Odile Roynette, Un long tourment. Louis-Ferdinand Céline entre deux guerres (1914-1945), Paris, Les Belles Lettres, 2015, 290 p.

On croyait tout connaître de Louis-Ferdinand Céline un peu plus de cinquante ans après sa disparition. L’approche historienne démontre le contraire. Elle prend pour hypothèse le rôle matriciel de la Grande Guerre dans l’émergence d’une personnalité et d’une oeuvre. Le brouillage de la réalité vécue de la guerre et la construction d’une mythologie personnelle ont été largement avalisés par les biographes. L’enjeu est ici celui de la démystification grâce aux multiples sources convoquées.  L’enquête débute par l’analyse de l’expérience du soldat Destouches dans l’armée française des années 1912-1913 et se poursuit par celle du combattant en 1914. Odile Roynette montre aussi que la dimension héroïque de l’expérience célinienne de la Première Guerre mondiale est d’autant plus nécessaire à l’identité du combattant qu’elle sera, après 1944, constamment revendiquée et présentée comme une pièce à décharge dans le procès intenté à Céline par la justice de l’Épuration. Son étude retrace la genèse et l’affirmation d’un antisémitisme que l’homme et l’écrivain ont intimement lié au pacifisme et à la mémoire de la Grande Guerre.

Odile Roynette est maîtresse de conférences en histoire du XIXe et du XXe siècle à l’université de Bourgogne Franche-Comté. Elle a notamment publié « Bons pour le service ». L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle (Belin, 2000) et Les Mots des tranchées. L’invention d’une langue de guerre, 1914-1919 (Armand Colin, 2010).


Vous aimerez aussi...