Archives de catégorie : colloques | appels à communications

L’Insurrection et sa résolution, du Moyen Âge à nos jours 6-7 septembre 2012 | Colloque

L’Insurrection et sa résolution, du Moyen Âge à nos jours
Tout le XIXe siècle s’est félicité ou alarmé de la justification de l’insurrection par la
Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793, périodiquement réimprimée, dont
l’article 35 devient le sujet d’incessants débats : « Quand le gouvernement viole les
droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le
plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Légitimée à défaut d’être légalisée, l’insurrection devient un recours possible. Entre sens
propre et sens figuré, le mot couvre en effet des contestations très variées de formes
d’autorité également diverses. Leur ampleur chronologique, spatiale et numérique
diffère, mais toutes s’inscrivent dans une volonté d’opposition à un pouvoir établi ou une
autorité dont on remet en cause la légitimité ou la légalité.
L’insurrection suggère l’emploi de la violence armée. Elle s’accompagne d’images
récurrentes parmi lesquelles la barricade occupe une place centrale. Elle incarne le
triomphe de l’occupation de l’espace public par des forces politiques qui, s’opposant au
pouvoir en place et, depuis l’avènement de la démocratie parlementaire, aux formes
légales d’opposition, entendent s’en affranchir. En ce sens, la chose insurrection existe
avant que le mot n’apparaisse. Attesté depuis la fin du XIVe siècle, soumis à des éclipses
plus ou moins durables, le mot n’a jamais déserté totalement le vocabulaire politique. Et
sa dimension parisienne, sans être exclusive, est prépondérante dans l’espace français.

Auditorium du Petit Palais

 

Jeudi 6 septembre
Après-midi
13 h 45 : Accueil des participants

14 h 00 : Jean-Claude Caron (Université Blaise-Pascal – Clermont II / IUF) :
Paris, capitale de l’insurrection

Généalogie de l’insurrection, entre mémoire et imaginaire
Présidence : Haim Burstin (Université de Milano-Bicocca)

14 h 15 : Mark Traugott (University of California at Santa Cruz),
Perspectives sur la longue durée insurrectionnelle à Paris

14 h 45 : Robert Descimon (EHESS)
1588. 1648. Retentissement et conséquences des barricades
parisiennes dans le royaume de France

15 h 05 : Laure Godineau (Université Paris 13)
Le 18 Mars 1871. Mémoires, écritures et inscription
dans l’espace parisien

15 h 25 : Débat.

15 h 40 Pause.
Présidence : Robert Descimon (EHESS)

16 h 00 : Quentin Deluermoz (Université Paris 13)
Comparer les massacres ? La boucherie de Juin 1848 et la semaine
sanglante de Mai 1871

16 h 20 : Bertrand Joly (Université de Nantes)
L’insurrection fantasmée : les projets nationalistes en 1898-1899

16 h 40 : Michelle Zancarini-Fournel (Université Lyon 1)
De l’insurrection imaginaire à des pratiques quasi
insurrectionnelles dans les années 68

17 h 00 : Débat

Vendredi 7 septembre
Matin
Par le mot et par l’image : les répertoires de l’insurrection
Présidence : Claude Gauvard (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne / IUF)

9 h 30 : Guillaume Mazeau (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne)
Stratégies visuelles de la protestation à Paris au début
de la Révolution française (printemps-automne 1789)

9 h 50 : Thomas Bouchet (Université de Bourgogne)
Cris d’insurrection (« Aux armes ! », « Hourrah ! »,
« Lâches que vous êtes ! »)

10 h 10 : José-Luis Diaz (Université Paris-Diderot)
La parole insurrectionnelle. Quand dire, c’est faire

10 h 30 : Éric Fournier (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne)
Les représentations iconographiques des insurrections
et la question de leur légitimité (1848-1871)

10 h 50 : Débat
11 h 05 : Pause

Souverainetés et espace insurrectionnel (I)
Présidence : Michèle Riot-Sarcey (Université Paris 8 Vincennes St-Denis)

11 h 20 : Claude Gauvard (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne / IUF)
L’insurrection des Maillotins à Paris en 1382:
une révolte de la misère ?

11 h 40 : Haim Burstin (Université de Milano-Bicocca)
L’insurrection comme forme d’expérience politique,
à travers le prisme de la révolution parisienne de 1789

12 h 00 : Emmanuel Fureix (Université Paris Est Créteil / IUF)
Luttes pour les symboles et appropriations de souveraineté
dans l’espace insurgé (1830-1848)

12 h 20 : Débat

Vendredi 7 septembre
Après-midi
Souverainetés et espace insurrectionnel (II)
Présidence : Mark Traugott (University of California at Santa Cruz)

14 h 30 : Sylvie Aprile (Université Lille 3 – Charles de Gaulle)
La seconde insurrection de juin : le 13 juin 1849, le peuple, la
révolution et les petits bourgeois

14 h 50 : Arnaud-Dominique Houte (Université Paris-Sorbonne)
Mourir pour la Constitution ? L’échec des résistances républicaines
au coup d’Etat du 2 décembre 1851

15 h 10 : Jean-Étienne Dubois (Université Blaise-Pascal – Clermont II)
La rue parisienne à la reconquête de la souveraineté nationale ?
Cortèges, violences et politique à Paris en janvier et février 1934

15 h 30 : Charles Riondet (Université Paris 8 Vincennes St-Denis, Ecole des Chartes)
Août 1944 : l’insurrection contrôlée ?

15 h 50 : Débat.

16 h 10 : Michèle Riot-Sarcey (Université Paris 8 Vincennes St-Denis)
Conclusions

 

 

 

 

 

 

histoire du XIXe siècle – histoire du 19e siècle – actualité histoire du XIXe siècle – actualité histoire du 19e siècle – actualité 19 – histoire 19 – historiographie

Pétitionner. L’appel aux pouvoirs (XIXe-XXe siècles) | Appel à communications

Pétitionner. L’appel aux pouvoirs (XIXe-XXe siècles)

Colloque / Appel à communications.

Date-limite : 30 juin 2012

« Pétitionner. L’appel aux pouvoirs (XIXe-XXe) » Colloque international coordonné par Fabienne Bock, Thierry Bonzon, Mathilde Larrère & Frédéric Moret

24-26 janvier 2013

Les interrogations actuelles sur le rapport des citoyens à la politique — taux élevé d’abstention, volatilité des comportements électoraux, défiance à l’égard des hommes politiques et des partis traditionnels — ont suscité de nombreux travaux de sociologues et de politologues. Elles ont aussi conduit à un renouveau des travaux historiques concernant la construction des régimes démocratiques et de la relation entre les citoyens et l’Etat.

Si la construction de l’Etat démocratique garantit les libertés individuelles, dans le même temps les prérogatives croissantes qu’il impose, par les réglementations et les obligations auquel il soumet les citoyens, constituent autant d’empiètements sur ces mêmes libertés. Partout cette tension a généré protestations et demandes de protection. De nombreux travaux d’historiens ont traité ces questions par l’étude des consultations électorales, des manifestations populaires de tous ordres, de l’adhésion aux partis, aux syndicats aux associations ou par l’approche de l’opinion publique. Le colloque se propose quant à lui d’aborder ces questions en interrogeant une source qui n’a fait l’objet que de travaux partiels : les pétitions adressées aux assemblées législatives.

Depuis quatre ans le laboratoire Analyse comparée des pouvoirs (EA 3350) de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée est engagé dans un contrat de recherche financé par l’Agence Nationale de la Recherche portant sur les pétitions adressées aux assemblées législatives en France de 1815 à 1940. Au terme de ce contrat, et après la mise en ligne, au printemps 2012, d’une base de données accessible à tous les chercheurs, un colloque international est proposé. Il permettra de tirer les premiers enseignements de ce travail tout en le confrontant aux recherches analogues menées dans d’autres pays.

De fait, le phénomène pétitionnaire accompagne la naissance et le développement de nombreux régimes qui se dotent d’assemblées représentatives. En France il est initié dès 1789 puis inscrit dans les textes constitutionnels à partir de 1791 ; en Angleterre il accompagne, tout au long du XIXe siècle, et avec quelle intensité, l’installation du régime parlementaire. On le retrouve dans certains Etats allemands dès le milieu du XIXe siècle mais aussi en Serbie ou encore en Russie à l’époque de la première Douma. C’est en premier lieu cette dimension internationale du phénomène pétitionnaire que le colloque entend interroger.

Un second type d’interrogations concerne le droit de pétition et les conditions de son exercice dans les différents régimes représentatifs. Comment le pétitionnement s’est-il imposé comme un droit ? Quels débats son instauration a-t-elle suscités ? A-t-il été défini comme un droit du citoyen ou un droit naturel, incluant celles et ceux qui ne détenaient pas de droits politiques ? Par quelles pratiques s’est-il concrétisé ? Par là on souhaite interroger le passage du statut de sujet à celui de citoyen et la façon dont la démocratie de masse a pris naissance et consistance.

Il importe aussi de se pencher sur l’utilisation des pétitions. Comment le phénomène pétitionnaire est-il pris en compte et traité par les différentes assemblées ? Par quelles procédures et comment ces dernières ont-elles évolué dans le temps ? Dans quelle mesure les assemblées représentatives en tirent-t-elles parti pour légitimer leur pouvoir, et ce dans quel contexte politique ? Y voient-elles au contraire une concurrence à l’exercice de leurs prérogatives ? Dans quelle mesure le droit de pétition est-il instrumentalisé par les assemblées dans leur relations avec l’exécutif ? Autant de questions qui invitent à étudier finement le phénomène pétitionnaire.

Quelles formes a pris le mouvement pétitionnaire ? La tradition juridique distingue les pétitions-vœux (souvent collectives, par lesquelles les signataires entendent participer à l’élaboration des institutions, de la loi ou de règlements) des pétitions plaintes (par lesquelles les individus réclament la réparation d’un dommage, d’un préjudice, d’une injustice personnels). Qu’en est-il de la pertinence de cette partition dans le temps et dans l’espace ?

Qu’elle s’adresse aux représentants élus pour exprimer des plaintes, des revendications, des demandes, des points de vue individuels ou collectifs et réclame d’obtenir une réponse, la pétition renseigne sur le rapport de l’individu et des groupes au politique. Concrètement, que sait-on des voies qui conduisent au pétitionnement ? Par le truchement de quels relais, de quelles médiations se développent les mouvements pétitionnaires collectifs ? Que nous apprennent-ils sur les formes d’expression de la revendication ?

Qui pétitionne, pourquoi, sous quelle forme, depuis quelle région ?… Peut-on dégager une sociologie du phénomène pétitionnaire ? Peut-on mettre en relation le mouvement pétitionnaire avec l’urbanisation, la politisation des sociétés, la géographie électorale ? Dans quelle mesure le phénomène pétitionnaire est-il un moyen d’expression pour celles et ceux qui demeurent exclus de l’exercice des droits politiques (les femmes jusqu’en 1945, les étrangers, les ressortissants des colonies ou encore les condamnés pour le cas français) ? Inversement, en s’attachant à l’analyse d’une catégorie de pétitionnaires ou d’un mouvement d’opinion, l’étude fine des pétitions peut compléter la connaissance d’un milieu et d’une époque.

Le phénomène pétitionnaire s’exprime par une prise de parole qui n’est jamais anodine et dont il faut mesurer la portée comme la signification. Chaque pétition est d’abord un texte qui peut être appréhendé comme tel : codé par un système de représentation solidaire d’un vocabulaire. Partant il peut constituer une source cruciale pour l’étude des représentations dans le champ politique. Que nous apprennent les pétitions sur les relations des citoyens et non citoyens à la représentation nationale ? Que nous disent-elles des attentes et des rejets que suscitent les Assemblées, le personnel politiques ou les régimes successifs ?

La désaffection pour le phénomène pétitionnaire dans sa variante parlementaire, clairement repérable, par exemple en France tout au long du XXe siècle, invite à questionner les causes, les étapes et les modalités de ce déclin. Dans quels contextes le recours aux assemblées par voie de pétition apparaît-il en recul ? Par quels autres modes d’adresse le pétitionnement aux chambres est-il remplacé ? Ce déclin renvoie-t-il essentiellement au déplacement des centres de pouvoir ? aux mutations dans l’échelle des pouvoirs ? En France par exemple le développement de nouvelles instances représentatives — du Parlement européen aux assemblées locales — contribue à tarir le flux des pétitions adressées aux chambres.

Telles sont les questions, volontairement ouvertes et non limitatives, que ce colloque entend aborder.

ORGANISATION DU COLLOQUE

Envoi et choix des propositions : Les propositions de communication doivent être envoyées en français ou en anglais (fichier attaché en format word ou rtf) à l’adresse suivante : schneider@univ-mlv.fr Elles comporteront un titre et un résumé d’environ 2000 signes, les coordonnées complètes de l’intervenant (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, courriel, adresse postale du domicile, téléphone) et une courte biographie de ce dernier.

Contact : Marie-Ange.Paquita@univ-mlv.fr

Calendrier : Date limite d’envoi des propositions : 30 juin 2012

 

 



 

 

 

 

 





histoire 19 -histoire19 – histoire du XIXe siècle – histoire du 19e siècle – actualité histoire du XIXe siècle – actualité histoire du 19e siècle – actualité 19 –  historiographie

Didier Daeninckx, Le banquet des affamés | Rencontre

À l’occasion de la sortie de son nouveau livre, Le Banquet des affamés (Gallimard), la Bibliothèque historique de la Ville de Paris a le plaisir de vous inviter à une rencontre exceptionnelle avec le romancier Didier Daeninckx, récent lauréat du prix Goncourt de la nouvelle.
Cette rencontre sera animée par Jean-Louis Robert, président de l’Association des Amis de la Commune.
Dans son roman, l’auteur fait revivre Maxime Lisbonne (1839-1905), compagnon de Louise Michel pendant la Commune, déporté en Nouvelle-Calédonie puis directeur du théâtre des Bouffes du Nord et fondateur d’une soupe populaire, le Banquet des affamés…

lundi 14 mai 2012 à 18h30
24 rue Pavée – 75004 Paris (M° Saint-Paul)
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

 



 

 

 

 

 





histoire 19 -histoire19 – histoire du XIXe siècle – histoire du 19e siècle – actualité histoire du XIXe siècle – actualité histoire du 19e siècle – actualité 19 –  historiographie

Bibliothèque des Amis de l’instruction (Paris) | Conférences

La Bibliothèque des Amis de l’instruction vous a proposé depuis novembre dernier un cycle de conférences autour de la « culture populaire » au XIXe siècle. Nous terminerons ce cycle en chansons.

Le jeudi 10 mai à 19h30 :
Philippe DARRIULAT (Professeur en Histoire contemporaine – IEP de Lille), « Les sociabilités chansonnières parisiennes : la goguette et le café-concert (1817-1871) »

Le jeudi 24 mai à 19h30 :
Sophie-Anne LETERRIER (Professeur en Histoire contemporaine – Université d’Artois), «Béranger, chansonnier national ? »
.

Les soirées de lecture reprendront au mois de septembre 2012 avec un cycle consacré au « roman populaire » du XIXe siècle.

Bibliothèque des Amis de l’instruction, 3 rue de Turenne 75003 Paris



 

 

 

 

 





histoire 19 -histoire19 – histoire du XIXe siècle – histoire du 19e siècle – actualité histoire du XIXe siècle – actualité histoire du 19e siècle – actualité 19 –  historiographie