C’était Manufrance, un siècle d’innovation : 1885-1985 – Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne

C’était Manufrance, un siècle d’innovation : 1885-1985

Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne

D’après le dossier de presse :

À l’occasion du 10e anniversaire de sa rénovation, Le Musée d’Art et d’ Industrie de Saint-Etienne présente une exposition de référence consacrée à l’histoire de l’entreprise Manufrance, la Manufacture d’ Armes et Cycles de Saint-Etienne. Objets et accessoires de la manufacture : armes, cycles, appareils ménagers,  machines-outils, appareillage d’atelier, etc., ainsi que de nombreuses publications papiers et audiovisuelles sont présentées au grand public.

Sur 700m2 d’exposition, le parcours chronologique et thématique raconte la saga Manufrance à travers 450 pièces de l’exceptionnelle collection d’armes, cycles et machines à coudre produits par l’entreprise, des machines outils, des objets domestiques des année 30 et 60, plus de 100 photographies, des affiches, catalogues et éditions issus des collections du musée, mais aussi à l’aide de projections, de reconstitutions et de bornes interactives.
Le patrimoine de l’ancienne entreprise est resté vivant dans la mémoire collective…

Plus d’informations ici :

http://www.saint-etienne.fr/culture/musee-d039art-d039industrie/expositions

(Catalogue Manufrance 1894, coll. part.)

Théophile Gautier dans son cadre – Domaine de Sceaux

Théophile Gautier dans son cadre

jusqu’au 9 janvier 2012

Dossier de presse :

À l’occasion du bicentenaire de la naissance de Théophile Gautier qui s’inscrit au nombre des Célébrations nationales pour 2011, le Domaine de Sceaux rend hommage à ce grand écrivain français à travers l’exposition Théophile Gautier dans son cadre.
Dans les salles d’exposition des Écuries du Domaine de Sceaux, le visiteur a rendez-vous avec Théophile Gautier, l’écrivain, chef de file du romantisme, le « poète impeccable » selon Baudelaire.
Mobilier et souvenirs de famille alliés aux œuvres issues de sa collection de tableaux (Ingres ou Puvis de Chavannes) donnent un aperçu de la vie quotidienne rue de Longchamp et des goûts artistiques du maître des lieux.

http://domaine-de-sceaux.hauts-de-seine.net/

Esprit(s) des lieux. Du Trocadéro au palais de Chaillot – Cité de l’architecture et du Patrimoine

Esprit(s) des lieux. Du Trocadéro au palais de Chaillot

jusqu’au 17 janvier 2012
Dossier de presse :
Une cinquantaine de photographies et des documents d’époque retracent l’histoire des palais du Trocadéro (1878) et de Chaillot (1937) depuis les travaux de terrassement de la colline en 1866 jusqu’à aujourd’hui.
La mémoire des lieux se révèle dans sa plus grande diversité, à travers le temps et au gré des événements historiques qui s’y sont succédés.
Des portraits d’anonymes et de personnalités saisis par l’objectif se superposent aux vues architecturales.
Ces esprits des lieux sont les garants de la temporalité des images, photographies d’artistes renommés ou d’anonymes.
Sur les clichés, les palais se dévoilent sous des angles de vue insolites. Les paysages éphémères conçus lors des Expositions universelles, le site de Chaillot sous l’Occupation et lors de la Libération sont parmi les temps forts de l’exposition.

Exposition conçue et réalisée par la Cité de l’architecture & du patrimoine / musée des Monuments français en partenariat avec les Archives nationales

Plus d’informations ici :

http://www.citechaillot.fr/exposition/expositions_temporaires.php?id=186

Elle coud, elle court, la Grisette… – Maison de Balzac

Exposition Elle coud, elle court, la Grisette… du 14 octobre 2011 au 15 janvier 2012
Dossier de presse :

La « grisette », cette jeune couturière à la fois « sage » et coquette, envahit au XIXe siècle la littérature, les beaux-arts ou la chanson. La Maison de Balzac présente la première exposition consacrée à cette figure multiple et mobile, étonnamment moderne par sa capacité à s’adapter aux différents médias. Romances enregistrées à l’occasion de l’exposition, peintures célèbres et gravures moins connues… la diversité des œuvres fait écho à la variété des activités de la grisette et à sa perpétuelle métamorphose.
Une centaine d’œuvres de toute nature (peintures, caricatures, faïences, livres et journaux illustrés, partitions, échantillons d’étoffe) sont réunies en un parcours décliné suivant cinq thèmes, au cœur de la représentation de la grisette au temps de Balzac (1815-1850). Pour chaque section, des chansons de la première moitié du XIXe siècle, spécialement sélectionnées pour le parcours, ont été interprétées par Le Hall de la chanson, et font l’objet d’une diffusion sous des bonnets ou chapeaux sonores.
I – La grisette en conditions
II – Constellation grisette
III – À quoi reconnaît-on une grisette ?
IV – Les plaisirs et les jours… et les nuits !
V – Fil et profils : du trottin à la passante
Commissariat : Claire Scamaroni

Plateforme de la Société d'histoire de 1848 et des révolutions du XIXe siècle