La modernité désenchantée. Relire l’histoire du XIXe siècle français (Emmanuel Fureix, François Jarrige)

Fureix_JarrigeA paraître en mars 2015 : Emmanuel Fureix, François Jarrige, La modernité désenchantée. Relire l’histoire du XIXe siècle français, 2015, 280 p., ISBN 9782707171573.

Présentation de l’éditeur

Le désenchantement qui accompagne notre modernité nous rend plus attentifs à celui des hommes et des femmes qui, en plein XIXe siècle, doutaient des vertus du progrès, des fantasmagories de la technique et de la toute-puissance du sujet rationnel – autant de grands récits devenus hégémoniques, mais dont l’épuisement récent a profondément renouvelé le regard sur ce siècle.

Depuis une trentaine d’années, les historiens insistent sur les multiples possibles qui se sont entrouverts alors et qui portaient en eux les germes d’une émancipation qui ne s’est pas produite. Ils repensent en profondeur les chemins de l’industrialisation et les conflits qu’elle a engendrés, ils restituent les mutations du temps et de l’espace perçus, ils déconstruisent les illusions de la culture « démocratique » et d’un « universalisme » exclusivement blanc et masculin, ils retracent aussi les formes plurielles de l’expérience coloniale, entre violences extrêmes et accommodements…

Ce sont tous ces déplacements historiographiques, et bien d’autres encore, dont cet ouvrage propose un magistral panorama, à la fois savant et vivant, ancré dans la chair du passé et soucieux de mieux faire prendre au lecteur la mesure de ce qui nous sépare et nous rapproche de la société de ce temps. Ce livre conserve du XIXe siècle son désir de récapituler – sans enfermer -, du XXe son optimisme mesuré, du XXIe son inquiétude réflexive.

Les auteurs

Emmanuel Fureix est historien, maître de conférences (IUF) à l’université Paris-Est Créteil (Centre de recherches en histoire européenne comparée). Spécialiste d’histoire politique et culturelle, il a notamment publié La France des larmes (Champ Vallon, 2009) et Le Siècle des possibles. 1814-1914 (PUF, 2014).

François Jarrige est historien, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Bourgogne (Centre Georges-Chevrier). Il s’intéresse à l’histoire des mondes du travail, des techniques et aux controverses qui ont accompagné l’industrialisation. Il a publié Au temps des « tueuses de bras » (2009) et Face au monstre mécanique (2009).

Table des matières

Remerciements

Introduction

  1. Miroirs du siècle

L’impossible identité du XIXe siècle

Le siècle de l’histoire

Des Annales à la « crise de l’histoire »

Mythologies et usages du XIXe siècle

Évanouissement ou réinvention ?

  1. Les voies sinueuses de la modernisation

Un nouvel agir technique. Innovations, progrès et controverses au xixe siècle

L’énergie et la vie : le XIXe siècle et le triomphe de l’économie minérale ?

Proto-industries, révolutions industrieuses ou industrialisation douce ? La « révolution industrielle » en question

Le travail, la discipline et les organisations

Santé et pollutions à l’ère industrielle

Paysages, mutations des campagnes et mobilité des hommes

Ruptures métaboliques et nouvelles pratiques urbaines

  1. Modernité(s) culturelle(s)

Accélération et recomposition du temps

Sens, sensibilités, émotions : des révolutions silencieuses

Pacification et seuils de tolérance à la violence

Désenchantement du monde ou recomposition des croyances ?

Vers une culture démocratique ?

« Société du spectacle », société des images ?

Entre culture de masse et modernité esthétique

  1. Le siècle des identités

Individu, individualisme, individualisation

Femmes, genre et famille

Du genre à la masculinité

Catégories et identités sociales

La nation : constructions et emboîtements

  1. Un siècle d’émancipation ? Politisation et révolution

La politisation populaire en débat

Du suffrage à la politique informelle : les chemins de la politisation

L’impensé de la représentation : des femmes aux colonisés

Révolution, république et utopie : émancipation et discontinuité

  1. Construction de l’État et société civile

L’État et les nouvelles ingénieries du politique

Marché et intervention : les relectures de l’État régulateur

L’État, l’autorité et les conflits

Genèse de l’État social et des « services publics »

Élites, fonctionnaires et agents. Nouveaux regards sur l’histoire sociale de l’État au XIXe siècle. L’invention de la laïcité

  1. Entre violences et accommodements. Le siècle de la colonisation en débat

Des études postcoloniales à la nouvelle histoire impériale

Gouvernement, ordre colonial et « mission civilisatrice »

Massacres, guerres et formes ordinaires de la violence

Rencontres, genre et métissage

Industrialisation, travail et formes du capitalisme colonial

Outils d’Empire, entre autonomie et résistances

La France entre impérialisme écologique et environnementalisme colonial ?

Conclusion.