Archives de catégorie : Promenades urbaines

PROMENADE “A LA DÉCOUVERTE DES STATUES DU PARC MONCEAU” — DIMANCHE 8 MARS 2020

Buste de Maupassant (1850-1893) par Raoul Verlet (1857-1923) dans le parc Monceau. 
Le jardin, inauguré le 13 août 1861, avait été amputé d’une grande partie de son territoire concédé aux frères Pereire, grands banquiers d’affaire qui y aménagèrent de luxueux hôtels particuliers fermés par des portes monumentales.

Comme les jardins du Luxembourg, le parc Monceau, réaménagé « à l’anglaise » sous Napoléon III, est agrémenté de statues d’artistes du XIXe. Les bustes de Maupassant, avec à ses pieds une lectrice alanguie, de Gounod, entouré des personnages de ses opéras côtoient le monument de Musset veillé par sa muse, ou encore celui de Chopin devant son piano. Réalisés par des sculpteurs de la deuxième moitié du siècle (Raoul Verlet, Antonin Mercié, Alexandre Falguière…), ces œuvres témoignent d’un siècle attaché à populariser l’image de ses « grands hommes ».

Cette promenade sera guidée par l’historienne Jacqueline Lalouette, professeur émérite de l’université Lille III, membre senior honoraire de l’Institut universitaire de Fance, auteur de Un peuple de statues, la célébration sculptée des grands hommes aux éditions Mare & Martin.

Rendez-vous :
10h à l’entrée du jardin Boulevard de Courcelles (Métro Monceau) devant la Rotonde

Inscription :
30 personnes maximum
Envoyer un mail à clement.p.h.fabre@gmail.com (pour être prévenu en cas d’annulation ou de clôture des inscriptions)

PROMENADE “ SUR LES TRACES VISIBLES ET INVISIBLES DE LA COMMUNE À MONTMARTRE” — DIMANCHE 29 mars 2020

Au métro Abbesses, le square Jehan-Rictus, pseudonyme du poète Gabriel Radon. A cet emplacement, pendant la Commune, s’élevait la mairie du XVIIIe, arrondissement dont
 Jean Baptiste Clément, l’auteur du Temps des Cerises, fut l’élu

Walter Benjamin définissait l’aura comme le rayonnement d’un lointain. Il y a une « aura » de la Commune de Paris, tout particulièrement attachée à Montmartre, où elle débuta par une insurrection des habitants. Ils s’opposèrent à l’armée venue reprendre les « canons » du siège de Paris regroupés en partie au sommet de la colline. Louise Michel, ou encore Simon Dereure, cordonnier de son état, et bien d’autres restés anonymes, qui vécurent et combattirent là, sont devenus des figures de l’histoire qui nous parlent encore. Mais la Commune, c’est aussi l’absence, l’effacement. C’est en suivant les traces, matérielles comme idéelles, des événements, des lieux, des mémoires que nous pourrons mieux comprendre ce qui rayonne encore de la Commune et ce qui nous en est, peut-être, devenu plus étranger.

Notre guide sera Olivier Le Trocquer, historien spécialiste du XIXe siècle, enseignant d’histoire, auteur de nombreux articles dont  « La Commune de Paris: entre autogestion et projet souverain », dans Lucien Collonges (dir.),  Autogestion, hier, aujourd’hui, demain, Paris, Syllepses, 2010.

Rendez-vous :
9h Place Clichy devant la librairie de Paris

Inscription :
30 personnes maximum
Envoyer un mail à clement.p.h.fabre@gmail.com (pour être prévenu en cas d’annulation ou de clôture des inscriptions)

PROMENADE “LA TOMBE DE JEANNE ET LES AUTRES. LES CIMETIÈRES DE BAGNEUX À LA FIN DU XIXE SIÈCLE” — DIMANCHE 26 avril 2020

La tombe de Jeanne Moyaux au cimetière communal de Bagneux.
 La petite-fille de quatre ans fut jetée par son père dans un puits. 
Son inhumation le 12 mars 1877 donna lieu à de grandes funérailles. 
Le crime, par sa nature et ses péripéties, eut un grand éclat public et médiatique.
Photo : Françoise Monfrin (avec l’aimable autorisation de la mairie de Bagneux)

La visite commence par le cimetière parisien de Bagneux, ouvert le 15 novembre 1886 sur une superficie de 61 hectares.  On y trouve notamment une série de monuments d’une taille imposante : ce sont des tombes collectives appartenant à diverses sociétés de secours mutuel destinées à assurer une sépulture digne aux pauvres. Le cimetière comporte de nombreuses tombes juives. Nous le traverserons pour aller au cimetière municipal de Bagneux, ouvert en 1867, qui le jouxte au sud. On y trouve notamment un monument aux morts de la guerre de 1870 et la tombe de Jeanne.

Cette promenade sera guidée par l’historien Bruno Bertherat maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université d’Avignon et membre du Centre Norbert Elias. Voir Bruno Bertherat dir., Les Sources du funéraire en France à l’époque contemporaine, Avignon, Éditions universitaires d’Avignon, coll. En-jeux, 2015.

Rendez-vous :
10h entrée principale du cimetière parisien 
45 avenue Max Dormoy.

Accès :
Métro : ligne 4, station mairie de Montrouge, puis bus 128 (arrêt cimetière parisien. Prendre l’avenue Max Dormoy jusqu’à l’entrée principale) ou à pied de cette station (environ 1km sur l’avenue de la République) jusqu’à l’entrée du cimetière.

Inscription :
30 personnes maximum
Envoyer un mail à clement.p.h.fabre@gmail.com (pour être prévenu en cas d’annulation ou de clôture des inscriptions).

PROMENADE “ROUEN, LES TRANSFORMATIONS URBAINES DE L’APRÈS 1848 ” — DIMANCHE 17 mai 2020

La Barricade Saint-Julien à Rouen en avril 1848. Estampe attribuée au peintre rouennais Hyppolite Bellangé (1800-1866), gravée par Denis Armand Millin (1803-1866) – Musée Carnavalet, Histoire de Paris

Les 27 et 28 avril 1848, alors que sont proclamés les résultats des élections à l’Assemblée Nationale Constituante, les quartiers populaires de Rouen à l’est et au sud de la ville se couvrent de barricades. La répression qui s’ensuit fait une trentaine de morts, tous du côté des insurgés. Les réactions à l’insurrection  d’avril 1848 ne se réduisent pas aux démonstrations de force de l’armée et de la garde nationale locale ou à la mise en place d’un appareil judiciaire d’exception. Les «  troubles » de Rouen ont préparé les transformations urbaines menées dans la ville par les émules d’Hausmann dans les décennies 1860 et suivantes, jusqu’aux débuts de la IIIème République. 

Promenade proposée par l’historien Yannick Marec, Professeur émérite des universités en histoire contemporaine (Université Rouen Normandie), auteur de Pauvreté et protection sociale aux XIXe et XXe siècles. Des expériences rouennaises aux politiques nationales Presses Universitaires de Rennes, 2006.

 Il sera accompagné de Lisa Concato, guide-conférencière, et d’Arthur Duval étudiant de Master 2 Histoire.

Rendez-vous :
10h15 Hall de la Gare de Rouen Rive Droite, près du Relais H

Pour les Parisiens qui souhaitent effectuer la balade deux trains permettant d’être à l’heure du rendez-vous partent entre 8h et 9h le dimanche matin de la gare Saint-Lazare. Pensez à réserver à l’avance (billets plus avantageux) dès votre inscription.

Inscription :
30 personnes maximum
Envoyer un mail à clement.p.h.fabre@gmail.com (pour être prévenu en cas d’annulation ou de clôture des inscriptions)