Archives de catégorie : soutenances

POSITION DE THÈSE | Elisabeth Pillet, La restauration des vitraux des églises paroissiales de Paris de la Révolution à 1880

Elisabeth Pillet, La restauration des vitraux des églises paroissiales de Paris de la Révolution à 1880

Thèse de doctorat soutenue le 1er février 2005 à l’École pratique des Hautes Études, section des sciences historiques et philologiques, devant un jury composé de M. Jean-Michel Leniaud, directeur d’études à l’École pratique des Hautes Études, directeur de la thèse, Mme Brigitte Kurmann-Schwarz, chargée de cours H. D. R. à l’Université de Zurich, M. Jacques-Olivier Boudon, professeur à l’Université de Paris IV, M. Guy-Michel Leproux, directeur d’études à l’École pratique des Hautes Études, M. Marc Saboya, maître de conférences H. D. R. à l’Université de Bordeaux III.

Introduction

Les verrières de la capitale, mutilées à l’époque classique puis pendant la tourmente révolutionnaire, acquirent au cours du XIXe siècle un statut d’œuvres d’art qu’il convenait de protéger. C’est cette période essentielle pour la survie d’un patrimoine exceptionnel que nous nous sommes proposé d’explorer. Notre premier objectif était d’apporter une contribution à l’histoire des vitraux anciens de Paris en documentant les restaurations du XIXe siècle, mais nous voulions aussi étudier les hommes et les institutions qui en eurent la responsabilité : leur rôle respectif, les moyens techniques et financiers dont ils disposaient, leurs préoccupations, les doctrines ayant guidé leurs choix, la vision qu’ils avaient eux-mêmes de leur action, ou bien encore le jugement porté sur eux par leurs contemporains. Pour traiter ce sujet, il est vite apparu que les découpages chronologiques traditionnels étaient peu opérants, et qu’il était impossible d’évoquer les restaurations de la deuxième moitié du XIXe siècle sans tenir compte des évènements qui les avaient précédées. Il fallait non seulement retracer la lente redécouverte des techniques du vitrail dans les premières décennies du siècle, mais même remonter plus haut, les pratiques d’entretien régulier par des vitriers de la fin du XVIIIe siècle s’étant prolongées bien au-delà de la Révolution. Quant aux restaurations proprement dites, elles débutèrent en 1845, se développèrent surtout sous le Second Empire, mais connurent un net ralentissement après 1870. La dernière opération réalisée par le peintre verrier Prosper Lafaye entre 1876 et 1879 marquait la fin d’une période et c’est le terme qui fut choisi pour cette étude.

 

Première partie – Le temps des vitriers : l’entretien des vitraux à la fin du XVIIIe siècle et pendant les premières années du XIXe siècle

I – Les principaux acteurs de l’entretien des vitraux à la fin du XVIIIe siècle et pendant les premières années du XIXe siècle

Les grands chantiers de restauration, résultant de la redécouverte de la peinture sur verre dans les premières années du XIXe siècle ont été précédés d’une longue période de dégradation : l’arrêt progressif des commandes de vitraux au XVIIe siècle, qui eut pour conséquence la perte d’un savoir-faire au sein de la corporation des « vitriers et peintres sur verre » et le jugement peu favorable porté au XVIIIe siècle sur les vitraux qui obscurcissaient les églises ont empêché toute restauration importante, ce qui ne signifie pas pour autant que les vitraux aient été laissés à l’abandon : si la peinture sur verre n’était plus pratiquée, la vitrerie était devenue un art à part entière que se transmettaient des vitriers sur plusieurs générations. Aux anciennes dynasties parisiennes, celles des Le Vieil ou des Dor par exemple, vinrent s’adjoindre, à la fin du XVIIIe siècle, des vitriers venus de l’est de la France comme Jean-François Tailleur ou Nicolas et Louis Huin, qui devaient jouer un rôle important dans les premières années du XIXe siècle. Continuer la lecture de POSITION DE THÈSE | Elisabeth Pillet, La restauration des vitraux des églises paroissiales de Paris de la Révolution à 1880

POSITION DE THÈSE | Walter BADIER, Alexandre Ribot et la République modérée : formation et ascension d’un homme politique libéral (1858-1895)

Walter BADIER, Alexandre Ribot et la République modérée : formation et ascension d’un homme politique libéral (1858-1895)

Thèse de doctorat en histoire, soutenue en décembre 2015 à l’Université d’Orléans, sous la direction de Jean Garrigues.

Jury : Pierre Allorant (professeur des universités, université d’Orléans), Yves Déloye (professeur des universités, Sciences Po Bordeaux), Jean Garrigues (professeur des universités, université d’Orléans), Jérôme Grévy (professeur des universités, université de Poitiers), Jean-Marc Guislin (professeur des universités, université de Lille III).

Mention : très honorable avec les félicitations du jury.

Dans la représentation commune de la Troisième République émergent quelques « grands hommes » : Jules Ferry, Léon Gambetta, Georges Clemenceau, Jean Jaurès ou encore Léon Blum. Ces figures républicaines ont longtemps concentré l’attention des biographes et presque incarné à elles seules cette période si fondamentale de la vie politique française. De ce fait, des hommes politiques de premier plan restent dans l’ombre de ces monuments de la mémoire collective. Comme Jules Méline, Maurice Rouvier et bien d’autres, Alexandre Ribot est aujourd’hui tombé dans un relatif oubli.

L’ancien élu du Pas-de-Calais est pourtant considéré par l’historien Jean Estèbe comme « un des monstres de la Troisième République »1. Député puis sénateur pendant plus de quarante-quatre ans, onze fois ministre dans quatre ministères différents2 et cinq fois président du Conseil, il dispose en effet d’un des plus beaux curriculum vitae du personnel politique de la Troisième République. Continuer la lecture de POSITION DE THÈSE | Walter BADIER, Alexandre Ribot et la République modérée : formation et ascension d’un homme politique libéral (1858-1895)

POSITION DE THÈSE | Thierry Pastorello, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin XVIIIe – milieu XIXe siècle

Thierry PASTORELLO, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin XVIIIe – milieu XIXe siècle

Thèse de doctorat Mention « Sociétés occidentales, temps, espace et civilisations » Histoire moderne et contemporaine soutenue à l’université Denis Diderot- Paris VII le 31 mars 2009, devant un jury composé de Madame Elisabeth Roudinesco (Université Paris VII) ; Monsieur Robert Muchembled (Université Paris XIII), rapporteur ; Monsieur André Rauch (Université Marc Bloch Strasbourg II), rapporteur ; Monsieur André Gueslin (Université Denis Diderot Paris VII), directeur ; Monsieur Didier Godard (personnalité invitée, historien des homosexualité)

Entre la fin du XVIIIe siècle et jusqu’aux alentours du milieu du XIXe siècle, l’homosexualité masculine, comme catégorie désignant et stigmatisant certains hommes, est en voie de construction. Nous avons pris pour exemple Paris. Ce travail examine ce processus, par un croisement des discours et des vécus. Le cadre parisien offre un laboratoire suffisamment important : les faits d’homosexualité peuvent être observés à travers tout un ensemble de comportements et de pratiques identifiables dans les sources, notamment policières. Pourquoi délimiter cette étude entre la fin du XVIIIe siècle et la première partie du XIXe siècle ? C’est une période de bouleversements politiques, sociaux, et économiques. On observe un basculement d’une perception théologique à une perception laïque. Au plan répressif, deux évènements charnières délimitent la période de cette étude : 1790-1791, l’Assemblée constituante supprime le crime de sodomie de la liste des crimes, désormais la pratique de l’homosexualité tombera sous le coup de la loi, seulement dans le cadre de détournements de mineurs et d’outrage public à la pudeur ; au terme de la période étudiée, le docteur Ambroise Tardieu (1818-1879), professeur de médecine légale à l’École de médecine de Paris publie une étude sur les attentats aux mœurs. Ce travail scientifique développe amplement les « stigmates » de la « pédérastie » et les risques sanitaires encourus. Continuer la lecture de POSITION DE THÈSE | Thierry Pastorello, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin XVIIIe – milieu XIXe siècle

Position de thèse | LIONEL DUFAUX, L’Amphithéâtre, la galerie et le rail. Le Conservatoire des arts et métiers, ses collections et le chemin de fer : diffusion des connaissances techniques et de l’innovation au XIXe siècle

LIONEL DUFAUX, L’Amphithéâtre, la galerie et le rail. Le Conservatoire des arts et métiers, ses collections et le chemin de fer : diffusion des connaissances techniques et de l’innovation au XIXe siècle

Thèse de doctorat d’histoire, option histoire des techniques, soutenue le 6 juillet 2015 par Lionel Dufaux à l’École des hautes études en sciences sociales (Centre Alexandre Koyré).

 Jury : Louis André, maître de conférences à l’Université de Rennes II ; Bruno Belhoste, professeur à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne (rapporteur) ; Soraya Boudia, professeure à l’Université de Paris Descartes (présidente) ; Liliane Hilaire-Pérez, professeure à l’Université Paris Diderot et directrice d’études à l’EHESS (directrice de la thèse) ; Pierre Lamard, professeur à l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard (rapporteur)

Le Conservatoire des arts et métiers face à l’industrie : objet d’étude original

Fondé par décret de la Convention nationale en octobre 1794, le Conservatoire des arts et métiers est, depuis sa création, un établissement atypique. Aujourd’hui dédié à la formation professionnelle supérieure continue, il conserve, au sein de son musée, une exceptionnelle collection technologique, considérée comme l’une des plus importantes au monde par sa richesse et la variété des thématiques couvertes. Continuer la lecture de Position de thèse | LIONEL DUFAUX, L’Amphithéâtre, la galerie et le rail. Le Conservatoire des arts et métiers, ses collections et le chemin de fer : diffusion des connaissances techniques et de l’innovation au XIXe siècle