Archives de catégorie : séminaires

« Dissenting Academies 1660-1860 : pour une nouvelle historiographie » | Séminaire franco-britannique d’histoire

Séminaire franco-britannique d’histoire

Université Paris IV-Sorbonne, en partenariat avec l’Institute of Historical Research (University of London) et le Groupe d’histoire intellectuelle (Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis)

Jeudi 16 février à 17h30 : Françoise Deconinck-Brossard (Paris Ouest-Nanterre), « Dissenting Academies 1660-1860 : pour une nouvelle historiographie »

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421

Discutante : Liliane Perez (Paris 7)

Résumé : « Entre la Restauration et le milieu du 19e siècle, les Non-conformistes anglais, qui pouvaient difficilement étudier à Oxford ou à Cambridge sans scrupule de conscience, fondèrent leurs propres établissements d’enseignement supérieur afin de donner une formation adéquate aux jeunes gens se préparant à devenir pasteurs ou bien à embrasser une carrière dans le monde des affaires. Parmi les anciens étudiants des « Académies dissidentes » figurent plusieurs archevêques (Secker), évêques (Butler), hommes politiques, ainsi que des écrivains et penseurs célèbres (Defoe, Priestley, Godwin, Hazlitt, Malthus).

Ces établissements ont depuis longtemps attiré l’attention de chercheurs s’intéressant à différents domaines : histoire des idées, des sciences, des sciences de l’éducation, histoire intellectuelle, histoire sociale ou économique. Cependant, les ouvrages généraux qui font encore autorité sont assez anciens (Irene Parker 1914). Il leur arrive de se concentrer sur un nombre restreint d’Académies (par exemple Warrington ou Northampton), en omettant les plus petites institutions, de se référer à une période chronologique particulière (la deuxième moitié du 18è siècle), ou encore de négliger une catégorie d’étudiants (les « laïcs ») ou bien une confession ou un mouvement religieux (les Unitariens ou les « évangéliques »). Même des travaux assez récents (Gregory Claeys 1999) —ou encore certains cours d’université ! j’en suis le vivant exemple…— reproduisent l’ancienne doxa historiographique. Par ailleurs, un certain nombre d’études traitent seulement de certains aspects ponctuels de la question. Il est paru des monographies sur l’histoire d’établissements particuliers, des biographies révisées dans le ODNB, des articles et chapitres portant par exemple sur l’éducation des étudiants ne se destinant pas au pastorat ou au contraire sur la formation des futurs pasteurs, ainsi que sur l’enseignement de la philosophie en Grande-Bretagne, en Irlande et dans les colonies. Il n’en reste pas moins que l’on ressent cruellement le manque d’histoire générale des Académies dissidentes.

Un vaste projet collectif, le Dissenting Academies project, mis en œuvre depuis 2008 (mais non encore terminé) a entrepris de remédier à ce problème. Grâce à deux grandes bases de données devenues publiques en juin 2011 bien qu’elles soient encore partiellement en cours d’élaboration, la quarantaine de collaborateurs que compte le projet a pu identifier de très nombreuses ressources d’archives restées inexploitées. La présente communication s’appuiera sur des exemples empruntés surtout aux chapitres sur lesquels je travaille au sein de ce projet : les méthodes pédagogiques ainsi que l’enseignement de la prédication et des langues vivantes étrangères. La technologie du vingt-et-unième siècle contribue à renouveler significativement l’historiographie des siècles anciens. » (Françoise Deconinck-Brossard, Professeur émérite à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense)

Programme : http://calenda.revues.org/nouvelle20954.html

Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. Le texte de la communication sera disponible sur simple demande. Les enregistrements des communications sont ensuite disponibles sur le site de l’Institute of Historical Research : https://historyspot.org.uk/podcasts/franco-british-history-external

 

L’antiparlementarisme en France dans le premier XIXe siècle

SciencesPo / Centre d’histoire

lundi 16 janvier 2012, 17 h 00 – 19 h 00

CHPP/CHEC – L’antiparlementarisme en France dans le premier XIXe siècle

Intervenant :

Pierre Triomphe, agrégé et docteur en histoire (université de Montpellier III – Paul Valéry) :

« Les antiparlementarismes, ressorts essentiels de la vie politique de laRestauration (1814-1830) »

Séminaire de recherche du Comité Parlementaire et Politique (CHPP), en collaboration avec le Centre d’histoire « Espaces et cultures » (CHEC) de l’université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand sous la direction des professeurs Jean Garrigues et Jean-Claude Caron.

1er étage
Centre d’Histoire de Sciences Po
56, rue Jacob
75006 Paris

Créer l’/Histoire – Lille III

Créer l’/Histoire – Lille III

http://crehist.hypotheses.org/130

Séminaire de Sylvie Aprile et Dominique Dupart

Séance 3 : Éditer l’histoire au présent

Mardi 13 décembre /17H30-19H30 / salle A4 219

 

Invités :

–Vincent CASANOVA, Directeur de publication de la revue Vacarme : « Vacarme : la vérité de l’indicatif » [Le titre de mon intervention fait signe vers l’entretien que Vacarme a réalisé, il y a dix ans, avec Pierre Vidal-Naquet [http://www.vacarme.org/article205.html]. Il incarne à lui seul ce que la revue essaie de faire depuis sa création : écrire au présent – c’est-à-dire écrire pour et dans le présent – à la confluence des savoirs savants et militants pour « s’orienter dans la pensée » et donc en action. Si cela semble parfaitement admissible quand il s’agit de se faire le porte-voix de travaux et recherches en sciences sociales du contemporain (sociologie, science politique, anthropologie.) dans la mesure où ce projet est quasiment consubstantiel de leur légitimité, cette ambition soulève des problèmes spécifiques avec les historiens – il y en a quelques-uns de métier dans le comité de rédaction mais ce sont des échanges avec ceux de renom (Philippe Artières, Anne Cheng, Alain Corbin, Arlette Farge, Gérard Noiriel, Régine Robin, Jean-Pierre Vernant.) que nous avons rencontrés dont il sera essentiellement question ici. En effet, d’une part, l’écriture de l’histoire entretient des rapports compliqués avec les savoirs militants souvent suspectés d’être subjectifs et partisans. D’autre part – et ce sera là le nœud principal qu’il faudra dénouer – s’intéresser aux temps passés en postulant d’emblée que c’est pour en faire usage qu’on se tourne vers eux, qu’ils portent, au-delà des réalités qu’ils font ressurgir, une vérité à conjuguer au présent, nous expose aux reproches d’instrumentalisation, et par conséquent de falsification. Je déplierai ainsi les tours et détours par lesquels nous nous efforçons de faire malgré tout – et surtout envers et contre tout – (de) l’histoire « de près, de loin » [titre de l’entretien réalisé avec Carlo Ginzburg en 2001 [http://www.vacarme.org/article235.html]]. Où il apparaîtra qu’il en va avec exigence d’une certaine politique de la vérité.]

 

–Eric HAZAN, directeur des éditions La Fabrique (L’invention de Paris. Il n’y a pas de pas perdus, Seuil, 2002 ; Paris sous tension, La Fabrique, avril 2011)

 

–Claude MILLET, professeur en littérature française à l’UFR Lac de l’université de Paris-Diderot, éditrice de la revue Écrire l’histoire (CERILAC Paris-Diderot) : « Ecrire l’histoire : ou le présent de la recherche entre littérature et histoire ». À partir de mon expérience de co-directrice de publication de la revue Ecrire l’histoire, je proposerai quelques observations sur la question de l’interdisciplinarité, sur les rapports des littéraires, historiens de l’art, esthéticiens, etc… à l’histoire, sur les rapports des historiens à la littérature et aux arts, pour ensuite réfléchir sur les chances et les risques qui sont le propre d’une revue interdisciplinaire.

 

 

 

 

 

 

Les usages sociaux de la littérature, XIXe-XXe siècles – EHESS

Les usages sociaux de la littérature, XIXe-XXe siècles

EHESS-Centre de recherches historiques
Séminaire de Judith Lyon-Caen

1er et 3e vendredis du mois de 11 h à 13 h (salle des artistes, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 4 novembre 2011 au 1er juin 2012

Programme

4 novembre 2011: Introduction générale.

2 décembre 2011 : Histoire sociale, histoire des représentations et histoire des écrits (XIXe siècle)

16 décembre 2011 : Les usages politiques de la littérature au XIXe siècle – 1
Les fictions de 1848 : Champfleury

6 janvier 2012 : Les usages politiques de la littérature au XIXe siècle – 2
Dumas, maître du temps ? Roman historique et historiographie romanesque

20 janvier 2012 : Les usages politiques de la littérature au XIXe siècle – 3
Le travail et l’écriture du ralliement – Barbey d’Aurevilly

3 février 2012 : Comment on écrit l’histoire de la folie au XIXe siècle
Séance commune avec Jean-Luc Chappey. Discutante : Anne Simonin

17 février 2012 : Histoire (du XIXe siècle) et psychanalyse. Retours d’expérience

2 mars, 16 mars, et 30 mars 2012  : Autour de Michel Borwicz, acteur, témoin et historien de l’écrit dans l’événement (Ecrits des condamnés à mort sous l’occupation nazie, 1953)

6 avril 2012 : Lectures récentes et travaux d’étudiants

4 mai 2012 : Ce qui vient du passé dans Les Années d’Annie Ernaux (2008)

18 mai 2012 : Présence et effacement du temps, Annie Ernaux

1er juin 2012 : Conclusions