Georges Courteline, Le train de 8 h 47 précédé de Les gaîtés de l’escadron, préface d’Odile Roynette, Paris, Petite Bibliothèque Payot, Payot et Rivages, 2014, 394 p.

Voici l’ensemble des textes antimilitaristes de Georges Courteline, le « Molière du XIXe siècle » : un roman et un recueil de chroniques, dont les personnages principaux – la Guillaumette, le brigadier bêta ; Hurluret, le capitaine alcoolique ; Flick, l’adjudant pervers – marquèrent des générations de lecteurs. Dans un grand éclat de rire, Courteline, qui connaissait parfaitement la vie de caserne au tournant du siècle, fustige l’abrutissement de simples soldats prisonniers d’une discipline impitoyable, l’exercice arbitraire et brutal de l’autorité à tous les niveaux de la hiérarchie, la dureté de l’initiation physique et morale dans un monde d’hommes où l’hostilité envers les femmes est soigneusement cultivée. Cette armée-là avait été traumatisée par la défaite de 1870. Habitée par le doute, elle partira sur le front en 1914.excerpt - copie


Vous aimerez aussi...