Le « rebelle » au XIXe siècle : regards d’historiens sur une catégorie

RebellesLa Revue d’histoire du XIXe siècle organise, dans le cadre des Rendez-Vous de l’Histoire de Blois 2004 ayant pour thème « Les Rebelles », une table ronde :

Le « rebelle » au XIXe siècle : regards d’historiens sur une catégorie

Dimanche 12 octobre de 9h45 à 11h15 en Salle Lavoisier au Conseil Général

Participants :

Sylvie Aprile (IRHIS – Université Lille III), Jean-Claude Caron (CHEC – Université Clermont-Ferrand II), Quentin Deluermoz (CRESC – Université Paris XIII – IUF), en compagnie de Thomas Bouchet (Université Dijon) et d’Aurélien Lignereux (IEP de Grenoble).

 

Argumentaire (Louis Hincker, CALHISTE – Université de Valenciennes)

Insurgé, révolté, révolutionnaire, mais aussi porte-parole, militant, manifestant ; ou encore obscurs et anonymes ; etc… La littérature historiographique concernant la France du XIXe siècle ne manque pas de figures de la protestation. Le registre qui est le leur est celui de la participation politique, c’est pourquoi selon les contextes, même les mots citoyen, femme, ou encore ouvrier et paysan, artiste et poète, ont leur potentiel de subversion.

Constatons que le rebelle n’y a pas la première place ; pourtant inscrit dans le Code pénal napoléonien (art. 209 et suiv.), presque une catégorie totalisante, oui mais concept de la répression et de la marginalisation, du local au colonial, dévalorisant, déclassant, dépolitisé.

Inversement, par comparaison, l’historiographie britannique a promu le rebelle au rang des grands acteurs de l’Histoire comme grand résistant à la loi du plus fort. Quels sont donc ces rebelles dans la France du XIXe siècle dont parle le Code pénal mais pas ou peu les historiens ? Simple catégorie juridique de la relégation ou les plus exclus des exclus ? Ou encore opposants multiformes à un ordre étatique qui peine à s’imposer ?

« Rebelles » ? Pour désigner des formes moins institutionnalisées de la protestation, et on aurait une catégorie descriptive, efficiente pour le travail des historiens ; ou bien « rebelle » comme catégorie juridique normative, appartenant à l’histoire de l’exclusion du politique, qui minore le rôle des institutions médiatrices du politique.

Cette table ronde, proposée par la Revue d’histoire du XIXe siècle, abordera ces enjeux de connotation du vocabulaire à partir d’exemples variés tirés des travaux dix-neuviémistes récents.


Vous aimerez aussi...