Bénédicte JARRASSE, Les Deux Corps de la danse – L’imaginaire de la danse théâtrale dans la littérature et l’iconographie européennes (1830-1870) | Position de thèse

Bénédicte JARRASSE, Les Deux Corps de la danse – L’imaginaire de la danse théâtrale dans la littérature et l’iconographie européennes (1830-1870). trois volumes : 2 volumes texte (700 p.), 1 volume iconographie (127 ill.) Thèse de littérature générale et comparée, sous la direction du Professeur Guy Ducrey, Université de Strasbourg-École doctorale des humanités (ED 520)-Configurations littéraires (EA 1337), soutenue le 28 novembre 2014 à l’Université de Strasbourg devant un jury composé de : M. Guy DUCREY (directeur de thèse) – Professeur, Université de Strasbourg ; Mme Florence FIX (présidente du jury et rapporteur) – Professeur, Université de Lorraine ; Mme Hélène LAPLACE-CLAVERIE (rapporteur) – Professeur, Université de Pau et des Pays de l’Adour ; M. Timothée PICARD – Professeur, Université de Rennes II ; Mme Éléonore REVERZY – Professeur, Université de Strasbourg.

Ce travail de recherche s’inscrit dans une perspective comparatiste et intermédiale. Il se propose, non pas de retracer une histoire du ballet romantique – qui reste sans doute à (ré)écrire –, mais de dresser une cartographie européenne de l’imaginaire de la danse théâtrale, à partir des représentations littéraires et iconographiques qu’a pu susciter cet objet paradoxal, aussi fugace que fragile. La période privilégiée, couvrant cinq décennies allant de 1830 à 1870, renvoie à l’esthétique romantique et répond à une logique à la fois littéraire et chorégraphique. Bien que fondamentale dans l’histoire de la danse théâtrale, cette période n’a que peu bénéficié du renouveau des études portant sur le genre chorégraphique, ses représentations et ses rapports avec la littérature.

Continuer la lecture de Bénédicte JARRASSE, Les Deux Corps de la danse – L’imaginaire de la danse théâtrale dans la littérature et l’iconographie européennes (1830-1870) | Position de thèse

Alexandre Dupont Une Internationale blanche. Les légitimistes français au secours des carlistes (1868-1883) | Position de thèse

« Une Internationale blanche. Les légitimistes français au secours des carlistes (1868-1883) », soutenue à l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne le 18 septembre 2015 devant un jury composé de : Mme Sylvie Aprile (Lille-3), rapportrice ; M. Philippe Boutry (Paris-1), directeur ; M. Jordi Canal (EHESS) ; M. Jean-Philippe Luis (Clermont-2), rapporteur et président du jury ; Mme María Cruz Romeo Mateo (Universitat de València) ; M. Pedro Rújula (Universidad de Zaragoza), directeur.

Mon travail de thèse porte sur les relations multiformes développées entre carlistes et légitimistes français au cours des années 1870, dans un moment où les uns et les autres semblent avoir une vraie chance de reprendre le pouvoir, particulièrement les carlistes qui mènent une guerre civile de quatre ans contre le gouvernement de Madrid : la Seconde Guerre carliste (1872-1876). Cette entraide franco-espagnole, principalement tournée vers l’aide aux carlistes en guerre, s’inscrit dans une solidarité plus large des légitimistes et des catholiques européens et américains à l’égard de ce mouvement. C’est cependant en France que se développe le soutien le plus massif à cette cause.

Continuer la lecture de Alexandre Dupont Une Internationale blanche. Les légitimistes français au secours des carlistes (1868-1883) | Position de thèse

Table-ronde autour du dernier livre de Michèle Riot-Sarcey

Table-ronde autour du dernier livre de Michèle Riot-Sarcey, Le procès de la liberté, une histoire souterraine du XIXe siècle (Paris, La Découverte, 2016, Prix Pétrarque de l’essai France Culture).

Le 30 septembre 2016
EHESS
105 boulevard Raspail
de 9h à 13h
salle 7

Largement lu et discuté depuis sa parution, Le procès de la liberté propose une histoire socio-politique alternative du XIXe siècle, en mettant en avant les discontinuités, les conflits, les processus d’effacement et d’oubli qui sont au cœur de l’écriture de l’histoire. Le travail de M. Riot-Sarcey concerne aussi bien l’histoire du XIXe siècle que l’historiographie en général, tout en s’adressant, de manière explicite et engagée, au contemporain.

Pour discuter des questions soulevées par ce livre, en présence de l’auteur, se retrouveront :
Sylvie Aprile, Nicole Edelman, Samuel Hayat, Louis Hincker, Christian Jouhaud, Judith Lyon-Caen, Dinah Ribard, Federico Tarragoni.

Les échanges seront structurés autour de trois axes :
1) enjeux historiographiques et renouvellement de l’histoire (du) politique
2) « petites pensées » et « écritures » ouvrières
3) qu’est-ce qu’ (écrire) une histoire de l’expérience ?

Michèle Riot-Sarcey reviendra sur la question de l’actualité du passé.

POSITION DE THÈSE | Francis Grandhomme, Une figure lorraine : Jules Crevaux (1847-1882) et l’exploration de l’Amérique du Sud

Francis Grandhomme, Une figure lorraine : Jules Crevaux (1847-1882) et l’exploration de l’Amérique du Sud.

Thèse d’histoire sous la direction de Jean El Gammal, Université Nancy 2, 2011, 864p. Soutenue le 28 juin 2011 devant un jury composé de Jean El Gammal, directeur (professeur d’histoire, Université Nancy 2), Chantal Metzger, présidente (professeur d’histoire, Université Nancy 2), Christine Manigand, rapporteur, (professeur d’histoire, Université de Poitiers), Jérôme Buridant, rapporteur (professeur de géographie, Université d’Amiens), Olivier Compagnon (maître de Conférences en histoire, Université de Paris III et Institut universitaire de France) et Jean-Pierre Husson (professeur de géographie, Université Nancy 2).

 Médecin de la Marine française, Jules Crevaux (1847-1882) a eu son heure de gloire, reconnu en son temps comme un des grands explorateurs de l’Amérique du Sud. Né aux pieds des Vosges dans la partie de la Lorraine qui subit l’annexion allemande de 1871, il est l’illustration de l’explorateur héros populaire de la IIIe République naissante et meurtrie. Il effectue entre 1869 et 1882 plusieurs voyages en Amérique du Sud, dont quatre missions d’exploration dans les Guyanes, l’Amazonie et le bassin de l’Orénoque. Il est alors célèbre grâce à ses récits de voyages publiés dans Le Tour du Monde à grand renfort d’illustrations et du fait de la présence à ses côtés d’Apatou, son fidèle compagnon de voyage indigène.

Homme d’action, il appartient aussi à des réseaux français et sud-américains, tant scientifiques que politiques, et favorise ainsi une géographie utilitaire qui œuvre à une mise en valeur au service de l’expansion occidentale.

Son aura est augmentée par sa disparition énigmatique dans le Gran Chaco bolivien, territoire des Indiens Tobas. Il reçoit l’hommage de ses contemporains, puis son souvenir s’estompe cependant rapidement avant une redécouverte depuis les années 1980 et la réédition de ses récits de voyage.

L’approche suivie cherche d’abord à dépasser le genre biographique. Les voyages et les recherches scientifiques de Crevaux présentent, en effet, un caractère multidisciplinaire, mobilisant l’histoire, la géographie, la géologie, la médecine, et d’autres encore, ce qui fait du personnage une figure à considérer bien différemment de l’image traditionnelle de l’explorateur du XIXe siècle. Il s’agit, par une réflexion épistémologique, de sortir du cénotaphe tel qu’il est présenté dans les hagiographies de son époque ou à l’inverse à apporter des conclusions plus nuancées à la suite des études post-coloniales.

Continuer la lecture de POSITION DE THÈSE | Francis Grandhomme, Une figure lorraine : Jules Crevaux (1847-1882) et l’exploration de l’Amérique du Sud

Libido sciendi (1840-1900)

physiologie-de-la-femme© Gavarni in Étienne de Neufville, Physiologie de la femme, Paris, Aubert et Lavigne, 1842.

APPEL à ARTICLES
pour la Revue d’histoire du 19e siècle, numéro 57, 2018/2

Dossier dirigé par Volny Fages et Laurence Guignard

On sait à quel point le goût pour les sciences saisit la société française au XIXe siècle, en particulier à partir des années 1840. C’est ce « désir nouveau de savoir » (A. Corbin) qui fait l’objet du présent projet. Institutionnellement, une communauté savante professionnalisée se constitue, la « Science » s’invente. Cursus, carrières et travail scientifique se normalisent dans le cadre neuf des laboratoires et observatoires d’État. L’engouement pour les savoirs scientifiques dépasse cependant très largement le monde de la science professionnalisée. Les indicateurs en sont connus : vague vulgarisatrice dont les formes diverses sont à comprendre comme le vecteur de cette science vers des publics neufs ; boom des sociétés savantes ; élan des amateurs de sciences qui se distinguent désormais du modèle aristocratique des « grands amateurs » et pratiquent la science comme un loisir sérieux en plus de leur activité professionnelle ; aspiration aussi à une science populaire, double ambivalent de la « science officielle » ; rayonnement enfin de puissantes figures de savants bienfaisants et dévoués qui paraissent reléguer les Faust ou Frankenstein parmi les avatars romantiques d’un passé révolu de savants-magiciens ou sorciers.
Cet engouement ne doit certes pas occulter un courant de contestation de la science, comme institution, qui traverse la période, ni même après 1900 le sentiment, en partie interne aux mondes savants, d’une « faillite de la science ». Ces critiques paraissent cependant devoir être distinguées d’une mise en cause de la légitimité du désir de science qui semble, elle, plus rare. La période paraît en effet marquée par un rapport heureux au savoir, valorisant sans nuance la volonté impérieuse et désintéressée de donner intelligibilité au monde, de s’approprier des connaissances et de produire des savoirs suivant le modèle, réel ou fantasmé, des sciences modernes. Si l’amour du savoir est une démarche principalement individuelle, elle n’en est pas moins inscrite dans une histoire sociale des goûts et des désirs, des conditions qui les rendent possibles, des interdits, voire des possibilités de leur transgression. C’est l’hypothèse d’une conjoncture nouvelle de l’ancienne libido sciendi, où le désir de connaître semble se déprendre de la marque du péché – qu’il soit d’orgueil ou de concupiscence – que nous souhaitons ici interroger. Le dossier propose ainsi d’examiner les configurations et les effets sociaux d’une libido sciendi vertueuse, entre 1840 et 1900, avant que Freud et la psychanalyse n’en réinvestissent les ressorts.

Les possibilités d’investigation sont évidemment immenses. On peut néanmoins tenter d’en dégager quelques axes :
Les modalités et formes de l’engagement savant cristallisent une première série de questions : quels sont leurs contours, leur épaisseur sociale ? Quels réseaux différenciés – du loisir à la professionnalisation – les structurent, suivant quels jeux d’échelle et de frontière ? Comment se placent-ils dans la diversité des inscriptions sociales et savantes, car les polymathes sont nombreux et l’engagement savant se conjugue avec d’autres formes, politiques, syndicales, religieuses, ou d’autres domaines intellectuels comme l’art ou la littérature, en fonction aussi des appartenances professionnelles, religieuses, sociales, sexuées, géographiques, etc. On constate, derrière l’apparente valorisation démocratique de l’accès aux pratiques de savoirs, l’existence de mécanismes socio-scientifiques d’autorité, de censure, de répression qui distribuent reconnaissance et marginalisation, voire stigmatisation, notamment à l’égard des femmes ou des classes populaires. Ils « régulent » les effets de la libido sciendi et génèrent de puissants sentiments de satisfaction ou de frustration, à propos desquelles les sources sont fréquemment loquaces et méritent attention.
Les pratiques savantes mises en jeu sont un second volet : les ressorts de l’amour du savoir, les choix d’objet qu’il suppose, les formes pratiques qu’il met en œuvre, les fruits enfin de l’activité savante, réclament analyse et cartographie. Comment s’opèrent les choix ? Qu’est-ce qui motive l’intérêt pour les nébuleuses, les microbes ou la préhistoire ? Quels sont les objets interdits ou ignorés ? Et par effet de quelle logique de censure ou de refoulement ? Réciproquement, quels mécanismes de levée des interdits permet l’émergence d’une volonté de savoir, constituant par exemple la « sexualité » en objet possible de libido sciendi. La notion permettrait, de même, de définir des domaines transgressifs ou alternatifs, jusqu’à des perversions du modèle, comme par exemple dans le cas des sciences occultes.
Telle qu’elle traverse le corps social au XIXe siècle la libido sciendi recèle parallèlement des effets de savoir importants et méconnus. On peut questionner la manière dont elle a pu transformer les acteurs, dans leurs représentations ou dans leurs compétences intellectuelles et sensibles : apprentissages pratiques du regard, de la main, de la pensée etc. De même, au-delà du grand récit de l’histoire du progrès scientifique, l’immense production collective d’objets, d’instruments, de collections, de publications, de théories etc. qui en a résulté a été globalement disqualifiée, sauf exceptionnelle reconnaissance académique, et donc peu étudiée alors que son rôle en terme de style, de norme, de capacité de validation, voire de production de connaissance doit être réévalué.
– La réflexion ne peut aller enfin sans interroger le modèle lui-même. Comment le siècle a t-il pu penser et figurer ces formes de l’amour du savoir scientifique ? Suivant quelles modalités ont pu émerger les figures héroïques de grands savants, professionnels ou amateurs, pionniers du progrès mus par l’amour du savoir, contribuant à forger l’image d’une libido sciendi non plus dangereuse mais utile à la collectivité ?
L’emprise hagiographique ne doit pas éclipser les éventuels contre-modèles. Ceux-ci pointent d’obscurs contacts entre génie et folie ou suggèrent les compromis difficiles avec la foi religieuse – de la problématique de la piété du savant à la passion de méconnaitre. Les figures littéraires paraissent de même d’un précieux secours pour saisir les enjeux et les reconfigurations de la libido sciendi. A côté de l’intrépide Michel Ardan ou du sage docteur Pascal, Bouvard et Pécuchet apparaissent évidemment comme une irremplaçable ressource, où l’amour pur se conjugue avec le fiasco, l’impuissance et les désillusions qui tiennent principalement, semble-t-il, aux inconséquences de la science et des savants.

Compte-tenu de la question posée, le champ est évidemment immense et nos suggestions n’épuisent évidemment pas l’étendue des possibles. Les propositions doivent cependant respecter la contrainte principale : placer le rapport aux savoirs scientifiques au cœur de la réflexion, interroger l’hypothèse d’un modèle vertueux de la libido sciendi et ses effets sociaux entre les années 1840 et 1900.

Calendrier : Les propositions, une page maximum et un court CV, sont à envoyer avant le 30 octobre 2016.
Une journée d’études-atelier réunira les auteurs du dossier au printemps 2017.

Les articles seront soumis à une double expertise et devront être remis avant le 30 septembre 2017, pour une parution du numéro fin 2018.

Contacts : volny.fages@ens-cachan.fr — Laurence.guignard@univ-lorraine.fr

 

« Petites mains » d’artistes dans les pratiques scientifiques | Appel à communication

  Capture d’écran 2016-06-18 à 14.53.36©  L. Auzoux, Anatomie de l’œil, milieu XIXe siècle

« Petites mains » d’artistes dans les pratiques scientifiques

 APPEL À COMMUNICATION |  JOURNÉES D’ÉTUDES

XIXe siècle : Nancy, 7 décembre 2016

XXe-XXIe siècles : Lausanne, 10 mars 2017

Comité scientifique : Vincent Barras (PR, UNIL, Histoire de la médecine), Anne Carol (PR, Université d’Aix en Provence, Histoire de la médecine), François Jarrige (MCF, Université de Dijon, Histoire des techniques), Francesco Panese (PR, UNIL, Sociologie de l’art), Nathalie Richard (PR, Université du Maine, Histoire des sciences), Frédéric Tixier (MCF, Université de Lorraine, Histoire de l’art)

Organisation : Aude Fauvel (Iuhmsp-Chuv/Université de Lausanne), Laurence Guignard (Université de Lorraine-Crulh)

 

Ces journées d’études proposent d’interroger l’histoire des rapports entre arts et sciences du point de vue d’une histoire sociale attentive aux acteurs. Il s’agit de saisir quelle(s) place(s) ont occupé les artistes dans le cadre neuf de la science professionnelle à partir du XIXe siècle : celle des laboratoires, des observatoires, des musées, des universités, etc.

Sur ces terrains, l’historiographie a été profondément renouvelée par des travaux récents d’historiens de l’art tout autant que d’historiens des sciences. Se détournant de l’analyse des idées, des questions d’esthétique ou de « l’histoire de la vérité[i] », ils se sont intéressés à celle des objets, des gestes, des sociabilités, de toute une matérialité concrète des pratiques savantes. Bruno Latour depuis les années 1980[ii], ou plus récemment Lorraine Daston et Peter Galison[iii], ont ainsi montré tout l’intérêt de l’étude des objets scientifiques, notamment des images, conçus comme des productions culturellement inscrites, des artéfacts. Ces apports rencontrent aujourd’hui des travaux mitoyens sur les « savoirs de la main » qui ont révélé l’existence d’échanges de savoirs hétérogènes, notamment avec le monde des artisans, ignorés des écrits théoriques, car incorporés (embodied knowledge)[iv]. L’histoire pionnière des images naturalistes a permis d’éclairer les relations entre artistes et savants, et les enjeux épistémologiques de ces rencontres entre arts et sciences dans le cadre d’une « économie morale de l’objectivité[v] » réclamant à la fois l’effacement de la « manière » de l’artiste et la reconnaissance de ses compétences spécifiques. Celle-ci se fait parfois au plus haut niveau institutionnel, par exemple avec la création de la chaire d’iconographie naturelle du Museum, en 1793[vi].

Ces travaux, parmi de nombreux autres, invitent à réinterroger la supposée « rupture » qui aurait présidé à l’essor de la science moderne : suivant le récit classique, les méthodes scientifiques se seraient affirmées à partir de la Renaissance, reléguant les arts hors du champ scientifique, voire hors de celui du savoir. La rupture entre ces deux modes d’accès au réel aurait été consommée au XIXe siècle, avec l’affirmation d’une science expérimentale professionnalisée consacrée à sa saisie objective et, dans le même temps, la formation d’une classe d’artistes défendant un abord fondamentalement subjectif. En dépit de cette déqualification théorique des arts du point de vue des sciences, on constate pourtant, dans les lieux de science, l’existence, d’une part artistique occultée dépassant les seuls transferts de techniques – fictions dans les textes savants, rémanence des styles dans les images scientifiques etc. – mais aussi la présence de toute une population de petites mains « d’artistes » qui demeurent mal connus. C’est l’objet de cette journée d’études que de les mettre en lumière.

On sait que ces acteurs sont nombreux : dans des domaines très divers, de l’archéologie à l’astronomie en passant par la paléontologie, la physique ou la médecine, peintres, dessinateurs, photographes, sculpteurs, musiciens etc., apparaissent sous la dénomination « artistes » dans certaines archives, comme producteurs d’images, de sons, de dispositifs expérimentaux, de moyens de conservation ou encore de mise en valeur d’objets ou de collections. Ils interviennent selon des statuts divers et renouvelés, par exemple, dans la pratique désormais courante des résidences d’artistes dans les laboratoires scientifiques. Parmi eux, certain-e-s ont laissé leur nom. On connaît ainsi les moulages anatomiques de Richir, les photographies microscopiques de Bertsch ou celles de Berenice Abbott en physique, mais ces quelques figures cachent un nombre important d’anonymes qui ont trouvé, en se mettant au service des savants, un revenu, un statut, le moyen d’une promotion, mais aussi peut-être une place spécifique de passeur entre arts et sciences. La dimension du genre mérite ici une mention singulière, car il semble qu’une part non négligeable de femmes artistes ait trouvé, dans les laboratoires, un des rares lieux possibles d’exercice rémunéré de leur art.

Prenant acte de ce renouveau historiographique, ces journées d’études entendent questionner l’espace social de ces interactions entre arts et sciences à l’époque contemporaine, selon deux axes d’analyse. Ceux-ci n’ont toutefois pas vocation à épuiser toutes les possibilités de recherches dont l’amplitude demeure ouverte :

 

  • Enjeu définitionnel : qu’est-ce qu’un « artiste » ?

Un premier axe de la journée vise à définir les contours du groupe de ces « petites mains d’artistes » : leurs origines et identités, leur sexe, leur formation – la place pour la bidisciplinarité notamment –, leur position dans l’institution : statuts, carrières, niveau d’intégration et de reconnaissance institutionnelle, voire accession au statut de « scientifique ». Quels ont été leurs rapports avec les « scientifiques » professionnalisés, mais aussi avec les « artisans », fabricants d’instruments, opticiens etc. ? Quels partages, quelles hiérarchies ces termes recouvrent-ils ?

On conserve, à ce stade, une définition ouverte de la catégorie, limitée uniquement par une pratique « artistique » et un lien contractuel avec une institution scientifique

 

  • Enjeu épistémologique : qu’apporte l’art à la fabrique des sciences et réciproquement ?

– Quelles compétences et quelles capacités cognitives sont comprises sous la dénomination « d’artiste » ? Fait-on, dans le champ scientifique, l’hypothèse d’une sensibilité spécifique des artistes – finesse de l’audition des musiciens mise en exergue par Helmholtz dans le cadre de ses études acoustiques, compétence du regard – ou d’une maitrise d’un savoir incorporé, de gestes, nécessaire peut-être alors que les pratiques scientifiques se mécanisent, qui ferait des « artistes » un type d’artisan ?

– Quels effets de savoir ces rencontres et ces échanges arts/sciences induisent-ils ? Quelle est la part des artistes dans l’élaboration des « modes de production de savoir[vii] », qu’il s’agisse de matériaux (galvanosplastie), de supports (photographie), d’artéfacts, voire des contenus eux-mêmes. ?

 

Les propositions de contribution (titre provisoire et résumé de 15 à 20 lignes accompagnés d’une petite biographie/cv d’une demi-page) devront être envoyées : pour la journée de Nancy (XIXe s.), avant le 31 juillet 2016 ; pour la journée de Lausanne (XXe-XXIe s.) avant le 31 septembre 2016.

Ces deux journées sont conçues comme des ateliers susceptibles de faire l’objet d’une publication ultérieure, si les résultats du travail commun paraissent la justifier, sous une forme qui n’est pas définie a priori.

 

Contacts : Aude.Fauvel@chuv.ch – laurence.guignard@univ-lorraine.fr

Notes :

[i] SHAPIN Steven, Une histoire sociale de la vérité. Science et mondanité dans l’Angleterre du XVIIe siècle, Paris, La Découverte, 2014.

[ii] LATOUR Bruno, « Les “vues” de l’esprit. Une introduction à l’anthropologie des sciences et des techniques », Culture technique, n° 14, 1985, p. 79-96.

[iii] DASTON Loraine, GALISON Peter, Objectivité, Paris, Les presses du réel, [États-Unis 2007] 2012.

[iv] HALLEUX Robert, Le savoir de la main. Savants et artisans dans l’Europe pré-industrielle, Paris, Armand Colin, 2009 ; SENNETT Richard, Ce que sait la main : la culture de l’artisanat [The Craftsman], Albin Michel, Paris, 2010.

[v] DASTON Lorraine, L’économie morale des sciences modernes. Jugements, émotions et valeurs, Paris, La Découverte, 2014.

[vi] LACOUR Pierre-Yves, La République naturaliste. Collections d’Histoire naturelle et Révolution française, Paris, 2014. LAFONT Anne (dir.), Artistes savants à la conquête du monde moderne, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2010.

[vii] Fourmentraux Jean-Paul, Art et science, CNRS, Paris, 2012.

Encyclopédisme et politique dans la première moitié du XIXe siècle (journée d’étude, 2 juin 2016)

Portrait de Léon Curmer, vers 1850 (Notice Wikipédia)
Portrait de Léon Curmer, vers 1850 (Notice Wikipédia)

Journée d’étude « Encyclopédisme et politique dans la première moitié du XIXe siècle », 2 juin 2016, organisée avec le soutien de l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (UMR 8066) et de l’ANR Utopies-19

Organisateurs : Vincent Bourdeau, Jean-Luc Chappey, Julien Vincent

Sorbonne, salle D622 (Galerie Dumas)

Figures et enjeux de l’encyclopédisme post-révolutionnaire (9h30-13h)

9h15 Accueil

9h30 Julien Vincent (Paris 1), « L’épistémologie politique des encyclopédistes français dans la première moitié du XIXe siècle »

10h15 Jean-Luc Chappey (Paris 1), « Les réseaux de l’encyclopédisme sous l’Empire. Les souscripteurs des Lettres philosophiques de Rigomer Bazin »

11h Laurent Clauzade (Caen), « Structure et fonction de l’encyclopédie chez Auguste Comte »

11h45 Andrea Lanza, « Une science pour tous, des savoirs de chacun. Les tensions de l’encyclopédisme démocratique dans la presse ouvrière parisienne des années 1840 »

12h30 discussion générale

13h Déjeuner

Table-ronde : qu’est-ce qu’une « encyclopédie morale » ? Le cas Léon Curmer (14h30-17h)

Table ronde autour de l’ouvrage de Léon Curmer « Les Français peints par eux-mêmes. Encyclopédie morale du XIXe siècle »

Intervenants : Anne-Emmanuelle Demartini (Paris-Diderot), Judith Lyon-Caen (EHESS), Yann Potin (Archives Nationales et Paris 13)

Discutants : Vincent Bourdeau (Besançon), Jean-Luc Chappey (Paris 1), Julien Vincent (Paris 1)

Les Naufragés de la Méduse (Jacques-Olivier Boudon)

BoudonParution de Jacques-Olivier Boudon, Les Naufragés de la Méduse, Paris, Belin, 2016, 334 p., 23 €, ISBN 978-2-7011-9668-8

Présentation de l’éditeur

« Le véritable récit du naufrage de La Méduse »

Le 2 juillet 1816, la frégate La Méduse s’échoue sur un banc de sable au large de la Mauritanie avec, à son bord, quatre cents passagers. Cent cinquante sont abandonnés sur un radeau construit à la hâte qui dérive pendant treize jours. Sans provisions, les naufragés de la Méduse s’entre-tuent, les rescapés dévorant la chair des cadavres gisant à leur côté. Quinze seulement survivent. Quatre témoigneront de cette expérience hors du commun. Leur récit bouleverse et divise la France de la Restauration. À travers la mise en cause du capitaine, dont l’incapacité est avérée, c’est le gouvernement lui-même qui est attaqué. Au-delà de cette dimension politique, les Français découvrent avec stupeur cette aventure tragique et macabre qui touche les replis les plus sombres de l’âme humaine. Le souvenir des guerres de l’Empire rejaillit. La catastrophe de la Méduse, immortalisée par Géricault au salon de 1819, exprime un indicible refoulé depuis l’avènement de Napoléon.

Partant des récits des témoins et d’archives inédites, Jacques-Olivier Boudon nous fait revivre l’odyssée des naufragés de la Méduse. Il nous raconte, d’une écriture alerte, les rebondissements de ce drame et explore les profondeurs d’une société qui solde alors le passif d’un quart de siècle de violences de guerre.

L’auteur

Jacques-Olivier Boudon, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure, est professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Sorbonne où il dirige également le Centre d’histoire du XIXe siècle et l’Ecole doctorale d’histoire moderne et contemporaine. Président de l’Institut Napoléon, il a publié une trentaine d’ouvrages consacrés à l’Empire et à l’histoire du XIXe siècle (Le Seuil, A. Colin). Deux d’entre eux ont été couronnés d’un prix de l’Académie des sciences morales et politiques.

POSITION DE THÈSE | Elisabeth Pillet, La restauration des vitraux des églises paroissiales de Paris de la Révolution à 1880

Elisabeth Pillet, La restauration des vitraux des églises paroissiales de Paris de la Révolution à 1880

Thèse de doctorat soutenue le 1er février 2005 à l’École pratique des Hautes Études, section des sciences historiques et philologiques, devant un jury composé de M. Jean-Michel Leniaud, directeur d’études à l’École pratique des Hautes Études, directeur de la thèse, Mme Brigitte Kurmann-Schwarz, chargée de cours H. D. R. à l’Université de Zurich, M. Jacques-Olivier Boudon, professeur à l’Université de Paris IV, M. Guy-Michel Leproux, directeur d’études à l’École pratique des Hautes Études, M. Marc Saboya, maître de conférences H. D. R. à l’Université de Bordeaux III.

Introduction

Les verrières de la capitale, mutilées à l’époque classique puis pendant la tourmente révolutionnaire, acquirent au cours du XIXe siècle un statut d’œuvres d’art qu’il convenait de protéger. C’est cette période essentielle pour la survie d’un patrimoine exceptionnel que nous nous sommes proposé d’explorer. Notre premier objectif était d’apporter une contribution à l’histoire des vitraux anciens de Paris en documentant les restaurations du XIXe siècle, mais nous voulions aussi étudier les hommes et les institutions qui en eurent la responsabilité : leur rôle respectif, les moyens techniques et financiers dont ils disposaient, leurs préoccupations, les doctrines ayant guidé leurs choix, la vision qu’ils avaient eux-mêmes de leur action, ou bien encore le jugement porté sur eux par leurs contemporains. Pour traiter ce sujet, il est vite apparu que les découpages chronologiques traditionnels étaient peu opérants, et qu’il était impossible d’évoquer les restaurations de la deuxième moitié du XIXe siècle sans tenir compte des évènements qui les avaient précédées. Il fallait non seulement retracer la lente redécouverte des techniques du vitrail dans les premières décennies du siècle, mais même remonter plus haut, les pratiques d’entretien régulier par des vitriers de la fin du XVIIIe siècle s’étant prolongées bien au-delà de la Révolution. Quant aux restaurations proprement dites, elles débutèrent en 1845, se développèrent surtout sous le Second Empire, mais connurent un net ralentissement après 1870. La dernière opération réalisée par le peintre verrier Prosper Lafaye entre 1876 et 1879 marquait la fin d’une période et c’est le terme qui fut choisi pour cette étude.

 

Première partie – Le temps des vitriers : l’entretien des vitraux à la fin du XVIIIe siècle et pendant les premières années du XIXe siècle

I – Les principaux acteurs de l’entretien des vitraux à la fin du XVIIIe siècle et pendant les premières années du XIXe siècle

Les grands chantiers de restauration, résultant de la redécouverte de la peinture sur verre dans les premières années du XIXe siècle ont été précédés d’une longue période de dégradation : l’arrêt progressif des commandes de vitraux au XVIIe siècle, qui eut pour conséquence la perte d’un savoir-faire au sein de la corporation des « vitriers et peintres sur verre » et le jugement peu favorable porté au XVIIIe siècle sur les vitraux qui obscurcissaient les églises ont empêché toute restauration importante, ce qui ne signifie pas pour autant que les vitraux aient été laissés à l’abandon : si la peinture sur verre n’était plus pratiquée, la vitrerie était devenue un art à part entière que se transmettaient des vitriers sur plusieurs générations. Aux anciennes dynasties parisiennes, celles des Le Vieil ou des Dor par exemple, vinrent s’adjoindre, à la fin du XVIIIe siècle, des vitriers venus de l’est de la France comme Jean-François Tailleur ou Nicolas et Louis Huin, qui devaient jouer un rôle important dans les premières années du XIXe siècle. Continuer la lecture de POSITION DE THÈSE | Elisabeth Pillet, La restauration des vitraux des églises paroissiales de Paris de la Révolution à 1880

POSITION DE THÈSE | Walter BADIER, Alexandre Ribot et la République modérée : formation et ascension d’un homme politique libéral (1858-1895)

Walter BADIER, Alexandre Ribot et la République modérée : formation et ascension d’un homme politique libéral (1858-1895)

Thèse de doctorat en histoire, soutenue en décembre 2015 à l’Université d’Orléans, sous la direction de Jean Garrigues.

Jury : Pierre Allorant (professeur des universités, université d’Orléans), Yves Déloye (professeur des universités, Sciences Po Bordeaux), Jean Garrigues (professeur des universités, université d’Orléans), Jérôme Grévy (professeur des universités, université de Poitiers), Jean-Marc Guislin (professeur des universités, université de Lille III).

Mention : très honorable avec les félicitations du jury.

Dans la représentation commune de la Troisième République émergent quelques « grands hommes » : Jules Ferry, Léon Gambetta, Georges Clemenceau, Jean Jaurès ou encore Léon Blum. Ces figures républicaines ont longtemps concentré l’attention des biographes et presque incarné à elles seules cette période si fondamentale de la vie politique française. De ce fait, des hommes politiques de premier plan restent dans l’ombre de ces monuments de la mémoire collective. Comme Jules Méline, Maurice Rouvier et bien d’autres, Alexandre Ribot est aujourd’hui tombé dans un relatif oubli.

L’ancien élu du Pas-de-Calais est pourtant considéré par l’historien Jean Estèbe comme « un des monstres de la Troisième République »1. Député puis sénateur pendant plus de quarante-quatre ans, onze fois ministre dans quatre ministères différents2 et cinq fois président du Conseil, il dispose en effet d’un des plus beaux curriculum vitae du personnel politique de la Troisième République. Continuer la lecture de POSITION DE THÈSE | Walter BADIER, Alexandre Ribot et la République modérée : formation et ascension d’un homme politique libéral (1858-1895)

POSITION DE THÈSE | Thierry Pastorello, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin XVIIIe – milieu XIXe siècle

Thierry PASTORELLO, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin XVIIIe – milieu XIXe siècle

Thèse de doctorat Mention « Sociétés occidentales, temps, espace et civilisations » Histoire moderne et contemporaine soutenue à l’université Denis Diderot- Paris VII le 31 mars 2009, devant un jury composé de Madame Elisabeth Roudinesco (Université Paris VII) ; Monsieur Robert Muchembled (Université Paris XIII), rapporteur ; Monsieur André Rauch (Université Marc Bloch Strasbourg II), rapporteur ; Monsieur André Gueslin (Université Denis Diderot Paris VII), directeur ; Monsieur Didier Godard (personnalité invitée, historien des homosexualité)

Entre la fin du XVIIIe siècle et jusqu’aux alentours du milieu du XIXe siècle, l’homosexualité masculine, comme catégorie désignant et stigmatisant certains hommes, est en voie de construction. Nous avons pris pour exemple Paris. Ce travail examine ce processus, par un croisement des discours et des vécus. Le cadre parisien offre un laboratoire suffisamment important : les faits d’homosexualité peuvent être observés à travers tout un ensemble de comportements et de pratiques identifiables dans les sources, notamment policières. Pourquoi délimiter cette étude entre la fin du XVIIIe siècle et la première partie du XIXe siècle ? C’est une période de bouleversements politiques, sociaux, et économiques. On observe un basculement d’une perception théologique à une perception laïque. Au plan répressif, deux évènements charnières délimitent la période de cette étude : 1790-1791, l’Assemblée constituante supprime le crime de sodomie de la liste des crimes, désormais la pratique de l’homosexualité tombera sous le coup de la loi, seulement dans le cadre de détournements de mineurs et d’outrage public à la pudeur ; au terme de la période étudiée, le docteur Ambroise Tardieu (1818-1879), professeur de médecine légale à l’École de médecine de Paris publie une étude sur les attentats aux mœurs. Ce travail scientifique développe amplement les « stigmates » de la « pédérastie » et les risques sanitaires encourus. Continuer la lecture de POSITION DE THÈSE | Thierry Pastorello, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin XVIIIe – milieu XIXe siècle

« De Dreyfus à Verdun. Penser l’horizon militaire (1906-1916) »

Le dernier numéro de la revue Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, 2015/1, n° 33 vient de paraître.

Sommaire :

Introduction

  • Olivier Cosson, La Belle Époque de la Grande Guerre p. 3-14
  • Emmanuel Saint-Fuscien : Entre guerre et paix. La décennie décisive de la justice militaire française (1906-1916), p. 15 à 30
  • Odile RoynetteL’impossible émergence d’une culture de la confiance dans l’armée française avant 1914, p. 31 à 50
  • Olivier CossonFortification temporaire ou permanente ?Le génie militaire français de la guerre moderne à la guerre de tranchée (1906-1916), p. 51 à 70
  • Anne RasmussenPréserver le capital humain. Une doctrine hygiéniste pour préparer la guerre démocratique ? , p. 71 à 95
  • Richard S. FogartyLa « Plus Grande Guerre », Les colonies, la race et l’armée française (1906-1916), p. 97 à 112
  • Frédéric VergerMarcel Proust et le défi de la guerre, p. 113 à 118
  • Christophe ProchassonUn moment Verdun ? , p. 119 à 127

Documents

Éric ThiersLe rapport parlementaire sur la Loi de deux ans (3 mars 1904), p. 129 à 170

 

Octave Gréard 1828-1904 (Stéphanie Dauphin)

GréardParution de Stéphanie Dauphin, Octave Gréard 1828-1904, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, 354 p., ISBN 978-2-7535-4316-4, 22 €

4e de couverture

Cet intellectuel humaniste aurait pu construire une brillante carrière universitaire soutenue par une large production littéraire. Il change de voie à trente-six ans et amorce alors une rapide ascension professionnelle  : inspecteur d’académie (1864), chargé de l’enseignement primaire du département de la Seine (1866), dont il devient directeur (1870), avant d’être nommé inspecteur général (1871), directeur de l’enseignement primaire au ministère (1872), et enfin vice-recteur (1879). Bien introduit auprès des divers ministres qui se succèdent, il s’impose comme une « éminence grise » au service de l’école républicaine populaire.

Une idée essentielle d’Octave Gréard est d’avoir érigé Paris et la Seine en laboratoire pédagogique. En 1868, il élabore sa Nouvelle organisation des écoles primaires en trois cycles qui sera étendue à toute la France. Il fixe les programmes d’enseignement, les emplois du temps et les méthodes de travail. Il prévoit un recrutement élargi des futurs maîtres en créant deux écoles normales primaires dans la capitale. L’école pour tous implique de sa part un effort sans précédent de constructions scolaires pour garçons et filles. S’ajoutent à cette préoccupation les salles d’asile, les écoles primaires supérieures, les écoles d’apprentis et les cours d’adultes. Devenu recteur, tous ces chantiers ont des répercussions dans l’ensemble de l’académie de Paris (9 départements).

À sa mort en 1904, le journal Le Siècle lui rend hommage : « Il fut mêlé à toute l’œuvre scolaire de la Troisième République et mérita d’être appelé par Jules Ferry le premier instituteur de France. »

L ‘auteure

Stéphanie Dauphin est docteure en histoire contemporaine. Cet ouvrage est la version allégée de sa thèse : Octave Gréard, Réformateur de l’enseignement primaire du Second Empire à la Belle Époque. Ce travail universitaire s’est effectué sous la direction de Jean-Noël Luc au Centre de recherches en histoire du XIXe siècle (université Paris IV Sorbonne).

Table des matières et Introduction sur le site de l’éditeur

 

4e Prix d’Histoire du XIXe siècle | Clément Fabre, « Idéogrammes, caquetages et ornements. Paris et la langue chinoise (1814-1900) »

Capture d’écran 2016-03-18 à 16.10.02Le 4e Prix d’Histoire du XIXe siècle a été décerné à Clément Fabre  pour son mémoire « Idéogrammes, caquetages et ornements. Paris et la  langue chinoise (1814-1900) », sous la direction d’Hugues Tertrais, Université Paris 1.
La remise du Prix aura lieu le 3 juin à 17h dans le hall du 3e étage  de la Maison de la Recherche (28 Rue Serpente, 75006 Paris).
Vous êtes cordialement invités à y assister
Le Centre d’histoire du XIXe siècle et la Revue d’histoire du XIXe siècle
© Gallica. Cloche rapportée de Chine par les Missionnaires dans le jardin du Couvent de la rue du Bac, dessin de Jules-Adolphe Chauvet, 1887

 

L’Europe et ses réfugiés politiques au XIXe siècle | par Sylvie Aprile et Delphine Diaz

Capture d’écran 2016-03-15 à 22.52.38

Les révolutions du XIXe siècle firent émerger une nouvelle figure, celle du réfugié politique, et de nouvelles politiques d’accueil. Mais, hier comme aujourd’hui, l’incertitude du vocabulaire employé reflétait la contradiction des États européens face au droit d’asile, entre devoir de protection et peur de l’étranger.

la suite ici :

http://www.laviedesidees.fr/L-Europe-et-ses-refugies-politiques-au-XIXe-siecle.html

©« The fool pied piper », Samuel D. Ehrhart, publié par Keppler & Schwarzmann, Puck Building, 1909.

Plateforme de la Société d'histoire de 1848 et des révolutions du XIXe siècle