Archives de catégorie : parutions

La Mano negra. Anarchisme rural, sociétés clandestines et répression en Andalousie (1870-1888) de Clara Lida

Clara Lida, La Mano negra. Anarchisme rural, sociétés clandestines et répression en Andalousie (1870-1888), traduit de l’espagnol par Donato,  128 pages, 12 euros, 2011.

Présentation de l’éditeur :

1878, la révolte s’étend à toute la campagne de l’Andalousie occidentale : les fermes et les oliveraies sont incendiées, le bétail massacré, les vignes arrachées, les boulangeries pillées, les maisons de maîtres occupées… À l’origine de ces actions, la FRE (Fédération régionale espagnole), section ibérique de l’AIT (Association internationale des travailleurs), compte alors plus de 30 000 adhérents dans cette région. En 1883, dans les provinces andalouses
de Séville et Cadix, une série de délits est attribuée à une organisation secrète appelée Mano negra. Accusés de vouloir renverser le gouvernement et éliminer l’aristocratie des grands propriétaires terriens en recourrant aux moyens les plus extrêmes comme « le fer, le feu et la calomnie », une répression féroce s’abat sur les militants paysans et internationalistes. Ce livre raconte les prémices du mouvement anarchiste en Espagne et le rôle essentiel joué par les mouvements paysans. Il décrit aussi une manipulation de l’État qui, aidé par l’oligarchie andalouse et par la presse, n’hésite pas à utiliser tortures, agents provocateurs, arrestations massives et terreur pour criminaliser un mouvement de révolte. Sept ouvriers agricoles accusés d’appartenir à la Mano Negra sont garrottés en juin 1884. Cette exécution suscite l’effroi dans toute l’Europe et marquera profondément le mouvement libertaire espagnol.

Le Magasin du XIXe siècle – Société des études romantiques et dix-neuviémistes

Se substituant au bulletin Dix-neuvième siècle, Le Magasin du XIXe siècle est une nouvelle revue annuelle lancée par la Société des études romantiques et dix-neuviémistes (SERD), dont la première livraison vient de sortir. Doté d’une nouvelle maquette, jeu sur les deux colonnes, la typographie et les illustrations intérieures en noir et blanc, Le Magasin du XIXe siècle est également marqué par un nouvel esprit éditorial. Si l’esprit de la revue n’est pas celui d’une revue scientifique comme Romantisme, par exemple , la valeur et la pertinence des textes qu’elle publie n’en demeure pas moins une exigence forte. Désireux d’atteindre un plus large public, animé par un esprit de « vulgarisation » dans son acception la plus noble, Le Magasin souhaite en effet s’ouvrir à de nouveaux lecteurs et susciter en eux un nouvel intérêt pour le XIXe siècle en leur faisant découvrir le fruit des recherches en cours.

http://etudes-romantiques.ish-lyon.cnrs.fr/magasin.html

*Tracy Chevalier, Prodigieuses créatures – par Fabrice Bensimon

Tracy Chevalier, Prodigieuses créatures, traduit de l’anglais (États-Unis) par Anouk Neuhoff, Paris, Gallimard, 2011 [édition originale : Remarkable creatures, Londres, Penguin, 2009].

Lyme Regis (Dorset, au sud de l’Angleterre), années 1810. La jeune Mary Anning (1799-1847) parcourt la plage et les falaises pour trouver des fossiles d’animaux disparus, accompagnée d’Elizabeth Philpot (1780-1857). Cette passion commune est le ciment d’une amitié improbable. Tout sépare en effet les deux femmes. Mary a presque vingt ans de moins qu’Elizabeth. Fille d’un menuisier, dans une famille non-conformiste de dix enfants, Mary, quand elle était bébé, a réchappé de la foudre qui a tué quatre personnes autour d’elle ; les villageois ne manquent pas d’attribuer à cet épisode sa vivacité et son intelligence. Elizabeth vient, elle, d’une famille plus aisée de la middle class. Et là où, pour Mary, la recherche de fossiles est un moyen d’améliorer les pauvres ressources de la famille en vendant ses trouvailles à des collectionneurs parfois fortunés, pour Elizabeth, c’est la fascination pour ces mondes perdus qui prévaut.

Observatrice hors pair, Mary trouve des spécimens remarquables, comme le premier squelette complet d’ichtyosaure (un reptile marin géant disparu il y a 90 millions d’années), le premier squelette de plésiosaure (un autre reptile marin) et d’importants fossiles de poissons. Ces trouvailles contribuent à bousculer le récit biblique de la création, à une époque où le fixisme continue de prévaloir outre-Manche, mais se lézarde sous les coups des progrès de la géologie, de l’anatomie comparée et de la paléontologie. Entièrement autodidactes, Elizabeth Philpot et surtout Mary Anning ont été reconnues, de leur vivant, comme des  pionnières de la collecte des fossiles et de la paléontologie. Les naturalistes et les géologues britanniques, tel que William Buckland,  ainsi que Cuvier suivent de près les découvertes de Mary Anning, dont certaines sont parfois contestées en raison des préjugés attachés à son sexe, à son statut et à sa classe. Elle a attiré l’attention sur l’immense richesse géologique de cette bande côtière de quelque 150 kilomètres au sud du Devon et du Dorset, maintenant surnommée la « côte jurassique ».

À partir de l’histoire croisée de ces deux jeunes femmes, Tracy Chevalier, connue depuis La Jeune fille à la perle (1999), a écrit un beau roman, qui prend des libertés avec l’histoire, mais évoque avec finesse aussi bien la condition de femmes non-mariées dans l’Angleterre du premier XIXe siècle que les débats scientifiques du temps de Cuvier et de Lyell.

Fabrice Bensimon.

(Aquarelle de Henry De la Beche, vers 1830 ?)

 


 [FM1]

Le peuple de Paris au XIXe siècle. Des guinguettes aux barricades – Musée Carnavalet

Le peuple de Paris au XIXe siècle. Des guinguettes aux barricades
Musée Carnavalet
du 5 octobre 2011 au 26 février 2012
Dossier de presse : Avec cette exposition, le musée Carnavalet propose un voyage insolite au cœur du Paris populaire du XIXe siècle, dans une capitale en pleine mutation, touchée par l’explosion démographique, la révolution industrielle et les transformations urbaines. Plongé dans les ruelles étroites et sinueuses de Paris, grâce à une ambiance sonore évoquant la vie de la rue au XIXe, le visiteur part à la découverte du peuple, catégorie sociale majeure et figure mythique de l’imaginaire parisien depuis la Révolution française.
Tous les aspects de la vie quotidienne sont abordés, à travers une iconographie, puisée notamment dans les collections du musée Carnavalet, mais aussi des documents d’archives et des objets du passé issus d’une vingtaine de musées.
Au fil d’un parcours thématique, on découvre les conditions de vie et de travail des classes populaires : Comment se logeaient-elles ? Que mangeaient-elles ? Quels étaient leurs codes vestimentaires ? Leurs distractions ?
L’exposition apporte un éclairage sur le monde des chiffonniers, des migrants saisonniers, des ouvriers des faubourgs, des Apaches des fortifs’ ou des grisettes… ceux des guinguettes, du cabaret ou du bal musette. Les dernières salles sont consacrées aux peurs que fait naître ce peuple protéiforme au sein de la classe dirigeante. Le parcours s’achève sur les insurrections qui jalonnent le siècle et font entrer le peuple de Paris dans l’histoire.
Un cycle de conférences accompagne l’exposition.