Soutenances de décembre 2022

• ‘Where Are the Children?’: The Long Decline of Child Labour in England and Wales (1870-1914).
Soutenance de la thèse de doctorat en histoire contemporaine de Béatrice Robic le vendredi 9 décembre à 8h30 au campus des Cordeliers (15 rue de l’École de médecine, 75006, Paris) dans l’amphithéâtre Gustave Roussy (escalier B, 2ème étage).
Le jury est composé de :
Fabrice Bensimon, Professeur des universités, Sorbonne Université, directeur
Myriam Boussahba-Bravard, Professeure des universités, Université Le Havre Normandie, rapporteuse
Jane Humphries, Emeritus Professor, Oxford University, et Centennial Professor, London School of Economics
Manuela Martini, Professeure des universités, Université Lumière Lyon 2
Philippe Minard, Professeur des universités, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, rapporteur
Simon Szreter, Professor, University of Cambridge
Cette soutenance sera suivie d’un moment de convivialité au Centre d’histoire du XIXe siècle, 17 rue de la Sorbonne, 75005, Paris (escalier C, 3ème étage).
Informer de sa présence :  beatrice.robic@orange.fr.

• État et mobilité sociale au XIXe siècle, habilitation à diriger des recherches de Jean Le Bihan, maître de conférences en histoire contemporaine (Rennes 2) le samedi 10 décembre 2022, à partir de 13 h 15, dans la salle D 223 de la Maison de la recherche de Sorbonne Université, rue Serpente (75006).
Le dossier s’intitule État et mobilité sociale au XIXe siècle. Il se compose, entre autres, d’un mémoire inédit lui-même intitulé Des ” exceptions consolantes “. Bourses et boursiers de l’enseignement secondaire en France (1802-1914).
Le jury est composé de Jean-François Chanet (IEP de Paris), Carole Christen (université Le Havre-Normandie), Jean-François Condette (université de Lille), Pierre Karila-Cohen (université Rennes 2), Jean-Noël Luc (Sorbonne Université, garant), Rebecca Rogers (université Paris-Cité), Yves Verneuil (université Lyon 2).

• Le territoire industriel du jais et du peigne, Ariège et Aude, XVIIIe-XIXesiècle. Des industries rurales connectées au monde. Soutenance de thèse de doctorat de Bruno Evans à Toulouse le 15 décembre 2022 à 14 heures dans la salle D29 de la Maison de la recherche de l’Université Toulouse 2-Jean Jaurès.
Jury composé de :
Emmanuelle Charpentier, Maître de conférences, Université Toulouse 2-Jean Jaurès, examinatrice
Anne Conchon, Professeure des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, rapporteure
Pierre Gervais, Professeur des universités, Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, rapporteur Corine Maitte, Professeure des universités, Université Gustave Eiffel Paris-Marne-la-Vallée, examinatrice
M. Jean-Michel Minovez, Professeur des universités, Université Toulouse 2-Jean Jaurès, directeur de thèse    
Jean-Marc Olivier, Professeur des universités, Université Toulouse 2-Jean Jaurès, examinateur.
Contact :  evansbruno@gmail.com

Résumé : Les territoires industriels ruraux du Midi ont longtemps été invisibilisés. Or, plusieurs d’entre eux étaient relativement puissants et connectés au monde, tels celui du jais et du peigne dans l’Aude et l’Ariège. L’industrie du jais consistait en la fabrication d’une « infinité d’ouvrages de bijouterie », en particulier des perles taillées et polies par dizaines de millions dans des moulins dès le XVIe siècle. Les peignes furent d’abord fabriqués grâce aux buis du piémont pyrénéen, puis à partir de 1710, aussi en corne. Vers 1750, le territoire exportait ses produits de l’Empire ottoman à l’Amérique pour plus de 500 000 livres uniquement pour le jais ; il recevait en retour des denrées exotiques. Tandis que le jais disparaissait progressivement au XIXe siècle, le peigne augmentait sa production grâce à un fort dynamisme entrepreneurial, une mécanisation fondée sur l’hydraulique et l’importation massive de millions de cornes d’Amérique latine et de Turquie ainsi que de buis du Levant.

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search