Juifs d'Algérie | Musée d'art et d'histoire du judaïsme

16 octobre 2012
Par

Juifs d'Algérie

Musée d'art et d'histoire du judaïsme
du 28 septembre 2012 – 27 janvier 2013
Dossier de presse :

L'année 2012 marque le cinquantenaire des accords d’Évian. Le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme a choisi de se joindre aux nombreuses institutions qui souhaitent rappeler, par diverses approches, la date charnière que fut 1962 pour la France et pour l’Algérie. Il présente une exposition inédite retraçant les grandes étapes de l'histoire des Juifs d’Algérie.
Un double constat est à l’origine du projet : l'impact important du rapatriement des Juifs d’Algérie en 1962 sur le judaïsme métropolitain et la perte mémorielle de ce que fut le judaïsme en Afrique du Nord, plus précisément en Algérie.
L’exposition Juifs d’Algérie met en lumière la grande diversité et la complexité des expériences, des trajectoires politiques et sociales des membres de cette communauté. Sont également abordées leur vie religieuse et leurs activités économiques. Enfin, la culture populaire des Juifs d’Algérie est évoquée, notamment les coutumes et les divertissements. La musique n’est pas absente de ce panorama : mélodies synagogales, chants traditionnels, compositions savantes ou populaires issues des traditions arabo-andalouse ou du malouf constantinois, créations hybrides marquées par les modes européennes et latines.
Environ 250 documents (manuscrits, livres, textiles, objets, œuvres d’art), issus de collections publiques françaises et étrangères, ainsi que d’archives administratives et familiales, forment le corpus du parcours. Celui-ci est complété par des documents audiovisuels, des cartes, des chronologies et des bases de données numériques.
Grâce à un appel à dons, lancé dès 2011 en vue de collecter des archives, auquel ont répondu une centaine de familles, l’exposition fait une large place à la mémoire familiale, à des objets et à des archives conservés depuis plusieurs générations. Elle témoigne ainsi des liens maintenus ou rompus des Juifs d’Algérie avec leur histoire et leur pays d’origine. Le parcours permet de comprendre, d’une part, ce que l’Algérie a représenté et représente à leurs yeux, et, d’autre part, la manière dont ils ressentent, en France, la disparition de la communauté juive là-bas, ainsi que les déchirements et les résonances de l’histoire difficile de la France et de l’Algérie.

 

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : expositions

Les commentaires sont fermés.


Carnets de recherche