Exposition | Bonaparte and the British, British Museum

Bonaparte and the British. Prints and Propaganda in the Age of Napoleon

Exposition ouverte jusqu’au 16 août au British Museum, à Londres :

http://www.britishmuseum.org/whats_on/exhibitions/bonaparte_and_the_british.aspx

Cette exposition présente plusieurs dizaines de gravures britanniques visant “Little Boney”, depuis son ascension jusqu’à l’exil de Sainte-Hélène. Certaines sont connues, d’autres rarement montrées. Les commissaires ont veillé à mettre en évidence non seulement les ressorts artistiques et politiques d’images souvent complexes, mais également les usages, les circulations, voire les financements des plus connues d’entre elles. Quelques gravures renvoient également au discours des radicaux, certes réprimés pendant les guerres de la Révolution et de l’Empire, mais qui s’expriment de nouveau en 1814-1815.

Britain’s Forgotten Slave-Owners | Documentaire BBC2

Capture d’écran 2015-07-24 à 09.23.50 Capture d’écran 2015-07-24 à 09.21.57

 

BBC2 vient de diffuser le documentaire en deux parties, “Britain’s Forgotten Slave-Owners” :

http://www.bbc.co.uk/programmes/b063db18 ( actuellement disponible sur iPlayer)

Une présentation dans The Observer du 12 juillet :

http://www.theguardian.com/world/2015/jul/12/british-history-slavery-buried-scale-revealed

Pour un témoignage, voir :

http://www.independent.co.uk/voices/comment/my-shameful-secret-an-ancestor-of-mine-was-a-slave-owner-10386758.html

Ce documentaire est fondé sur les recherches du  projet collectif “Legacies of British slave-ownership”, basé à University College London :

https://www.ucl.ac.uk/lbs

L’ouvrage de Catherine Hall, Keith McClelland, Nick Draper, Kate Donington et Rachel Lang, Legacies of British Slave-Ownership. Colonial Slavery and the Formation of Victorian Britain (Cambridge, 2014), présente des travaux issus de ce projet.

Citoyenneté, république, démocratie en France de 1789 à 1899. Études de documents (numéro 22 de la revue Parlement[s])

ParlementsParution de Citoyenneté, république, démocratie en France de 1789 à 1899. Études de documents, numéro 22 de Parlement[s], sous la direction de Jean Garrigues & Éric Anceau

Présentation

Citoyenneté, république, démocratie : ces trois fondamentaux du politique sont questionnés dans la France de 2015. Donner une profondeur historique à leur analyse, en particulier au cours de la période qui s’étend des débuts de la Révolution (1789) à la stabilisation de la Troisième République (1899), permet de mieux comprendre la complexité des problèmes actuels. En outre, cette question historique capitale et d’une brûlante actualité a été mise aux concours de recrutement des professeurs d’histoire-géographie de l’enseignement secondaire : l’agrégation et le CAPES. Pour ces deux raisons, notre revue ne pouvait rester hors du débat. Avec ce numéro spécial, elle apporte une réelle plus-value en proposant des commentaires de sources variées, originales et au cœur des enjeux.

Ce volume est complété d’un cahier iconographique en ligne

Sommaire

Jean Garrigues & Éric Anceau, Introduction

[Sources]

Alexandre Niess, Démocratie, citoyenneté, régimes électoraux et élections en France de 1789 à 1899

Pierre Allorant, Le local et le « grand tout national ». Municipalités, départements et préfets

Stéphane Kronenberger, Les étrangers, l’immigration et la citoyenneté républicaine (1789-1899)

Annie Duprat, Citoyenneté et régénération (1789-1794)

Olivier Tort, Lutte des classes et triomphe de la démocratie occidentale. Les analyses pionnières du magistrat Cottu (3 août 1828)

François Jarrige, Le journal L’Atelier s’adresse aux ouvriers en Février 1848

Delphine Diaz, Exil, citoyenneté et république. Les étrangers dans le Paris de 1848 vus par Louis Garnier-Pagès

Philippe Darriulat, « Les deux compagnons du devoir » (1848) et « 1852 » (1850). Deux chansons de Pierre Dupont

Juliette Glikman, La démocratie césarienne. De l’urne électorale à la consécration providentielle

Chloé Gaboriaux, La République et les paysans. Extrait de Jules Ferry, La lutte électorale en 1863

Jean-Claude Caron, Jules Ferry, « De l’égalité d’éducation ». Extrait de la conférence donnée à la salle Molière, 10 avril 1870

Jacqueline Lalouette, Jules Barni et la démocratie. Combats pour l’instruction, la morale et la liberté (1871)

Maïté Bouyssy, La citoyenneté à table. Quelques gestes civiques vus de l’assiette

Christian Delporte, « La liberté de la presse », par Alfred Le Petit. Le Grelot, 10 mars 1872

Noëlline Castagnez et Corinne Legoy, Hubertine Auclert et la naissance du suffragisme

Christophe Voilliot, Les candidatures gouvernementales sous la IIIe République

Vanina Profizi, Quelle représentation parlementaire pour la Guyane et le Sénégal sous la IIIe République ?

Jean El Gammal, La République vue par un parlementaire bonapartiste à la fin du xixe siècle

Pierre Allorant, En couverture : « L’égalité devant la loi » (1899)

Marie Aynié, Le devoir du citoyen français. Une conférence dreyfusarde de Louis Havet, 11 février 1901

[Lectures]

Jean-Claude Caron, Les deux vies du général Foy (1775-1825), guerrier et législateur, Champ Vallon, 2014, par Olivier Tort

Emmanuel de Waresquiel, Fouché. Les silences de la pieuvre, Tallandier/Fayard, 2014, par Pierre Allorant

Olivier Tort, La Droite française. Aux origines de ses divisions 1814-1830, Éditions du CTHS, 2013, par Éric Anceau

Frédéric Monier, Olivier Dard et Jens Ivo Engels, Patronage et corruptions politiques dans l’Europe contemporaine, 2. Les coulisses du politique à l’époque contemporaine. xixe-xxe siècles, Armand Colin, 2014, par Pierre Allorant

Emmanuel Fureix (dir.), Iconoclasme et révolutions de 1789 à nos jours, Champvallon, 2014, par Noëlle Dauphin

En revenant à la revue : la revue de fin d’année au XIXe siècle | Olivier Bara, Romain Piana & Jean-Claude Yon (dir.) | Revue d’histoire du théâtre

Capture d’écran 2015-06-22 à 10.31.00“En revenant à la revue : la revue de fin d’année [ou “théâtrale”] au XIXe siècle”, Olivier Bara, Romain Piana & Jean-Claude Yon (dir.), Revue d’histoire du théâtre, 2015-2.

http://www.sht.asso.fr/

Couplet des directeurs
Air : En revenant de la revue

Gais et contents
Nous rev’nons un instant
Sur la revue d’antan
Le cœur à l’aise

Sans hésiter
Car nous allons fêter
Voir et complimenter
La scèn’ française.

 

SOMMAIRE

Introduction

par Olivier Bara, Romain Piana et Jean-Claude Yon                                                                                                                                                                                         

-Au croisement du Vaudeville anecdotique et de la féerie : codification du genre de la revue de fin d’année sous la Monarchie de Juillet

par Amélie Calderone                                                                                      

-La danse académique dans la revue de fin d’année Rothomago

par Emmanuelle Delattre                                                                              

-L’Algérie mène la revue : la colonisation dans les spectacles de fin d’année au XIXe siècle

par Amélie Grégorio                                                                                        

-Métamorphoses de la revue de fin d’année au café-concert : l’exemple de l’année 1886

par Marine Wisniewski                                                                                    

-La ronde des produits. Revue de fin d’année, produits industriels et publicité à Paris au XIXe siècle

par Manuel Charpy

-L’érotisation massive des revues de cafés-concerts à la belle époque

par Livia Suquet                                                                                                               

-Luc Malpertuis. Auteur belge et collectionneur de revues théâtrales de fin d’année.

Contribution à l’histoire d’un genre méconnu

par Paul Aron                                                                                                  

Le Teatro Praga et la Revista a portuguesa. Entretien avec Pedro Penim et José Maria Vieira Mendes

par Romain Piana                                                                                          

-Varia | Les salles de théâtre de l’Algérie coloniale

par Boualem Touarigt                                                                                                   

 

Actualités de la recherche: expositions, parutions, colloques…

http://www.sht.asso.fr/

L’éducation industrielle et les savoirs enseignés aux ouvriers adultes en France (1800-1870) | Carole Christen (dir.)

Capture d’écran 2015-06-22 à 09.58.27Les Études sociales, n°159, 2014-1

L’éducation industrielle et les savoirs enseignés aux ouvriers adultes en France (1800-1870)
(dossier coordonné par Carole Christen)

Carole Christen
Jalons pour une histoire de l’éducation industrielle destinée aux ouvriers adultes au XIXe siècle

L’éducation industrielle : discours et mise en place

Corinne Doria
Aux origines du « paternalisme industriel ». L’éducation industrielle dans la pensée
physiocratique et dans la Société d’encouragement pour l’industrie nationale

Gérard Bodé
Les cours professionnels pour ouvriers sous la Restauration et la monarchie de Juillet

François Vatin
Claude-Lucien Bergery et l’enseignement pour ouvriers à Metz (1825-1835) :
un projet industriel et social exemplaire

Carole Christen
L’éducation industrielle vue par la presse ouvrière dans les années 1840

Formalisation des savoirs enseignés aux ouvriers

Renaud D’enfert
L’offre d’enseignement mathématique pour les ouvriers dans la première
moitié du XIXe siècle : concurrences et complémentarités

Matthieu de Oliveira
Du teneur de livres au comptable. Formalisation et diffusion des savoirs
comptables dans la France de la première industrialisation

Fabien Knittel
L’« éducation » des fruitiers et des laitières de Franche-Comté au XIXe siècle :
entre initiation domestique, apprentissage professionnel et transmission scolaire

Stéphane Lembré
« La flamme qui brûle et la flamme qui éclaire » : une expérience d’éducation
ouvrière à Roubaix, 1869-1872

Notes critiques

Hommage

Images à charge. La construction de la preuve par l’image | Le Bal (Paris 18e)

Capture d’écran 2015-06-16 à 11.01.06Le Bal |6, Impasse de la Défense | 75018 Paris | Métro Place de Clichy
Du 4 juin au 30 août 2015
Première exposition au BAL sans œuvre et sans artiste, Images à charge est consacrée à l’image produite en tant que preuve par des experts, chercheurs et historiens dans des cas de crimes ou de violences individuelles et collectives.

Sont présentés onze cas depuis l’invention de prises de vue «métriques » de scènes de crimes au XIXe siècle, jusqu’à la reconstruction d’une attaque de drone au Pakistan en 2012. Pour chaque cas, un contributeur revient sur son contexte historique et géopolitique d’apparition, la finalité des images et leurs conditions de production.

« Voir, c’est croire ». La capacité d’attestation de l’image, qui prévaut dans la perception commune, est d’autant plus avérée dans le champ légal. La photographie révèle, enregistre, valide, certifie et l’usage courant de photographies dans les tribunaux, qui suit de peu l’invention du médium, le démontre : le pouvoir de vérité de l’image est un instrument de conviction essentiel au service de la justice. En réalité, ce pouvoir de vérité a toujours été ardemment débattu, parfois légitimement contesté et souvent contredit.

Comment les traces, les signes ou les symptômes d’un acte criminel peuvent-ils être découverts, compris et validés par l’image ? Comment des dispositifs de capture ou de présentation de l’image sont-ils conçus par les experts pour renforcer son caractère probatoire ? Comment l’image se construit-elle dans un discours scientifique et historique de vérité ?

Exposition conçue par Diane Dufour avec Luce Lebart, Christian Delage et Eyal Weizman

et la contribution de Jennifer L. Mnookin, Anthony Petiteau, Tomasz Kizny, Thomas Keenan, et Eric Stover

Scénographie par l’Atelier Maciej Fiszer

Exposition co-produite avec The Photographers’ Gallery (exposition du 2 octobre 2015 au 10 janvier 2016) et le Nederlands Fotomuseum à Rotterdam (exposition du 22 mai au 28 août 2016)

Un ouvrage co-édité par les Éditions Xavier Barral et LE BAL accompagne l’exposition.

Publications disponibles de la Société d’Histoire de la Révolution de 1848

Notre société met en vente les exemplaires disponibles de ses anciennes publications.
Nous conseillons la consultation des Tables des publications de la Société rédigées par Lise Dubief et publiées en 1957.
• Bulletin paru de 1904 à 1940, puis de 1946 à 1952 : pour chaque série, il ne reste souvent que quelques exemplaires, s’adresser au trésorier de la société pour le détail.
• De la bibliothèque de la Révolution de 1848, sont disponibles :
– Le tome XXII : Réaction et suffrage universel en France et en Allemagne, sous la direction de Jacques Droz, 1963. Prix de vente : 8 €.
– Le tome XXIII : La Presse ouvrière (1819-1850), sous la direction de Jacques Godechot, 1966. Prix de vente : 11 €.
– Le tome XXIV : Les Ouvriers de Paris. L’organisation (1848-1851), par Rémy Gossez, 1967. Prix de vente : 11 €.

NOUVELLE SÉRIE
1848. Révolutions et mutations au XIXe siècle
Notre société a publié sous ce titre sa revue de 1985 à 1994 (10 numéros). La table décennale en a été publiée par Jean-Claude Farcy dans notre numéro 11 en 1995.
Les numéros 1 à 4 sont épuisés. Les numéros 5 à 10 sont disponibles, au prix de 5 € l’exemplaire (port : 4 euros), auprès de Christophe Voilliot, Résidence du Tholon – Bât. 4 – 36 rue Chaudot, 89300 Joigny (courriel : Voilliot@aol.com).
Depuis 1995, notre société publie sa revue sous ce nouveau titre. La livraison est annuelle en 1995, semestrielle depuis 1996. Les numéros disponibles le sont auprès de Christophe Voilliot (numéros simples : 22 € et 24 € à compter du numéro 34 ; numéros doubles : 44 € ; frais de port : 4 euros). La table décennale 1995-2004 en a été publiée par Jean-Claude Farcy dans notre numéro 31 et sur le site web de la revue (http://rh19.revues.org).
La Société d’Histoire de la Révolution de 1848 vous propose d’acquérir à titre exceptionnel les numéros 11 à 38 au prix de 5 € l’unité, plus 4 € de frais d’envoi (franco de port à partir du troisième exemplaire commandé pour les résidents de l’UE).
N° 11-1995 – L’exil
N° 12-1996/1 – L’incendie
N° 13-1996/2 – (Re)penser le XIXe siècle (épuisé)
N° 14-1997/1 – Cinquante ans de recherches sur 1848
N° 15-1997/2 – 1848. Nouveaux regards
N° 16-1998/1 – 1848, un modèle politique à l’épreuve
N° 17-1998/2 – Les foules au XIXe siècle
N° 18-1999/1 – Varia
N° 19-1999/2 – Aspects de la production culturelle au XIXe siècle (épuisé)
N° 20.21-2000/1 & 2 – Varia
N° 22-2001/1 – Autour de Décembre 1851
N° 23-2001/2 – Nouvelles approches en histoire économique
N° 24-2002/1 – Varia
N° 25-2002/2 – Le temps et les historiens
N° 26.27-2003/1 & 2 – Varia
N° 28-2004/1 – Religion, politique et culture au XIXe siècle
N° 29-2004/2 – Varia
N° 30-2005/1 – Pour une histoire culturelle de la guerre au XIXe siècle
N° 31-2005/2 – La « Société de 48 » a cent ans
N° 32-2006/1 – Varia
N° 33-2006/2 – Relations sociales et espace public
N° 34-2007/1 – La bourgeoisie : mythes, identités et pratiques
N° 35-2007/2 – La Restauration revisitée – Les formes de la protestation – Une histoire de l’État
N° 36-2008/1 – L’enquête judiciaire et ses récits – Mots, violence et politique – Varia
N° 37-2008/2 – L’ère victorienne revisitée (épuisé)
N° 38-2009/1 – Savoirs occultés. Du magnétisme à l’hypnose
N° 39-2009/2 – Le monde de l’imprimé – Éducation et politique – Histoires politiques
N° 40-2010/1 – Discours – Imaginaire, science, révolution
N° 41-2010/2 – L’Algérie au XIXe siècle
N° 42-2011/1 – La souveraineté populaire
N° 43-2011/2 – L’ordre électoral
N° 44-2012/1 – L’Italie du Risorgimento
N° 45-2012/2 – Le quotidien des techniques
N° 46-2013/1 – L’espace du politique en Allemagne au XIXe siècle
N° 47-2013/2 – L’avenir du XIXe siècle
N° 48-2014/1 – Usages du droit

N°49-2014/2 – 1814-1815. Expériences de la discontinuité

Tous les numéros sont à commander auprès de Christophe Voilliot, trésorier de la société, Résidence du Tholon – Bât. 4 – 36 rue Chaudot, 89 300 Joigny (courriel : Voilliot@aol.com). Frais de port : 4 euros.

 

 

L’insurrection entre histoire et littérature (1789-1914) (Quentin Deluermoz, Anthony Glinoer, éd.)

InsurrectionParution de Quentin Deluermoz, Anthony Glinoer (éd.), L’insurrection entre histoire et littérature (1789-1914), Paris, Publications de la Sorbonne, 2015.  ISBN978-2-85944-904-9

Présentation de l’éditeur

Tout au long du XIXe siècle, la France a vécu au rythme des insurrections. Qu’elles aient été transformées en révolutions ou qu’elles aient été éteintes, réprimées, trahies, les insurrections ont modelé le rapport à l’histoire en train de s’écrire. Ce livre se propose de reprendre à nouveaux frais une double question dont les enjeux sont profonds : ce que l’insurrection, temps d’ouverture des possibles, espérés ou craints, fait à l’écriture et à la littérature ; ce que la littérature, ses auteurs, ses topiques, fait dans le temps insurrectionnel. Comment les moments insurrectionnels ont-ils redéfini la fonction et le statut d’écrivains comme Jules Vallès, Eugène Sue et Louise Michel, d’un genre comme les mémoires de protagonistes de l’insurrection, d’un médium comme l’affiche ? Comment les discours littéraire et historien travaillent-ils l’insurrection, pendant et après l’évènement, au moyen de quelles mises en intrigue, de quelles mises en forme particulières et avec quelle efficacité ? Quelles rencontres peut-on observer, par exemple, entre le Dumas des journaux de 1848, le Hugo des Misérables et le Michelet de l’Histoire de la révolution française ? Quel sens, enfin, donner aux prises d’écriture anonymes, par lesquelles les acteurs tentent de s’inscrire dans l’histoire ? Historiens et littéraires, à parts égales, ont été invités à répondre à ces questions. Partant de cas d’études qui empruntent tant à la Grande révolution de 1789-1794 qu’aux insurrections de 1848 et à la Commune de Paris, les articles qui composent cet ouvrage montrent qu’il existe bien à cette époque un lien fort entre littérature et insurrection qui doit être repensé.

Sommaire

Introduction, Quentin Deluermoz et Anthony Glinoer

Michel de Cubières et la question du statut d’auteur en révolution, Jean-Luc Chappey

Le peuple souverain : le 20 juin 1792 (Michelet, Dumas), Corinne Saminadayar-Perrin

Morales littéraires et politiques au temps de l’insurrection. Les romanciers journalistes et les insurrections sous la Deuxième République, Sébastien Hallade

Entre acteurs politiques et historiens : les auteurs des premières histoires de la révolution de 1848, Laura O’Brien

Le « sténographe de l’univers ». Le Mois d’Alexandre Dumas (1848-1850), Sarah Mombert

Les Mystères du peuple d’Eugène Sue : l’insurrection entre histoire, politique et littérature, Anthony Glinoer

Roman, oralité, incorrection. Louise Michel et l’écriture de l’insurrection, Stéphane Zékian

« Elle n’est pas morte » : quand dire c’est faire. Écrire et continuer la Commune de Paris dans les années 1880, Laure Godineau

Révolution politique et anomie littéraire : notes sur les révolutions de 1830, 1848 et 1871, Alain Vaillant

Les auteurs

The Golden Age of State Enquiries. Rural Enquiries in the Nineteenth Century, from fact gathering to political instrument (Nadine Vivier, éd.)

VivierParution de Nadine Vivier (ed.), The Golden Age of State Enquiries. Rural Enquiries in the Nineteenth Century, from fact gathering to political instrument, Brepols, 2014, 291 p. ISBN 978-2-503-55284-2

Présentation de l’éditeur

Toute intervention de l’État dans le domaine social exige des connaissances, généralement acquises par une enquête diligentée par l’État. On trouve de telles enquêtes dès l’Antiquité mais celles du XIXe siècle présentent des caractéristiques nouvelles par rapport aux précédentes car la nature de l’État a changé et les moyens scientifiques et financiers ont progressé. De grandes enquêtes ont été lancées pour évaluer les transformations du monde rural. Le XIXe siècle a vraiment été l’âge d’or des enquêtes gouvernementales ou parlementaires. Inspirées de la sociologie naissante, elles visaient à procurer un savoir scientifique accessible à tous et elles voulaient proposer des progrès agricoles et une amélioration de la vie rurale.

Ce volume n’étudie pas le contenu des réponses aux enquêtes ; il se concentre sur les motivations et le déroulement de ces enquêtes. La comparaison internationale (Europe occidentale surtout) met en valeur l’importance des transferts culturels transnationaux. Les enquêtes britanniques et françaises ont été considérées comme les modèles d’un État civilisé moderne. Les méthodes statistiques ont été discutées dans les congrès internationaux et adaptées dans chaque pays selon la conception du pouvoir de l’État.

Any state intervention in society requires an important degree of knowledge, usually given by a state-sponsored enquiry. Some of these surveys can be traced back to Antiquity, but by the nineteenth century enquiries prove to be different because the nature of the state and the distribution of political influence had changed, and the scientific and financial means to investigate had progressed. This new context prompted states to launch large enquiries to assess transformations in the rural world. The heart of the nineteenth century was the golden age of state enquiries. Inspired by the nascent sociology, they fulfilled the desire for scientific knowledge accessible to everyone and the search for innovative solutions for the improvement of agriculture and rural life.

The present volume does not focus on the content of the enquiries; it examines their origins and functioning as new and important objects of historical research. 14 studies are gathered from across 12 countries. The main focus is on Western Europe, with broadening perspectives to the East (Ottoman Empire) and West (Canada and Mexico). The International comparative perspectives highlight the importance of transnational cultural transfers in the nineteenth-century. French and British methods were considered models of progress and of a civilized state. Statistical methods and the needs of the Administration were discussed and adapted in each state according to their conception of state power, in a context of the construction of the nation state.

Table des matières

  1. Introduction: The age of monumental investigations, Nadine Vivier, p. 11
  2. Inquiries or statistics ? Agricultural surveys and methodological considerations in the nineteenth century, Ute Schneider, p. 43
  3. The development of official knowledge about Irish rural society in the nineteenth century, Peter Gray, p. 59
  4. Searching for economic and administrative reforms. Enquiry of 1863 in the Ottoman Empire, Alp Yücel Kaya, p. 75
  5. The 1866 agricultural enquiry in France. Economic enquiry or political manœuvre ?, Nadine Vivier, p. 91
  6. The “Jacini Enquiry” in Italy, 1877- 1885, Giuliana Biagioli, p. 109
  7. Agricultural change and politics in late nineteenth century Britain. The enquiries of two Royal Commissions, 1879-1897, Robert M. Schwarz, p. 129
  8. The state of the rural poor: the agricultural labourer and the Royal Commission on Labour in 1890s England, Nicola Verdon, p. 127
  9. The French parliamentary inquiry of 1884. A response to multiple crises, Jonathan Liebowitz, p. 175
  10. The 1879-80 enquetes on agriculture in Hungary, András Vári , p. 191
  11. Spanish agriculture and the government enquiry. La crisis agricola y pecuaria, 1887-89, Juan Carmona and James Simpson, p. 207
  12. The parliamentary enquiry report in Denmark 1896, Ingrid Henriksen, p. 223
  13. The agricultural enquiry of 1890 in the Netherlands. Bringing the state back in, Anton Schuurman, p. 239
  14. Seeing modern agriculture. Ontario’s agricultural Commission of 1880, Daniel Samson, p. 255
  15. Agricultural statistics in modern Mexico. A real world or an imagined reality ?, Alejandro Tortolero, p. 273

Crinoline et Cie. La bourgeoisie s’expose 1850-1890 |Musée du costume et de la dentelle de Bruxelles

affiche_mode_bourgeoisie_manuel_charpy

crinoline_mode_bourgeoisie_manuel_charpy

Crinoline & Cie. La bourgeoisie s’expose (1850- 1890)

Musée du costume et de la dentelle, Bruxelles, Belgique

du 28.05.15 au 10.04.16

La crinoline prend d’abord la forme d’un jupon armé de crin (d’où elle tire d’ailleurs son
nom), renforcé de baleines et très empesé. Elle va ensuite se déployer grâce à des cerceaux concentriques d’osier et puis de métal. La crinoline métallique, véritable nouveauté, est produite industriellement dès 1854 en Angleterre et en France. Elle présente l’avantage de désentraver les jambes mais aussi le risque de les montrer de façon inadéquate. Désormais, pour sauvegarder l’honneur, les dames portent des tuyaux de modestie ou pantalons de lingerie, jusque-là réservés à certaines pratiques, comme la danse et l’équitation.

Il y a des crinolines de toutes sortes: des crinolines cages ne laissant paraître que la structure métallique, savamment agencée pour garantir une meilleure articulation, à celles dont la structure est emprisonnée dans un jupon d’étoffe. Leurs formes évoluent au gré du temps, de la mode et des innovations techniques, mais toutes confèrent à la silhouette une forme extravagante.

Les robes portées au-dessus de ces structures, sont appelées par métonymie crinolines ou robes à crinoline. Elles sont mises en contexte par des portraits-carte de visite, issus d’ateliers bruxellois. Ces photographies de petit format (6 x 9 cm), nées en 1854 de l’imagination d’André Disdéri, donnent aux bourgeois l’occasion de mettre en scène leur réussite sociale.

L’entre-deux électoral. Une autre histoire de la représentation politique en France (XIXe-XXe siècle)

Entre-deuxParution de Adeline Beaurepaire-Hernandez et Jérémy Guedj (dir.), L’entre-deux électoral. Une autre histoire de la représentation politique en France (XIXe-XXe siècle), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, 166 p. , ISBN 978-2-7535-4005-7, 16 €.

 

4e de couverture

La démocratie représentative ne s’anime-t-elle qu’en période électorale? De Siéyès, qui aux lendemains de la Révolution déclarait que seul le système représentatif permettait la pleine jouissance de la liberté, à la crise de représentation qui frappe aujourd’hui les sociétés contemporaines, fruit d’un « divorce » consommé, selon l’expression consacrée, entre le peuple et ses élites, entre représentant et représenté, le système représentatif, qui poursuit la mission d’incarner la souveraineté populaire, a vu son image s’écorner et s’attire des critiques de plus en plus nourries et variées. Cet ouvrage collectif s’interroge ainsi sur les conditions du maintien et des modalités de la fonction représentative endossée par les élus du peuple hors de toute manifestation institutionnalisée et entre les moments d’appel au suffrage, lors de ce que l’on appellera un « entre-deux » électoral à la durée variable.

 

 

 

 

 

Table des matières

Les auteurs

Adeline Beaurepaire-Hernandez, Jérémy Guedj, Introduction. L’entre-deux électoral, un « envers » de l’histoire politique contemporaine

Didier Mineur, Propos liminaire. L’écart constitutif de la relation de représentation

Première partie. CONSTRUIRE LE LIEN POLITIQUE ENTRE MONARCHIES CONSTITUTIONNELLES ET EMPIRE

Vivien Faraut, Convaincre et conquérir. « Les lettres aux électeurs » dans la diffusion des idées libérales sous la Restauration

Emmanuel Fureix, Le charivari politique: un rite de surveillance civique dans les années 1830

Marieke Polfliet, Mr Soulé goes to Washington : itinéraire d’un représentant entre deux mondes, à l’heure de l’avènement du suffrage universel en Louisiane et en France (1844-1848)

Juliette Glikman, Consacrer l’Empereur: les plébiscites par acclamation du Second Empire

Deuxième partie. REPRÉSENTATION RÉPUBLICAINE, RÉPUBLIQUE EN REPRÉSENTATION

Jean Garrigues, Gambetta en représentations: commis-voyageur ou homme providentiel ?

Emmanuel Debono, L’antiracisme dans les années 1930: un nouveau terrain de rencontre entre citoyens et élus politiques

Jérémy Guedj, À l’écoute d’un peuple désincarné? Gouverner au nom du peuple sous la IVe  République: l’exemple des politiques migratoires

Magali Guaresi, La représentation politique de « proximité ». L’entre-deux électoral dans les professions de foi des député(e)s (1958-2007)

Jean-Paul Pellegrinetti, Conclusion

Lire l’introduction sur le site des PUR

 

Programme de colloque | Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945

collqoue_education_populaire_manuel_charpy

Université de Lille 3, IRHiS (UMR CNRS 8529-IRHiS)

Institut universitaire de France

Université de Tours (CeTHiS EA 6298)

Histoire de l’éducation populaire 1815-1945

Colloque international, mercredi 17, jeudi 18 et vendredi 19 juin 2015

Université de Lille 3 – Villeneuve d’Ascq
Bâtiment A, Salle de séminaire de l’IRHiS (A1 152)

Ce colloque sur l’« Histoire de l’éducation populaire de 1815 à 1945 » a pour ambition de faire un bilan et de poursuivre et amplifier les recherches dans une perspective historique, en les inscrivant dans une histoire socio-économique et également politique et culturelle. Les définitions de l’éducation populaire doivent être approfondies, les mises en œuvres selon les époques et ses relations avec d’autres entreprises (comme les institutions scolaires) doivent être explicitées. Des comparaisons avec des expériences étrangères montreront l’universalité de l’éducation populaire avec parfois des chronologies décalées liées à des contextes nationaux spécifiques. Ce colloque réunira des historiens mais également des spécialistes d’autres disciplines (sciences de l’éducation, sociologie, philosophie, droit, etc.).

Mercredi 17 juin 2015

13h45 – MATTHIEU de OLIVEIRA, directeur adjoint du laboratoire IRHiS
Accueil, mot de bienvenue

14h15 – Introduction générale par les organisateurs Carole CHRISTEN et Laurent BESSE

L’éducation populaire : un objet, une enquête

Président de séance : Antoine SAVOYE

14h40 – Frédéric CHATEIGNER (Université François-Rabelais, Tours),
Histoire de l’expression « éducation populaire » dans les discours publics français (1815-1945)

15h – Jean-Louis GUEREÑA, (Université François Rabelais,Tours)
L’éducation populaire en Espagne (deuxième moitié du XIXe siècle-premier tiers du XXe). Un bilan historiographique

15h20 – Tetyana KLOUBERT (Université d’Augsbourg)
Éducation intensive et extensive –  entre la revendication éducative et la propagande. Explorations historiques de l’éducation des adultes en Allemagne à la fin du XIXe et au début du XXe siècle

15h40 – Discussions  – Pause

16h30 – Jean-François CONDETTE (Université d’Artois ESPE-Lille-Nord-de-France)
L’éducation populaire selon « l’enquête relative aux cours d’adolescents et d’adultes, aux conférences populaires et aux œuvres complémentaires de l’école » de 1896 : analyse générale et septentrionale

16h50 –Nicolas PALLUAU (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse)
Un désir de politique d’Etat. Les rapports d’Edouard Petit sur l’éducation populaire (1895-1917)

17h10 – Les sources de l’histoire de l’éducation populaire dans les services publics d’archives en France par le Pôle de conservation des archives des mouvements de jeunesse et d’éducation populaire (PAJEP)

17h50 – Discussions

Jeudi 18 juin 2015

L’éducation populaire : faire de la politique autrement ?

Président de séance : Jean-Claude CARON

9h30 – Jean-Charles BUTTIER (École pratique des Hautes Études)
Les catéchismes politiques, outils d’une éducation politique populaire pendant la Restauration (1815-1848)

9h50 – Emilie DELIVRÉ (Institut d’histoire italo-allemande de Trente)
La lecture publique des lois comme moyen d’éducation civique populaire au cours de la première moitié du XIXe siècle allemand

10h10 – Bernard DESMARS (Université de Metz)
L’éducation du peuple et les fouriéristes : un projet de transformation sociale

10h30 – Discussions  – Pause

11h10 – Martin PETITCLERC (Université du Québec à Montréal)
La contre-conduite mutualiste: réflexions sur l’éducation populaire au moment de la transition à la gouvernementalité libérale au Québec (XIXe siècle)

11h30 – Pietro CAUSARANO (Université de Florence)
Une ville bienfaisante ? Classes dirigeantes, philanthropie et circuit municipal de l’éducation populaire à Florence après l’Unité nationale

11h50 – Discussions

Le peuple au féminin

Président de séance : Jean-François CONDETTE

14h – Caroline FAYOLLE (Université de Rennes 2)
Les écoles pour filles du peuple de la Société pour l’instruction élémentaire : un laboratoire pédagogique sous la Restauration

14h20 – Renaud d’ENFERT (Université de Cergy-Pontoise)
Une institution « éminemment utile et moralisatrice » : les cours et écoles de dessin pour jeunes filles (1800-1860)

14h40 – Agnès SANDRAS (Bibliothèque nationale de France)
Femmes et bibliothèques populaires : une présence oubliée ?

15h – Marianne THIVEND (Université Lumière Lyon 2 – LARHRA)
Instruire et éduquer les femmes des classes populaires : l’exemple des premiers cours de dames de la Société d’enseignement professionnel du Rhône, de 1864 à la veille de la Première Guerre mondiale

15h20 – Discussions  – Pause

Les universités du peuple

Président de séance : Philippe DARRIULAT

16h – Laura MOUGEL (Université de Nancy)
L’Université populaire nancéienne : les caractères originaux d’une expérience lorraine

16h20 – Damienne BONNAMY (Université de Franche-Comté)
L’enseignement supérieur pour tous, l’exemple de l’Université Populaire de Besançon

16h40 – Elena MUSIANI (Université de Bologne)
Mutualisme et éducation : l’exemple de l’Université populaire Giuseppe Garibaldi de Bologne

17h – Discussions

17h45 – Cabaret d’éducation populaire : Sophie-Anne LETERRIER (Université d’Artois), accompagnée par la chanteuse Judith Fages et l’accordéoniste Bogdan Nesterenko
À l’école des goguettes dans le premier XIXe siècle

Vendredi 19 juin

Intégrer le peuple par la culture

Président de séance : Antoine PROST

9h30 – Philippe JIAN (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Les comités d’éducation populaire en Alsace au lendemain de la Grande Guerre : aspects d’une œuvre d’intégration culturelle et patriotique

9h50 – Etienne PELLET-RECHT (EHESS/Université Paris-Est Créteil)
Une Éducation populaire “par en-bas”. Les pratiques musicales et leurs à-côtés dans les amicales laïques et les patronages catholiques d’une guerre à l’autre

10h10 – Discussions  – Pause

Éduquer et former la jeunesse

Présidente de séance : Rebecca ROGERS

10h40 – Bertrand SILVESTRE (Université de Lyon 2)
Éducation Populaire et Éducation Nationale : L’exemple lyonnais à partir des années vingt avec la mise en place des loisirs éducatifs au Lycée du Parc

11h – Jérôme MARTIN (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Encadrer, insérer et former la jeunesse : l’éducation populaire dans le champ de l’orientation professionnelle (1900-1940)

11h20 – Bernard GIROUX (Sciences Po Paris)
Quelle Action catholique pour l’enseignement populaire ?

11h40 – Louise BIENVENUE (Université de Sherbrooke)
L’Action catholique spécialisée : un palliatif à la sous-scolarisation des jeunes Canadiens français (1930-1945)

12h – Discussions

Des méthodes au service de l’éducation populaire

Présidente de séance : Françoise LAOT

14h – Sylvie FAYET-SCRIBE, (Université Paris 1- Panthéon- Sorbonne)
Mercédès Le Fer de la Motte (1862-1933) : Le document en action dans l’histoire de l’éducation populaire

14h20 – Pascal LABORDERIE (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Le cinéma éducateur laïque : l’autre cinéma du Front populaire ?

14h40 – François GASNAULT (CNRS, ministère de la Culture et de la Communication)
Maud Pledge ou les danses du peuple au service de l’éducation nouvelles (1926-1945)

15h – Danielle MAURICE (EHESS-CEAf)
L’Apam 1936-1945 : l’art pour tous en pratique

15h20 – Discussions  – Pause

16h10 – 16h30 : Conclusions : François JACQUET-FRANCILLON

Comité d’organisation : Carole Christen (Université Lille 3, IRHiS – Institut universitaire de France) et Laurent Besse (Université de Tours – IUT –, CeTHiS)

Comité scientifique : Sylvie Aprile (Université Lille 3, IRHiS), Jean-Claude Caron (Université Blaise Pascal- Clermont Ferrand 2, CHEC), Jean-François Chanet (IEP de Paris, Centre d’Histoire de Sciences Po), Jean-François Condette (Université d’Artois, CREHS), Philippe Darriulat (IEP Lille 2, IRHiS), François Jacquet-Francillon (Université Lille 3, CIREL), Françoise Laot (Université de Reims, CEREP), Jean-Noël Luc (Université Paris 4-Sorbonne, CRHXIX), Claude Pennetier (CNRS, CHS), Antoine Prost (Université Paris 1-Sorbonne, CHS), Rebecca Rogers (Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité, CERLIS), Antoine Savoye (Université Paris 8, CIRCEFT)

Contacts : carole.christen@univ-lille3.fr; laurent.besse@univ-tours.fr

Page 19 n°5 – Varia – Printemps 2016 | Appel à contributions

Appel à contributions

Page 19 n°5 – Varia – Printemps 2016

Revue des doctorants du Centre d’histoire du XIXe siècle (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris IV Paris-Sorbonne), Page 19 publie deux fois par an des travaux de jeunes chercheurs. Le numéro d’automne est consacré à la publication des actes de la journée d’études des doctorants du laboratoire (Doctoriales) et au printemps paraît un numéro Varia.

Le numéro de printemps accueille tout type d’articles relatifs à l’histoire des XIXe et XXe siècles ; il est également ouvert aux travaux de civilisation britannique et d’histoire du droit.

Les propositions d’articles (40.000 signes maximum) sont à adresser, accompagnées d’un résumé (2.000 signes), d’une brève bibliographie et de quelques lignes de présentation personnelle, avant le 1er octobre 2015 à l’adresse électronique de la revue (pagedixneuf@gmail.com).

Le comité de rédaction  (Antoine Guichard, Arthur Hérisson, Sébastien Moreau, Guillaume Périssol, Clémence Pillot et Aïcha Salmon)

Hommage à Maurice Agulhon (Journée d’étude, Centre d’histoire du XIXe siècle)

Agulhon

Hommage à Maurice Agulhon, Journée d’étude organisée par le Centre d’histoire du XIXe siècle (Paris I – Paris IV), 30 mai 2015, Salle 1, Centre Panthéon, 12, place du Panthéon, 75005 Paris.

Maurice Agulhon nous a quitté le 28 mai 2014. Un an après sa disparition, ses anciens élèves et collègues et l’Université de Paris 1, où il enseigna de 1972 à 1986 ont souhaité rendre un hommage à son œuvre et à son action dans toutes ses dimensions. Ce portrait intellectuel, humain et politique n’entend pas être tourné seulement vers le passé. A l’heure où les grands combats qu’il a menés pour la liberté et l’inventivité intellectuelles, la République et l’émancipation humaine sont plus que jamais d’actualité, nous souhaitons montrer comment il a su être un guide et un exemple pour l’avenir de l’histoire, de l’Université et de la République, trois engagements indissociables dans sa vie et dans son œuvre.

MATIN

9h00 : Introduction : Philippe Boutry

(Président de l’Université Paris 1)

Maurice Agulhon et l’histoire plurielle

Première session

Présidente : Jacqueline Lalouette (Professeure émérite à l’Université Charles de Gaulle, IUF)

9h10 : Maurice Agulhon et la Révolution française, Michel Vovelle (Professeur émérite à l’Université Paris 1).

9h30 : Maurice Agulhon romantique ?, Stéphane Michaud (Professeur émérite à l’Université Sorbonne nouvelle).

9h50 : Maurice Agulhon : les usages de la littérature, José-Luis Diaz (Professeur à l’Université Paris Diderot).

10h10 : Maurice Agulhon historien du mouvement ouvrier, Michel Pigenet (Professeur à l’Université Paris 1).

10h30 : Maurice Agulhon historien de la France rurale, Pierre Lévêque (Professeur émérite à l’Université de Bourgogne).

10h50-11h00 : Pause

Deuxième session

Présidente : Anne-Marie Sohn (Professeure émérite ENS Lyon)

11h00 : Maurice Agulhon historien de la violence, Jean-Claude Caron (Professeur à l’Université Blaise Pascal, IUF).

11h20 : Maurice Agulhon, vingtiémiste, Antoine Prost (Professeur émérite à l’Université Paris 1).

11h50 : Maurice Agulhon, histoire et ethnologie, Vincent Robert (Maître de conférences habilité à l’Université Paris 1).

12h10 : Maurice Agulhon, « historien vagabond », Christophe Charle (Professeur à l’Université Paris 1, IUF honoraire).

12h30-13h00 : Débat

13h00-14h30 : Buffet salle Goullencourt (Centre Panthéon, 1er étage).

APRÉS-MIDI

Maurice Agulhon en son temps

Première session

Président : Jean-Claude Caron (Professeur Université Blaise Pascal, IUF)

14h30 : Maurice Agulhon et l’Ecole normale supérieure, Gilles Pécout (Professeur à l’ENS Ulm, recteur d’académie).

14h50 : Maurice Agulhon anthropologue et sociologue de la France, Martine Segalen (Professeur émérite à l’Université Paris Ouest).

15h10 : Maurice Agulhon et la société d’études jaurésiennes, Jean-François Chanet, (Professeur à l’IEP, recteur d’académie).

15h30 : Maurice Agulhon refondateur de la société de 1848, Raymond Huard (professeur émérite à l’Université Paul Valéry).

15h50 : Maurice Agulhon, chef d’enquête et directeur du Centre du XIXe siècle, Rosemonde Sanson (maître de conférences honoraire à l’Université Paris 1).

16h10-16h20 : Pause

Deuxième session

Président : Antoine Prost (Professeur émérite à l’Université Paris 1)

16h20 : Maurice Agulhon et la « préhistoire » du genre, Anne-Marie Sohn (Professeur émérite ENS Lyon)

16h50 : Maurice Agulhon et « l’histoire des représentations », Dominique Kalifa (Professeur à l’Université Paris 1).

17h10 : Maurice Agulhon et la religion, Philippe Boutry (Président de l’Université Paris 1).

17h30 : Maurice Agulhon philosophe ?, Jacqueline Lalouette (professeure émérite à l’Université Charles de Gaulle, IUF).

17h50-18h00 : Débat

18h00-18h30 : Table ronde Maurice Agulhon et l’avenir de l’historiographie animée

par Sylvie Aprile (Université de Lille, présidente de la Société d’histoire de 1848) avec Mathilde Larrère (Université de Marne-La-Vallée), Laurent Le Gall (Université de Bretagne occidentale, Jean-Noël Tardy (Université Paris 1).

18h30 : Cocktail final (Centre de recherches en histoire du XIXe siècle, 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 3e étage, bureau G014).

Plateforme de la Société d'histoire de 1848 et des révolutions du XIXe siècle