Archives de catégorie : colloques | appels à communications

War as contact zone/La guerre comme zone de contact au XIXe siècle (Institut d’études avancées et Institut historique allemand, Paris, 28-29 juin 2018)

Les 28 et 29 juin 2018 se tiendra à l’Institut d’études avancées et à l’Institut historique allemand (Paris) un colloque international organisé par Jasper Heinzen (IEA et University of York), Odile Roynette (Université Bourgogne-Franche-Comté) et Mareike Koenig (IHA) intitulé : « La guerre comme zone de contact au XIXsiècle.

 

Le programme est disponible sur

https://www.paris‐iea.fr/fr/evenements/la‐guerre‐commezone‐ de‐contact‐au‐xixe‐siecle

1848 dans les Etats de Savoie (appel à communications)

Réformes politico-institutionnelles et avènement de la modernité politique
le colloque aura lieu les 25 et 26 octobre 2018
à Menton (Science po.) et Villa Hambury

Organisé par Marc Ortolani et Christophe Roux

Si 1848 signe dans l’histoire française un retour à la République après les périodes impériales et des Chartes, elle signale pour le royaume de Piémont-Sardaigne un moment fondateur : celui d’un tournant inédit, rompant avec le régime de Restauration, vers le constitutionnalisme, l’affirmation des libertés publiques, le recours aux élections et l’essor des partis politiques. 1848 constituerait ainsi un moment décisif pour l’apprentissage de ce qui fonde la modernité politique. Préparant la transition vers la démocratie, décisif en matière de politique internationale, le « moment 1848 » constitue une transformation politique et institutionnelle majeure dans le paysage européen et s’élabore par des emprunts aux expériences avancées offertes par la France et l’Angleterre. Paradoxalement, l’état de la recherche universitaire francophone n’a que peu à voir avec l’importance de l’événement. Il trahit au contraire une surprenante lacune qui a rendu impérieuse la nécessité d’organiser un colloque international restituant la singularité de l’expérience des États de Savoie dans le contexte européen.

L’ambition de ce colloque est d’offrir une vision globale et internationale de la question (en retraçant la généalogie des influences intellectuelles, notamment françaises et anglaises, qui ont participé de cette transformation) en apportant également des éclairages locaux (en confrontant le cas niçois avec les différentes composantes des États de Savoie) le tout dans une perspective exigeante et pluridisciplinaire (en confrontant les points de vues des historiens du droit, des historiens et des politistes).

Programme prévisionnel

Le programme définitif sera établi par les organisateurs et le conseil scientifique sur la base des propositions qui devront nécessairement s’inscrire dans l’un des trois axes suivants.

Axe 1 – La Restauration contestée (regards critiques sur le royaume)

Le printemps des peuples ne peut être saisi en dehors de son contexte, né de la contestation de la Restauration scellée au congrès de Vienne. Les contributions de cet axe viseront à restituer l’intelligibilité du processus de contestation afin de ne pas le faire percevoir comme une éruption irrationnelle. Il s’agira ici de restituer les tendances de plus long terme qui, en amont de la césure constituée par 1848, circonscrivent un ensemble de « regards critiques sur le royaume ».

Ceux-ci pourront notamment éclairer :

– les insatisfactions internes ayant exprimé un besoin de moderniser le royaume ;

– les influences intellectuelles internationales et leurs appropriations ;

– les contestations libérales et progressistes dont il s’agira de mieux comprendre la nature, les logiques, les modalités d’organisation et les objectifs.

Axe 2 – Les aspects d’une modernisation politique

Un deuxième axe sera constitué par l’étude des transformations effectives survenues avec 1848. Par delà l’adoption du Statuto, deux aspects essentiels peuvent être éclairés :

– une étude des transformations institutionnelles et de leurs mises en œuvre attestant une libéralisation du régime. Ce point pourra être illustré par la mise en place du gouvernement représentatif, la définition du corps électoral, la réflexion sur les modes de scrutin, l’évolution du secteur de la presse, l’appréhension des libertés publiques ;

– la construction d’une cartographie des forces politiques et sociales libérées par 1848 et leur évolution jusqu’en 1860. Au besoin saisi dès 1848, il s’agira de rendre possible une typologie des divers acteurs politiques et sociaux mobilisés, de saisir la façon dont la classe dirigeante a réagi à la contestation et dont la parlementarisation du régime s’est affirmée. L’étude du personnel politique, et notamment des candidats et élus à la Chambre, le déroulement des campagnes électorales, l’évolution de la participation électorale et des résultats au gré des élections législatives, l’étude de la nature des rapports entre élus et électeurs, la présence d’éventuelles mobilisations politiques extra-électorales, l’existence d’un contentieux électoral, et tout autre aspect susceptible de mettre en lumière la façon dont s’enracine la pratique représentative dans ce contexte spécifique.

Axe 3 – Regards territorialisés sur les transformations politiques des États de Savoie

Ce dernier axe privilégiera des éclairages locaux dans les différentes parties du royaume de part et d’autre de l’actuelle frontière. Les réformes adoptées à Turin sont en effet mises en œuvre dans un espace pluriel dans lequel, au gré des territoires, les configurations politiques varient. Outre le Piémont, des illustrations basées sur des études localisées à Nice ou en Savoie, en Vallée d’Aoste, Ligurie ou Sardaigne seront bienvenus afin de confronter les points de vue et évaluer les similitudes et différences dans le déploiement des pratiques rendues possibles par la mise en place du Statuto.

Les propositions de communications peuvent être envoyées avant la fin du mois de juin 2018 à marc.ortolani(at)unice.fr

Mourir en révolutionnaire (XVIIIe-XXe siècle)

Colloque international
Rouen, mardi 26 et mercredi 27 novembre 2019

GRHis Université de Rouen Normandie, IRHIS Université Lille 3, CHEC Université Clermont Auvergne, IRIHS Université de Rouen Normandie, Société des études robespierristes.

Sous la direction de Michel Biard, Philippe Bourdin, Jean-Numa Ducange et Hervé Leuwers

Comité d’organisation : Michel Biard, Philippe Bourdin, Laurent Brassart, Jean-Numa Ducange, Jean-Yves Frétigné, Hervé Leuwers, Côme Simien, Cyril Triolaire.

Comité scientifique : Ludivine Bantigny, Raphaëlle Branche, Jean-Claude Caron, Alexandre Fernandez, Emmanuel Fureix, Claudia Giurintano, Louis Hincker, Lynn Hunt, Marisa Linton, Anne de Mathan, Matthias Middell, Martial Poirson, Fausto Proietti, Stéphanie Roza, Timothy Tackett, Lu Yiming, Lihong Zhou.

« Que le peuple soit sauvé, et je fais volontiers le sacrifice de ma vie ». Cette phrase de Dartigoeyte, représentant du peuple montagnard, insérée dans son Opinion (…) sur la défense de Louis Capet, présentée devant la Convention nationale le 3 janvier 1793, combien d’autres révolutionnaires l’ont alors faite leur ? Deux semaines plus tard, l’assassinat de Le Peletier de Saint-Fargeau ouvrait une sinistre liste, celle des membres de cette Assemblée décédés d’une mort non naturelle, exécutés, suicidés, assassinés, morts en mission, morts en prison ou en déportation, tous tombés en raison de leurs engagements politiques. La Convention nationale fut également la première Assemblée législative a créé un temple civique destiné à abriter les restes des « grands hommes », ce Panthéon ouvert en avril 1791 pour accueillir la dépouille de Mirabeau et où Le Peletier entra à son tour le 24 janvier 1793, trois jours après l’exécution du roi détrôné. Si le culte des « grands hommes » possède naturellement des antécédents bien avant 1789, tandis que l’idée de martyre plonge ses racines aussi bien dans l’Antiquité que dans différentes traditions religieuses, la Révolution française inaugurait là une mémoire collective de l’immortalité voulue pour des révolutionnaires décédés au nom de la fière devise « La Liberté ou la mort ». Toute une mythologie de ces morts glorieuses a été transmise au XIXe siècle, à travers de nombreux autres exemples, parfois politiquement opposés mais relevant de logiques proches, l’exécution collective de vingt représentants du peuple girondins le 31 octobre 1793, celle de Danton puis Maximilien Robespierre et de leurs coaccusés en 1794, ou encore le « spectacle d’apparat » offert par la tentative de suicide collectif des martyrs de prairial en 1795. Une mémoire militante et bien sûr l’historiographie ont permis des transferts culturels par-delà les frontières étatiques et entre les mouvements révolutionnaires. Des révolutions de 1830, 1848 et 1871 aux révolutions, ou tentatives de révolutions, du XXe siècle, l’idée qu’un révolutionnaire doit par avance accepter de tout sacrifier à son engagement militant, y compris sa vie s’il le faut, s’est très largement diffusée et surtout a été l’objet de véritables mythes dont le corps de Che Guevara assassiné en Bolivie peut apparaître comme une véritable icône planétaire, y compris via ses détournements purement commerciaux.
« Qu’eût valu une vie pour laquelle il n’eût pas accepté de mourir ? Il est facile de mourir quand on ne meurt pas seul », écrit André Malraux dans La Condition humaine. Cette autre phrase, de même combien de révolutionnaires l’auraient-ils reniée, dès lors qu’ils étaient justement imprégnés par toute une culture du sacrifice de soi au service d’une cause ? Les exemples ne manquent pas de vies brisées, de la révolution mexicaine à la révolution russe, du mouvement spartakiste aux combats des antifascistes italiens, des révolutions chinoises aux combats de libération nationale dans les colonies, des luttes irlandaises toujours recommencées siècle après siècle à celles des Basques, des résistances palestiniennes aux résistances sud-africaines. La liste en serait longue et presque fatalement non-exhaustive, rassemblant pêle-mêle des révolutionnaires français et Wolf Tone, Baudin puis les Communards fusillés ou tombés les armes à la main, les anarchistes de la « propagande par le fait », Zapata et Pancho Villa, Rosa Luxembourg et Karl Liebknecht, Sacco et Vanzetti, Trotsky, Lumumba, Guevara, Malcolm X, des Algériens du FLN, Fernand Iveton et Maurice Audin, Ben Barka, des dirigeants palestiniens assassinés par les services secrets israéliens, Thomas Sankara, Chris Hani et Dulcie September , Bobby Sands et neuf autres grévistes de la faim n’ayant jamais fléchi dans leur détermination…

Le présent colloque n’entend ni devenir l’occasion d’une sorte de martyrologe, ni se borner à un déroulement chronologique qui serait par trop appauvrissant. Le centre de ses thématiques sera consacré à l’importance de cette question dans les mythologies révolutionnaires et aux transferts entre révolutions par-delà les frontières. Les approches devront donc nécessairement être thématiques et de nature comparatiste, aucune limite géographique n’étant par ailleurs retenue. De la même manière, il va de soi qu’aucun type de mort non naturelle ne sera privilégié (assassinats, exécutions, « disparitions », suicides, grèves de la faim, morts au combat…). Dans une optique comparatiste, chaque session sera introduite par un rapporteur qui permettra d’esquisser une approche synthétique. Les éléments ci-dessous permettront d’orienter les propositions de communication, tout en ne se voulant pas davantage un cadre contraignant :

  • Les funérailles: militantes, secrètes, à « grand spectacle » tel le Panthéon, créatrices de lieux de culte et de pèlerinage militants…
  • L’entretien du culte des héros morts dans la littérature, le théâtre, la poésie
  • Les images: gravures, dessins et toiles, photographies, films…
  • Un enjeu historiographique? Les réflexions d’auteurs du XIXe siècle sur l’économie du sang des hommes (par exemple pour les martyrs de prairial), les significations politiques de certaines interprétations historiographiques…

Les propositions de communication sont à envoyer aux deux adresses suivantes, accompagnées d’une notice bio-bibliographique, avant le 1er octobre 2018 :
michel.biard(at)univ-rouen.fr
jean-numa.ducange(at)univ-rouen.fr