Archives de catégorie : parutions

rh19 n°42 La souveraineté populaire. Expériences et normalisations en Europe, 1800-1848

Sommaire / n° 42 – 2011/1 sous la direction de Laurent Colantonio, Emmanuel Fureix et François Jarrige

— Introduction par Michèle Riot-Sarcey
— La construction rituelle de la souveraineté populaire : deuils protestataires (Paris, 1815-1840), Emmanuel Fureix
— Une souveraineté populaire masquée : le cas de l’Italie sous la Restauration, Marco Meriggi
— Mobilisation nationale, souveraineté populaire et normalisations en Irlande (années 1820-1840), Laurent Colantonio
— Mobilisation populaire et invention nationale dans l’Espagne en lutte contre la France (1808-1814), Richard Hocquellet

— Des tisserands au Parlement : la légitimité de la politique du peuple (Angleterre, 1799-1800), Joanna Innes

— La longue agonie de la « République » des ouvriers papetiers : insubordination et normalisation au travail (France, début du XIXe siècle), François Jarrige

Varia
— L’idée latine du Félibrige : Enjeux, boires et déboires d’une politique étrangère régionaliste (1870-1890), Nicolas Berjoan
Lectures

L’introuvable complot, Attentat, enquête et rumeur dans la France de la Restauration de Gilles Malandain

Gilles Malandain, L’introuvable complot. Attentat, enquête et rumeur dans la France de la Restauration, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2011.

Le premier Prix Augustin-Thierry de la Ville de Paris est décerné à Gilles Malandain pour son ouvrage ‘L’introuvable complot‘ édité par l’EHESS.

À la sortie de l’Opéra, le soir du 13 février 1820, le duc de Berry, neveu du roi Louis XVIII et l’espoir de la vieille dynastie des Bourbons, tombe sous le coup de poignard d’un obscur ouvrier sellier nommé Louvel. Provoquant stupeur et indignation, cet attentat précipite une crise politique qui couvait déjà. Les roya­listes, exaspérés, dénoncent un complot et réclament une grande réaction autori­taire, tandis qu’avec la même intensité, leurs adversaires libéraux se défendent de toute responsabilité dans le meurtre. Pendant quelques semaines, on s’interroge sur l’identité et les mobiles du « nouveau Ravaillac » et l’on recherche activement ses hypothétiques complices. Les signalements et les indices affluent, sans résultat probant : pressenti partout, le complot reste à l’état de rumeur, introuvable.

Cet ouvrage invite d’abord à réfléchir sur la dynamique de l’événement, mais aussi sur les logiques, les moyens et les résultats paradoxaux de l’enquête judiciaire, passion­nant laboratoire du social. En diversifiant les sources et les éclairages, il propose aussi une plongée dans une France post-révolutionnaire hantée par son proche passé et incertaine de son destin.

À cinq heures nous serons tous morts !

Charles Jeanne, A cinq heures nous serons tous morts ! Sur la barricade Saint-Merry, 5-6 juin 1832, présenté et commenté par Thomas Bouchet, Paris, Vendémiaire, 2011.

Présentation de l’éditeur :

« Du pain !… Regarde ces deux pièces de canon qui sont là-bas, elles nous apprêtent notre dernier repas… Il est quatre heures… Dans une heure nous serons tous morts !!… » Ainsi Charles Jeanne, le chef de la barricade Saint-Merry, harangue-t-il ses hommes, lors de l’insurrection des 5 et 6 juin 1832.

Retrouvé par hasard en 2010, ce document exceptionnel et inédit raconte heure par heure la vie des combattants face aux assauts des forces de l’ordre. Jeanne nous révèle de l’intérieur un monde à part, celui d’une barricade. Il nous rend témoins de sa construction et de son entretien. On y croise des dizaines d’insurgés, des soldats, des gardes nationaux et quelques espions. Des balles sifflent à nos oreilles. On entend la voix des insurgés, on voit leur peur et leur courage.

Entre la lettre de Jeanne et Les Misérables de Victor Hugo, entre le « petit rouge » du premier et le Gavroche du second, de nombreux éléments de continuité sont repérables. Charles Jeanne est l’un de ceux qui nous permettent de mieux comprendre non seulement l’histoire des 5 et 6 juin 1832 mais aussi l’histoire générale des barricades.