Archives de catégorie : soutenances

Vols et voleurs en Auvergne au XIXe siècle : entre « réalité » judiciaire et représentation sociale

Thèse de Lisa Bogani qui sera soutenue le mercredi 11 décembre 2019 à 14h à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand (4 rue Ledru – Amphi 219, 2e étage).

Le jury est composé de :

Mme Anne-Claude Ambroise-Rendu, professeure d’histoire contemporaine à l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines ; Jean-Claude Caron, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université Clermont-Auvergne (directeur de thèse) ; Frédéric Chauvaud, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Poitiers (rapporteur) ; Arnaud-Dominique Houte, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris-Sorbonne (rapporteur) ; Jean-Philippe Luis, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Clermont-Auvergne.

 Résumé : Au début du XIXe siècle, la justice est occupée par un nombre considérable d’affaires de vols. Recouvrant une grande diversité de cas de figure et de parcours individuels, ce phénomène criminel majeur se pose en défi à l’une des valeurs socles de l’ordre bourgeois sur lequel repose la société post-révolutionnaire : la propriété. Aussi est-il fermement condamné par la législation pénale qui fait fi des raisons socio-économiques pouvant pousser un individu à soustraire le bien d’autrui. Sa sévérité exemplaire ne suffit toutefois pas à endiguer le phénomène du vol et à assurer le respect total de la propriété. Au cours du premier XIXe siècle, les chiffres de la criminalité enregistrent, au contraire, une augmentation jugée inquiétante du nombre d’actes de vol traités par la justice. Pour autant, le système de la répression pénale s’adoucit progressivement : les sanctions prononcées contre les voleurs sont de moins en moins sévères. Ce double mouvement – en apparence contradictoire – amène à questionner et à confronter l’évolution des pratiques, des représentations collectives et des perceptions sociales et judiciaires du vol. Alors que ce phénomène criminel a été le plus souvent appréhendé à travers le cas parisien ou celui des grandes agglomérations, cette thèse propose de participer à l’écriture de son histoire en resserrant la focale sur un territoire alors majoritairement rural : l’Auvergne. À partir notamment des archives de la cour d’appel de Riom et de la presse locale de l’époque, ce travail pose la question des liens et des distorsions pouvant exister entre la « réalité » judiciaire, l’expérience vécue et les représentations sociales du vol. Mieux cerner le monde des voleurs et les logiques du passage à l’acte, comprendre comment la population et les autorités étatiques et locales pensent et gèrent cette infraction protéiforme à l’heure où la « question sociale » devient un enjeu politique prioritaire : tels sont les deux principaux objectifs de cette thèse qui entend ainsi participer à une meilleure compréhension des mécanismes d’évolution des sensibilités au crime et, plus globalement, de l’état des mentalités et des univers sociaux du premier XIXe siècle.

Mot clés : Vol, Voleur, Propriété, Justice, Criminalité, Délinquance, Répression pénale, Représentation sociale, Représentation médiatique, Journaux, Auvergne, Allier, Puy-de-Dôme, Cantal, Haute-Loire, XIXe siècle.

LAURENCE GUIGNARD, L’EXERCICE DU SAVOIR. PSYCHIATRIE, DROIT, ASTRONOMIE (XIXE SIÈCLE)

Nous avons le plaisir de vous annoncer la soutenance du dossier d’HDR de Laurence Guignard, “L’exercice du savoir. Psychiatrie, Droit, Astronomie (XIXe siècle)”, avec un mémoire inédit : Les images de la lune au XIXe siècle. Archéologie d’une conquête visuelle.

Le jury est composé d’Anne Carol (Aix Marseille Université), garante, Jean El Gammal (Université de Lorraine), Dominique Kalifa (Université Paris I Panthéon-Sorbonne), Ségolène Le Men (Université Paris Nanterre), Nathalie Richard (Université du Maine), rapporteuse, Stéphane Van Damme (European University Institute), rapporteur.

Elle aura lieu le vendredi 19 octobre à 14h, au Centre Alexandre Koyré (27 rue Damesme, 75013 PARIS – 5ème étage).

Bénédicte JARRASSE, Les Deux Corps de la danse – L’imaginaire de la danse théâtrale dans la littérature et l’iconographie européennes (1830-1870) | Position de thèse

Bénédicte JARRASSE, Les Deux Corps de la danse – L’imaginaire de la danse théâtrale dans la littérature et l’iconographie européennes (1830-1870). trois volumes : 2 volumes texte (700 p.), 1 volume iconographie (127 ill.) Thèse de littérature générale et comparée, sous la direction du Professeur Guy Ducrey, Université de Strasbourg-École doctorale des humanités (ED 520)-Configurations littéraires (EA 1337), soutenue le 28 novembre 2014 à l’Université de Strasbourg devant un jury composé de : M. Guy DUCREY (directeur de thèse) – Professeur, Université de Strasbourg ; Mme Florence FIX (présidente du jury et rapporteur) – Professeur, Université de Lorraine ; Mme Hélène LAPLACE-CLAVERIE (rapporteur) – Professeur, Université de Pau et des Pays de l’Adour ; M. Timothée PICARD – Professeur, Université de Rennes II ; Mme Éléonore REVERZY – Professeur, Université de Strasbourg.

Ce travail de recherche s’inscrit dans une perspective comparatiste et intermédiale. Il se propose, non pas de retracer une histoire du ballet romantique – qui reste sans doute à (ré)écrire –, mais de dresser une cartographie européenne de l’imaginaire de la danse théâtrale, à partir des représentations littéraires et iconographiques qu’a pu susciter cet objet paradoxal, aussi fugace que fragile. La période privilégiée, couvrant cinq décennies allant de 1830 à 1870, renvoie à l’esthétique romantique et répond à une logique à la fois littéraire et chorégraphique. Bien que fondamentale dans l’histoire de la danse théâtrale, cette période n’a que peu bénéficié du renouveau des études portant sur le genre chorégraphique, ses représentations et ses rapports avec la littérature.

Continuer la lecture de Bénédicte JARRASSE, Les Deux Corps de la danse – L’imaginaire de la danse théâtrale dans la littérature et l’iconographie européennes (1830-1870) | Position de thèse

Alexandre Dupont Une Internationale blanche. Les légitimistes français au secours des carlistes (1868-1883) | Position de thèse

« Une Internationale blanche. Les légitimistes français au secours des carlistes (1868-1883) », soutenue à l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne le 18 septembre 2015 devant un jury composé de : Mme Sylvie Aprile (Lille-3), rapportrice ; M. Philippe Boutry (Paris-1), directeur ; M. Jordi Canal (EHESS) ; M. Jean-Philippe Luis (Clermont-2), rapporteur et président du jury ; Mme María Cruz Romeo Mateo (Universitat de València) ; M. Pedro Rújula (Universidad de Zaragoza), directeur.

Mon travail de thèse porte sur les relations multiformes développées entre carlistes et légitimistes français au cours des années 1870, dans un moment où les uns et les autres semblent avoir une vraie chance de reprendre le pouvoir, particulièrement les carlistes qui mènent une guerre civile de quatre ans contre le gouvernement de Madrid : la Seconde Guerre carliste (1872-1876). Cette entraide franco-espagnole, principalement tournée vers l’aide aux carlistes en guerre, s’inscrit dans une solidarité plus large des légitimistes et des catholiques européens et américains à l’égard de ce mouvement. C’est cependant en France que se développe le soutien le plus massif à cette cause.

Continuer la lecture de Alexandre Dupont Une Internationale blanche. Les légitimistes français au secours des carlistes (1868-1883) | Position de thèse