Darwin, l’original (exposition à la Cité des sciences et de l’industrie)

Darwin, l’original, exposition à la Cité des sciences et de l’industrie, du 15 décembre 2015 au 31 juillet 2016

Darwin

Présentation de la Cité des sciences

Réalisée en collaboration avec le Muséum national d’Histoire naturelle, l’exposition « Darwin, l’original » entend renouer avec la pensée – souvent mal interprétée – de Charles Darwin, en expliquant la démarche du scientifique et les notions qui fondent sa théorie de l’évolution.

Au fil d’un parcours interactif et immersif, l’exposition suit la vie de cet homme légendaire et nous guide dans le cheminement de sa pensée, dans la compréhension de son œuvre aussi magistrale que révolutionnaire.

Elle aborde également le contexte historique de l’époque et la réception de ses idées dans une société où la science commence à s’affranchir de la religion. Enfin, elle donne un éclairage sur l’actualité des sciences de l’évolution et montre comment celles-ci s’inscrivent dans le programme tracé par Darwin.

Pour en savoir plus, consulter le site de l’exposition

 

Aux marges de la médecine. Santé et souci de soi, France XIXe siècle (Olivier Faure)

Parution de Olivier Faure, Aux marges de la médecine. Santé et souci de soi, France XIXe siècle, Presses Universitaires de Provence, 2015, 368 p., ISBN 979-10-320-0031-1

Faure

Présentation de l’éditeur

Parmi les nombreux écrits consacrés depuis près de quarante ans à l’étude des relations entre les populations, la santé, la médecine et les médecins dans la France du XIXe siècle, on a choisi ici délibérément de ne retenir qu’une partie de ceux qui traitent des marges du système sanitaire.

On y trouvera donc peu de choses sur les médecins, sauf s’ils sont hétérodoxes, ni sur l’accès aux soins médicaux, mais d’abord des articles consacrés aux sages-femmes, aux religieuses soignantes, aux officiers de santé et aux pharmaciens. D’autres traitent des comportements sanitaires populaires peu conformes aux injonctions médicales, comme l’usage du médicament ou celui des eaux minérales. Quelques uns présentent la face cachée de l’histoire hospitalière avec ses petits établissements et ses pensionnaires plus pauvres que malades. Une dernière série souligne le rôle des patients dans les médecines marginales comme l’homéopathie et quelques autres.

Au-delà de la diversité des thèmes abordés, ce recueil ne se contente pas de réévaluer le rôle de certains acteurs méconnus mais il tente de démontrer que nos actuelles attitudes face à la maladie et à la santé, ne sont pas seulement le fruit d’une médicalisation imposée du haut mais aussi le reflet des aspirations populaires. Enfin, il laisse entrevoir ce qu’aurait pu être un système de santé dans lequel les patients et les professions intermédiaires auraient eu toute leur place aux côtés des médecins.

Le Procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXe siècle en France (Michèle Riot-Sarcey)

Riot-SarceyParution de, Le Procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXe siècle en France, Paris, Editions de la Découverte, 356 p., 24 euros. ISBN 978-2-7071-7585-4

Présentation de l’éditeur

Dans cet ouvrage, Michèle Riot-Sarcey fait revivre les idées de liberté surgies au cours des expériences ouvrières et des révolutions sociales du XIXe siècle français. Des idées largement oubliées depuis : minoritaires et utopiques, incomprises à leur époque, elles ont été maltraitées par l’histoire devenue canonique. Leur actualité s’impose pourtant aujourd’hui, à l’heure où l’idée de liberté individuelle a été dissociée de la liberté collective et réduite au libéralisme et à l’individualisme.

Ce passé inaccompli est ici revisité à partir de ses traces multiples : publications politiques, archives, romans, poésie, tableau, etc. Avec un souffle singulier, l’auteure restitue l’étonnant parcours de vie de femmes et d’hommes du peuple si nombreux à s’engager dans les chemins de la révolte, révélant ainsi les modalités méconnues de l’effacement de cette histoire. Comme le rôle des idées du « socialiste » Henri de Saint-Simon, qui influença tant de ces acteurs avant de se retrouver au cœur du projet capitaliste et industrialiste du Second Empire. Ou encore celui de Victor Hugo, dont l’immense succès des Misérables contribua à l’oubli de l’esprit de liberté qui avait marqué les insurrections de 1830 et 1848.

Cette fresque audacieuse, aussi excitante à lire qu’elle est remarquablement documentée, démontre la pertinence de la pensée de Walter Benjamin sur la nécessité de « faire exploser les continuités historiques ». Et elle invite à comprendre autrement les symboles aujourd’hui en ruines du XIXe siècle français : philosophie du progrès, contrôle de l’ordre social, « mission civilisatrice » de la république coloniale… Afin de libérer la modernité créatrice de la modernité dévastatrice, ce livre entend ainsi donner à voir sous un jour nouveau les rêves du passé, dont l’actualité prend sens au présent dans la quête d’un avenir radicalement autre.

L’auteur

Michèle Riot-Sarcey, professeure émérite d’histoire contemporaine et d’histoire du genre à l’université Paris-VIII-Saint-Denis, et historienne du politique et du féminisme, est notamment l’auteure de La Démocratie à l’épreuve des femmes. Trois figures critiques du pouvoir, 1830-1848 (Désirée Véret, Jeanne Deroin, Eugénie Niboyet) (Albin Michel, 1994), Le Réel de l’utopie (Albin Michel, 1998), Histoire du féminisme (La Découverte, 2002, 2015), 1848, la révolution oubliée (avec Maurizio Gribaudi, La Découverte, 2008, 2009).

Table des matières sur le site de l’éditeur

 

DOCUMENT | Le journal d’Auguste Castan pendant la guerre de 1870-1871 | Rubrique Document | Revue d’histoire du XIXe siècle – n°51

Transcription du journal d’Auguste Castan, analysé dans :
Sandra Chapelle et Odile Roynette : « Tuer le temps : le journal d’Auguste Castan pendant la guerre de 1870-1871 », Rubrique Document, Revue d’histoire du XIXe siècle, n° 51, 2015/2, p. 157-168.

À télécharger ici :
http://histoire19.hypotheses.org/files/2016/01/JOURNAL_AUGUSTE_CASTAN_RH19_51.pdf

Europe de papier. Projets européens au XIXe siècle (Sylvie Aprile, Cristina Cassina, Philippe Darriulat et René Leboutte)

Europe de papierParution de Sylvie Aprile, Cristina Cassina, Philippe Darriulat et René Leboutte (dir.), Europe de papier. Projets européens au XIXe siècle, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2015, 350 p. ISBN 978-2-7574-1134-6, 28 €.

Présentation de l’éditeur

L’Europe n’a pas surgi du néant au XXe siècle. Présente dans la pensée politique et les relations internationales depuis le XVIe siècle, elle suscite, entre 1815 et 1870, un foisonnement de projets – une « Europe de papier » – que cet ouvrage ambitionne d’exhumer.

Résultat d’une recherche internationale, les contributions ici regroupées montrent qu’il y a bien eu au XIXe siècle naissance d’un véritable dessein européen, politique et institutionnel, qui souhaitait transcender tout autant les projets de « paix perpétuelle » du siècle des Lumières que les expériences révolutionnaires et impériales.

Œuvre de réformateurs sociaux, de démocrates, de pacifistes, de libéraux, mais aussi de conservateurs ou de catholiques, parfois intransigeants et désireux d’unifier la « chrétienté », cette « Europe de papier » est le reflet d’un XIXe qui n’est pas seulement celui de l’industrialisation ou de l’État-Nation. Comment maintenir la paix ? Comment unir les Européens ? Comment l’élargir vers la Méditerranée ou l’Amérique ? Quelle capitale choisir ? Ces questions alors posées restent débattues. Qualifiés hâtivement d’utopiques, oubliés aujourd’hui, même si les penseurs de l’entre-deux guerres s’y réfèrent souvent, ces projets n’en furent pas moins, derrière un certain nombre de figures tutélaires comme Victor Hugo ou Giuseppe Mazzini, autant de réflexions et de plans, ancrés dans l’ombre portée de l’Empire napoléonien, des expériences nationales, qui participèrent au débat politique de ce siècle. Ils sont toujours d’actualité.

Gendarmerie et contre-guérilla en Espagne au temps de Napoléon (Gildas Lepetit)

LepetitParution de Gildas Lepetit, Saisir l’insaisissable. Gendarmerie et contre-guérilla en Espagne au temps de Napoléon, Rennes, Presses universitaires de Rennes en co-édition avec le Service historique de la Défense, 2015, 350 p. ISBN 978-2-7535-4283-9, 20 €.

4e de couverture

« Ceci est un enfantillage : ces gens-ci ne savent pas ce qu’est une troupe française », affirme péremptoirement Napoléon, en 1808, à propos du soulèvement populaire espagnol ! Six ans et quelque deux cent mille morts plus tard, il lui faut admettre que l’Espagne est devenue « une véritable plaie, la cause première des malheurs de la France ». Six ans pendant lesquels la « troupe française » s’est battue contre une guérilla d’une ampleur inédite. Force militaire et policière, et à ce titre pilier du régime, la gendarmerie impériale n’est pas restée à l’écart des opérations. Constitués à partir de 1809, les escadrons et les légions de la gendarmerie d’Espagne ont participé à la contre-guérilla avant d’être emportés par le tourbillon de la chute de l’Empire.

Cet ouvrage ne se limite pas à l’histoire des unités ou à celle des opérations. Les multiples archives françaises et espagnoles en disent plus, heureusement, sur le destin des quatre mille gendarmes envoyés au-delà des Pyrénées. À travers les feuillets jaunis des correspondances des officiers, des procès-verbaux ou des archives du dépôt de convalescence de Pau, on découvre l’individu derrière l’institution, l’homme sous l’uniforme.

À l’heure où les grandes guerres de masse ont cédé le pas aux conflits asymétriques, l’histoire, longtemps négligée, des gendarmes d’Espagne offre un éclairage historique à certaines problématiques contemporaines.

Table des matières

Première partie. LA GENDARMERIE D’Espagne : INSTRUMENT DE RÉPRESSION OU D’ANNEXION ?

Chapitre I. Une organisation progressive et évolutive

Une première étape: la formation des vingt escadrons

Une formation laborieuse

De la légalité de l’envoi des gendarmes en Espagne

Entre théorie et réalité : la mise en place des effectifs

Une répartition stratégiquement justifiée

Une course contre la montre : la mise en place des légions

Les prémices d’une réorganisation

L’exception

Rationaliser et optimiser: la légion à cheval de Burgos

Un nouveau décret difficilement applicable

Les légions: besoin stratégique ou politique ?

Un manque de réalisme

Chapitre II. Une force humaine

Les effectifs de la gendarmerie d’Espagne

Le recrutement

Une constante évolution des effectifs

Des effectifs en accroissement perpétuel

Un taux d’absentéisme constant

Quitter les escadrons

Les fatigues de la guerre

Vivre et laisser mourir ? La désertion dans la gendarmerie d’Espagne

Le gendarme d’Espagne, un homme aux multiples facettes

Mens sana in corpore sano ? Le gendarme d’Espagne en 1810

Un homme fort et vigoureux ?

Un familier du terrain et de la guerre de partisans ?

Un militaire aguerri

« J’ai plus besoin ici de militaires que d’officiers de police judiciaire

consommés »: le gendarme d’Espagne de 1812

Altius, citius, fortius ?

Des conscrits coiffés d’un bicorne

Bilan. Le gendarme d’Espagne, un soldat de la Loi au service des projets annexionnistes de Napoléon

Deuxième partie. LE GENDARME EN ESPAGNE

Chapitre III. Une polyvalence exacerbée

Des missions ordinaires dans un contexte extraordinaire

Le maintien de la tranquillité publique

Assurer la libre circulation des biens et des personnes

Protéger et éclairer. Le service des escortes

La lutte contre les douanes insurgées

Un auxiliaire de la justice ordinaire

Le gendarme en campagne

Contre-guérilla ou lutte contre le brigandage ?

La militarité de la guérilla, une dénégation française

« Rechercher et poursuivre les malfaiteurs »

Le retour du « juge botté »

Chapitre IV. Le gendarme et les Espagnols

Les auxiliaires de la gendarmerie d’Espagne

De la création des gendarmeries autochtones

Gendarmes de statut ou gendarmes de nom ?

Un recrutement protéiforme

Un besoin politico-stratégique

Des unités opérationnelles

Convaincre par l’exemple

Un bilan contrasté

Une réussite relative

Le salut par la désertion

L’exil ou la mort

Un enjeu majeur: la population

Soumettre sans convaincre

Le contrôle de la population et la lutte contre l’espionnage

La carotte et le bâton

Le bon, la brute et le truand : la discipline des gendarmes

Cécité et surdité. Le renseignement malgré tout

Les sources du renseignement

Les limites du réseau de renseignement

Chapitre V. L’influence du milieu

Une mésentente cordiale

Une chaîne de commandement confuse

Un objectif commun, des vues divergentes

Des troupes irrégulières

Un manque de troupes endémique

Des troupes médiocres

Une armée de conscrits

Des troupes étrangères jugées peu fiables

Vivre en Espagne

« La guerre aux fanègues »

« Un soldat sans argent est un corps sans âme »

Bilan. Le gendarme d’Espagne, un militaire normal dans une guerre hors norme

Troisième partie. LE CHANT DU CYGNE

Chapitre VI. L’épineuse question de l’efficacité de la gendarmerie d’Espagne

Des débuts encourageants

1810 : la guérilla décapitée

Les bandes se débandent

Une efficacité remise en question

« Saisir l’insaisissable », Gildas Lepetit

Insurgés capturés ou tués par les gendarmes

Promotions et décorations

L’avis contrasté des autorités militaires

Le prix à payer

Un pont d’or pour les pandores : le coût exorbitant de la gendarmerie d’Espagne

L’impôt du sang

Chapitre VII. La fin de la domination française dans la péninsule et le retour en France (1812-1815)

Les progrès de la guérilla

De la bande à l’armée

Une montée en puissance inexorable

Recruter, enrôler, embaucher

Du brigand au soldat, l’évolution du statut des insurgés

Les perfidies d’Albion

L’inévitable repli

Le recul de l’influence militaire française

L’indispensable augmentation de la puissance des escortes

L’insécurité grandissante des routes, l’exemple de la correspondance du général Buquet

Des garnisons françaises plus vulnérables

« Les insurgés ont pris notre place et nous, la leur »

Pampelune, Monzon et les autres

L’efficacité de la guérilla en question

D’une Restauration à l’autre

Des lendemains d’abdication qui déchantent ?

Le retour des prisonniers

Une réduction drastique des effectifs

Le Vol de l’Aigle

Le gendarme d’Espagne et la fin de l’épopée napoléonienne

Conclusion générale

Sources et bibliographie

Index

Table des documents

L’auteur

Gildas Lepetit, docteur en histoire et officier spécialisé dans les questions historiques à la délégation au Patrimoine culturel de la gendarmerie, est l’auteur de nombreux articles parus dans les Annales historiques de la Révolution française ou la Revue historique des Armées. Il a également publié, en compagnie d’Antoine Boulant, La gendarmerie sous le Consulat et le Premier Empire (éditions SPE-Barthélémy, 2009). Le présent ouvrage a été préparé au sein du chantier sur l’histoire de la gendarmerie ouvert en 2000, par Jean-Noël Luc, à l’université Paris-Sorbonne.

Lire l’Introduction sur le site des PUR

Le registre des détenus administratifs de Bicêtre (1813-1851)

Registre BicetreCertains documents associés à l’article de Jean-Claude Farcy et Laurence Guignard, “Mesures policières de sûreté et populations particulièrement surveillées. Le registre des détenus administratifs de Bicêtre (1813-1851)”, n°50, Revue d’histoire du XIXe siècle, 2015, sont maintenant accessibles en ligne.

La base de données du registre des détenus administratifs de Bicêtre est consultable sur le site Criminocorpus (la numérisation du registre proprement dit sera en ligne en 2016 sur le site des Archives Départementales du Val-de-Marne).

On pourra également déambuler virtuellement dans l’exposition en ligne consacrée à la prison de Bicêtre que nous proposent les auteurs de l’article.

 

 

Rien appris, rien oublié ? Les Restaurations dans l’Europe postnapoléonienne (1814-1830), sous la direction de Jean-Claude Caron et Jean-Philippe Luis

RestaurationsParution de Jean-Claude CARON et Jean-Philippe LUIS (dir.), Rien appris, rien oublié ? Les Restaurations dans l’Europe postnapoléonienne (1814-1830), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, 474 p. ISBN 978-2-7535-4268-6. 23 €

4e de couverture

 Voici deux siècles, l’Europe construite militairement et politiquement par Napoléon s’effondrait, entraînant la réunion à Vienne de toutes les grandes puissances. Soucieuses de participer à cette vaste entreprise de reconstruction, celles-ci entendaient réaffirmer leur légitimité. Mais derrière l’apparente unité des vainqueurs, que symbolise la Sainte-Alliance, des divergences apparaissent: le temps des Restaurations est pluriel, marqué par des discontinuités chronologiques, l’élaboration de modèles politiques différents et des formes de résistance multiples.

Ce volume regroupe les contributions de spécialistes représentant près d’une dizaine de nations, revisitant le temps des Restaurations en Europe. Ces contributions témoignent de l’actualisation permanente de l’historiographie contemporaine, que ce soit dans le domaine politique, militaire, social, économique, culturel ou religieux. Elles permettent également de saisir comment, entre héritage et innovation, un «passé qui passe mal» continue à irriguer la pensée et l’action politiques des régimes restaurés. L’émergence de nouvelles élites bouscule les hiérarchies sociales existantes.

Mais c’est aussi la question nationale qui surgit, ce dont témoignent notamment la production culturelle et le souci de rechristianisation de populations marquées par un temps de sécularisation plus ou moins marquée. Des populations qui, par ailleurs, ne sont pas résignées et résistent parfois à cette réaction conservatrice. On note en particulier l’affirmation de l’idée de souveraineté nationale, voire de souveraineté populaire. Surgit alors le couple violence insurrectionnelle-répression étatique, notamment dans l’Europe des péninsules méditerranéennes.

Loin d’être ce moment quelque peu figé encadré par deux séquences révolutionnaires – 1789 en amont, les années 1830 en aval –, le temps des Restaurations est un moment d’intenses circulations et d’échanges transnationaux.

Table des matières

Jean-Claude Caron et Jean-Philippe Luis, Introduction

Première partie. HISTORIOGRAPHIES CONTEMPORAINES : LES RESTAURATIONS REVISITÉES

Volker Sellin, La Charte constitutionnelle et les restaurations du dix-neuvième siècle

Irène Herrmann, Échec, défaite ou soumission? La Restauration dans les cantons suisses.

Pierre-Marie Delpu, De l’État muratien à l’État bourbon: la transition de l’appareil étatique napolitain sous la Restauration (1815-1822)

Andoni Artola Renedo, Élite(s) politique(s) et ecclésiastique(s) sous les restaurations. Essai comparatif France/Espagne

Fabrice Bensimon, Radicalisme, contestation et mobilisations populaires en Grande-Bretagne, 1810-1820

Bertrand Goujon, Distinguer et intégrer? Anoblissement et élites économiques en France (1814-1830)

Francis Démier, La politique économique de la Restauration: le choix de la modernité ?

Claude-Isabelle Brelot, Le «milliard des émigrés»: un mythe?

Emmanuel Larroche, Faire la guerre sous la monarchie restaurée en France: processus de décision, légitimité de la discussion

Deuxième partie. UN PASSÉ QUI PASSE MAL : LA RECONSTRUCTION DES SOCIÉTÉS EUROPÉENNES ENTRE HÉRITAGE ET INNOVATION

Bernd Klesmann, Comptes rendus sur la Révolution française: l’historiographie française vue par les auteurs du Constitutionnel

Jean-Luc Chappey, Penser les progrès de la civilisation européenne sous la Restauration: Marc-Antoine Jullien et la Revue encyclopédique (1819-1831)

Corinne Legoy, Comment justifier la Restauration après la tourmente révolutionnaire? Affres et voies d’une redéfinition de la notion de légitimité

Natalie Petiteau, La mémoire royaliste de 1814-1815

Jacques-Olivier Boudon, Le retour des prisonniers de guerre dans l’Europe de 1814

Marie-Pierre Rey, La Sainte-Alliance du tsar Alexandre Ier

Matthijs Lok, La culture du silence sous la Restauration. Une étude comparative des politiques de l’oubli en France et aux Pays-Bas

Emilio La Parra, Ferdinand VII: un symbole de la restauration européenne?

Pedro Rújula, Le mythe contre-révolutionnaire de la «Restauration»

Olivier Tort, Le mythe du retour à l’Ancien Régime sous la Restauration

Troisième partie. CULTURE, RELIGION ET REPRÉSENTATIONS : UNE EUROPE DES NATIONS

Maurizio Isabella, Citoyens ou fidèles? Religion et révolutions libérales dans l’Europe méridionale des années 1820

Rémy Hême de Lacotte, Restaurations politiques et transactions religieuses. Les accords concordataires du second âge consalvien (1814-1823)

Daniel Gutiérrez Ardila, Agents sans lettres de créance, inspecteurs de commerce et consuls: les origines de la diplomatie française en Amérique espagnole (1817-1830)

Aurélien Lignereux, Se dire bon Français de l’Empire à la Restauration: construire un ethos de modération dans une France déchirée ?

Gilles Malandain, L’avenir royal de la Restauration. Un «étrange récit de politique-fiction» de 1820

Pierre Karila-Cohen, «Danser sur un volcan»? La politique des bals dans l’Europe des Restaurations

Emmanuel de Waresquiel, Le sacre de Charles X et le tournant de 1825

Jean-Claude Yon, La mise en scène du pouvoir sur les scènes parisiennes lors du sacre de Charles X

Quatrième partie. RÉSISTANCE ET RÉPRESSION : UNE EUROPE DES RÉSEAUX

Gonzalo Butrón Prida, «Celui qui a été révolutionnaire ne peut vivre ici»: la résistance libérale dans le Cadix de la Restauration (1823-1825)

Walter Bruyère-Ostells, Internationale libérale ou contre-monde libéral? Des degrés et des espaces d’opposition aux Restaurations

Laurent Nagy, Frédéric Guillaume de Vaudoncourt. Un républicain au cœur des révolutions européennes (1820-1823)

Delphine Diaz, S’exiler dans la France de la monarchie restaurée. Libéraux espagnols et italiens dans les années 1820

Arianna Arisi Rota, Entre pragmatisme et résistance. Pour une relecture des Restaurations dans la Péninsule italienne (1814-1848)

Gabriele B. Clemens, Pouvoirs de transition et transition des pouvoirs sur la rive gauche du Rhin de Mayence à Cologne (1813-1830)

Daniel Schönpflug, Restauration et violence politique: l’attentat de Karl Ludwig Sand dans son contexte européen

Wim Lemmens, Les Lumières et les éteignoirs. Anticléricalisme et Restauration dans le royaume de Guillaume Ier (1815-1830)

Annie Jourdan, Les proscrits de la Restauration aux Pays-Bas. Guillaume Ier, un roi constitutionnel ?

Jean-Claude Caron et Jean-Philippe Luis, Conclusion. «Le temps des Restaurations»

 

Sociétés & Représentations, Nouveaux regards sur la critique d’art au XIXe siècle. Vingt ans de la revue

SR20ansParution de Sociétés & Représentations, Nouveaux regards sur la critique d’art au XIXe siècle, n° 40, 2015, ISBN 978-2-85944-917-9, 25 €

Présentation de l’éditeur

À l’occasion des vingt ans de Sociétés & Représentations, cette livraison est exceptionnellement double.

Le dossier rassemble des travaux récents dévolus à la pratique de la critique dans le domaine des beaux-arts et de la musique au XIXe siècle. Les auteurs, issus de disciplines différentes, partagent le souci d’étudier la critique – tant les critiques que leurs textes et leur impact – à partir de perspectives originales cherchant à dépasser une vision illustrative de la critique, de son utilisation comme source pour l’histoire des arts, ou de l’angle monographique sous lequel elle est souvent traitée. Ils envisagent l’émergence progressive de la critique comme discours journalistique spécifique et légitime, distinct de celui des marchands, des experts ou des historiens de l’art ; ils abordent également la question du « droit de critiquer » et la relation complexe et paradoxale que les critiques entretiennent avec les artistes au cours du XIXe siècle ; ils proposent enfin de revenir sur les cas où la critique s’est faite « créatrice », performative ou prescriptrice, en particulier dans sa confrontation à des pratiques artistiques innovantes.

Les rubriques habituelles sont remplacées par un « Spécial vingt ans » rappelant les enjeux de la revue, son évolution et sa place dans le champ des SHS ainsi qu’à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Le comité de rédaction a demandé aux meilleurs spécialistes des représentations, qui pour la plupart accompagnent Sociétés & Représentations depuis sa création, de préciser de quelle manière ils appréhendent les représentations, quelles acceptions ils donnent à ce terme, sur quels obstacles ou apories ils ont achoppé.

Sommaire

NOUVEAUX REGARDS SUR LA CRITIQUE D’ART AU XIXe SIÈCLE

La critique artistique et musicale, un objet de recherches à investir au croisement des disciplines, Isabelle Mayaud et Séverine Sofio

« Maréchaux de la curiosité » et critiques : la diversité des discours sur la peinture à la fin du XVIIIe siècle, Sarah Bakkali

Critiquer, mais de quel droit ? Les fondements juridiques et jurisprudentiels du droit de critique au XIXe siècle, Matthieu Béra

« Que Van Beers fasse des tableaux et non des procès ». L’affaire Van Beers-Solvay et l’émancipation de la critique d’art belge au tournant du XIXe siècle, Katrien Dierckx

Sauver la critique, défendre les critiques. Les stratégies d’un porte-parole : l’Association syndicale professionnelle et mutuelle de la critique dramatique et musicale (France, 1877-1914), Isabelle Mayaud

La critique en portraits : Camille Delaville et ses contemporaines, Juliette M. Rogers

Les femmes artistes sous presse. Les créatrices vues par les femmes critiques d’art dans la presse féminine et féministe en France autour de 1900, Charlotte Foucher Zarmanian

La critique face aux Méditateurs ou la peur de la déchéance de l’école française autour de 1800, Saskia Hanselaar

Le privilège des femmes dans la critique d’art en France, 1785-1815, Heather Belnap Jensen

« Toutes les directions sont incertaines et combattues » : les peintres, les critiques et l’imposition de la bataille romantique, Séverine Sofio

La lithographie passée en revues : entre controverses politiques et enjeux esthétiques, Gervaise Brouwers

La critique de la photographie ou la genèse du discours photographique dans la critique d’art, 1839-1859, Paul-Louis Roubert

Le commerce de la critique : journalisme musical et corruption au milieu du XIXe siècle, Rémy Campos

VINGT ANS

Introduction, Bertrand Tillier et Myriam Tsikounas

Pluridisciplinaire et ouverte : une rétrospective statistique de Sociétés & Représentations, Anne-Élisabeth Andréassian

Au carrefour des disciplines, au gré des écrans et au défi de l’accès : deux décennies de revues de sciences humaines et sociales en France (1995-2015), Julien Hage

Les représentations au Moyen Âge : quelques pistes de réflexion, Claude Gauvard

Entretien avec Roger Chartier, Propos recueillis par Évelyne Cohen et Pascale Goetschel

Entretien avec Arlette Farge, Propos recueillis par Bertrand Tillier et Myriam Tsikounas

Représentations et idées-images au temps des Lumières. « Prisonnier en fantôme », « pensées nocturnes » du libraire Pierre Frémont, « dernier mot » des suicidés, Michel Porret

Le risque, pour l’historien désireux de comprendre le passé, de savoir ce qui est advenu après la période qu’il étudie, Alain Corbin

L’inscription dans un courant historiographique majeur, Philippe Artières

Quelques notes succinctes sur les deux corps de la Représentation, Pascal Ory

Représentation : la dimension cognitive du terme, Nathalie Heinich

Postface : De l’avenir du passé, Dominique Kalifa

Regards sur 1848 (Cahiers de la MSHE Ledoux)

Regards 1848Parution de Edward Castelton et Hervé Touboul (dir.), Regards sur 1848, Cahiers de la MSHE Ledoux, n° 23, série « Archives de l’imaginaire social », n° 1, 2015, 418 p.

Présentation de l’éditeur

La révolution de 1848 en France a marqué un tournant pour les contemporains qui l’ont vécue. Nombreux, parmi les auteurs que la postérité allait considérer comme grands écrivains et philosophes, furent ceux qui prirent position sur cette révolution, conscients tous que se jouait là non seulement un événement majeur de l’histoire nationale, mais aussi une entrée dans l’histoire moderne. Ce livre vise à retracer les prises de position différentes de quelques observateurs les plus connus de l’époque : Marie d’Agoult, Balzac, Louis Blanc, Comte, Victor Cousin, Flaubert, Herzen, Hugo, Lamartine, Marx, Michelet, Raspail et Lorenz von Stein.

Table des matières

1         Introduction – Retour sur 1848 : peut-on en finir ?, Edward Castleton et Hervé Touboul

2         Balzac et Birotteau en 1848 : une économie politique de la révolution (« Lettre sur le travail »), Pierre Laforgue

3         Les Révélations historiques de Louis Blanc et la mémoire de 1848 en France et en Grande-Bretagne, Thomas C. Jones

4         La raison prolétaire. Auguste Comte en 1848, Frédéric Brahami

5         Cousin et 1848, Jean-Pierre Cotten

6         L’opinion de Flaubert sur la révolution de 1848. 1848 dans la Correspondance, Sophie Statius

7         Herzen et 1848, Jonathan Beecher

8         Victor Hugo en 1848 : « Tiens ! Ce n’est que ça la République ! », Marieke Stein

9         Un coup d’État oratoire. Discours sur la formation du gouvernement provisoire, 24 février 1848, Dominique Dupart

10       Marx, les « journées de 1848 », la politique et le théâtre, Hervé Touboul

11       Michelet en 1848 : le rendez-vous manqué d’une philosophie de l’histoire, Aurélien Aramini

12       François-Vincent Raspail ou « L’Ami du Peuple » en 1848, Jonathan Barbier

13       Le « mouvement social » et la naissance de la « démocratie sociale » : 1848 selon l’interprétation de Lorenz Stein, Diana Siclovan

14       L’éveil d’une aristocratie aux idées républicaines : le cas de la comtesse Marie d’Agoult, alias « Daniel Stern », Charles-F. Dupêchez

Bon de souscription (14 € jusqu’au 20 novembre 2015)

 

L’homme politique français et la presse, de la monarchie constitutionnelle à la monarchie de Juillet

Colloque du Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (Université Blaise-Pascal)

En collaboration avec l’IHRF (Paris I-Sorbonne), l’IRHIS (Lille III), le GRHis (Rouen) et la Société des études robespierristes 

 L’homme politique français et la presse, de la monarchie constitutionnelle à la monarchie de Juillet : relais d’opinion, miroirs d’une action, marécage des passions 

(Clermont-Ferrand, 8-9 septembre 2016)

Appel à communications 

La presse bénéficie des libertés de pensée et d’expression reconnues par la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen : 137 journaux politiques naissent en 1789. La diversité de leurs auteurs et de leurs opinions, confirmée les années suivantes, compte pour beaucoup dans la structuration et les clivages de la vie politique nationale, depuis les royalistes Actes des Apôtres et l’Amy du Roi jusqu’aux populaires Ami du Peuple de Marat ou Père Duchesne d’Hébert, en passant par les feuilles des girondins Gorsas, Louvet ou Mercier. Presse militante d’un format et d’un tirage limités, riche de ses avis, de ses caricatures, de ses outrances comme de ses timidités, liée le plus souvent – car les rédactions collectives sont l’exception – au sort d’un homme qui joue sa carrière politique ou littéraire, elle vit des abonnements, des ventes à la criée, du placardage, de la lecture publique dans les clubs, à commencer par celui du Cercle social. Elle subit la censure à partir de 1792, d’abord tournée contre les écrits royalistes, puis l’année suivante contre les « fédéralistes », mesures renforcées par la loi des suspects. Le contrôle de la presse demeure pourtant imparfait : des feuilles crypto-royalistes subsistent même en l’an II, et l’on sait leur rôle sous le Directoire, avant que le coup d’Etat du 18 Fructidor n’interrompe l’offensive électorale et journalistique des « Clichyens » ; à gauche, le Tribun du Peuple de Babeuf accompagne la première tentative d’organisation clandestine, et le journaliste Rigomer Bazin annonce en 1799 une gigantesque conspiration populaire, qui relèverait les échafauds et sonnerait l’heure d’une Saint-Barthélemy des propriétaires. Il y aura donc urgence pour le Consulat et l’Empire à museler toutes les voix discordantes pour rétablir une presse de célébration – telle la Gazette du XVIIe siècle -, au profit de Bonaparte. Journaux d’armée, réduction des titres, feuilles départementales sous la surveillance des préfets, contrôle financier, y pourvoient.

Sous la Restauration, malgré le droit de timbre et la nécessaire autorisation préalable, renaît une presse d’opinion qui fait écho aux opinions qui s’expriment au Parlement : Le Mercure de France et le Constitutionnel pour les libéraux, le Journal des débats pour les conservateurs qui se rallient à l’opinion libérale après l’avènement de Charles X, la Quotidienne et la Gazette de France pour les ultras. L’échec de la loi « de justice et d’amour » qui visait à museler la presse entraîne l’apparition à la veille de la Révolution de 1830 de titres se situant à la gauche du spectre politique comme le National : fondé par Amand Carrel, Adolphe Thiers et François-Auguste Mignet, ce journal bénéficie du patronage de Talleyrand et du financement du banquier Jacques Laffitte. La défense de la liberté de la presse est l’une des causes de la révolution de 1830, après les ordonnances scélérates du 25 juillet la supprimant, dissolvant la Chambre et restreignant le nombre des électeurs. Le 26 juillet, une protestation de 44 journalistes appelle à la résistance contre un gouvernement qui « a perdu aujourd’hui le caractère de légalité qui commande l’obéissance ». Le lendemain, Le National, Le Globe et Le Temps paraissent sans autorisation. La police est envoyée pour briser leurs presses, ce qui suscite immédiatement des attroupements et des affrontements, débouchant sur les « Trois Glorieuses » (27, 28, 29 juillet 1830).

Les premières années de la monarchie de Juillet sont marquées par un régime de liberté : la Charte révisée affirme que « la censure ne pourra jamais être rétablie », le cautionnement est abaissé et les journalistes condamnés sont amnistiés. Il en résulte une multiplication des journaux politiques, y compris pour des opinions qui ne sont pas, ou peu, représentées à la Chambre. Les saint-simoniens prennent la direction du Globe, les catholiques libéraux créent L’Avenir, les socialistes le Populaire d’Étienne Cabet (1833), etc. Les premiers journaux politiques écrits par des exclus du suffrage censitaire voient le jour : des ouvriers créent en 1840 L’Atelier et, en août 1832, la saint-simonienne Suzanne Voilquin fait paraître La Femme libre. Cette liberté ne tarde cependant pas à gêner le nouveau pouvoir. Les procès se multiplient, notamment contre la presse républicaine : accablée par les amendes, la Tribune des départements, dirigée par Armand Marrast, disparaît en 1835. Cette même année, au lendemain de l’attentat de Fieschi, les lois dites « de septembre » renforcent le contrôle et la censure des journaux, augmentent le montant du cautionnement et multiplient les délits de presse. Cela n’empêche pas un certain nombre d’évolutions : le développement des revues, sur le modèle de la Revue des deux mondes, de journaux satiriques comme le Charivari ou La caricature de Charles Philipon, de magazines illustrés, comme L’Illustration. En 1836, Émile de Girardin crée La Presse, qui, forte de ses encarts publicitaires, du succès de ses romans-feuilletons, de son prix bas, modifie profondément les relations entre les journaux et la vie politique. Girardin rompt avec la tradition tribunicienne de la presse française et inaugure une logique moderne de médiation : le journal ne doit plus avoir pour fonction première de diffuser une opinion mais de publier des informations, il doit donc être indépendant des « partis » et chercher à séduire un public en obéissant à des règles entrepreneuriales. Mais, parallèlement, la figure du publiciste témoigne de l’ambiguïté d’une profession naissante, le journalisme, tiraillé entre intégrité politique et contraintes économiques.

Tenant compte de cette histoire à la fois contrastée et répétitive, le colloque se propose de réfléchir aux relations entretenues entre l’homme politique et la presse, à la fois comme éventuel auteur et entrepreneur de celle-ci, mais aussi comme sujet valorisé (pour lui-même, pour son action, pour sa mémoire) ou rejeté par des feuillistes empressés de le caricaturer, de le dénigrer, de confondre vie publique et vie privée. On s’attachera à mesurer le rôle des journaux dans l’émergence de personnalités politiques, dans la construction de leur carrière, dans la diffusion de leurs idées, dans le succès ou non de leur action politique de terrain, dans les relations à leurs commettants. On distinguera les topiques des panégyriques ou des critiques, avec un intérêt particulier pour le vocabulaire et les images récurrents – chansons et caricatures comprises -, pour évaluer les modèles académiques ou classiques des louanges, et tout autant la violence des attaques, au-delà de toute sociabilité bienséante. Il nous faudra réfléchir aux relations établies, par voie de presse, entre l’homme public et l’individu moral, entre l’incarnation d’un esprit et d’un projet, et le corps moins désincarné qui lui est associé. La réflexion sur le lectorat sera, bien entendu, centrale pour comprendre à qui profite, dans une France majoritairement illettrée mais sensible à l’oralité des lieux de sociabilité, les remues d’hommes politiques inspirées par les journaux. S’inscrivant dans la suite des travaux menés sur la presse provinciale en Révolution (Dictionnaire Feyel), sur les Conventionnels (projet ANR Actapol), sur les relations entre vertu et politique (colloque de l’Assemblée nationale, 2014), cette manifestation aura à cœur de varier les échelles chronologiques et géographiques, de la province à Paris aller-retour, mais aussi de la France à l’étranger – puisque, au-delà des frontières, se construit aussi une image des hommes politiques français.

Responsable de l’organisation : Philippe Bourdin (directeur du CHEC, Université Blaise-Pascal). Comité scientifique : Michel Biard (Université de Rouen), Jean-Claude Caron (Université Blaise-Pascal), Hervé Leuwers (Université Lille III), Jean-Philippe Luis (Université Blaise-Pascal), Pierre Serna (Université Paris I-Sorbonne)

Propositions de communications (titre et résumé de 2 500 signes maximum) à adresser au secrétariat du Centre d’Histoire « Espaces &Cultures » et à Philippe Bourdin avant le 15 novembre 2015 : CHEC@univ-bpclermont.fr ; phbourdin@laposte.net

 

Des députés entre mobilités choisies et mobilités contraintes. Déportations et exils des élus des Assemblées révolutionnaires (1789-1830)

Appel à communications

Bruxelles, lundi 21 et mardi 22 novembre 2016.

Colloque international organisé par les laboratoires CHEC (Université de Clermont-Ferrand), IRHIS (Université de Lille), GRHis (Université de Rouen) et la Société des études robespierristes, en partenariat avec l’Université libre de Bruxelles (ULB), la Vrije Universiteit Brussel (VUB), l’Université catholique de Louvain (UCL), le Fonds de la Recherche Scientifique (FNRS), Fonds Wetenschappelijk Onderzoek (FWO), la Ville de Bruxelles.

Comité d’organisation : François Antoine, Michel Biard, Philippe Bourdin, Serge Jaumain, Hervé Leuwers, Karine Rance, Xavier Rousseaux, Côme Simien, Jeffrey Tyssen, Anne Vandenbuclke.

Comité scientifique en cours de constitution

Le 12 janvier 1816, une loi d’amnistie est accordée par Louis XVIII pour « tous ceux qui, directement ou indirectement, ont pris part à la rébellion et à l’usurpation de Napoléon Bonaparte, sauf les exceptions ci-après ». Parmi ces dernières figurent les membres de la famille Bonaparte, mais aussi « ceux des régicides qui, au mépris d’une clémence presque sans bornes, ont voté pour l’acte additionnel ou accepté des fonctions ou emplois de l’usurpateur, et qui par-là se sont déclarés ennemis irréconciliables de la France et du Gouvernement légitime […] ». Les représentants du peuple favorables à la peine de mort portée en janvier 1793 contre Louis XVI et ralliés aux Cent Jours sont ainsi tenus de quitter la France avant un délai d’un mois, perdant au passage leurs droits et biens. Plus de 80% des Conventionnels encore vivants à cette date sont frappés par cette loi, au nom d’un « crime » jugé inexpiable, que vingt-trois années écoulées n’ont pu effacer de la mémoire royaliste et dont la monarchie retrouvée va désormais commémorer chaque année le souvenir. Une fois passés à l’étranger, nombre de ces régicides se fixent à Bruxelles, ville où le souvenir de leur séjour est resté vivace, et c’est pour cette raison que le présent colloque s’y déroulera à l’occasion du bicentenaire de cet exil forcé.

« Obsession de la Restauration » en 1816, pour reprendre une expression d’Emmanuel Fureix, leur participation à l’acte régicide de la Convention nationale jette sur routes et chemins quelque 170 anciens représentants du peuple (sur environ 200 survivants susceptibles d’être concernés). Mobilité contrainte s’il en est, d’autant que la loi d’amnistie est appliquée avec un degré de précision pour le moins douteux. En effet, tel représentant du peuple qui a voté pour la mort sous conditions et en faveur du sursis n’est pas rangé parmi les régicides, tel autre qui a opiné en faveur de l’emprisonnement et/ou du bannissement, mais contre le sursis, se voit assimilé aux régicides. De plus, certains régicides qui n’ont pas signé l’Acte additionnel aux Constitutions de l’Empire sont eux aussi contraints à s’exiler, alors que la loi d’amnistie ne le prévoit pourtant pas. Enfin, certains des régicides ont affiché des sentiments et positions favorables aux royalistes, après la séparation de la Convention à l’automne 1795, sans pour autant se voir exemptés de la fatale liste de 1816.

Pour autant, si importants soient en nombre les effets de la loi de 1816, elle n’écarte pas de Paris des députés ou d’anciens députés pour la toute première fois. Les luttes politiques et la radicalisation progressive de la Révolution ont entraîné bien d’autres retraits, et ce dès le temps de l’Assemblée constituante, d’une part, avec le choix de certains Constituants de s’absenter voire de se retirer de cette Assemblée, d’autre part, avec les premiers effets de l’émigration. Tour à tour, les journées d’octobre 1789, l’équipée royale piteusement avortée à Varennes, les lendemains de la fusillade du Champ-de-Mars, la rupture décisive du 10 août 1792, le coup de force du 2 juin 1793 ont apporté leur lot de députés entrant dans la clandestinité ou quittant Paris, définitivement ou pas, pour prendre un peu de recul ou se retirer vraiment de l’arène politique. De Barnave préférant se retirer dans son Dauphiné à l’abbé Maury choisissant l’émigration plutôt que d’attendre un sort quasiment assuré, de Malouet parti pour Londres aux Brissotins gagnant les départements révoltés contre le pouvoir montagnard, et nombre d’autres encore. Le choix peut relever alors de mobilités justement choisies ou contraintes. Au cours des années de la Convention nationale, les épurations politiques successives aggravent cette tendance, avec ici des mobilités contraintes pour ceux qui cherchent à échapper aux conséquences d’un décret d’accusation ou d’une mise hors de la loi, là des mobilités à peine choisies pour ceux qui préfèrent démissionner ou s’absenter de la Convention nationale afin d’éviter d’y être un jour mis en accusation. Quant au Directoire, on sait quel usage politique il fit de la déportation en Guyane, dont l’exemple avait au demeurant déjà été donné par la Convention dite « thermidorienne » envoyant en l’an III Billaud-Varenne et Collot d’Herbois dans cette « Sibérie de la zone torride ».

Pour l’ensemble de ces législateurs, y compris ceux des régicides qui, à partir de 1816, à Bruxelles ou ailleurs, durent attendre une autre révolution en 1830 pour pouvoir de nouveau fouler le sol national, des questions récurrentes se posent, qui seront au cœur de notre colloque.

  • Le moment de la décision du départ et ses conséquences multiples, sur les activités politiques, sur les liens familiaux et les réseaux de sociabilité, sur les propriétés, etc. Le poids dans cette décision des contacts noués au cours de la Révolution, lors de missions par exemple, en France comme à l’étranger (avec par exemple des contacts mis ensuite à profit pour conclure des affaires commerciales, à grande échelle). A l’aune de cette décision et de certains genres d’itinéraire, peut-on tenter de prendre la mesure de ce que la Révolution a pu signifier comme redéploiement de l’échelle des déplacements des députés ? Peut-on tenter de quantifier le phénomène ? Combien de femmes sont parties avec ces hommes et quel rôle ont-elles joué ?
  • Le choix d’un lieu d’exil à l’étranger, lorsque choix il peut y avoir, notamment en fonction des politiques d’accueil. Pourquoi ici Bruxelles, là Londres, la Suisse, des Etats italiens, germaniques, etc. ? Les dispositifs légaux. L’accueil qui leur est réservé par la population. Les liens tissés avec des acteurs politiques locaux, ou venant de pays tiers (cf. les Italiens, les libéraux belges et les Conventionnels à Bruxelles).
  • Le choix de « l’exil intérieur ». Est-il volontaire ou contraint (anciens députés placés en résidence surveillée, parfois déportés par les autorités dans d’autres départements que les leurs) ? L’itinérance intérieure des députés peut-elle, au contraire, relever d’une forme de cheminement politique volontaire ? Par leurs mobilités intérieures, que celles-ci interviennent durant la décennie révolutionnaire comme pendant le Consulat, l’Empire et la Restauration, les anciens députés cherchent-ils à faire oublier leurs engagements révolutionnaires passés, ou au contraire à mieux les reprendre ailleurs ?
  • L’itinéraire de ces députés transplantés, la reconstitution de réseaux, la correspondance, les affinités électives entre protagonistes de la Révolution dont certains sont désormais condamnés à l’opprobre, mais aussi les conflits entre adversaires politiques, les reconfigurations politiques à l’étranger. Quand l’exil devient opportunité économique, en particulier pour du négoce transatlantique. La temporalité de l’exil, l’expérience du temps suspendu dans l’attente du retour.
  • Leur influence sur leur pays « d’accueil ». Ainsi, en Belgique, les autorités cherchent tout à la fois à les récupérer et à s’en méfier, mais les exilés peuvent aussi avoir une grande importance dans le débat d’idées (presse, genèse du parti libéral, contribution à d’autres mouvances révolutionnaires, liens maçonniques, etc.).
  • La politique de la France à leur égard : les modalités de l’expulsion, la législation, les éventuelles démarches faites auprès du pouvoir en place pour obtenir un droit au retour.
  • Mise en textes, mise en images: leur représentation via des listes, des pamphlets, des images, des textes littéraires, etc. Le poids de la mémoire et la rédaction de Mémoires.

Les propositions de communication doivent être envoyées aux deux adresses ci-dessous dès à présent et en tout état de cause avant le 31 janvier 2016, sous la forme d’un titre (même provisoire), d’un résumé d’une page au maximum et de quelques éléments de bio-bibliographie. Le comité d’organisation se réunira courant février pour examiner les propositions reçues.

francois_antoine_gent@yahoo.fr ; biard.m@wanadoo.fr

Le Paris de la Commune 1871 (Jean-Louis Robert, dir.)

Paris_CommuneParution de Jean-Louis Robert (dir.), Le Paris de la Commune 1871, Paris, Belin, 2015, 192 p., 28 €, ISBN 978-2-7011-9555-1

Présentation de l’éditeur

Ce livre présente Paris sous la Commune au travers d’approches très diversifiées. C’est que la Commune est fondamentalement polysémique, tant patriotique qu’internationaliste, tant républicaine que socialiste révolutionnaire ou fédéraliste, tant montagnarde que proudhonienne. La Commune quasi-libertaire de Courbet et des artistes plasticiens coexiste avec la Commune rigoureuse, voire autoritaire, du procureur Rigault. Paris n’est d’ailleurs pas tout acquis à la Commune. On y trouve aussi des indifférents, des attentistes et des adversaires, pas tous « francs-fileurs » à Versailles.

La Commune de Paris est souvent réduite à l’image spectaculaire et terrible des barricades et de la Semaine sanglante ; mais on a aussi vécu à Paris pendant 72 jours, en 1871, une expérience au quotidien, appuyée sur la volonté de construire une démocratie active et sociale. La participation des étrangers et des femmes à la Commune, d’une ampleur inédite, est un signe que la Commune c’est aussi pour Paris l’entrée dans la modernité du XXe siècle.

Ce livre bénéficie d’une très riche illustration, rarement éditée et provenant de collections privées.

Table des matières

Introduction, par Jean-Louis Robert

Première partie : Une révolution

Une histoire politique de la Commune, par Jean-Louis Robert

Contre la Commune, par Laure Godineau

Deuxième partie : Le peuple souverain

La Commune et la démocratie, par Jacques Rougerie

Les femmes de la Commune, par Claudine Rey

La Commune et ses étrangers, par Sylvie Aprile

Troisième partie : La Commune en actes

La Commune et les arts, par Jean-Louis Robert

La Commune et la justice, par Jean-Louis Robert

L’embaumement, une passion romantique, France XIXe siècle (Anne Carol)

EmbaumementParution de Anne Carol, L’embaumement, une passion romantique, France XIXe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2015, 280 p., 24 €, ISBN 979-10-267-0059-3

Présentation de l’éditeur

Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, l’embaumement des cadavres était réservé à une élite du sang et de la fortune soucieuse d’échapper à la dissolution ordinaire. Aujourd’hui en France, plus de la moitié des corps reçoit des soins de thanatopraxie dispensés par des professionnels afin de retarder la décomposition et d’organiser sereinement les funérailles.

Entre ces deux régimes de conservation, le XIXe siècle offre une parenthèse singulière. C’est dans sa première moitié que naît et s’affirme l’embaumement romantique : un désir éperdu de préserver des corps éternellement intacts, revendiqué comme un aspect légitime du culte des morts et inséparable de l’apparition du cimetière moderne et de ses concessions perpétuelles. L’embaumement connaît alors une vogue aussi extraordinaire que brève et amorce une diffusion dans la bourgeoisie urbaine. Mais cet engouement suscite aussi une concurrence féroce entre médecins et non-médecins qui se disputent le marché dans une guerre à la fois technique, commerciale, socioprofessionnelle et déontologique.

C’est l’histoire de cette passion, de sa naissance, de son épanouissement et de son désenchantement que ce livre entend restituer en la replaçant dans l’histoire plus large des sensibilités collectives face à la mort et au cadavre.

L’auteur

Ancienne élève de l’Ecole normale supérieure, agrégée et docteur en histoire, Anne Carol est professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Aix-Marseille I et membre de l’Institut Universitaire de France. Elle a publié entre autres une Histoire de l’eugénisme en France. Les médecins et la procréation XIXe-XXe siècles (Seuil, 1995), Les Médecins et la mort, XIXe – XXe siècles (Aubier, 2004, Prix de la Société Française d’Histoire de la Médecine) et, dernièrement, Physiologie de la Veuve, une histoire médicale de la guillotine (Cham Vallon, prix Mauvais Genres).

Plateforme de la Société d'histoire de 1848 et des révolutions du XIXe siècle