Création de l’association française d’histoire du travail et d’histoire des ouvriers | Juin 2013

Chères et chers collègues,
L’histoire du travail et l’histoire des ouvriers font l’objet, en France, d’un regain d’intérêt dont témoignent la qualité des études menées ou en cours,  le renouvellement des problématiques, le dialogue entamé avec d’autres sciences sociales et humaines, pour ne rien dire de la demande sociale.

Cette dynamique historiographique encore fragile souffre d’une dispersion dont nous mesurons tous les conséquences négatives tant du point de vue de la nécessaire confrontation des approches, méthodes et interprétations qu’en termes de visibilité scientifique et académique.

Le moment semble venu de se doter d’une association française d’histoire du travail et d’histoire des ouvriers qui, dans la diversité des démarches, périodes et terrains comme des statuts – enseignants-chercheurs, chercheurs, docteurs, doctorants – nous réunirait dans une double perspective :

*        de défense et de promotion de la place de l’histoire du travail et de l’histoire des ouvriers dans l’université, le CNRS, les différents niveaux d’enseignement et la société française ;

*        d’organisation d’échanges scientifiques et de diffusion d’informations sur les recherches menées en ces domaines, tant à l’échelle française qu’internationale.

Pour ne pas être nouvelle, l’idée s’est précisée à l’occasion d’un récent colloque international tenu à Dijon, constitutif d’un réseau européen d’histoire du travail et d’histoire ouvrière.

Il reviendra évidemment aux collègues intéressés de définir les contours, les objectifs et le fonctionnement de l’association envisagée dont la réunion fondatrice devrait se tenir le 15 juin, à Paris (de 10 h à 13 h), 9 rue Malher.

Nous souhaiterions vivement que vous puissiez contribuer à sa préparation conçue de la manière la plus ouverte et collective par voie électronique. A ce titre, vos réactions et suggestions sont dès maintenant les bienvenues, comme le sera le relais que vous voudrez bien assurer en direction des collègues dont nous ne possédons pas les coordonnées.

Convaincus de l’intérêt que vous porterez à cette initiative et dans l’attente de vous lire, nous vous prions d’agréer, chères et chers collègues, l’assurance de nos sentiments les plus cordiaux.

Nicolas Hatzfeld         Michel Pigenet      Xavier Vigna

Veuillez adresser vos réponses à Therese.Lortolary@univ-paris1.fr