis-Léger Vauthier : un ingénieur fouriériste entre France et Brésil. Histoire et mémoire.

Thèse de doctorat en histoire soutenu le 11 septembre 2015 à l’Université Toulouse Jean-Jaurès devant un jury composé de Christine Dabat (Université Fédérale du Pernambouc, Brésil), Socorro Ferraz (Université Fédérale du Pernambouc, Brésil), Didier Foucault (Université Toulouse Jean Jaurès), Richard Marin, directeur de thèse (Université Toulouse Jean Jaurès), Laurent Vidal (Université de La Rochelle)

Cette thèse est une étude biographique de l’ingénieur français Louis-Léger Vauthier, de sa jeunesse à sa postériorité mémorielle. Cet ingénieur fouriériste a activement participé à la vie sociale et politique de son pays tout au long du XIXe siècle, mais est devenu célèbre par son passage, dans sa jeunesse, par le Pernambouc, dans le Nordeste du Brésil. En France, ce représentant de l’élite technique – polytechnicien et ingénieur des Ponts et Chaussées – a eu, parallèlement à sa carrière professionnelle, un engagement politique qui, à plusieurs reprises, a joué un rôle central dans ses choix et sa trajectoire de vie. Vauthier était un militant fouriériste actif et proche du noyau dirigeant de l’École sociétaire en France. Grâce à cet engagement politique, en 1849, il s’est fait élire représentant du peuple dans le département du Cher, mais, la même année, il a été condamné dans l’affaire du Conservatoire des Arts et Métiers, proscrit, et après plusieurs années de prison et d’exil, il a fini sa carrière politique comme conseiller municipal à Paris, sous la Troisième République.

Cependant, cette trajectoire n’a pas permis à Vauthier de sortir de l’anonymat dans son pays. C’est au Brésil, plus particulièrement à Recife, que Vauthier deviendra un personnage connu. Dans cette ville, où il a vécu à peine six ans, de 1840 et 1846, il avait été embauché pour diriger les travaux publics de la Province du Pernambouc. Il a été l’un des grands responsables des réformes de modernisation et d’urbanisation de la région, parmi lesquelles la construction du grand théâtre de la ville, qui lui a conféré une grande visibilité. Dans cette société rurale qui connaissait à ce moment-là un élan d’urbanisation, Vauthier a non seulement bâti des édifices, mais il a également introduit une rationalisation technique dans la manière de construire, il a participé à la vie sociale, culturelle et politique des élites locales, a diffusé des idées fouriéristes parmi ses membres et s’est trouvé mêlé aux querelles du pouvoir local.

C’est donc à partir du parcours brésilien de Vauthier qui surgit l’idée de réaliser une étude biographique du personnage. En effet, au Brésil, il est apparu comme le premier grand exemple d’une colonie française tournée vers des activités urbaines et le développement de la vie citadine dans la région. Toutefois, en même temps, il dépassait l’exemple, et ce par plusieurs raisons. De fait, le rôle de l’ingénieur français a été unique, non seulement par le poste à responsabilité qu’il occupait, mais aussi parce que son action allait au-delà des intérêts premiers de la colonie française et touchait des questions liées aux conflits de pouvoir politique et à la construction d’un projet modernisateur mis en place par les élites de la région. Il s’agissait donc des deux domaines qui ont le plus nourri l’image de la France au Brésil, c’est-à-dire celui des idées, avec une France révolutionnaire et démocratique influençant des révoltes brésiliennes, et celui du domaine culturel, d’une France bourgeoise, synonyme de raffinement et de bon goût. Sans compter que la visibilité particulière de Vauthier au Pernambouc rajoutait davantage de la singularité à son parcours brésilien. De surcroit, cet ingénieur fouriériste avait également un parcours très riche en France, et ce malgré la rareté d’étude à ce sujet.

Explorer le parcours de Vauthier est donc apparu comme la possibilité d’explorer un vaste champ de recherche concernant tant l’histoire de la France que celle du Brésil, ou encore celui des échanges entre ces deux pays. À partir des deux entrées principales qui ressortent de sa trajectoire de vie, c’est-à-dire sa carrière d’ingénieur et sa trajectoire politique et intellectuelle, l’objectif proposé a été de placer cette étude dans le cadre de l’histoire sociale en considérant le personnage comme un révélateur, un cristallisateur de contradictions inhérentes aux sociétés étudiées. En mettant l’accent sur le réseau personnel de Vauthier, sur son rôle de passeur et sur sa postériorité mémorielle, la démarche a pris également en compte les contributions de l’histoire culturelle et des rapports entre histoire et mémoire.

En ce qui concerne le cadre théorique, le renouveau des études biographiques et les contributions de la micro-histoire – le courant historique contemporain qui a peut-être le plus tiré parti du genre biographique – ont été pris en compte. Parmi les individus biographiés à partir des nouvelles approches théoriques, quelques portraits-types ressortent. Dans ce vaste éventail de possibilités, comment identifier Vauthier parmi les différents profils de personnages et les nombreuses possibilités que la biographie historique nous offre ? Il ne peut être identifié ni comme un complet inconnu, tel le Pinagot d’Alain Corbin, ni comme une grande figure historique, un « grand homme », comme le Saint-Louis de Jacques Le Goff. De même, l’histoire de vie de Vauthier n’offre pas à l’historien la possibilité de construire de la connaissance historique par le biais de l’exception, comme l’a fait Carlo Ginzburg avec son Menocchio. En effet, de son vivant, Vauthier a connu une certaine notoriété, certes limitée, mais qui lui a permis de sortir de la masse des anonymes. Issu d’un milieu bourgeois, dès sa formation, il a côtoyé des hommes importants et, à certains moments de sa vie, il a occupé des postes à responsabilités et a eu, lui aussi, une certaine visibilité sociale. En France comme au Brésil, Vauthier a fait partie d’une élite intellectuelle urbaine et, à certains moments de sa vie, du cercle politique au pouvoir, sans pour autant avoir un rôle central ou une visibilité particulière. C’est donc la biographie de cet « illustre inconnu » que cette thèse propose de retracer.

Cette thèse est divisée en cinq grandes parties. La première est consacrée à la construction de l’objet de recherche et présente les motivations, les difficultés, les questionnements, les approches théoriques et les outils méthodologiques utilisés tout au long de la thèse. Elle dresse aussi un état de la question qui met en lumière la dissymétrie d’intérêt pour le personnage entre la France et le Brésil – au profit de ce dernier – et procède à la critique des sources. Il existe, en effet, un large ensemble documentaire concernant Vauthier au Brésil, mais surtout en France. Au Brésil, malgré la richesse de la production universitaire concernant Vauthier, la majorité des chercheurs citaient presque toujours les mêmes sources et, souvent, il y a une confusion entre le discours produit au sujet de l’ingénieur et la documentation originale le concernant. Ainsi, des sources déjà largement utilisées – correspondant essentiellement au journal intime de Vauthier, aux nombreux rapports qu’il a rédigés en tant qu’ingénieur-en-chef du Pernambouc et à quelques articles de journaux – ont été enrichies par des sources inédites : échanges épistolaires préservés dans des archives françaises, articles de presse des deux côtés de l’Atlantique, documentation du consulat de France à Recife.

En ce qui concerne la partie française de l’itinéraire de l’ingénieur, la rareté d’analyses sur le sujet sautait aux yeux et cela malgré la richesse de son itinéraire et l’abondance de sources disponibles. Plusieurs archives françaises, telles les Archives de la Préfecture de police de Paris, les Archives nationales, les Archives de l’école Polytechnique et la Bibliothèque Historique de la ville de Paris, préservent une importante documentation concernant Vauthier. Ainsi, les sources utilisées se divisent essentiellement en cinq catégories : les innombrables lettres reçues et envoyées par Vauthier et les membres de sa famille ; sa production intellectuelle, correspondant essentiellement à des articles, brochures, prospectus, rapports et projets ; la documentation officielle produite par les administrations françaises, tels son dossier de carrière, de police et son procès de condamnation ; les journaux ; les ouvrages imprimés écrits par des contemporains de Vauthier, surtout ceux qui analysent des événements historiques auxquels il a participé, les mémoires de certains de ses compagnons d’engagement politique et des dictionnaires biographiques de l’époque.

Finalement, le dernier corpus documentaire utilisé s’éloigne chronologiquement de l’ensemble des autres sources, car il concerne les enjeux liés à la construction mémorielle et aux questions de visibilité et d’invisibilité de Vauthier en France et au Brésil. Il s’agit ici surtout de sites internet, des journaux et revues d’aujourd’hui et de la production universitaire existante sur Vauthier depuis la publication de l’étude classique de Gilberto Freyre en 1940.

La deuxième partie de la thèse est consacrée à la jeunesse et à la période de formation de Vauthier. Elle retrace les origines sociales et familiales de l’ingénieur, ainsi que sa formation sur le plan professionnel, intellectuel et politique. L’approche choisie a consisté à mettre l’accent sur l’existence d’une double culture chez Vauthier, celle qui ressort du monde technique des ingénieurs d’État et celle du domaine politique, liée au cercle des socialistes « utopiques » mais aussi à celui des militants républicains. Cette double culture apparait comme la base du parcours et du réseau de Vauthier dans les différents moments de sa vie. De même, l’engagement politique de Vauthier tient en partie à son milieu familial, mais c’est surtout la dimension rationnelle des théories de réforme sociale – la science comme solution à la question sociale – qui attire le jeune polytechnicien. Ainsi, si d’une part l’ingénieur adhère formellement au fouriérisme, d’autre part il garde toute sa vie des traits saint-simoniens. Les deux théories orientent simultanément ses choix professionnels, son engagement politique, ainsi que l’évolution de son réseau de connaissances.

La troisième partie concerne les années brésiliennes de Vauthier. Si, d’un point de vue purement chronologique, cette partie concerne une courte période de six ans – de 1840 à 1846 –, il s’agit d’une période particulièrement riche dans la vie de l’ingénieur. Cette richesse est liée au fait qu’au Brésil Vauthier a occupé un poste à responsabilités et a joué un rôle central dans une société en pleine mutation, ainsi qu’à la richesse de la production et du débat intellectuel existant dans le pays autour du polytechnicien français. Avant cette thèse, un grand nombre d’études existait déjà sur le rôle de Vauthier au Pernambouc. Cependant, l’ensemble de cette production présente deux visions contraires : l’une exalte le rôle du Français comme un introducteur de rationalité et de progrès – tant du point de vue de la technique que de celui des idées « utopiques » – et l’autre considère Vauthier comme un instrument au service d’un projet de concentration des richesses de l’élite sucrière.

Cependant, le bilan de ses actions est plus complexe et mitigé. Il est indéniable qu’il a été le passeur d’une certaine rationalité technique et des idées socialistes au Pernambouc, et ce rôle de passeur est perceptible tant dans son activité d’ingénieur-en-chef que dans sa propagande fouriériste. Il agissait en accord avec ses convictions et cherchait à promouvoir le « progrès » de la société locale, un « progrès » basé sur la modernisation technique, la valorisation des travailleurs libres et la construction d’une classe moyenne solide. Toutefois, en voulant s’éloigner des secteurs les plus agraires et traditionnels de l’élite locale, Vauthier s’est rapproché des secteurs urbains, formés tant par des professeurs et des diplômés en droit que par des riches commerçants de Recife. Avec ces hommes, Vauthier s’est impliqué dans des projets de promotion de « l’esprit associatif », par le biais de la formation de compagnies d’investissements, et a trouvé des financements pour la majorité des projets pour lesquels il a travaillé au Pernambouc. D’une part, certaines des personnes touchées par son activité de propagande, particulièrement les professeurs et des diplômés en droit, ont fait partie, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, des secteurs les plus avancés de l’élite locale, qui défendaient des réformes ambitieuses pour le Brésil, en particulier au sujet de l’abolition de l’esclavage. D’autre part, les commerçants fortunés, financeurs des travaux publics du Pernambouc, étaient également trafiquants d’esclaves, dans une période où la traite atlantique était déjà interdite au Brésil. Ainsi, le projet de modernisation promu par les élites du Pernambouc apparaît comme une modernisation conservatrice qui ne visait pas vraiment une rupture avec la structure sociale coloniale, mais plutôt une actualisation de celle-ci, en accord avec le nouveau moment du capitalisme mondial. Ainsi, le fait que ce projet de modernisation du Pernambouc, basé sur les idéaux de « progrès » et de justice sociale, auquel Vauthier a participé, ait été financé avec l’argent de la traite esclavagiste illégale est l’une des principales contradictions de l’action du Français au Brésil.

De même, l’action de Vauthier au Pernambouc cristallisait beaucoup des contradictions existantes dans les rapports établis entre la France et le Brésil. Tout d’abord, il est indéniable que son action a été le fruit d’un sentiment sincère et d’une vraie croyance dans un projet de réforme sociale. Toutefois, ceci n’a pas empêché qu’il devienne – de façon consciente ou pas – un instrument au service d’un projet des élites francophiles brésiliennes qui ne fonctionnaient pas comme de simples réceptacles de tout ce qui venait de l’Hexagone, mais sélectionnaient et s’appropriaient de certaines idées françaises en fonction de leurs propres intérêts et de leur propre projet politique pour le Brésil. En même temps, son comportement au Brésil en dit long sur un certain discours messianique et impérialiste français, basé sur une volonté d’exporter son modèle culturel de par le monde.

La quatrième partie est consacrée à l’analyse de l’évolution de la sensibilité intellectuelle et politique de Vauthier après son retour du Brésil, tout en confrontant son engagement politique à l’évolution de sa carrière d’ingénieur. Tout d’abord, elle analyse les « années difficiles » de Vauthier, partagé entre son engagement quarante-huitard, sa courte députation, la fin de sa carrière d’ingénieur d’État, la prison et l’exil. Elle met également en lumière la dernière phase de la vie du polytechnicien, pendant la Commune, puis dans le contexte de stabilité politique sous la Troisième République. Puis, à la fin de sa vie, Vauthier s’est surtout consacré à l’activité intellectuelle et l’analyse de ses écrits de cette époque a mis en lumière tout l’éclectisme du vieux fouriériste, ainsi que la façon dont il voyait la société française sous le régime républicain.

Pour ce qui est de ce parcours en France, Vauthier a connu un itinéraire révélateur d’une certaine sensibilité française, autant comme ingénieur et membre de l’élite technique du pays, que comme fouriériste et quarante-huitard. En tant que grand défenseur du développement technique français, son activité d’ingénieur semble comporter une vision libérale du monde et de l’industrie. Puis, politiquement, c’est après 1848 que son radicalisme républicain s’affiche clairement dans l’opposition au gouvernement de Louis-Napoléon Bonaparte et où sa trajectoire est bien représentative d’une certaine culture politique française quarante-huitarde et bourgeoise. Au moins jusqu’à sa sortie de prison, Vauthier était au cœur de l’opposition républicaine et, restant parmi les principaux prisonniers politiques français, il a entretenu des rapports étroits avec des personnalités de la gauche de diverses sensibilités politiques, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des murs de la prison. Puis, à partir de la Commune et pendant la Troisième République, dans une période où la nouvelle génération républicaine avait pris le devant de la scène, son parcours, représentatif du sort des « vieilles barbes », échappe, en même temps, aux étiquettes politiques utilisées pour la période.

En effet, à force d’être exemplaire dans différents domaines, son itinéraire a fini par avoir une certaine originalité, de sorte que les étiquettes le plus souvent utilisées pour le situer politiquement et professionnellement, ne tiennent pas toujours compte de la complexité de son cheminement. En effet, son positionnement politique et sa carrière d’ingénieur oscillent entre deux sensibilités distinctes. Non seulement sa carrière hybride le fait balancer entre le monde des ingénieurs d’État et celui des ingénieurs civils, mais, par ailleurs, son réformisme social n’est pas toujours facile à classer parmi les différentes sensibilités de la gauche française de l’époque. Fouriériste, en même temps proche des dirigeants et critique envers certaines directives de l’École sociétaire, Vauthier a un engagement parfois discret, parfois enthousiaste. De même, bourgeois et soucieux de son enrichissement personnel, il était aussi très préoccupé par la question ouvrière, même s’il n’a jamais été révolutionnaire. Pendant la Commune, il ne peut être classé ni comme Versaillais, ni comme Communard, mais plutôt parmi ceux qui, tout en défendant une certaine autonomie de Paris, ont, jusqu’à la fin, tenté la médiation pour éviter la guerre civile. Enfin, sous la Troisième République et jusqu’au bout de sa carrière politique, il n’a jamais été simple de le classer chez les Radicaux ou les Opportunistes. Marqué par le fouriérisme pendant toute sa vie, Vauthier avait, d’une part, certains positionnements qui pourraient être considérés comme très radicaux et progressistes. C’est le cas, par exemple, de sa position sur le droit des femmes, la laïcité, le droit au travail et la question de l’association des travailleurs. Cependant, l’ingénieur n’a jamais été un révolutionnaire, mais plutôt un légaliste, un réformateur social, largement préoccupé par les questions techniques. Ainsi, d’autre part, il était aussi très modéré sur certains sujets et reconnaissait les progrès de la Troisième République, tout en restant très critique envers ceux qui choisissaient la voie de la révolution.

Face à ce parcours si riche, et partagé entre le Brésil et la France, nous nous sommes également intéressées à la manière dont la mémoire de Vauthier a évolué dans les deux pays concernés. En France, après son décès, l’invisibilité du personnage s’est rapidement installée, et ce jusqu’à aujourd’hui. Si le fait de ne pas être un personnage de premier plan chez les quarante-huitards est un aspect à prendre en compte, la mauvaise réputation de la Révolution de 1848 joue également un rôle important dans l’invisibilité des hommes de sa génération. Même la grande visibilité de Vauthier au Pernambouc à partir des années 1940 n’a pas éveillé l’intérêt des chercheurs français pour le personnage.

En réalité, au Brésil, la mémoire de Vauthier s’est construite à partir de la découverte de son journal intime tenu au Pernambouc et de la publication du livre de Gilberto Freyre sur son parcours à Recife. Ainsi, tout au long du XXe siècle, l’image du Français comme bienfaiteur de la ville a souvent été réactualisée et, tout en restant associée au grand sociologue, elle s’est étendue au-delà des milieux universitaires. Il existe en effet, aujourd’hui encore, une véritable instrumentalisation de l’image de Vauthier au Pernambouc. Ici aussi, c’est un bilan mitigé qui ressort. D’une part, peut-elle être considérée comme une sorte de « mémoire obligée » définie par Paul Ricœur dans le sens d’un « devoir de mémoire » d’une région souvent négligée au niveau national. En ce sens, la notion de dette et de nécessité de reconnaissance de ses valeurs et de son histoire dans l’ensemble du pays apparait comme légitime. D’autre part, en tant que mémoire d’élite, les usages de personnages comme Vauthier servent à légitimer le pouvoir des traditionnelles élites du Nordeste qui face à la perte d’influence part rapport au Sudeste, utilisent le discours régionaliste pour maintenir les symboles représentatifs de leur suprématie régionale, tout en revendiquant plus d’espace dans le contexte national.

Enfin, l’idée principale qui ressort de cette thèse est que Vauthier est un personnage de l’entre-deux, difficile à classer. Et ces « entre-deux » sont nombreux. Entre-deux pays d’abord, mais il est aussi de l’entre-deux par sa carrière d’ingénieur, par son positionnent politique, par les modalités de son engagement fouriériste et même par la façon dont sa mémoire s’est construite. Enfin, Vauthier est aussi un homme de l’entre-deux par les résultats de son action, qui se prêtent à des interprétations du progrès et de la justice sociale qui s’inscrivent tant dans un courant libéral, un discours messianique et impérialiste à la française, que dans une pensée socialiste et humaniste.


Vous aimerez aussi...