Jean-Yves Mollier et Bruno Dubot | Histoire de la librairie Larousse (1852-2010)

Jean-Yves Mollier et Bruno Dubot, Histoire de la librairie Larousse (1852-2010), Paris, Fayard, 2012.

Présentation de l’éditeur :

À l’origine de la librairie Larousse, il y a d’abord un écrivain de talent doublé d’un pédagogue hors pair, Pierre Larousse (1817-1885), et un autre instituteur, Augustin Boyer (1821-1896). Installés au cœur du quartier Latin, dès 1852, ils allaient aussitôt publier les manuels scolaires rédigés par Pierre Larousse et, en 1856, lancer le Nouveau Dictionnaire de la langue française, ancêtre du Petit Larousse illustré de 1905, conçu par l’un de leurs successeurs, Claude Augé (1854-1924). Concurrent direct de Louis Hachette qui avait bouleversé le monde de l’édition scolaire vingt ans avant lui, Pierre Larousse allait encore innover en concevant le Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, énorme encyclopédie en 15 volumes. Mort avant d’avoir terminé son grand œuvre, le républicain intraitable qui avait combattu toutes les censures et milité pour la paix universelle avait fait venir auprès de lui son neveu, Jules Hollier, chargé de le seconder et de poursuivre l’entreprise.

Spécialiste des dictionnaires et des encyclopédies, la librairie Larousse, désormais installée rue du Montparnasse, devait continuer à innover, tant sur le plan des énormes séries encyclopédiques que sur celui du Petit Larousse illustré, rhabillé par Christian Lacroix puis Karl Lagerfeld au XXIe siècle et vendu à plus d’un million d’exemplaires les années fastes.
Présente aujourd’hui sur le net, elle prolonge ainsi le rêve utopique des fondateurs : donner à lire « à ce lecteur qui s’appelle tout le monde » plutôt qu’au petit cercle des privilégiés de la fortune.

 

 

 

 

 

 

 





histoire 19 -histoire19 – histoire du XIXe siècle – histoire du 19e siècle – actualité histoire du XIXe siècle – actualité histoire du 19e siècle – actualité 19 –  historiographie

Les Juifs dans l’orientalisme | Musée d’art et d’histoire du Judaïsme

Les Juifs dans l’orientalisme | Musée d’art et d’histoire du Judaïsme

du 7 mars au 8 juillet 2012

Théodore Chassériau, Juives d’Alger au balcon, 1849, Musée du Louvre

© Daniel Arnaudet / Réunion des musées nationaux, Paris

 

Dossier de presse :

La route vers l’Orient qu’empruntent les artistes au début du XIXe siècle leur donne l’occasion de découvrir les communautés juives des rives méditerranéennes. Cette rencontre inattendue offre un visage pittoresque à cet Orient souvent rêvé avant d’être visité. Eugène Delacroix au Maroc, Théodore Chassériau en Algérie emplissent leurs carnets d’esquisses de figures juives, qui nourriront de grandes toiles ; la Noce juive de Delacroix (1841) occupe ici une place inaugurale.

 

Au-delà de l’Afrique du Nord, le périple en Terre sainte est porteur d’enjeux plus symboliques.

Mû par des aspirations religieuses et une nouvelle curiosité archéologique, qui s’applique de l’Égypte à la Mésopotamie, l’Occident poursuit au Proche-Orient une quête de ses origines. Les vues de Jérusalem de peintres tels que David Roberts ou Thomas Seddon traduisent ces recherches.

Les empreintes des mondes juif, musulman et chrétien se fondent alors dans une peinture biblique renouvelée. Un Bédouin devant sa tente incarne une belle figure d’Abraham chez Horace Vernet, tandis qu’une synagogue de Jérusalem abrite un Jésus prêchant chez Tissot ou Hunt. L’« orientalisation » de la Bible est particulièrement sensible dans l’illustration d’épisodes ayant pour cadre l’Égypte (Joseph) ou la Perse (Esther), et tire parti des connaissances nouvelles sur l’Antiquité.

Dans un contexte où est échue à la peinture la mission d’écrire l’histoire nationale, l’œuvre de quelques artistes juifs européens s’inscrit aussi dans une problématique identitaire. Ainsi pourra-t-on lire le thème de l’exil à Babylone réinterprété comme une matrice emblématique de l’histoire de la dispersion juive, pour Eduard Bendemann ou Henri-Léopold Lévy. Mais on retiendra surtout l’œuvre fulgurante de Maurycy Gottlieb, qui interroge l’histoire juive au miroir de la littérature, ou du christianisme dans sa peinture Le Christ devant ses juges.

Enfin, dans le cadre du projet sioniste promu par Theodor Herzl, en réaction à l’antisémitisme qui se répand en Europe, l’idée d’un « État des Juifs » en Palestine s’accompagne très vite d’une dimension artistique. Au sein de l’École d’art et d’artisanat de Bezalel, et au-delà, les artistes cherchent à élaborer une continuité entre Antiquité biblique et Orient contemporain, et à renouer avec une identité juive orientale.

L’exposition présente des œuvres d’Eugène Delacroix, Théodore Chassériau, Alfred Dehodencq, Jean Lecomte du Nouÿ, Wilhelm Gentz, Charles Cordier, Lucien Lévy-Dhurmer, David Roberts, Thomas Seddon, Jean-Léon Gérôme, Gustav Bauernfeind, Alexandre Bida, Gustave Moreau, Alexandre Cabanel, Horace Vernet, Lawrence Alma-Tadema, William Holman Hunt, James Tissot, Maurycy Gottlieb, Lesser Ury, Zeev Raban, Ephraïm Moses Lilien, Abel Pann, Reuven Rubin, Nahum Gutman…

 Plus d'informations ici.








 

 

 

 

 





histoire 19 -histoire19 – histoire du XIXe siècle – histoire du 19e siècle – actualité histoire du XIXe siècle – actualité histoire du 19e siècle – actualité 19 –  historiographie

Degas et le nu | Musée d’Orsay

Degas et le nu

du 13 mars au 1er juillet

Musée d’Orsay

Dossier de presse : 

Première grande exposition monographique consacrée à Edgar Degas (1834-1917) à Paris depuis la rétrospective de 1988 au Grand Palais, Degas et le nu participe de l’ambition du musée d’Orsay de donner à voir l’avancée des connaissances sur les grands maîtres de la deuxième moitié du XIXe siècle, après les hommages à Claude Monet (1840-1926) et Edouard Manet (1832-1883).

Cette exposition explore l’évolution de Degas dans la pratique du nu, de l’approche académique et historique de ses débuts à l’inscription du corps dans la modernité au cours de sa longue carrière. Occupant avec les danseuses et les chevaux une place prédominante dans l’oeuvre de l’artiste, les nus sont présentés à travers toutes les techniques pratiquées par Degas, la peinture, la sculpture, le dessin, l’estampe et surtout le pastel qu’il porte à son plus haut degré d’achèvement.

Organisée avec le Museum of Fine Arts, Boston, l’exposition bénéficie du très riche fonds d’oeuvres graphiques du musée d’Orsay, rarement montré pour des raisons de conservation, auxquels s’adjoignent des prêts exceptionnels des plus grandes collections, comme celles du Philadelphia Museum of Art, de l’Art Institute de Chicago ou du Metropolitan Museum of Art de New York.

Plateforme de la Société d'histoire de 1848 et des révolutions du XIXe siècle