*Tracy Chevalier, Prodigieuses créatures – par Fabrice Bensimon

Tracy Chevalier, Prodigieuses créatures, traduit de l’anglais (États-Unis) par Anouk Neuhoff, Paris, Gallimard, 2011 [édition originale : Remarkable creatures, Londres, Penguin, 2009].

Lyme Regis (Dorset, au sud de l’Angleterre), années 1810. La jeune Mary Anning (1799-1847) parcourt la plage et les falaises pour trouver des fossiles d’animaux disparus, accompagnée d’Elizabeth Philpot (1780-1857). Cette passion commune est le ciment d’une amitié improbable. Tout sépare en effet les deux femmes. Mary a presque vingt ans de moins qu’Elizabeth. Fille d’un menuisier, dans une famille non-conformiste de dix enfants, Mary, quand elle était bébé, a réchappé de la foudre qui a tué quatre personnes autour d’elle ; les villageois ne manquent pas d’attribuer à cet épisode sa vivacité et son intelligence. Elizabeth vient, elle, d’une famille plus aisée de la middle class. Et là où, pour Mary, la recherche de fossiles est un moyen d’améliorer les pauvres ressources de la famille en vendant ses trouvailles à des collectionneurs parfois fortunés, pour Elizabeth, c’est la fascination pour ces mondes perdus qui prévaut.

Observatrice hors pair, Mary trouve des spécimens remarquables, comme le premier squelette complet d’ichtyosaure (un reptile marin géant disparu il y a 90 millions d’années), le premier squelette de plésiosaure (un autre reptile marin) et d’importants fossiles de poissons. Ces trouvailles contribuent à bousculer le récit biblique de la création, à une époque où le fixisme continue de prévaloir outre-Manche, mais se lézarde sous les coups des progrès de la géologie, de l’anatomie comparée et de la paléontologie. Entièrement autodidactes, Elizabeth Philpot et surtout Mary Anning ont été reconnues, de leur vivant, comme des  pionnières de la collecte des fossiles et de la paléontologie. Les naturalistes et les géologues britanniques, tel que William Buckland,  ainsi que Cuvier suivent de près les découvertes de Mary Anning, dont certaines sont parfois contestées en raison des préjugés attachés à son sexe, à son statut et à sa classe. Elle a attiré l’attention sur l’immense richesse géologique de cette bande côtière de quelque 150 kilomètres au sud du Devon et du Dorset, maintenant surnommée la « côte jurassique ».

À partir de l’histoire croisée de ces deux jeunes femmes, Tracy Chevalier, connue depuis La Jeune fille à la perle (1999), a écrit un beau roman, qui prend des libertés avec l’histoire, mais évoque avec finesse aussi bien la condition de femmes non-mariées dans l’Angleterre du premier XIXe siècle que les débats scientifiques du temps de Cuvier et de Lyell.

Fabrice Bensimon.

(Aquarelle de Henry De la Beche, vers 1830 ?)

 


 [FM1]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.