L’intérêt général en partage

L’intérêt général en partage. La reconnaissance d’utilité publique des associations en République (1870-1914) de Chloé Gaboriaux
Présentation de l’éditeur :
Cet ouvrage permet de restituer la vitalité et la diversité du monde associatif au tournant des XIXe et XXe siècles. Dès les années 1870, les fondateurs de la République entendent consacrer la prétention de l’État à incarner et à mettre en œuvre l’intérêt général. Ils ont ainsi inscrit à leur programme le développement de services publics nombreux et accessibles. Mais, dans un contexte où les ressources fiscales sont limitées, les républicains au pouvoir ne peuvent, ni souvent ne souhaitent, se passer des services que les organisations non lucratives, religieuses ou non, rendent à la collectivité. S’ils confient en partie à l’initiative privée la réalisation de leurs projets sociaux, culturels et éducatifs, ils espèrent l’encadrer en la labellisant d’« utilité publique ».
Cet ouvrage donne surtout à voir une image plus contrastée de la IIIe République, qui a su remanier les frontières entre le public et le privé, offrant au second une place inédite, tout en consolidant l’État.
Pour en savoir plus


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
editeur (26 octobre 2023). L’intérêt général en partage. Actualité du XIXe siècle. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pmn1


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search