Archives de catégorie : vie académique

Jules Adler. Peintre du peuple

Colloque
dimanche 1 décembre 2019 au Mahj
Hôtel de Saint-Aignan, 71 rue du Temple
75003 Paris

Ce colloque s’interrogera notamment sur l’originalité de la démarche de l’artiste dans sa représentation du monde ouvrier et des mouvements sociaux, les résonances de son identité juive dans sa perception du monde et l’impact des deux guerres mondiales sur son œuvre.
10h00
Ouverture du colloque
Jules Adler, peintre du peuple ?
10h30
Vues de dos. Figures sans visage et figures de dos chez Adler
Par Amélie Lavin, musée des Beaux-Arts de Dole
11h00
Iconologie du monde ouvrier et du travail
Par Frederic Thomas, université libre de Liège
11h30
Des figures artistiques et médiatiques: les Gueules noires vues par Adler et Steinlen
par Philippe Kaenel, université de Lausanne
12h00-12h30 : débat
Jules Adler, un artiste juif sous la IIIe  République

14h00
Adler, un peintre juif ?
Dominique Jarrassé, Université Bordeaux Montaigne
14h30
Des chemineaux et des errants dans la peinture d’Adler
par Bertrand Tillier, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
15h00 – 15h30 : débat
Jules Adler et la guerre
15h45
Les dessins de Jules Adler lors de son internement à Picpus en 1944
par Claire Decomps, mahJ
16h15
« Lentement il reprit son activité d’autrefois »  (Les fronts de Jules Adler)
par Vincent Chambarlhac, université de Bourgogne Franche-Comté
16h45-17h00 Débat

 À l’issue du débat, visite de l’exposition
avec le public et les intervenants du colloque.
Réservation
https://www.mahj.org/fr/programme/jules-adler-peintre-du-peuple

Vols et voleurs en Auvergne au XIXe siècle : entre « réalité » judiciaire et représentation sociale

Thèse de Lisa Bogani qui sera soutenue le mercredi 11 décembre 2019 à 14h à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand (4 rue Ledru – Amphi 219, 2e étage).

Le jury est composé de :

Mme Anne-Claude Ambroise-Rendu, professeure d’histoire contemporaine à l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines ; Jean-Claude Caron, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université Clermont-Auvergne (directeur de thèse) ; Frédéric Chauvaud, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Poitiers (rapporteur) ; Arnaud-Dominique Houte, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris-Sorbonne (rapporteur) ; Jean-Philippe Luis, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Clermont-Auvergne.

 Résumé : Au début du XIXe siècle, la justice est occupée par un nombre considérable d’affaires de vols. Recouvrant une grande diversité de cas de figure et de parcours individuels, ce phénomène criminel majeur se pose en défi à l’une des valeurs socles de l’ordre bourgeois sur lequel repose la société post-révolutionnaire : la propriété. Aussi est-il fermement condamné par la législation pénale qui fait fi des raisons socio-économiques pouvant pousser un individu à soustraire le bien d’autrui. Sa sévérité exemplaire ne suffit toutefois pas à endiguer le phénomène du vol et à assurer le respect total de la propriété. Au cours du premier XIXe siècle, les chiffres de la criminalité enregistrent, au contraire, une augmentation jugée inquiétante du nombre d’actes de vol traités par la justice. Pour autant, le système de la répression pénale s’adoucit progressivement : les sanctions prononcées contre les voleurs sont de moins en moins sévères. Ce double mouvement – en apparence contradictoire – amène à questionner et à confronter l’évolution des pratiques, des représentations collectives et des perceptions sociales et judiciaires du vol. Alors que ce phénomène criminel a été le plus souvent appréhendé à travers le cas parisien ou celui des grandes agglomérations, cette thèse propose de participer à l’écriture de son histoire en resserrant la focale sur un territoire alors majoritairement rural : l’Auvergne. À partir notamment des archives de la cour d’appel de Riom et de la presse locale de l’époque, ce travail pose la question des liens et des distorsions pouvant exister entre la « réalité » judiciaire, l’expérience vécue et les représentations sociales du vol. Mieux cerner le monde des voleurs et les logiques du passage à l’acte, comprendre comment la population et les autorités étatiques et locales pensent et gèrent cette infraction protéiforme à l’heure où la « question sociale » devient un enjeu politique prioritaire : tels sont les deux principaux objectifs de cette thèse qui entend ainsi participer à une meilleure compréhension des mécanismes d’évolution des sensibilités au crime et, plus globalement, de l’état des mentalités et des univers sociaux du premier XIXe siècle.

Mot clés : Vol, Voleur, Propriété, Justice, Criminalité, Délinquance, Répression pénale, Représentation sociale, Représentation médiatique, Journaux, Auvergne, Allier, Puy-de-Dôme, Cantal, Haute-Loire, XIXe siècle.