Archives de catégorie : Université populaire

LA CONTRE-RÉVOLUTION

Exceptionnellement le MARDI 7 mai
18h30-20h30

Mairie du 18e arrondissement
1, Place Jules Joffrin, 75018 Paris
Salle des mariages
Séance animée par Quentin Deluermoz,
avec Maud Chirio et Jean-Clément Martin

Du Brésil de Bolsonaro à la Contre-Révolution française des années 1790, c’est un parcours dans le temps et dans l’espace que nous proposeront deux historiens connus pour leurs travaux sur le sujet : Maud Chirio et Jean-Clément Martin. Ils nous aideront à réfléchir au sens du mot « Contre-Révolution », à sa naissance et à ses multiples incarnations, à son univers mental (le rejet de la Révolution bien sûr, mais aussi de la « modernité », le culte de la tradition, de la « nature », etc.). La Contre-Révolution ayant essaimé à une échelle transnationale, la comparaison entre la France et le Brésil n’en sera que plus intéressante, en écho à une actualité très vive de la question.

Maud Chirio est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Paris-Est Marne-la-Vallée, spécialiste de l’histoire de la dictature militaire brésilienne, plus particulièrement des forces armées et de l’appareil répressif. Elle est notamment l’auteure de La politique en uniforme, Presses universitaires de Rennes, 2016, ouvrage traduit en anglais aux Presses Universitaires de Pittsburgh (Politics in Uniform, 2018).

Jean-Clément Martin est  professeur émérite d’histoire de la Révolution française à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est spécialiste de la Révolution et de la Contre-révolution françaises, des guerres de Vendée et de la « Terreur ». Il est l’auteur de très nombreux ouvrages sur le sujet, parmi lesquels, récemment, Robespierre, la fabrication d’un monstre, Perrin, 2016, et Les Echos de la Terreur. Vérités d’un mensonge d’Etat, 1794-2018, Belin, 2018.

LES RÉVOLUTIONS SEXUELLES

Mercredi 6 mars 2019
18h30-20h30
Mairie du 18e arrondissement
1, Place Jules Joffrin, 75018 Paris

Salle des mariages
Séance animée par Mathilde Larrère, avec Christine Bard et Sophie Delvallez

L’histoire de la sexualité a-t-elle ses périodes révolutionnaires, et comment et quand l’histoire des révolutions croise-t-elle celle de la sexualité ? Christine Bard nous parlera des révolutions sexuelles de la période 1880-1930 puis de celles de 1968 à nos jours. Sophie Delvallez s’intéressera aux saint-simoniens et saint-simoniennes des années 1830-40. Nous explorerons ainsi les possibilités d’ouverture qu’offrent les périodes révolutionnaires en termes de modifications, de transformation des rapports de genre et de sexualité ainsi qu’au retour à l’ordre et notamment à l’ordre des sexes après les révolutions. Nous interrogerons aussi le concept (et la réalité) de révolution sexuelle.
Christine Bard est professeure d’histoire contemporaine à l’université d’Angers, elle travaille sur l’histoire des femmes et du genre, du féminisme, de l’antiféminisme. Elle a notamment publié un Dictionnaire des féministes (PUF, 2017), Une histoire politique du pantalon (Seuil, 2010), Les Filles de Marianne. Histoire des féminismes, 1914-1940 (Fayard, 1995).
Sophie Delvallez est historienne, spécialiste de l’histoire des femmes et du féminisme au XIXe siècle, auteure de plusieurs articles sur les femmes saint-simoniennes.

LE DROIT DES ANIMAUX : UNE IDÉE RÉVOLUTIONNAIRE ?

Mercredi 6 février 2019
18h30-20h30
Mairie du 18e arrondissement
1, Place Jules Joffrin, 75018 Paris
Séance animée par François Jarrige, avec Pierre Serna (Historien, Université Paris 1) et Jocelyne Porcher (Sociologue, INRA)

En 2014, un tribunal argentin accordait pour la première une personnalité juridique à un animal, et depuis 2015 le Code civil français reconnaît les animaux comme des êtres vivants doués de sensibilité. Cette révolution en cours des droits des animaux, liée aux enjeux de protection et de libération animale, repose sur le constat désormais largement partagé que les animaux sont des êtes complexes et sensibles, auxquels doivent donc être reconnus des droits moraux et légaux. Dans ce contexte surgissent de nombreuses questions : la reconnaissance des droits implique-t-elle la fin du travail animal ? Comment imaginer une coexistence pacifique des hommes et des bêtes ? L’histoire et les sciences sociales s’intéressent de plus en plus aux bêtes, à ces non-humains reliés de multiples manières aux hommes. Dans cette séance nous interrogerons comment est née la question des droits des animaux ? Quels sont les liens qui ont pu exister entre émancipation humaine et émancipation animale durant les périodes révolutionnaires ? Dès l’époque révolutionnaire en effet, à la fin du XVIIIe siècle comme en 1848, la question animale se pose avec force et des lois condamnent peu à peu les mauvais traitements infligés aux animaux domestiques. Au début du XXe siècle, des associations de défense du bien-être animal et des lois contre la cruauté envers les animaux, existaient déjà dans presque tous les pays du monde. Parallèlement, le monde animal s’est profondément transformé avec la crise de la biodiversité et l’exploitation accrue des bêtes par un système agro-industriel hyper productiviste. Grâce à l’historien Pierre Serna et la sociologue Jocelyne Porcher, deux des meilleurs spécialistes de la question, nous reviendrons sur la façon dont les historiens et les sciences sociales pensent aujourd’hui la question animale, en confrontant passé et présent et en remettant en perspective historique les débats parfois vifs qui travaillent nos sociétés sur ces enjeux.

les révolutions sont-elles vandales ?

En France comme à l’étranger, autrefois comme aujourd’hui, lors de révolutions, des monuments et des statues font l’objet de la vindicte de révolutionnaires qui, voyant en eux les symboles de régimes honnis, les mutilent ou les détruisent. Ce thème est abordé le 9 janvier 2019 dans le cadre de l’Université populaire « Les mercredis des Révolutions » à partir des exemples de la France du XIXe siècle et de l’Europe de l’Est du XXe, respectivement par Emmanuel Fureix et Jérôme Bazin.

Au-delà de l’image simpliste de châteaux en feu et de statues gisant sur le sol, ces épisodes posent de nombreuses questions. La première est d’ordre lexicologique : comment les acteurs eux-mêmes désignaient-ils ces actions ? Et les historiens doivent-ils parler de « vandalisme », mot qui évoque une fureur et une inculture barbares, ou d’« iconoclasme », terme qui renvoie à un projet davantage théorisé. On a même proposé le néologisme « iconoclash », d’après le titre de l’exposition organisée en 2002 au Zentrum für Kunst und Medientechnologie de Karlsruhe par Bruno Latour et Peter Weibel.

On se demandera ensuite quelles effigies (celles de rois, de saints, d’hommes politiques…), quels types de monuments (églises, palais et châteaux, palais épiscopaux, casernes, fabriques…), furent visés durant ces épisodes, si les destructions furent aussi nombreuses dans toutes les régions, d’égale ampleur dans un cadre urbain, notamment dans les villes où siégeait le pouvoir, ou un cadre rural. Parmi les leaders du camp révolutionnaire, certaines personnalités tentèrent-elles de faire prévaloir des considérations d’ordre artistique ou patrimonial, de faire en sorte que l’aboutissement du nouveau projet politique ne se fasse pas au détriment d’œuvres anciennes, que l’on mettrait à l’abri dans des musées (On songe au Musée des Monuments français ouvert en 1795)  ?

On s’interrogera encore sur les foules à l’œuvre durant ces épisodes révolutionnaires. Qui prend l’initiative de la dégradation ou de la destruction ? Qui y participe ? Les femmes sont-elles présentes ? Comme actrices ou comme spectatrices ? Des sources permettent-elles de connaître précisément leurs intentions : s’agit-il de la simple décharge d’une fureur, d’une sorte de vengeance à fleur de peau ou, plus profondément, d’une damnatio memoriæ traduisant la volonté réfléchie d’édifier du neuf après avoir éliminé tous les témoignages du passé ? Est-ce que détruire une statue équivaut symboliquement à tuer celui qui est représenté ? S’en prend-on au marbre ou au bronze de son effigie faute de s’en prendre à lui corporellement, charnellement ? Techniquement, comment se déroulent les assauts contre les monuments et les statues ? Éclatent-ils de manière spontanée, avec « les moyens du bord » ou, au contraire sont-ils facilités par l’utilisation d’instruments préparés à l’avance (câbles, masses, pics…) ? On cherchera enfin à savoir si ces destructions sont définitives ou au contraire suivies de restaurations (cf. les grandes statues royales abattues sous la Révolution française et, pour certaines d’entre elles, refaites sous la Restauration).

Le Mercredi 9 janvier 2019
18h30-20h30
Mairie du 18e arrondissement
1, Place Jules Joffrin 75018
Séance animée par Jacqueline Lalouette, avec Jérôme Bazin et Emmanuel Fureix.

Jérôme Bazin est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris-Est Créteil. Ses travaux portent sur l’histoire sociale de l’art, plus spécifiquement dans les pays d’Europe de l’Est. Il est notamment l’auteur de Réalisme et égalité. Une histoire sociale de l’art en République Démocratique Allemande (1949-1990), Dijon, Presses du Réel, 2015.

Emmanuel Fureix est maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’Université Paris-Est Créteil. Ses travaux portent sur l’histoire politique et culturelle du XIXe siècle, l’histoire des émotions, des rituels et des violences politiques. Il est notamment l’auteur de La France des larmes. Deuils politiques à l’âge romantique, (prix Chateaubriand 2009) et de L’oeil blessé. Politiques de l’iconoclasme après la Révolution française (à paraître en mai 2019).