Archives de catégorie : parutions

rh19 n°43 L’ordre électoral, savoirs et pratiques

Sommaire / n° 43 – 2011/2
sous la direction de Christophe Voilliot
— Christophe Voilliot, Introduction

— Laurent Le Gall, L’élection au village dans la France du XIXe siècle. Réflexions à partir du cas finistérien

— Malcom Crook, Tom Crook, L’isoloir universel ? La globalisation du scrutin secret au XIXe siècle

— Thomas Stockinger, Le lien parlementaire en 1848. Analyse comparée des candidatures aux élections en Seine-et-Oise et en Basse-Autriche

— Christophe Voilliot, Cormenin et la formalisation du droit de l’élection

— Philippe Secondy, Un pionnier de la « propagande politique » dans la France de l’affaire Dreyfus : l’abbé Émile Fourié

VARIA
— Joël Sebban, Une controverse judéo-chrétienne dans la France du XIXe siècle : l’œuvre scandaleuse de Joseph Salvador

— Ivan Brovelli, 1848 à Venise : l’imaginaire politique d’une révolution italienne

Lectures / Comptes-rendus

Jean-Marc BESSE, Hélène Blais et Isabelle Surun [dir.], Naissances de la géographie moderne (1760-1860). Lieux, prati-ques et formation des savoirs de l’espace (Alain François) — François Buton, L’administration des faveurs. L’État, les sourds et les aveugles (1789-1885) (Jean-Jacques Yvorel) — David A. Bell, La première guerre totale : l’Europe de Napoléon et la naissance de la guerre moderne (Emmanuel Larroche) — Stéphane Calvet, Les officiers charentais de Napoléon au XIXe siècle. Destins de braves (Annie Crépin) — Roger Dupuy, La Garde nationale, 1789-1872 (Aurélien Lignereux) — Alexandre Nugues-Bourchat, La police et les Lyonnais au XIXe siècle. Contrôle social et sociabilité (Aurélien Lignereux) — Corinne Legoy, L’enthousiasme désenchanté. Éloge du pouvoir sous la Restauration (Hélène Becquet) — Christian Estève, Le crime de la Saint-Mary de Mauriac (Jean-Claude Caron) — Orages. Littérature et culture 1760-1830, n° 10 : L’Œil de la police (Gilles Malandain) — Laurent Le Gall, L’Électeur en campagnes dans le Finistère. Une Seconde République de Bas-Bretons (Gilles Malandain) — Casey Harison, The Stonemasons of Creuse in Nineteenth-Century Paris (Iorwerth Prothero) — La Revue blanche. 1871, enquête sur la Commune (Jean-Claude Caron) — Didier Guignard, L’Abus de pouvoir dans l’Algérie coloniale (1880-1914). Visibilité et singularité (Annick Lacroix) — Odile Roynette, Les mots des tranchées. L’invention d’une langue de guerre, 1914-1919 (Natalie Petiteau) — Geneviève Massard-Guilbaud, Histoire de la pollution industrielle. France, 1789-1914 (Michel Letté) — Charles-François Mathis, In Nature We Trust. Les paysages anglais à l’ère industrielle (François Jarrige) — Anne F. Hyde, Empires, Nations, and Families. A History of the North American West, 1800-1860 (Tangi Villerbu) — Adam Arenson, The Great Heart of the Republic. St. Louis and the Cultural Civil War (Tangi Villerbu) — Anne-Claude Ambroise-Rendu et Christian Delporte [dir.], L’indignation. Histoire d’une émotion politique et morale. XIXe-XXe siècles (Emmanuel Fureix) — Marc Deleplace [dir.], Les discours de la haine. Récits et figures de la passion dans la Cité (Emmanuel Fureix) — Jérôme Grévy [dir.], Sortir de crise. Les mécanismes de résolution de crises politiques (XVIe-XXe siècle) (Christophe Voilliot) — Ludivine Bantigny et Arnaud Baubérot [dir.], Hériter en politique. Filiations, générations et transmissions politiques (Allemagne, France et Italie, XIXe-XXIe siècle) (Jean-Claude Caron) — Stéphanie Sauget, Histoire des maisons hantées. France, Grande-Bretagne, États-Unis – 1780-1940 (Nicole Edelman).

rh19 n°42 La souveraineté populaire. Expériences et normalisations en Europe, 1800-1848

Sommaire / n° 42 – 2011/1 sous la direction de Laurent Colantonio, Emmanuel Fureix et François Jarrige

— Introduction par Michèle Riot-Sarcey
— La construction rituelle de la souveraineté populaire : deuils protestataires (Paris, 1815-1840), Emmanuel Fureix
— Une souveraineté populaire masquée : le cas de l’Italie sous la Restauration, Marco Meriggi
— Mobilisation nationale, souveraineté populaire et normalisations en Irlande (années 1820-1840), Laurent Colantonio
— Mobilisation populaire et invention nationale dans l’Espagne en lutte contre la France (1808-1814), Richard Hocquellet

— Des tisserands au Parlement : la légitimité de la politique du peuple (Angleterre, 1799-1800), Joanna Innes

— La longue agonie de la « République » des ouvriers papetiers : insubordination et normalisation au travail (France, début du XIXe siècle), François Jarrige

Varia
— L’idée latine du Félibrige : Enjeux, boires et déboires d’une politique étrangère régionaliste (1870-1890), Nicolas Berjoan
Lectures

L’introuvable complot, Attentat, enquête et rumeur dans la France de la Restauration de Gilles Malandain

Gilles Malandain, L’introuvable complot. Attentat, enquête et rumeur dans la France de la Restauration, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2011.

Le premier Prix Augustin-Thierry de la Ville de Paris est décerné à Gilles Malandain pour son ouvrage ‘L’introuvable complot‘ édité par l’EHESS.

À la sortie de l’Opéra, le soir du 13 février 1820, le duc de Berry, neveu du roi Louis XVIII et l’espoir de la vieille dynastie des Bourbons, tombe sous le coup de poignard d’un obscur ouvrier sellier nommé Louvel. Provoquant stupeur et indignation, cet attentat précipite une crise politique qui couvait déjà. Les roya­listes, exaspérés, dénoncent un complot et réclament une grande réaction autori­taire, tandis qu’avec la même intensité, leurs adversaires libéraux se défendent de toute responsabilité dans le meurtre. Pendant quelques semaines, on s’interroge sur l’identité et les mobiles du « nouveau Ravaillac » et l’on recherche activement ses hypothétiques complices. Les signalements et les indices affluent, sans résultat probant : pressenti partout, le complot reste à l’état de rumeur, introuvable.

Cet ouvrage invite d’abord à réfléchir sur la dynamique de l’événement, mais aussi sur les logiques, les moyens et les résultats paradoxaux de l’enquête judiciaire, passion­nant laboratoire du social. En diversifiant les sources et les éclairages, il propose aussi une plongée dans une France post-révolutionnaire hantée par son proche passé et incertaine de son destin.

À cinq heures nous serons tous morts !

Charles Jeanne, A cinq heures nous serons tous morts ! Sur la barricade Saint-Merry, 5-6 juin 1832, présenté et commenté par Thomas Bouchet, Paris, Vendémiaire, 2011.

Présentation de l’éditeur :

« Du pain !… Regarde ces deux pièces de canon qui sont là-bas, elles nous apprêtent notre dernier repas… Il est quatre heures… Dans une heure nous serons tous morts !!… » Ainsi Charles Jeanne, le chef de la barricade Saint-Merry, harangue-t-il ses hommes, lors de l’insurrection des 5 et 6 juin 1832.

Retrouvé par hasard en 2010, ce document exceptionnel et inédit raconte heure par heure la vie des combattants face aux assauts des forces de l’ordre. Jeanne nous révèle de l’intérieur un monde à part, celui d’une barricade. Il nous rend témoins de sa construction et de son entretien. On y croise des dizaines d’insurgés, des soldats, des gardes nationaux et quelques espions. Des balles sifflent à nos oreilles. On entend la voix des insurgés, on voit leur peur et leur courage.

Entre la lettre de Jeanne et Les Misérables de Victor Hugo, entre le « petit rouge » du premier et le Gavroche du second, de nombreux éléments de continuité sont repérables. Charles Jeanne est l’un de ceux qui nous permettent de mieux comprendre non seulement l’histoire des 5 et 6 juin 1832 mais aussi l’histoire générale des barricades.