Gendarmerie et contre-guérilla en Espagne au temps de Napoléon (Gildas Lepetit)

LepetitParution de Gildas Lepetit, Saisir l’insaisissable. Gendarmerie et contre-guérilla en Espagne au temps de Napoléon, Rennes, Presses universitaires de Rennes en co-édition avec le Service historique de la Défense, 2015, 350 p. ISBN 978-2-7535-4283-9, 20 €.

4e de couverture

« Ceci est un enfantillage : ces gens-ci ne savent pas ce qu’est une troupe française », affirme péremptoirement Napoléon, en 1808, à propos du soulèvement populaire espagnol ! Six ans et quelque deux cent mille morts plus tard, il lui faut admettre que l’Espagne est devenue « une véritable plaie, la cause première des malheurs de la France ». Six ans pendant lesquels la « troupe française » s’est battue contre une guérilla d’une ampleur inédite. Force militaire et policière, et à ce titre pilier du régime, la gendarmerie impériale n’est pas restée à l’écart des opérations. Constitués à partir de 1809, les escadrons et les légions de la gendarmerie d’Espagne ont participé à la contre-guérilla avant d’être emportés par le tourbillon de la chute de l’Empire.

Cet ouvrage ne se limite pas à l’histoire des unités ou à celle des opérations. Les multiples archives françaises et espagnoles en disent plus, heureusement, sur le destin des quatre mille gendarmes envoyés au-delà des Pyrénées. À travers les feuillets jaunis des correspondances des officiers, des procès-verbaux ou des archives du dépôt de convalescence de Pau, on découvre l’individu derrière l’institution, l’homme sous l’uniforme.

À l’heure où les grandes guerres de masse ont cédé le pas aux conflits asymétriques, l’histoire, longtemps négligée, des gendarmes d’Espagne offre un éclairage historique à certaines problématiques contemporaines.

Table des matières

Première partie. LA GENDARMERIE D’Espagne : INSTRUMENT DE RÉPRESSION OU D’ANNEXION ?

Chapitre I. Une organisation progressive et évolutive

Une première étape: la formation des vingt escadrons

Une formation laborieuse

De la légalité de l’envoi des gendarmes en Espagne

Entre théorie et réalité : la mise en place des effectifs

Une répartition stratégiquement justifiée

Une course contre la montre : la mise en place des légions

Les prémices d’une réorganisation

L’exception

Rationaliser et optimiser: la légion à cheval de Burgos

Un nouveau décret difficilement applicable

Les légions: besoin stratégique ou politique ?

Un manque de réalisme

Chapitre II. Une force humaine

Les effectifs de la gendarmerie d’Espagne

Le recrutement

Une constante évolution des effectifs

Des effectifs en accroissement perpétuel

Un taux d’absentéisme constant

Quitter les escadrons

Les fatigues de la guerre

Vivre et laisser mourir ? La désertion dans la gendarmerie d’Espagne

Le gendarme d’Espagne, un homme aux multiples facettes

Mens sana in corpore sano ? Le gendarme d’Espagne en 1810

Un homme fort et vigoureux ?

Un familier du terrain et de la guerre de partisans ?

Un militaire aguerri

« J’ai plus besoin ici de militaires que d’officiers de police judiciaire

consommés »: le gendarme d’Espagne de 1812

Altius, citius, fortius ?

Des conscrits coiffés d’un bicorne

Bilan. Le gendarme d’Espagne, un soldat de la Loi au service des projets annexionnistes de Napoléon

Deuxième partie. LE GENDARME EN ESPAGNE

Chapitre III. Une polyvalence exacerbée

Des missions ordinaires dans un contexte extraordinaire

Le maintien de la tranquillité publique

Assurer la libre circulation des biens et des personnes

Protéger et éclairer. Le service des escortes

La lutte contre les douanes insurgées

Un auxiliaire de la justice ordinaire

Le gendarme en campagne

Contre-guérilla ou lutte contre le brigandage ?

La militarité de la guérilla, une dénégation française

« Rechercher et poursuivre les malfaiteurs »

Le retour du « juge botté »

Chapitre IV. Le gendarme et les Espagnols

Les auxiliaires de la gendarmerie d’Espagne

De la création des gendarmeries autochtones

Gendarmes de statut ou gendarmes de nom ?

Un recrutement protéiforme

Un besoin politico-stratégique

Des unités opérationnelles

Convaincre par l’exemple

Un bilan contrasté

Une réussite relative

Le salut par la désertion

L’exil ou la mort

Un enjeu majeur: la population

Soumettre sans convaincre

Le contrôle de la population et la lutte contre l’espionnage

La carotte et le bâton

Le bon, la brute et le truand : la discipline des gendarmes

Cécité et surdité. Le renseignement malgré tout

Les sources du renseignement

Les limites du réseau de renseignement

Chapitre V. L’influence du milieu

Une mésentente cordiale

Une chaîne de commandement confuse

Un objectif commun, des vues divergentes

Des troupes irrégulières

Un manque de troupes endémique

Des troupes médiocres

Une armée de conscrits

Des troupes étrangères jugées peu fiables

Vivre en Espagne

« La guerre aux fanègues »

« Un soldat sans argent est un corps sans âme »

Bilan. Le gendarme d’Espagne, un militaire normal dans une guerre hors norme

Troisième partie. LE CHANT DU CYGNE

Chapitre VI. L’épineuse question de l’efficacité de la gendarmerie d’Espagne

Des débuts encourageants

1810 : la guérilla décapitée

Les bandes se débandent

Une efficacité remise en question

« Saisir l’insaisissable », Gildas Lepetit

Insurgés capturés ou tués par les gendarmes

Promotions et décorations

L’avis contrasté des autorités militaires

Le prix à payer

Un pont d’or pour les pandores : le coût exorbitant de la gendarmerie d’Espagne

L’impôt du sang

Chapitre VII. La fin de la domination française dans la péninsule et le retour en France (1812-1815)

Les progrès de la guérilla

De la bande à l’armée

Une montée en puissance inexorable

Recruter, enrôler, embaucher

Du brigand au soldat, l’évolution du statut des insurgés

Les perfidies d’Albion

L’inévitable repli

Le recul de l’influence militaire française

L’indispensable augmentation de la puissance des escortes

L’insécurité grandissante des routes, l’exemple de la correspondance du général Buquet

Des garnisons françaises plus vulnérables

« Les insurgés ont pris notre place et nous, la leur »

Pampelune, Monzon et les autres

L’efficacité de la guérilla en question

D’une Restauration à l’autre

Des lendemains d’abdication qui déchantent ?

Le retour des prisonniers

Une réduction drastique des effectifs

Le Vol de l’Aigle

Le gendarme d’Espagne et la fin de l’épopée napoléonienne

Conclusion générale

Sources et bibliographie

Index

Table des documents

L’auteur

Gildas Lepetit, docteur en histoire et officier spécialisé dans les questions historiques à la délégation au Patrimoine culturel de la gendarmerie, est l’auteur de nombreux articles parus dans les Annales historiques de la Révolution française ou la Revue historique des Armées. Il a également publié, en compagnie d’Antoine Boulant, La gendarmerie sous le Consulat et le Premier Empire (éditions SPE-Barthélémy, 2009). Le présent ouvrage a été préparé au sein du chantier sur l’histoire de la gendarmerie ouvert en 2000, par Jean-Noël Luc, à l’université Paris-Sorbonne.

Lire l’Introduction sur le site des PUR