Archives de catégorie : colloques | appels à communications

L’EUROPE ET LA DIFFÉRENCE DES CORPS – JOURNÉE D’ÉTUDES (APPEL À COMMUNICATIONS)

La Société d’Histoire de 1848 a le plaisir de partager l’appel à communications de la journée d’études “L’Europe et la différence des corps”, organisée les 21 et 22 novembre 2019 à la Maison de la Recherche (28 rue Serpente, Paris) par Clément Fabre, Christophe Granger et Mathieu Marly, avec le soutien du LabEx EHNE.

Des post colonial studiesà l’histoire de la pensée raciale, nombreuses sont les études qui ont exploré la manière dont s’est construit l’Autre corporel de l’Europe. Elles ont souligné la façon dont la forme du crâne ou des yeux, la couleur de la peau et la présence de marques ou de tatouages, mais aussi la tenue vestimentaire, l’hexisou l’appétit sexuel présumé des populations extra-européennes ont pu tenir lieu de principe de classification et de construction de l’altérité. En étudiant aussi bien la mise en spectacle des corps rapportés du Pacifique au sein des cours européennes de la fin du XVIIIesiècle que la construction des questionnaires ethnographiques du XIXesiècle, elles ont montré aussi comment cette mise en exergue des indices d’une corporéité autre a progressivement défini en retour l’identité corporelle des Européens. Plus rares sont en revanche les travaux à s’être penchés sur l’ordinaire des usages, sur la façon dont la différence des corps intervient en pratiquedans les interactions qui se jouent entre les Européens et les populations extra-européennes de leurs empires coloniaux.

Plutôt que l’ordre savant, politique ou idéologique des classifications raciales et racialisantes, c’est ici le sentiment de la différence corporelle saisi dans le quotidien des échanges ordinaires qui retiendra notre attention. Depuis le choc des premières rencontres jusqu’au malaise diffus que suscite la confrontation d’habitusdésajustés, il s’agira de traquer l’impression de ce décalage des corps, la façon dont les acteurs européens rendent compte de cette différence, mais aussi les stratégies qu’ils mettent en œuvre pour dépasser ce malaise et trouver le terrain d’une interaction maîtrisable.

Certains travaux historiques se sont penchés sur cette différence des corps, mais surtout pour évoquer leur métissage et la transgression de leurs frontières, depuis la crainte de la « contagion culturelle » des enfants par leurs nourrices indigènes dans les Indes néerlandaises jusqu’à l’hybridation corporelle des fonctionnaires britanniques gone nativeaux Indes, en passant par la tentative de passingracial de William Ellis dans le Texas du début du XXesiècle.

La manière dont est géré au quotidien, et à hauteur d’échanges sociaux, le décalage des apparences et des habitus a en revanche été largement ignorée par les historien.ne.s. Les travaux des sociologues et des ethnographes, qui ont su ces dernières décennies en faire des instruments d’analyse, invitent pourtant à s’en saisir. L’enjeu de l’accès au « terrain » a en effet logiquement poussé de nombreux.ses chercheur.e.s à réfléchir à la mise en jeu de leur apparence et de leur habitus dans les interactions qu’ils.elles cherchaient à analyser. Loïc Wacquant souligne ainsi que le succès de son observation dans un gymdu ghetto noir de Chicago est largement imputable au fait qu’il n’avait pas « l’hexisde l’Américain blanc moyen qui marque continûment, fut-ce à son corps défendant, la frontière infranchissable entre les communautés », tandis que Stéphane Le Lay explique par le trop grand décalage séparant son habitusde celui des éboueurs parisiens l’échec de l’observation participative tentée parmi eux.

Au-delà de cette confrontation personnelle des chercheur.e.s à des corps autres, plusieurs travaux se sont penchés sur les interactions mettant en jeu un décalage des corps. Décalage social à la caserne ou sur la plage, ou décalage ethnique comme dans le milieu des toxicomanes de San Francisco, où Philippe Bourgois et Jeff Schonberg ont su analyser la mobilisation des différences de couleur de peau, de soin de l’hygiène et de l’apparence, d’attitude et de posture dans la cristallisation des tensions quotidiennes entre toxicomanes noirs, blancs et latinos. Les études consacrées au tourisme, et aux rencontres sociales et culturelles qu’il occasionne, se sont également penchées sur ce décalage des corps, depuis les stratégies d’euphémisation des différences socialesdans les maisons d’hôtes jusqu’à l’ « enchantement » de la rencontre par l’adoption de pratiques corporelles caricaturales destinées à flatter le désir d’exotisme du touriste.

L’histoire des empires coloniaux, c’est le pari de cette journée d’études, peut puiser dans ce genre de problématisation des échanges ordinaires de quoi explorer les différents modèles interprétatifs, entre préjugés raciaux et sociologie spontanée, que les Européens mettent en œuvre pour rendre compte de la différence des corps, mais aussi la variété des stratégies mobilisées par les acteurs, autant européens qu’extra-européens, pour faciliter l’interaction, ou au contraire pour tirer profit du décalage des cultures somatiques : entre self-fashioninget passing, refus d’adopter les marques de déférence ou de politesse attendues et même recours à des insultes dissimulées, quels comportements corporels sont ainsi adoptés, abandonnés ou infléchis au bénéfice de l’échange qui se joue en situation ?

Il s’agit en somme, sans tomber dans le fantasme du métissage cher à Serge Gruzinski ou de ce middle groundthéorisé par Richard White, de prolonger dans l’étude des empires coloniaux contemporains l’analyse de ces complexes jeux corporels étudiés, à l’époque moderne, par Stephen Greenblatt pour ce qui est du langage corporel, par Romain Bertrand dans ses développements sur les stratégies vestimentaires déployées par les Européens dans leur rencontre avec les Javanais, et les impairs qui la jalonnent, ou encore par Gilles Havard lorsqu’il explore la place du mimétisme dans les interactions franco-amérindiennes.

Si l’une des voies de ce vaste questionnement tient à la fréquentation des travaux sociologiques, il n’est bien sûr pas question pour autant d’occulter les spécificités de la démarche historienne dans l’appréhension de ces interactions et stratégies corporelles. Privé de l’observation in situ, l’historien.ne n’y a accès en effet que par leur mise en récit où, souvent, la mise en jeu des corps peut opérer comme ressort narratif et symbolisation commode de la différence entre colons et colonisés. Il s’agira donc de réfléchir indissociablement au sentiment et à la gestion de la différence corporelle qui se réalisent dans l’interaction, à la gamme des sources et des dispositifs descriptifs où l’historien.ne peut venir les traquer et aux méthodes qu’il lui faut mettre en œuvre pour comprendre ce qui peut bien relier les premiers aux seconds.

L’argumentaire complet peut être téléchargé ici.

La journée d’études s’ouvrira avec une conférence inaugurale d’Ann Laura Stoler.

Les communications de ces journées d’études feront l’objet d’une publication en ligne sur l’encyclopédie EHNE (Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe) : https://ehne.fr/

Les propositions de communications (titre, résumé d’une page maximum, bref CV) devront parvenir aux organisateurs, en français ou en anglais, le 15 juin 2019 au plus tard (difference.corps@gmail.com). Chacune sera examinée et évaluée par deux membres du comité scientifique. Le choix des propositions retenues sera communiqué le 15 juillet 2019. Les communications pourront se faire en français ou en anglais, et devront durer 30 minutes chacune.

Comité scientifique
Romain Bertrand
Hélène Blais
Altaïr Despres
Clément Fabre
Christophe Granger
Mathieu Marly
Emmanuelle Saada
Pierre Singaravélou
Ann Laura Stoler
Isabelle Surun
Sylvie Thénault
Romain Tiquet
Christina Wu

COLLOQUE LA POÉSIE DE THÉOPHILE GAUTIER : TEXTES ET POSTURES – UNIVERSITÉ CLERMONT AUVERGNE – 3-5 JUIN 2020

La Société d’histoire de la révolution de 1848 a le plaisir d’annoncer la tenue, du 3 au 5 juin 2020, du colloque international “La poésie de Théophile Gautier : textes et postures”, organisé par la Société Théophile Gautier en collaboration avec le Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS, Université Clermont Auvergne), sous la responsabilité scientifique de M. Alain Montandon (CELIS/UCA).

La poésie de Théophile Gautier : textes et postures

L’objet du colloque est de réexaminer la poésie de Gautier dans son ensemble dans une triple perspective :

  1. L’exhumation et l’étude approfondie, jusqu’à présent négligée, des textes oubliés de l’œuvre poétique de Gautier : on songe notamment aux Poésies de 1830, aux poésies diverses telles que R. Jasinski a pu les réunir, aux poésies libertines ou de circonstance, bref à tout le tissu intersticiel souvent négligé qui relie deux grands massifs poétiques mieux connus : La Comédie de la mort et bien sûr Émaux et camées. Il s’agira de combler les déficits critiques induits par des tropismes assez forts (en particulier pour Émaux et camées), et de proposer une approche complète, égalitaire et « réhabilitante » du corpus poétique. Cette approche gagnera à prendre en compte la diversité des supports de publication (journaux, éditions), méthode qui permet de réfléchir plus objectivement à la visibilité poétique de Gautier. Car c’est aussi la réalité éditoriale, c’est-à-dire la mise à disposition effective des textes, qui construit les jugements littéraires de la postérité.

  2. La mise en valeur des postures du poète relativement à son art à la société de son temps. Il s’agira d’aborder la poésie de Gautier dans son ensemble par le biais de ses représentations de la société. On y étudiera dans une perspective sociopoétique1 nourrie par l’étude de cas précis la posture et l’éthos du poète devant son époque, devant ses lecteurs, ses conceptions de la mission du poète face aux représentations sociales de la poésie et les réponses apportées tant dans l’écriture que dans les choix de publication. On fera porter l’analyse tant sur l’évolution historique de ses choix (on pense, naturellement, à son positionnement relativement aux développements de Hugo sur la fonction du poète, mais aussi aux écarts ou croisements avec d’autres figures emblématiques : Musset, Vigny, Lamartine, Leconte de Lisle, etc.) que sur les représentations des horizons de réception. L’analyse des poèmes mettra en évidence l’esthétique et la poétique (au sens originel de poïesis) dans toutes ses nuances et complexités.

  3. En conséquence, le repositionnement historique de Gautier dans l’histoire de la poésie et dans celle des littératures françaises et étrangères, dont il s’agira, afin de les corriger ou de les nuancer, de rendre compte des approches, souvent cantonnées à une assimilation réductrice de Théophile Gautier au Parnasse, courant lui-même victime de lectures parfois trop étroites. On pourrait examiner l’image d’un Gautier poète pour école primaire au XXe siècle par l’étude des textes choisis et des significations et conséquences de ces choix. On prendra aussi compte des réceptions créatrices de la poésie de Gautier à l’étranger et du fait qu’aucun poète n’a autant inspiré les musiciens que lui.

Le comité scientifique du colloque est ainsi composé de :
Anne Geisler (Évry-Val-d’Essonne)
Martine Lavaud (Sorbonne Université)
Alain Montandon (CELIS)
Marie Hélène Girard (Yale University)
Sylvain Ledda (Université de Nantes)
Jean-Michel Maulpoix (Paris3-Sorbonne Nouvelle) Serge Zenkine (Moscou, RGGU)
Ralph Häfner (Universität Freiburg)

Le colloque se déroulera à la Maison des Sciences de l’Homme (Université Clermont Auvergne).

Les propositions de communication doivent comporter un titre, un résumé de 20 à 30 lignes. Elles doivent parvenir avant la fin septembre à Alain.Montandon@uca.fr


COLLOQUE LE MOUVEMENT DES ASSOCIATIONS DE TRAVAILLEURS AU XIXE SIÈCLE – UNIVERSITÉ DE LILLE, 7-8 OCTOBRE 2019 (APPEL À COMMUNICATIONS)

La Société d’Histoire de la Révolution de 1848 a le plaisir d’annoncer la tenue, les 7-8 octobre prochains, à l’université de Lille, du colloque “Le mouvement des associations de travailleurs au XIXe siècle”, organisé avec son soutien.

« Dès le lendemain de la bataille, hommes et femmes, tous avaient à la bouche ce mot d’association, symbole de salut, qui semblait avoir en soi quelque vertu mystique. On criait « Association, association » comme jadis les vilains criaient : « Commune ! » et les Croisés « Dieu le veut ! » (Lettre de Pauline Roland à Guépin, 10 mai 1850)

On assiste actuellement à une résurgence du mot « Commune » dans les milieux militants qui cherchent à repenser l’autonomie politique (des récents mouvements étudiants à la Zad de Notre-Dame des Landes). En revanche, le souvenir des associations de travailleurs et travailleuses, qui ont été expérimentées tout au long au XIXe siècle, est peu réactualisé par les mouvements sociaux contemporains. Ce déplacement, à la fois dans les espaces de luttes et dans les manières de formuler les aspirations, est loin d’être anodin : le centre de gravité des luttes émancipatrices semble avoir partiellement quitté le monde du travail, rendant difficile la remémoration des tentatives passées de reconfigurer le travail hors du capitalisme et du salariat. Pourtant, ces expériences menées par des femmes et des hommes qui ont cherché à penser les conditions concrètes d’une réappropriation du travail sont propres à résonner dans notre présent. Elles mettent en effet en jeu une autre conception du politique, au-delà de la seule politique gouvernementale, territoriale et institutionnelle – fût-elle communale – mais passant par l’ensemble des activités sociales des individus, et en particulier dans les lieux même de l’exploitation. Dès lors, ces expériences d’association ouvrière permettent de penser la liberté contre le libéralisme, comme l’expérience en actes d’un pouvoir d’agir collectif et autonome dans « l’ici et le maintenant », partout où se rencontre la domination.

Réunissant des chercheuses et des chercheurs issu.e.s de différentes disciplines (histoire, science politique, sociologie…), ce colloque se propose d’interroger l’organisation concrète des associations de travailleurs, leur ancrage dans les mondes du travail ainsi que les projets socio-politiques qui les sous-tendent. Pour cela, il s’agira de faire entendre les voix des acteurs et actrices de ces associations, de reconstituer leurs réseaux et leurs pratiques. On s’attachera également à analyser les débats théoriques relatifs aux associations, en étudiant notamment les critiques formulées contre elles, non seulement par les libéraux, mais aussi par certains penseurs de la nébuleuse socialiste. Une périodisation large a été choisie afin d’inscrire nos questionnements dans l’« ère des révolutions » mais aussi d’explorer des périodes qui, bien qu’elles aient connu une vitalité du mouvement associatif, ont été moins traitées par l’historiographie (comme les années 1820 ou encore les années 1860). Les années 1848-1849, âge d’or des associations, surtout en France où elles ont été d’abord soutenues par le gouvernement avant de devenir des espaces de résistance au pouvoir d’État, occuperont pour autant une place importante dans ce colloque. S’inscrivant dans le sillon de l’œuvre fondamentale de Rémi Gossez, il sera l’occasion de dresser un état des lieux des recherches actuelles qui renouvellent les perspectives sur le mouvement associatif dans diverses régions du monde (notamment en Europe et en Amérique Latine).

Nous invitons les personnes qui souhaiteraient proposer une contribution à s’intégrer dans un ou plusieurs de ces axes :

1° Aspects organisationnels des associations

Un des enjeux de ces journées est de se doter collectivement d’outils pour saisir la diversité des formes d’organisation et d’action que recouvre l’idée d’association. À quoi renvoient les notions d’association, de mutualisme, de mouvement coopératif, de « corporatisme républicanisé » ou encore de communalisme ? Dans quelle mesure la question des relations entre les associations et l’État (auquel Louis Blanc attribue un rôle essentiel dans son ouvrage l’Organisation du travail, 1839) suscite-t-elle des lignes de fracture parmi les partisans du mouvement associatif ? Qui peut participer aux associations, comment les décisions sont-elles prises, comment le travail y est-il réparti ? À rebours de l’idée que ces associations seraient des îlots hors de tout rapport social, comment s’y déploient (ou y sont mises en échec) les relations de statut et de genre ? Comment ces associations s’inscrivent-elles dans des traditions d’organisation, parfois souterraines (maçonneries, compagnonnages…), parfois publiques mais réinterprétées (cultes religieux, goguettes…) ? Comment se transforment-elles à mesure que le contexte politique, économique, légal et technique se modifie ?

2° Objectifs des associations

On cherchera aussi à restituer les raisons de ceux et celles qui interviennent selon leurs engagements, leurs positions sociales, leurs réseaux de sociabilité, leurs expériences dans le monde du travail, mais aussi en référence aux événements (locaux, nationaux, internationaux) qui peuvent brutalement transformer leurs perspectives : s’agit-il d’opposer une résistance aux transformations à l’œuvre dans le monde industriel (mécanisation, extension du marchandage, emprise croissante des détenteurs de capitaux) ? D’accéder à plus d’autonomie à l’échelle locale ? De réorganiser les métiers par un nouveau corporatisme ? De concrétiser l’utopie de république démocratique et sociale en pensant un « gouvernement direct des travailleurs » selon l’expression de Pauline Roland ? De penser une alternative politique en dehors de l’État permettant aux exclus du suffrage – comme les femmes – à expérimenter une souveraineté en acte ?

3° Liens entre les associations de travailleurs et d’autres formes d’organisation collectives

Enfin, tout en maintenant la focale sur les associations de travailleurs, on pourra s’interroger sur la manière dont celles-ci interagissent avec d’autres formes d’organisation, non exclusivement définies par l’ancrage dans le monde du travail : journaux, partis, églises mais aussi associations libérales, républicaines ou socialistes… Loin de ne concerner que les formations de travailleuses et de travailleurs, la forme associative se diffuse en effet massivement dès le début du XIXe siècle au sein de collectifs politiques, philanthropiques ou encore éducatifs. Il s’agira alors de comprendre quels savoirs et pratiques circulent entre ces mondes, mais aussi de repérer les moments où les circulations s’interrompent et où les frontières sociales se rigidifient.

Ce colloque se tiendra à l’université de Lille, les 7-8 octobre 2019.

Les propositions de communication devront comporter un titre et un résumé d’environ 1500 signes, ainsi que les coordonnées de l’intervenant (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, courriel, adresse postale). Elles devront être adressées avant le 31 mars aux contacts ci-dessous.

Contacts :
caroline.fayolle@umontpellier.fr
samuel.hayat@univ-lille.fr
carole.christen@univ-lille.fr

LES RENCONTRES DU XIXE SIÈCLE – 1ÈRE ÉDITION – 19 et 20 juin 2019 – PETITES ET GRANDES RENCONTRES DU XIXE SIÈCLE

La Société d’histoire de 1848 a le plaisir d’annoncer la tenue, les 19 et 20 juin prochains, de la première édition des Rencontres du XIXe siècle, organisées sous son parrainage.

Réunir, autour d’une thématique suffisamment large, les jeunes dix-neuviémistes (doctorants et jeunes docteurs), par-delà les frontières des écoles doctorales et des champs historiographiques : voilà ce à quoi aspirent les Rencontres du XIXe siècle, organisées par un comité issu de plus d’une dizaine d’institutions différentes. Avec justement, pour cette première édition, une réflexion autour de la rencontre, tant dans ses dimensions les plus concrètes que dans les sens métaphoriques qu’elle a pu revêtir au cours du XIXe siècle.

Petites et grandes rencontres du XIXe siècle

« Petites et grandes rencontres » : la distinction paraît datée, et fleure trop le choc de civilisations incommensurables, en même temps que le rejet pudique du corporel et de l’intime, pour paraître justiciable d’une véritable réflexion historienne. C’est, paradoxalement, ce qui impose de la mobiliser pour étudier le XIXe siècle, quitte à la prendre à rebrousse-poil. Car les hommes et les femmes de ce siècle, persuadé.e.s pour certain.e.s de vivre une époque parcourue d’amples lames de fond – depuis le souffle glorieux des idéaux de 1789 et la geste modernisatrice de la révolution industrielle jusqu’à la diffusion des utopies sociales et le progressif englobement colonial du monde –, thématisent eux-mêmes les grandes rencontres qui seraient au cœur de l’histoire : rencontre de la modernité, des cultures, des civilisations. Et c’est à leur époque que se joue la construction de cette sphère du personnel, de l’intime, où viennent se nicher la rencontre des corps et autres petites rencontres.

Le XIXe siècle peut donc être lu comme celui de “l’étagement” des rencontres, depuis celles où l’on ne rencontrerait que l’autre, dans ce qu’il a de plus intime, jusqu’à celles où se jouerait, par-delà l’identité des protagonistes, quelque chose de plus grand qu’eux. Aussi importe-t-il de prendre à bras-le-corps cette discrimination des rencontres entre petites et grandes, entre rencontres anodines, où rien ne se jouerait de grand, et rencontres investies d’une signification historique véritable ou supposée, érigées en choc des civilisations ou chargées de fédérer de vastes communautés. S’il ne veut pas se retrouver lui-même prisonnier de ces distinctions héritées du XIXe siècle – dont on sait combien il façonne encore nos manières de penser –, l’historien n’a d’autre choix que de les prendre elles-mêmes pour objet d’investigation. Toute une histoire du XIXe siècle s’est ainsi employée, dans le sillage de Michel Foucault, à réviser cette distinction : des travaux d’histoire du genre, notamment, ont su creuser ce qu’il y a de politique, de macro au creux même de la rencontre des corps ; tandis que l’étude des sexualités coloniales, d’Ann Laura Stoler au récent Sexe, race & colonies, s’est efforcée de réinscrire l’intime au cœur de la rencontre coloniale.

Remettre ces différentes formes de rencontre sur le même plan, c’est donc repenser le XIXe siècle à rebours des lectures qu’il a lui-même imposées de son histoire. Et, pour éviter de tomber dans le double piège d’une étude des rencontres qui occulte les corps, et d’une lecture qui ne voit plus qu’eux, pour dépasser en somme les petites rencontres comme les grandes, il importe de les ramener toutes à hauteur d’homme et de femme, à l’échelle d’une interaction ; c’est-à-dire, de leur appliquer les méthodes mises en œuvre par d’autres sciences humaines (et notamment la sociologie) pour penser ces situations de face à face. Il s’agit de retrouver dans la rencontre le lieu d’une mise en scène de soi et d’un déchiffrement de l’autre, ainsi que l’espace d’une négociation. De la réinscrire dans un espace : on ne se rencontre pas n’importe où, certains lieux sont dédiés à la rencontre et la forme que prennent les rencontres est en tout cas tributaire du cadre où elles viennent se lover (et n’est-ce pas un espace de rencontre indirecte que le papier des correspondances officielles, amoureuses ou commerciales ?). Dans une temporalité, aussi : une rencontre se prépare, s’organise, ou bien s’impose dans une soudaineté imprévue, puis se remémore et se narre, notamment quand elle endosse la forme rétrospective d’une première fois. Sans oublier les codes, les normes et les contextes de la rencontre, qui comptent autant que ses effets.

Cette approche à hauteur d’homme et de femme permet enfin de restituer, à condition de les manier avec prudence, une valeur heuristique à ces catégories de « grandes » et « petites » rencontres : on vit en effet une rencontre comme plus ou moins grande, significative, déterminante, on l’investit de charge émotionnelle, d’implications biographiques ou historiques, de significations. Est-ce la même chose que rencontrer le roi, un voisin, la guerre, la ville, la sexualité, la mer, le suffrage universel ou le tramway ?

Ces quelques termes, jetés pêle-mêle sans la moindre volonté d’inventaire ou d’exhaustivité, doivent seulement donner une idée du spectre large que recouvre ici la notion de rencontre(s) : le décloisonnement des mondes sociaux, celui qu’immortalisait Delacroix sur les barricades de 1830 comme celui des casernes de la conscription, y trouve tout autant sa place que la mise en relation accélérée des continents ; la rencontre des paysans français avec les enjeux politiques nationaux y côtoie les premières entrevues de diplomates occidentaux avec l’Empereur de Chine ; et l’organisation disciplinaire des rencontres savantes n’est pas plus étrangères à nos préoccupations que les formes renouvelées prises à la faveur des débats psychanalytiques par la rencontre des corps. C’est que cette journée, par-delà la réflexion qu’elle entend stimuler, aspire surtout à une autre rencontre : celle des jeunes dix-neuviémistes, doctorants ou jeunes docteurs, que leur dissémination en laboratoires et en champs disciplinaires empêche trop souvent de nouer un véritable dialogue, et de partager le fruit de leurs travaux et de leurs réflexions. C’est cet espace de discussion dix-neuviémiste que les « Rencontres du dix-neuvième siècle » se proposent de creuser.

Les Rencontres seront organisées à Paris (Maison de la Recherche, rue Serpente), sous le patronage de la Société de 1848, sur deux journées, les 19 et 20 juin 2019 : une première journée, sur le format d’une journée d’études, organisée autour du thème de la « rencontre » et une seconde matinée, plus méthodologique, où les participant.e.s seront invité.e.s, dans le cadre plus informel d’un atelier, à réfléchir ensemble aux questions de méthode afférentes au thème de la rencontre, et notamment aux archives mobilisables pour en retrouver les différentes dimensions et lui redonner vie. Le logement sera assuré de façon collaborative par les doctorant.e.s parisien.ne.s impliqué.e.s, et le repas du 19 juin au midi sera pris en charge, mais les frais de déplacement seront à la charge des participant.e.s et/ou de leur laboratoire de rattachement.

Les masterant.e.s sont invité.e.s pour leur part à nous envoyer, toujours sur le thème de la « rencontre », des posters en version numérique (au format A0), dont certains seront sélectionnés par le comité, et imprimés à nos frais, pour être affichés au cours des Rencontres.

Liste non exhaustive des thèmes et termes – non exclusifs les uns des autres – pouvant être abordés dans les communications :

Modalités de la mise en contact :

  • Rencontres demandées ou fortuites, directes ou indirectes, sans suite ou suivies, individuelles ou collectives, intimes ou publiques, officielles ou officieuses.
  • Les supports de la rencontre : correspondances, traductions, discussions, duels, débats, transports, transferts, technologies.

Lieux et temporalités de la rencontre :

  • Les rencontres du lointain : voyages, exil, missions religieuses et ethnographiques, découvertes et explorations, campagnes militaires et champ de bataille.
  • Les rencontres du quotidien : famille, ville, ruralité, quartier, cercles, salons, clubs, boutiques, expositions universelles, affaires, rencontres intimes.

Le regroupement d’agents mobilisés :

  • Rencontres idéologiques, professionnelles, commerciales et scientifiques : confrontation, partage et diffusion des savoirs, des idées et des savoir-faire.
  • Rencontres avec le Politique et l’État (administration, apprentissage de la compétition électorale, rencontres militaires ou diplomatiques, rencontres coloniales) et rencontres contre le Politique et l’État (mobilisations collectives, militantes, groupes de propagande, luttes non-conventionnelles, illégales, traite d’esclaves, piraterie, procès et rencontres juridiques).

MODALITÉS DE SOUMISSION

Les propositions de communication (de 2000 signes maximum) et les posters devront être envoyés à l’adresse rencontres19eme@gmail.com avant le 28 février 2019, accompagnées d’un court CV. Les propositions, comme les communications, peuvent être en français ou en anglais.
La liste des propositions retenues sera annoncée le 31 mars 2019.
Le colloque se tiendra à Paris les 19 et 20 juin 2019.

COMITÉ D’ORGANISATION

Lisa Bogani (Université Clermont Auvergne)
Lisa Castro (Université Toulouse Jean Jaurès)
Clément Fabre (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Tatiana Fauconnet (École normale supérieure de Lyon)
Edoardo Frezet (Université Côte d’Azur)
Alexandre Frondizi (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Anthony Hamon (Université Rennes 2)
Viera Rebolledo-Dhuin (Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines)
Nicolas Tardits (Université Paris Ouest Nanterre)
Pietro Giovanni Trincanato (Université Paris-Est Créteil et Università degli Studi di Milano)
Benoît Vaillot (EHESS / European University Institute / Université de Strasbourg)