Archives par mot-clé : révolutions

Université populaire, « Exporter la Révolution : 1848/1917 », 6 février 2018

Nous avons le plaisir d’annoncer une nouvelle séance de l’Université populaire « Révolution et émancipation » :

6 février 2018 : « Exporter la Révolution : 1848/1917 »

Sylvie Aprile (autour de 1848) et Emilia Koustova (révolution de 1917), séance animée par Quentin Deluermoz

De 18h30 à 20h30
à la Mairie du 18e arrondissement à Paris

Une révolution ou un mouvement révolutionnaire est le plus souvent mû par un projet de transformation du monde tel qu’il est. Aussi, lorsqu’elle réussit, une fois le régime précédent déchu et les révolutionnaires installés au pouvoir, paraît-il nécessaire à ces derniers d’exporter la révolution : pour en entretenir la dynamique propre, ou bien pour provoquer, par effet d’enchaînement, une transformation qui serait d’ampleur mondiale.

Comment les révolutionnaires combinent-ils l’exceptionnalisme généralement conféré à « leur » révolution et sa possibilité de diffusion ? Par quels moyens, organisés ou de fortune (réseaux, migrations, journaux, correspondants) tentent-ils d’exporter leurs idées révolutionnaires ? Quels contacts, rejets et métissages s’opèrent sur ces autres terrains ? Quelle place occupent notamment, aux XIXe et XXe siècle, les colonies et espaces impériaux dans ces jeux de transferts ? 

 

Sylvie Aprile, historienne du 19e siècle, est spécialiste d’histoire sociale et politique de la France et de l’Europe, notamment des expériences de l’exil et des révolutions du siècle, en particulier de 1848. Auteure de La Révolution inachevée 1815/1870, Paris, Belin, 2010 ; et Le siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions, 2010.

Emilia Koustova, historienne du 20e siècle, est spécialiste de la Russie soviétique, notamment de ses rituels politiques, des déportations staliniennes et des politiques de l’histoire dans la Russie contemporaine. Elle a récemment codirigé avec J.-F. Fayet, V. Gorin et G. Haver Le spectacle de la Révolution. La culture visuelle des commémorations d’Octobre, Lausanne, Antipodes, 2017.

 

Numéro 55 2017/2 – Les écoles du peuple, C. Christen et C. Fayolle

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution du n° 55 (2017/2) de la Revue d’histoire du XIXe siècle, numéro sur « les écoles du peuple à l’ère des révolutions, 1815-1880 » sous la direction de Carole Christen et de Caroline Fayolle. Voici la table des matières de ce numéro, dont vous retrouverez le document commenté dans notre rubrique « Documents » sur ce blog :

Séminaire « Révolutions du XIXe siècle et sciences sociales

 

 

Nous avons le plaisir d’annoncer le programme du séminaire « Révolutions du XIXe siècle et sciences sociales », animé à l’EHEES par Caroline Fayolle (Université de Montpellier) et par Quentin Deluermoz (Université Paris 13). La première séance aura lieu vendredi 15 décembre 2017 .

 

« Révolutions du XIXe siècle et sciences sociales »

 

Séminaire co-organisé par Quentin Deluermoz (U. Paris 13/IUF) et Caroline Fayolle (U. Montpellier) à l’EHESS

Suite notamment aux soulèvements populaires des printemps arabes, l’objet « révolution » suscite actuellement un regain d’intérêt des sciences sociales. En témoignent les récents travaux qui interrogent les révolutions passées et actuelles à l’aune d’un cadre théorique requestionné. En rupture avec les lectures téléologiques et causalistes, leur ambition est de suivre pas à pas la manière dont ces processus révolutionnaires se fabriquent, évoluent selon des rapports de force et des dynamiques contingentes, produisent de l’incertain, transforment les états antérieurs et façonnent de nouvelles subjectivités politiques ou, même partiellement, produisent de nouvelles situations socio-politiques. Travaillant sur différentes échelles et différents espaces, ces nouvelles recherches mobilisent une pluralité de concepts, anciens et nouveaux, qui aident à observer ce qui se passe dans la crise, comme par exemple celui de « crise politique » théorisé par le politiste Michel Dobry, la notion de « protagonisme » élaborée par l’historien Haïm Burstin, celle de « sociologie évènementielle » de William H. Sewell ou encore celle de « subjectivation révolutionnaire » travaillée par le sociologue Federico Tarragoni[1][1]. Dans quelle mesure les historien.nes des révolutions du long XIXe siècle (1789-1917) peuvent-ils interroger, s’approprier et enrichir cette réflexion collective ?

 

Continuer la lecture de Séminaire « Révolutions du XIXe siècle et sciences sociales

Appel à communications | Encyclopédisme et politique

 

 

Résumé

La question des rapports entre sciences et politique est un domaine majeur de la recherche en histoire des sciences. À partir de réflexions sur les logiques d’autonomisation à l’œuvre entre ces deux univers, sur la co-construction du politique et du scientifique, ou sur les formes diverses de leurs hybridations, les travaux ont permis de relire la genèse du gouvernement représentatif, des institutions scientifiques et des publics de la science. Ce colloque vise à reprendre cette interrogation à partir d’un observatoire particulier, celui des publications encyclopédiques de la période 1780-1880 environ.

Argumentaire

Hérité du XVIIIe siècle, l’encyclopédisme a surtout été étudié comme une entreprise intellectuelle et commerciale. À partir de la Révolution française, il s’affirme aussi comme un projet politique d’instruction publique et d’information scientifique. Dans un contexte marqué à la fois par l’essor de l’imprimé, et par la mutation des institutions savantes, en lien étroit avec les régimes politiques, les publications encyclopédiques offrent un dispositif de travail suffisamment malléable pour s’accorder à différentes attentes et projets. Valeurs refuge, points de ralliement ou instruments de conquête, elles contribuent à l’élaboration de nouvelles solidarités savantes et politiques.

Il s’agira d’explorer la façon dont l’encyclopédisme a été un lieu de politisation des sciences, mais aussi de scientifisation du politique. Ceci suppose d’historiciser nos catégories d’analyse. Par quelles opérations, une diversité de pratiques savantes, de techniques littéraires et de formes éditoriales ont-elles été regroupées derrière le terme « encyclopédie » ? Inversement, en quoi la redéfinition des frontières de la « politique », qui définit l’ère des révolutions, a-t-elle influencé les encyclopédistes, a-t-elle été accélérée par eux ?

On s’intéressera pour répondre à ces questions aux liens des encyclopédistes avec les régimes en place, mais aussi au rôle de l’encyclopédisme dans la formalisation de doctrines ou idéologies politiques, et dans le façonnement de sociabilités partisanes. Les entreprises encyclopédiques participent à la construction des identités politiques : alternativement mobilisées pour justifier les institutions en place, ou pour fédérer les opposants au système, elles sont un terrain privilégié de l’affrontement entre libéraux, républicains, ecclésiastiques, socialistes, etc. Avant l’essor des « disciplines » modernes, elles sont aussi des enjeux majeurs de la catégorisation des savoirs. Plutôt que d’étudier tel ou tel domaine des sciences dans telle ou telle publication, on envisagera les luttes de catégorisation et leurs effets politiques. À une époque d’essor de l’imprimé, elles façonnent enfin des publics savants, redéfinissent les rapports entre l’élite intellectuelle et les nouveaux lecteurs, et dessinent différents modèles de « diffusion » des « savoirs utiles ».

Parmi les thèmes qui pourront être abordés, on peut mentionner, sans que la liste soit exhaustive :

  • le périodique encyclopédique comme instrument pour fédérer les oppositions à l’ordre scientifique et politique, ou à l’inverse comme instrument de défense de l’ordre établi
  • le périodique encyclopédique comme terrain où se négocient les rapports entre le temps de la science, et celui de la politique. La temporalité est un thème des publications, mais elle est aussi un enjeu concret de la publication d’un « périodique ».
  • les pratiques du travail collectif au sein des revues encyclopédiques, associant les auteurs aux divers acteurs anonymes, traducteurs et traductrices, imprimeurs, secrétaires, ce qui poses la question de savoir « qui sont les encyclopédistes ? »
  • la diversité des écritures encyclopédiques : articles et mémoires, écritures individuelles ou collaboratives, comptes rendus d’ouvrages, comptes rendus de cours, notes, correspondances
  • les adaptations et les usages du modèle économique de l’encyclopédisme, dans un contexte de mécanisation de l’imprimerie et de baisse des coûts de l’imprimé, dont il s’agira d’étudier la dimension politique
  • la sociabilité encyclopédique, ses spécificités et ses rapports avec les sociabilités politiques
  • la définition et la construction du public de l’encyclopédisme : celle-ci peut s’étudier du point de vue des producteurs, mais aussi du point de vue des usages sociaux et politiques des publications encyclopédiques par leurs lecteurs

Modalités de soumission

Le colloque se tiendra les jeudi 10 septembre et vendredi 11 septembre 2015 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Il se déroulera en français et en anglais. Les propositions de communication sont à soumettre à l’adresse julvincent2011[at]gmail[point]com, jlchappey[at]gmail[point]com ou vincent[point]bourdeau[at]univ-fcomte[point]fr

avant le 30 mai 2015.

Chaque proposition devra inclure : le nom, prénom et courriel de l’intervenant-e ; un court CV (une page maximum) ; un titre et un texte de proposition de 1000 signes maximum.
Les réponses aux propositions seront envoyées avant le 15 mai 2015.

Organisateurs

  • Vincent Bourdeau (Université de Franche-Comté),
  • Jean-Luc Chappey (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
  • Julien Vincent (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Comité Scientifique

  • Bruno Belhoste (Professeur à l’Université Paris 1 – UMR 8066 IHMC)
  • Edward Castleton (Chercheur – MSHE Claude Nicolas Ledoux, USR 3124, Université de Franche-Comté)
  • Christophe Charle (Professeur à l’Université Paris 1 – UMR 8066 IHMC)
  • Ludovic Frobert (Directeur de recherche CNRS – ENS Lyon, UMR 5206 Triangle)
  • Thierry Martin (Professeur à l’Université de Franche-Comté – E.A. 2274, Logiques de l’agir