Archives de catégorie : expositions

L’oeil de Baudelaire

mupi_baudelaire_hd_17-08
Du 20 septembre 2016 au 29 janvier 2017
Le musée de la Vie romantique à l’occasion du cent-cinquantenaire de la mort du poète, consacre une exposition aux curiosités esthétiques de Charles Baudelaire.
Imaginer une exposition qui renoue le dialogue entre les textes du jeune poète et les œuvres d’art qu’ils commentent, c’est offrir au visiteur l’occasion de pénétrer dans les grandes pages des écrits esthétiques de Baudelaire qui font date dans l’histoire de la
critique d’art. En présence d’une centaine de peintures, sculptures
et estampes évoquées par Baudelaire, le spectateur se voit invité à
confronter son propre regard à la sensibilité artistique de l’auteur des Fleurs du mal et à comprendre comment s’est forgée la définition de la beauté moderne, qu’il n’a jamais reniée. Comment se laisser séduire par le « mérite de l’inattendu », préférer toujours un tableau « fait » à un tableau « fini », reconnaître le caractère essentiellement romantique de la couleur, sans désavouer la nature « idéale » de la ligne, réclamer chez les artistes cette part de « naïveté » qui mène à l’audace et à la crudité des tons, attendre d’une œuvre, fût-ce un portrait ou une page de religion, qu’elle « respire
l’amour », reconnaître enfin « l’héroïsme de la vie moderne » et « la beauté de l’habit noir » ?
Aux côtés de Baudelaire, cette exposition explorera les mutations qui s’opèrent entre romantisme et impressionnisme en présentant, autour des artistes phares de l’époque – Delacroix, Ingres, Camille Corot, Rousseau ou Chassériau-, les peintres qui ont su lui plaire ou l’irriter. Elle permettra de découvrir la modernité que forg e le poète face au nouveau Paris et aux langages artistiques en formation, incarnée par la génération montante et la figure de Manet. Elle montrera enfin, l’attachement indéfectible de Baudelaire au romantisme et à Delacroix.

Spectaculaire Second Empire, 1852-1870

tmp_53bad5bd0f0d27eea44e9c226b2da715

Du 27 septembre 2016 au 15 janvier 2017

Régime décrié en son temps et honni après sa chute, le Second Empire fut longtemps marqué du sceau décadent et superficiel de la « fête impériale ». Sur fond de bouleversements sociaux, cette époque de prospérité fut un temps de fastes et d’euphorie économique, d’ostentation et de célébrations multiples qu’il convient de réexaminer.

C’est également une période de crise morale et esthétique, écartelée entre les cadres culturels anciens et les nouveaux usages, entre l’hypertrophie des décors et la quête du vrai, autant d’oppositions qui déterminent pour une large part la création française des années 1850 et 1860.

Pour célébrer ses 30 ans à l’automne 2016, le musée d’Orsay se penche sur le Second Empire des spectacles et de la fête, et sur les différentes « scènes » où s’est inventée notre modernité. Le parcours thématique, où se côtoient peintures, sculptures, photographies, dessins d’architecture, objets d’art, et bijoux, brosse le portrait de cette époque foisonnante, brillante et riche en contradictions.

Site de l’exposition

Darwin, l’original (exposition à la Cité des sciences et de l’industrie)

Darwin, l’original, exposition à la Cité des sciences et de l’industrie, du 15 décembre 2015 au 31 juillet 2016

Darwin

Présentation de la Cité des sciences

Réalisée en collaboration avec le Muséum national d’Histoire naturelle, l’exposition « Darwin, l’original » entend renouer avec la pensée – souvent mal interprétée – de Charles Darwin, en expliquant la démarche du scientifique et les notions qui fondent sa théorie de l’évolution.

Au fil d’un parcours interactif et immersif, l’exposition suit la vie de cet homme légendaire et nous guide dans le cheminement de sa pensée, dans la compréhension de son œuvre aussi magistrale que révolutionnaire.

Elle aborde également le contexte historique de l’époque et la réception de ses idées dans une société où la science commence à s’affranchir de la religion. Enfin, elle donne un éclairage sur l’actualité des sciences de l’évolution et montre comment celles-ci s’inscrivent dans le programme tracé par Darwin.

Pour en savoir plus, consulter le site de l’exposition