POSITION DE THÈSE | Elisabeth Pillet, La restauration des vitraux des églises paroissiales de Paris de la Révolution à 1880

Elisabeth Pillet, La restauration des vitraux des églises paroissiales de Paris de la Révolution à 1880

Thèse de doctorat soutenue le 1er février 2005 à l’École pratique des Hautes Études, section des sciences historiques et philologiques, devant un jury composé de M. Jean-Michel Leniaud, directeur d’études à l’École pratique des Hautes Études, directeur de la thèse, Mme Brigitte Kurmann-Schwarz, chargée de cours H. D. R. à l’Université de Zurich, M. Jacques-Olivier Boudon, professeur à l’Université de Paris IV, M. Guy-Michel Leproux, directeur d’études à l’École pratique des Hautes Études, M. Marc Saboya, maître de conférences H. D. R. à l’Université de Bordeaux III.

Introduction

Les verrières de la capitale, mutilées à l’époque classique puis pendant la tourmente révolutionnaire, acquirent au cours du XIXe siècle un statut d’œuvres d’art qu’il convenait de protéger. C’est cette période essentielle pour la survie d’un patrimoine exceptionnel que nous nous sommes proposé d’explorer. Notre premier objectif était d’apporter une contribution à l’histoire des vitraux anciens de Paris en documentant les restaurations du XIXe siècle, mais nous voulions aussi étudier les hommes et les institutions qui en eurent la responsabilité : leur rôle respectif, les moyens techniques et financiers dont ils disposaient, leurs préoccupations, les doctrines ayant guidé leurs choix, la vision qu’ils avaient eux-mêmes de leur action, ou bien encore le jugement porté sur eux par leurs contemporains. Pour traiter ce sujet, il est vite apparu que les découpages chronologiques traditionnels étaient peu opérants, et qu’il était impossible d’évoquer les restaurations de la deuxième moitié du XIXe siècle sans tenir compte des évènements qui les avaient précédées. Il fallait non seulement retracer la lente redécouverte des techniques du vitrail dans les premières décennies du siècle, mais même remonter plus haut, les pratiques d’entretien régulier par des vitriers de la fin du XVIIIe siècle s’étant prolongées bien au-delà de la Révolution. Quant aux restaurations proprement dites, elles débutèrent en 1845, se développèrent surtout sous le Second Empire, mais connurent un net ralentissement après 1870. La dernière opération réalisée par le peintre verrier Prosper Lafaye entre 1876 et 1879 marquait la fin d’une période et c’est le terme qui fut choisi pour cette étude.

 

Première partie – Le temps des vitriers : l’entretien des vitraux à la fin du XVIIIe siècle et pendant les premières années du XIXe siècle

I – Les principaux acteurs de l’entretien des vitraux à la fin du XVIIIe siècle et pendant les premières années du XIXe siècle

Les grands chantiers de restauration, résultant de la redécouverte de la peinture sur verre dans les premières années du XIXe siècle ont été précédés d’une longue période de dégradation : l’arrêt progressif des commandes de vitraux au XVIIe siècle, qui eut pour conséquence la perte d’un savoir-faire au sein de la corporation des « vitriers et peintres sur verre » et le jugement peu favorable porté au XVIIIe siècle sur les vitraux qui obscurcissaient les églises ont empêché toute restauration importante, ce qui ne signifie pas pour autant que les vitraux aient été laissés à l’abandon : si la peinture sur verre n’était plus pratiquée, la vitrerie était devenue un art à part entière que se transmettaient des vitriers sur plusieurs générations. Aux anciennes dynasties parisiennes, celles des Le Vieil ou des Dor par exemple, vinrent s’adjoindre, à la fin du XVIIIe siècle, des vitriers venus de l’est de la France comme Jean-François Tailleur ou Nicolas et Louis Huin, qui devaient jouer un rôle important dans les premières années du XIXe siècle. Continuer la lecture de POSITION DE THÈSE | Elisabeth Pillet, La restauration des vitraux des églises paroissiales de Paris de la Révolution à 1880

POSITION DE THÈSE | Walter BADIER, Alexandre Ribot et la République modérée : formation et ascension d’un homme politique libéral (1858-1895)

Walter BADIER, Alexandre Ribot et la République modérée : formation et ascension d’un homme politique libéral (1858-1895)

Thèse de doctorat en histoire, soutenue en décembre 2015 à l’Université d’Orléans, sous la direction de Jean Garrigues.

Jury : Pierre Allorant (professeur des universités, université d’Orléans), Yves Déloye (professeur des universités, Sciences Po Bordeaux), Jean Garrigues (professeur des universités, université d’Orléans), Jérôme Grévy (professeur des universités, université de Poitiers), Jean-Marc Guislin (professeur des universités, université de Lille III).

Mention : très honorable avec les félicitations du jury.

Dans la représentation commune de la Troisième République émergent quelques « grands hommes » : Jules Ferry, Léon Gambetta, Georges Clemenceau, Jean Jaurès ou encore Léon Blum. Ces figures républicaines ont longtemps concentré l’attention des biographes et presque incarné à elles seules cette période si fondamentale de la vie politique française. De ce fait, des hommes politiques de premier plan restent dans l’ombre de ces monuments de la mémoire collective. Comme Jules Méline, Maurice Rouvier et bien d’autres, Alexandre Ribot est aujourd’hui tombé dans un relatif oubli.

L’ancien élu du Pas-de-Calais est pourtant considéré par l’historien Jean Estèbe comme « un des monstres de la Troisième République »1. Député puis sénateur pendant plus de quarante-quatre ans, onze fois ministre dans quatre ministères différents2 et cinq fois président du Conseil, il dispose en effet d’un des plus beaux curriculum vitae du personnel politique de la Troisième République. Continuer la lecture de POSITION DE THÈSE | Walter BADIER, Alexandre Ribot et la République modérée : formation et ascension d’un homme politique libéral (1858-1895)

POSITION DE THÈSE | Thierry Pastorello, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin XVIIIe – milieu XIXe siècle

Thierry PASTORELLO, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin XVIIIe – milieu XIXe siècle

Thèse de doctorat Mention « Sociétés occidentales, temps, espace et civilisations » Histoire moderne et contemporaine soutenue à l’université Denis Diderot- Paris VII le 31 mars 2009, devant un jury composé de Madame Elisabeth Roudinesco (Université Paris VII) ; Monsieur Robert Muchembled (Université Paris XIII), rapporteur ; Monsieur André Rauch (Université Marc Bloch Strasbourg II), rapporteur ; Monsieur André Gueslin (Université Denis Diderot Paris VII), directeur ; Monsieur Didier Godard (personnalité invitée, historien des homosexualité)

Entre la fin du XVIIIe siècle et jusqu’aux alentours du milieu du XIXe siècle, l’homosexualité masculine, comme catégorie désignant et stigmatisant certains hommes, est en voie de construction. Nous avons pris pour exemple Paris. Ce travail examine ce processus, par un croisement des discours et des vécus. Le cadre parisien offre un laboratoire suffisamment important : les faits d’homosexualité peuvent être observés à travers tout un ensemble de comportements et de pratiques identifiables dans les sources, notamment policières. Pourquoi délimiter cette étude entre la fin du XVIIIe siècle et la première partie du XIXe siècle ? C’est une période de bouleversements politiques, sociaux, et économiques. On observe un basculement d’une perception théologique à une perception laïque. Au plan répressif, deux évènements charnières délimitent la période de cette étude : 1790-1791, l’Assemblée constituante supprime le crime de sodomie de la liste des crimes, désormais la pratique de l’homosexualité tombera sous le coup de la loi, seulement dans le cadre de détournements de mineurs et d’outrage public à la pudeur ; au terme de la période étudiée, le docteur Ambroise Tardieu (1818-1879), professeur de médecine légale à l’École de médecine de Paris publie une étude sur les attentats aux mœurs. Ce travail scientifique développe amplement les « stigmates » de la « pédérastie » et les risques sanitaires encourus. Continuer la lecture de POSITION DE THÈSE | Thierry Pastorello, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin XVIIIe – milieu XIXe siècle

« De Dreyfus à Verdun. Penser l’horizon militaire (1906-1916) »

Le dernier numéro de la revue Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, 2015/1, n° 33 vient de paraître.

Sommaire :

Introduction

  • Olivier Cosson, La Belle Époque de la Grande Guerre p. 3-14
  • Emmanuel Saint-Fuscien : Entre guerre et paix. La décennie décisive de la justice militaire française (1906-1916), p. 15 à 30
  • Odile RoynetteL’impossible émergence d’une culture de la confiance dans l’armée française avant 1914, p. 31 à 50
  • Olivier CossonFortification temporaire ou permanente ?Le génie militaire français de la guerre moderne à la guerre de tranchée (1906-1916), p. 51 à 70
  • Anne RasmussenPréserver le capital humain. Une doctrine hygiéniste pour préparer la guerre démocratique ? , p. 71 à 95
  • Richard S. FogartyLa « Plus Grande Guerre », Les colonies, la race et l’armée française (1906-1916), p. 97 à 112
  • Frédéric VergerMarcel Proust et le défi de la guerre, p. 113 à 118
  • Christophe ProchassonUn moment Verdun ? , p. 119 à 127

Documents

Éric ThiersLe rapport parlementaire sur la Loi de deux ans (3 mars 1904), p. 129 à 170

 

Octave Gréard 1828-1904 (Stéphanie Dauphin)

GréardParution de Stéphanie Dauphin, Octave Gréard 1828-1904, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, 354 p., ISBN 978-2-7535-4316-4, 22 €

4e de couverture

Cet intellectuel humaniste aurait pu construire une brillante carrière universitaire soutenue par une large production littéraire. Il change de voie à trente-six ans et amorce alors une rapide ascension professionnelle  : inspecteur d’académie (1864), chargé de l’enseignement primaire du département de la Seine (1866), dont il devient directeur (1870), avant d’être nommé inspecteur général (1871), directeur de l’enseignement primaire au ministère (1872), et enfin vice-recteur (1879). Bien introduit auprès des divers ministres qui se succèdent, il s’impose comme une « éminence grise » au service de l’école républicaine populaire.

Une idée essentielle d’Octave Gréard est d’avoir érigé Paris et la Seine en laboratoire pédagogique. En 1868, il élabore sa Nouvelle organisation des écoles primaires en trois cycles qui sera étendue à toute la France. Il fixe les programmes d’enseignement, les emplois du temps et les méthodes de travail. Il prévoit un recrutement élargi des futurs maîtres en créant deux écoles normales primaires dans la capitale. L’école pour tous implique de sa part un effort sans précédent de constructions scolaires pour garçons et filles. S’ajoutent à cette préoccupation les salles d’asile, les écoles primaires supérieures, les écoles d’apprentis et les cours d’adultes. Devenu recteur, tous ces chantiers ont des répercussions dans l’ensemble de l’académie de Paris (9 départements).

À sa mort en 1904, le journal Le Siècle lui rend hommage : « Il fut mêlé à toute l’œuvre scolaire de la Troisième République et mérita d’être appelé par Jules Ferry le premier instituteur de France. »

L ‘auteure

Stéphanie Dauphin est docteure en histoire contemporaine. Cet ouvrage est la version allégée de sa thèse : Octave Gréard, Réformateur de l’enseignement primaire du Second Empire à la Belle Époque. Ce travail universitaire s’est effectué sous la direction de Jean-Noël Luc au Centre de recherches en histoire du XIXe siècle (université Paris IV Sorbonne).

Table des matières et Introduction sur le site de l’éditeur

 

4e Prix d’Histoire du XIXe siècle | Clément Fabre, « Idéogrammes, caquetages et ornements. Paris et la langue chinoise (1814-1900) »

Capture d’écran 2016-03-18 à 16.10.02Le 4e Prix d’Histoire du XIXe siècle a été décerné à Clément Fabre  pour son mémoire « Idéogrammes, caquetages et ornements. Paris et la  langue chinoise (1814-1900) », sous la direction d’Hugues Tertrais, Université Paris 1.
La remise du Prix aura lieu le 3 juin à 17h dans le hall du 3e étage  de la Maison de la Recherche (28 Rue Serpente, 75006 Paris).
Vous êtes cordialement invités à y assister
Le Centre d’histoire du XIXe siècle et la Revue d’histoire du XIXe siècle
© Gallica. Cloche rapportée de Chine par les Missionnaires dans le jardin du Couvent de la rue du Bac, dessin de Jules-Adolphe Chauvet, 1887

 

L’Europe et ses réfugiés politiques au XIXe siècle | par Sylvie Aprile et Delphine Diaz

Capture d’écran 2016-03-15 à 22.52.38

Les révolutions du XIXe siècle firent émerger une nouvelle figure, celle du réfugié politique, et de nouvelles politiques d’accueil. Mais, hier comme aujourd’hui, l’incertitude du vocabulaire employé reflétait la contradiction des États européens face au droit d’asile, entre devoir de protection et peur de l’étranger.

la suite ici :

http://www.laviedesidees.fr/L-Europe-et-ses-refugies-politiques-au-XIXe-siecle.html

©« The fool pied piper », Samuel D. Ehrhart, publié par Keppler & Schwarzmann, Puck Building, 1909.

Position de thèse | LIONEL DUFAUX, L’Amphithéâtre, la galerie et le rail. Le Conservatoire des arts et métiers, ses collections et le chemin de fer : diffusion des connaissances techniques et de l’innovation au XIXe siècle

LIONEL DUFAUX, L’Amphithéâtre, la galerie et le rail. Le Conservatoire des arts et métiers, ses collections et le chemin de fer : diffusion des connaissances techniques et de l’innovation au XIXe siècle

Thèse de doctorat d’histoire, option histoire des techniques, soutenue le 6 juillet 2015 par Lionel Dufaux à l’École des hautes études en sciences sociales (Centre Alexandre Koyré).

 Jury : Louis André, maître de conférences à l’Université de Rennes II ; Bruno Belhoste, professeur à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne (rapporteur) ; Soraya Boudia, professeure à l’Université de Paris Descartes (présidente) ; Liliane Hilaire-Pérez, professeure à l’Université Paris Diderot et directrice d’études à l’EHESS (directrice de la thèse) ; Pierre Lamard, professeur à l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard (rapporteur)

Le Conservatoire des arts et métiers face à l’industrie : objet d’étude original

Fondé par décret de la Convention nationale en octobre 1794, le Conservatoire des arts et métiers est, depuis sa création, un établissement atypique. Aujourd’hui dédié à la formation professionnelle supérieure continue, il conserve, au sein de son musée, une exceptionnelle collection technologique, considérée comme l’une des plus importantes au monde par sa richesse et la variété des thématiques couvertes. Continuer la lecture de Position de thèse | LIONEL DUFAUX, L’Amphithéâtre, la galerie et le rail. Le Conservatoire des arts et métiers, ses collections et le chemin de fer : diffusion des connaissances techniques et de l’innovation au XIXe siècle

Position de thèse | Ignazio Veca, Le mythe de Pie IX. Représentations et réalité d’un pape libéral et national en France et en Italie (1846-1849)

IGNAZIO VECA, Il mito di Pio IX. Realtà e rappresentazioni di un papa liberale e nazionale in Italia e in Francia (1846-1849) / Le mythe de Pie IX. Représentations et réalité d’un pape libéral et national en France et en Italie (1846-1849)

Thèse de doctorat, Mention « Histoire, textes et documents », Histoire moderne et contemporaine, soutenue à la Scuola Normale Superiore de Pise le 23 avril 2015 devant un jury composé de M. Daniele Menozzi (S.N.S.), directeur; M. Gilles Pécout (E.P.H.E. et E.N.S.), codirecteur; M. Alberto Mario Banti (Université de Pise), rapporteur; M. Sylvain Milbach (Université Savoie Mont Blanc), rapporteur; M. Roberto Balzani (Université de Bologne), examinateur ; M. Jacques-Olivier Boudon (Université Paris-Sorbonne), examinateur.

Le problème

Dans ce travail de thèse nous nous sommes proposé d’étudier un sujet très célèbre de l’histoire du Risorgimento italien et de l’Église catholique au XIXe siècle, à savoir le caractère «libéral» et «national» accordé à Jean-Marie Mastaï Ferretti, le pape Pie IX, pendant ses premières années de pontificat. Très célèbre, ça ne veut pas toujours dire bien connu. Continuer la lecture de Position de thèse | Ignazio Veca, Le mythe de Pie IX. Représentations et réalité d’un pape libéral et national en France et en Italie (1846-1849)

Position de thèse | CSILLA PETHÖ VERNET, La représentation de la musique hongroise en France au xixe siècle entre apparence et réalité

CSILLA PETHÖ VERNET, La représentation de la musique hongroise en France au xixe siècle entre apparence et réalité

Thèse de doctorat soutenue le 18 novembre 2015 à l’Université Paris-Sorbonne – Paris IV

Jury : M. Jean-Pierre Bartoli (Université Paris-Sorbonne – Paris IV), directeur de recherche ; Mme Michelle Biget-Mainfroy (Université François Rabelais Tours), présidente du jury, rapporteur ; Mme Danièle Pistone (Université Paris-Sorbonne – Paris IV) ; M. Emmanuel Reibel (Université Paris Ouest Nanterre – Paris X), rapporteur ; László Vikárius (Archives Bartók – Institut de Musicologie Budapest)

La Hongrie et la musique hongroise ont occupé une place particulière dans l’imaginaire occidental, à partir de la fin du xviiie siècle, et pendant toute l’ère romantique. Composer des pièces affichant des éléments hongrois, voire des mouvements ou des œuvres entières en style hongrois, est devenu une aventure à la fois artistique, intellectuelle et stylistique, pour un nombre de plus en plus grandissant de compositeurs, surtout dans l’espace culturel germanique. Si cet engouement des compositeurs majoritairement allemands et autrichiens pour le style hongrois a été maintes fois traité dans la littérature musicologique, les ouvrages qui examineraient la réception de la musique hongroise en France, sont inexistants. Continuer la lecture de Position de thèse | CSILLA PETHÖ VERNET, La représentation de la musique hongroise en France au xixe siècle entre apparence et réalité

Position de thèse | Emanuele Carvalheira de Maupeou, Louis-Léger Vauthier : un ingénieur fouriériste entre France et Brésil. Histoire et mémoire.

EMANUELE CARVALHEIRA DE MAUPEOU, Louis-Léger Vauthier : un ingénieur fouriériste entre France et Brésil. Histoire et mémoire.

Thèse de doctorat en histoire soutenu le 11 septembre 2015 à l’Université Toulouse Jean-Jaurès devant un jury composé de Christine Dabat (Université Fédérale du Pernambouc, Brésil), Socorro Ferraz (Université Fédérale du Pernambouc, Brésil), Didier Foucault (Université Toulouse Jean Jaurès), Richard Marin, directeur de thèse (Université Toulouse Jean Jaurès), Laurent Vidal (Université de La Rochelle)

Cette thèse est une étude biographique de l’ingénieur français Louis-Léger Vauthier, de sa jeunesse à sa postériorité mémorielle. Cet ingénieur fouriériste a activement participé à la vie sociale et politique de son pays tout au long du XIXe siècle, mais est devenu célèbre par son passage, dans sa jeunesse, par le Pernambouc, dans le Nordeste du Brésil. En France, ce représentant de l’élite technique – polytechnicien et ingénieur des Ponts et Chaussées – a eu, parallèlement à sa carrière professionnelle, un engagement politique qui, à plusieurs reprises, a joué un rôle central dans ses choix et sa trajectoire de vie. Vauthier était un militant fouriériste actif et proche du noyau dirigeant de l’École sociétaire en France. Continuer la lecture de Position de thèse | Emanuele Carvalheira de Maupeou, Louis-Léger Vauthier : un ingénieur fouriériste entre France et Brésil. Histoire et mémoire.

Position de thèse Corinne M. Belliard| Emancipation des femmes à l’épreuve de la philanthropie : la Charity Organisation Society en Grande-Bretagne et l’Office Central des Œuvres de Bienfaisance en France au XIXe siècle jusqu’à la guerre de 1914

Emancipation des femmes à l’épreuve de la philanthropie : la Charity Organisation Society en Grande-Bretagne et l’Office Central des Œuvres de Bienfaisance en France au XIXe siècle jusqu’à la guerre de 1914.

Thèse de doctorat en histoire et civilisation britannique soutenue le 11 mars 2004 à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales devant un jury composé de Mesdames Arlette Farge (CNRS-EHESS, directrice de thèse), Florence Gauthier (Université Paris 7), Nancy Green (EHESS) et Yannick Ripa (Université Paris 8).

La philanthropie induite au XIXe siècle par l’industrialisation en Grande-Bretagne et en France, a-t-elle été le moyen pour les femmes de bonnes conditions, de sortir de leur confinement domestique séculaire ? Ou bien, au contraire, a-t-elle fonctionné comme un piège ?

Ces questions s’articulent autour de l’interférence d’une classe sociale et d’un genre, autrement dit autour de l’opposition de deux catégories sociales hétérogènes. D’un côté, se situe une classe sociale dans son intégralité, celle des pauvres, et de l’autre une fraction du genre féminin, appartenant aux classes favorisées. Cette fraction féminine est elle-même placée dans un rapport de subordination envers sa contrepartie masculine. Or si les pauvres sont l’objet de préjugés de classes, les femmes ne cessent d’être, dans le milieu, victimes de préjugés de genre. Continuer la lecture de Position de thèse Corinne M. Belliard| Emancipation des femmes à l’épreuve de la philanthropie : la Charity Organisation Society en Grande-Bretagne et l’Office Central des Œuvres de Bienfaisance en France au XIXe siècle jusqu’à la guerre de 1914

Position de thèse | Brice AMEILLE, L’impressionnisme et la peinture ancienne Itinéraire d’une avant-garde face à la tradition

BRICE AMEILLE, L’impressionnisme et la peinture ancienne. Itinéraire d’une avant-garde face à la tradition.

Thèse de doctorat en histoire de l’art dirigée par Barthélémy JOBERT, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE (Paris IV) École doctorale VI – Histoire de l’art et archéologie

Jury : Barthélémy JOBERT, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) ; Mme Christine PELTRE, Professeure à l’Université Marc-Bloch (Strasbourg II) ; Mme Chang Ming PENG, Professeure à l’Université Charles-de-Gaulle (Lille 3) ; James H. RUBIN, Professeur à Stony Brook University (New York) ; Pierre WAT, Professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris I)

Problématique générale : le rapport des impressionnistes à la tradition

Au cœur de l’« idéologie » impressionniste des années 1870 se trouve le mythe fondateur de l’oubli. Ce qui préoccupe ses membres, c’est d’être eux-mêmes et de leur temps : ne pas se satisfaire des formules transmises, mais au contraire s’en affranchir et continuer à étudier la nature, l’une de leurs aspirations les plus chères étant de réussir à poser sur le monde un regard vierge et innocent : « naître aveugle pour tout à coup être un jour doué de la vue et ainsi commencer à peindre sans avoir eu la connaissance préalable de ce que sont les objets se trouvant devant ses yeux », souhaite Monet[1], « donner l’image de ce que nous voyons, en oubliant tout ce qui apparut avant nous », dit Cézanne[2].

Ces déclarations et ces postures – mais aussi, assurément, Continuer la lecture de Position de thèse | Brice AMEILLE, L’impressionnisme et la peinture ancienne Itinéraire d’une avant-garde face à la tradition

Histoire et archéologie : que faire du XIXe siècle ? | Appel à articles

En 1978, scrutant les nouveaux territoires à conquérir pour une science historique en marche, l’équipe de la « Nouvelle histoire » que Jacques Le Goff avait constituée avait mis en avant l’idée que l’histoire de la culture matérielle devait progresser en Occident en s’appuyant sur une discipline finalement née au XIXe siècle : l’archéologie. Mais à l’époque, Jean-Marie Pesez, pionnier de l’archéologie médiévale et préindustrielle, ne songeait pas à utiliser les acquis de cette discipline pour renouveler notre connaissance du XIXe siècle. Il constituait en modèle à suivre les recherches des archéologues de la préhistoire et le travail effectué en Europe de l’Est et en URSS par des Instituts d’histoire de la culture matérielle qui n’avaient pas leur pendant en Occident. Il soulignait surtout toute une série d’obstacles au dialogue entre historiens et archéologues, quelle que soit la période considérée : archéologie abandonnée à des érudits de province, désintérêt relatif pour l’histoire des techniques ou l’histoire de la culture matérielle (alimentation, vêtement, maison et mobilier, objets, bijoux, parures). Continuer la lecture de Histoire et archéologie : que faire du XIXe siècle ? | Appel à articles

Minorités en Méditerranée au XIXe siècle. Identités, identifications, circulations

Mercredi 23 et jeudi 24 mars 2016

Ce colloque d’historiens vise à interroger les modalités de l’identification, de la catégorisation et de l’administration des minorités dans les différents empires en Méditerranée au XIXe siècle et jusqu’à la dissolution de l’Empire ottoman et aux accords de Lausanne de 1923. Ceux-ci donnent en effet une reconnaissance juridique internationale à certains groupes minoritaires «nationaux» correspondant souvent à des minorités religieuses. On s’intéressera en particulier à la frontière mouvante entre une définition tantôt religieuse, tantôt séculière, voire ethnicisée des minorités concernées.
Le colloque se penchera en outre sur les phénomènes de circulation des normes et des pratiques étatiques entre les différents empires, notamment sous l’effet de l’impérialisme européen. On s’intéressera aussi aux reconfigurations identitaires consécutives aux redécoupages des territoires impériaux dans l’espace méditerranéen, ce qui permettra de questionner les nouvelles formes d’identification et d’appartenance, individuelles et collectives. Adoptant une démarche résolument comparatiste, le colloque fera dialoguer les communications sur les différents territoires impériaux et sur les diverses puissances impériales concernées.

Lieux du colloque 
Le 23 mars
Centre d’histoire de Sciences Po,
56 rue Jacob 75006 Paris
Salle de conférences (rdc.)
Le 24 mars
CNRS. Cité des Fleurs
29 rue Gauthey 75017 Paris

Programme Minorités en Méditerranée au XIXe sièle

 

Plateforme de la Société d'histoire de 1848 et des révolutions du XIXe siècle