Archives de catégorie : expositions

Exposition « 1848 et l’espoir d’une République », Montreuil, Musée de l’histoire vivante

Nous avons le plaisir d’annoncer l’ouverture d’une exposition au Musée d’histoire vivante de Montreuil, intitulée « 1848 et l’espoir d’une République universelle, démocratique et sociale » (du 24 mars au 30 décembre 2018) :

Toutes les informations sur l’exposition se trouvent sur ce site :

http://www.museehistoirevivante.fr/

Autour de Mary Cassatt

Plusieurs événements sont à signaler actuellement autour de Mary Cassatt.

  • L’exposition Mary Cassatt  : Une impressionniste américaine à Paris, au musée Jaquemart-André du 9 mars au 23 juillet 2018 (site de l’exposition)
  • La parution du livre d’Isabelle Enaud, Mary Cassatt, une Américaine chez les impressionnistes, Paris : Somogy, 2018, 176 p.
  • Le film documentaire de Catherine Aventurier, Edgar Degas, Mary Cassatt, les enfants terribles de l’impressionnisme de Catherine Aventurier (La Galerie France 5 – 60 min. 1ère diff. 14 janvier 2018), accessible sur la plateforme Vimeo :https://vimeo.com/247290886
    mot de passe : DEGASCASSATTMFP

 

 

Emile Friant. Le dernier naturaliste?

Du 4 novembre 2016 au 27 février 2017
Musée des Beaux-arts de Nancy

emile_friant-les_amoureux-musee_des_beaux-arts_de_nancyÉmile Friant (1863 – 1932) commence sa formation à Nancy avant de rejoindre l’École des Beaux-Arts de Paris où il sera l’élève de Cabanel. Très vite remarqué, il devient second Prix de Rome à vingt ans. Quelques années plus tard, il triomphe au Salon de 1889 avec sa célèbre toile La Toussaint qui reçoit la même année la médaille d’or à l’Exposition universelle avant d’être achetée par l’Etat pour le musée du Luxembourg. Cette consécration constitue le prélude d’une longue carrière qui sera jalonnée de succès et de titres officiels jusqu’à son élection à l’Académie des Beaux-Arts en 1923. L’artiste ne s’est enfermé ni dans le réalisme, ni dans un art pompier et l’exposition se propose de montrer la complexité de son œuvre. Influencé à ses débuts par Bastien-Lepage, Friant est attiré par

les scènes de la vie quotidienne propres au naturalisme. Excellent dessinateur, il privilégie l’observation à l’imaginaire donnant parfois à ses portraits un ren du quasi photographique, alors que ses arrière-plans ne sont pas sans rappeler la manière des impressionnistes. Comme nombre de ses contemporains, il céda aussi à l’appel des voyages, effectuant des séjours en Tunisie, en Algérie et en Europe, notamment en Espagne, en Italie et aux Pays-Bas. L’exposition du Musée des Beaux-Arts de Nancy propose de redécouvrir ce génie lorrain, auquel il n’avait pas consacré de rétrospective depuis 1988. Elle rassemble plus de 200 œuvres
provenant de nombreuses collections privées mais aussi d’institutions publiques françaises telles que le musée d’Orsay, le musée Fabre de Montpellier, l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, le musée de la Comédie française… et d’institutions étrangères. Certaines œuvres importantes sont présentées pour la
première fois au public.

Du sel au pixel

Du 2 novembre 2016 au 5 février 2017, au Musée des Beaux-Arts de Lille.

L’objectif de cette exposition dossier est de faire découvrir un extrait de la collection de photographies conservées dans les collections du musée. A partir de 55 documents, le propos est de montrer les transformations du bâtiment de 1892 à 1990, les collections, et aussi la reproduction d’œuvres à travers différents procédés. Du Sel (d’argent) au Pixel (numérique), découvrez les différentes techniques qui ont fait l’histoire de la photographie.

À l’origine, la constitution de ce fonds photographique est purement documentaire, à but de recherche scientifique ou de comparaison. Ce qui frappe, c’est que ce fonds est marqué d’une particulière unité. Il constitue une formidable manne d’informations visuelles pour l’étude d’un musée français depuis la fin du XIXème siècle. Nous y découvrons tout à la fois la vie d’un musée durant un conflit armé, des reportages systématiques de chantier de rénovation (1932-1337 et 1991-1997), mais également tout le processus de réflexion d’un accrochage des peintures à mi-chemin entre la profusion héritée des XVIIIème et XIXème siècles et la nécessité pédagogique de classement chronologique, par école et par sujets, encore d’actualité de nos jours (1924).

Autrefois, jamais la photographie n’a été acquise pour elle-même en tant qu’œuvre d’art. Et pourtant, plusieurs grands noms apparaissent : Charles Marville, Félix Nadar, Alphonse Le Blondel ou Adolphe Braun. Mais aussi, plus récemment, Didier Mahieu, Philip Bernard, Olivier Despicht ou bien encore Carole Fékété, Peter Yang et Rémi Guerrin, qui ont fait leur entrée dans la collection grâce à la volonté clairement énoncée d’ouvrir le fonds à la photographie contemporaine.

Un vaste chantier reste dorénavant à mener: identification précise, classement, préservation puis mise à disposition auprès des visiteurs et chercheurs. L’aventure photographique du musée ne fait sans doute que commencer.

Site de l’exposition