Archives de catégorie : soutenances

Position de thèse | Brice AMEILLE, L’impressionnisme et la peinture ancienne Itinéraire d’une avant-garde face à la tradition

BRICE AMEILLE, L’impressionnisme et la peinture ancienne. Itinéraire d’une avant-garde face à la tradition.

Thèse de doctorat en histoire de l’art dirigée par Barthélémy JOBERT, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE (Paris IV) École doctorale VI – Histoire de l’art et archéologie

Jury : Barthélémy JOBERT, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) ; Mme Christine PELTRE, Professeure à l’Université Marc-Bloch (Strasbourg II) ; Mme Chang Ming PENG, Professeure à l’Université Charles-de-Gaulle (Lille 3) ; James H. RUBIN, Professeur à Stony Brook University (New York) ; Pierre WAT, Professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris I)

Problématique générale : le rapport des impressionnistes à la tradition

Au cœur de l’« idéologie » impressionniste des années 1870 se trouve le mythe fondateur de l’oubli. Ce qui préoccupe ses membres, c’est d’être eux-mêmes et de leur temps : ne pas se satisfaire des formules transmises, mais au contraire s’en affranchir et continuer à étudier la nature, l’une de leurs aspirations les plus chères étant de réussir à poser sur le monde un regard vierge et innocent : « naître aveugle pour tout à coup être un jour doué de la vue et ainsi commencer à peindre sans avoir eu la connaissance préalable de ce que sont les objets se trouvant devant ses yeux », souhaite Monet[1], « donner l’image de ce que nous voyons, en oubliant tout ce qui apparut avant nous », dit Cézanne[2].

Ces déclarations et ces postures – mais aussi, assurément, Continuer la lecture de Position de thèse | Brice AMEILLE, L’impressionnisme et la peinture ancienne Itinéraire d’une avant-garde face à la tradition

Position de thèse | Xavier Mauduit, Le ministère du faste : la Maison du président de la République et la Maison de l’empereur (1848-1870)

Xavier Mauduit, Le ministère du faste : la Maison du président de la République et la Maison de l’empereur (1848-1870). Thèse de doctorat d’histoire soutenue le 3 mars 2012 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne devant un jury composé de Catherine Brice (présidente), Christophe Charle (directeur de thèse), Philippe Boutry, Jacques-Olivier Boudon et Jean-Claude Yon. Cette thèse se compose d’un volume de 916 pages auquel s’ajoute un volume d’annexes de 957 pages, principalement composé d’un dictionnaire biographique.

De toutes les expressions qui caractérisent le Second Empire, une des plus tenaces, ou du moins des plus récurrentes, est celle de la « fête impériale ». Elle évoque les cérémonies fastueuses et les réceptions officielles qui ont marqué non seulement les esprits des contemporains mais également les mémoires. Le mot « faste » est utilisé tant par les opposants au Second Empire, pour critiquer la frivolité et les dépenses excessives du régime, que par les soutiens de Napoléon III pour défendre l’Empire.

Le Second Empire, période longtemps délaissée par les historiens, fut fréquemment traité comme une anomalie du XIXe siècle avec, pour unique finalité, de comprendre la fin du régime, d’expliquer les événements de la Commune et la naissance de la IIIe République. Par ailleurs, l’Empire a été trop souvent analysé à travers les critiques qui lui ont été faites sous la République. De nouvelles voies historiographiques permettent aujourd’hui d’établir une grille de lecture du Second Empire qui dépasse la charge idéologique républicaine. Plus que de réhabiliter le régime, il s’agissait de l’étudier affranchi des critiques issues de la « légende noire » construite par les opposants mais aussi des clichés véhiculés par les nostalgiques de l’Empire. Continuer la lecture de Position de thèse | Xavier Mauduit, Le ministère du faste : la Maison du président de la République et la Maison de l’empereur (1848-1870)

Premier prix d’histoire du XIXe siècle

Le premier prix d’histoire du XIXe siècle, fondé par la Revue d’histoire du XIXe siècle et le Centre d’histoire du XIXe siècle (Universités Paris 1 – Paris 4) et récompensant le meilleur master soutenu en 2011-2012,  a été attribué à :
– Lisa Bogani, “Les rébellions dans le Puy-de-Dôme de 1811 à 1851”, sous la dir. de Jean-Claude Caron, Université Clermont 2.
– Lucie Martin, “L’enseignement de l’histoire à l’université de Strasbourg de 1872 à 1911”, sous la dir. de Jean-Paul Bled, université Paris-Sorbonne.
Le prix sera remis aux deux lauréates le 29 mars 2013.

Premier Prix d’Histoire du XIXe siècle attribué au meilleur master soutenu en 2011-2012 | Extension 15 novembre

Le Centre d’histoire du XIXe siècle (Université Paris 1-Uiversité Paris 4) et la Revue d’histoire du XIXe siècle (Société d’histoire de la révolution de 1848) décerneront en 2012

le 1er Prix d’Histoire du XIXe siècle attribué au meilleur master soutenu en 2011-2012

Le dépôt de candidature est fixé au 15 novembre 2012.

 

Le Centre d’histoire du XIXe siècle (universités Paris 1 et Paris 4) et la Revue d’histoire du XIXe siècle (Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle) souhaitent encourager et promouvoir la recherche en histoire du XIXe siècle.

A cette fin, ils ont décidé de décerner chaque année un prix distinguant le meilleur mémoire de Master 2 consacré à l’Histoire du XIXe siècle (1815-1914), tous espaces concernés.

Le mémoire devra être rédigé en français et avoir été soutenu durant le 1er juin et le 30 septembre de l’année universitaire. Le Jury sera composé de 8 membres appartenant au Centre d’histoire du XIXe siècle et au comité de rédaction de la Revue. Une réception en Sorbonne récompensera le lauréat qui se verra attribué 350 € (en ouvrages ou frais de mission) ainsi que la publication dans la revue d’un article issu de son mémoire.

Les étudiants et professeurs intéressés peuvent se procurer le formulaire de candidature par courrier électronique auprès de Sophie.Lhermitte@univ-paris1.fr

Télécharger le formulaire d’inscription ici.

Télécharger l’affiche ici.