Archives de catégorie : expositions

Yan Pei-Ming/Courbet Corps à corps

L’artiste à 58 ans, Gustave Courbet,
2019 huile sur toile, Yan Pei-Ming

Extraits de la présentation sur le site du musée

À l’occasion du Bicentenaire de Gustave Courbet (1819-1877), le Petit Palais présente, jusqu’au 19 janvier 2020,  l’exposition Yan Pei-Ming/Courbet Corps à Corps prolongeant ainsi celle organisée cet été au musée Courbet à Ornans. Une di­zaine d’œuvres de Courbet, toutes issues des collections du Petit Palais, sont montrées en regard d’une quinzaine de toiles monumentales de Yan Pei-Ming réalisées pour certaines dans l’atelier de Courbet à Ornans. Elles seront présentées cette fois dans un accrochage volontairement inspiré des Salons du XIXe   siècle. Le Petit Palais possède l’une des plus grandes collections de tableaux de Courbet grâce à des achats de la Ville de Paris effectués dès la fin du XIXe siècle, enrichis au début du XXe siècle par les dons de sa sœur, Juliette Courbet, et du critique Théodore Duret.

Yan Pei-Ming découvre le travail du peintre français dans un livre de propagande en noir et blanc lors de ses premières années d’études en Chine. Installé en France de­puis 1980, il redécouvre alors la diversité de l’œuvre de l’artiste pour laquelle il nourrit une fascination accrue. De fait, dans ce corps-à-corps présenté dans la galerie des grands formats du Petit Palais, la matérialité des peintures de Yan Pei-Ming et de Courbet se parlent et se répondent. « Chaque matin, j’ai pris mon café en peignoir dans l’atelier de Courbet. J’ai vécu, comme lui, dans la maison mitoyenne. Courbet est mort à 58 ans, j’ai 58 ans ».
En réinterprétant les œuvres de Courbet, Yan Pei-Ming amorce un questionnement profond vis-à-vis de la peinture classique tout en lui rendant hommage. Yan Pei-Ming, né à Shangaï en 1960, est le premier artiste à avoir été invité en résidence dans l’atelier de Courbet à Ornans.

plus d’informations sur
www.petitpalais.paris.fr

 

Jules Adler, peintre du peuple

Ci dessus La grève au Creusot, 1899

Dreyfusard de la première heure, Jules Adler (1865-1952) développe une vision du monde proche de celle d’Émile Zola (1840-1902), s’intéressant aux différentes figures du peuple : des ouvriers des manufactures et des mines aux petits métiers parisiens, des déracinés des villes aux paysans et marins, hommes, femmes, enfants ou vieillards partageant, sinon un même destin, une forme de relégation.

Après Dole, Évian, Roubaix, cette première rétrospective fait redécouvrir à Paris l’œuvre d’un artiste injustement méconnu bien qu’une de ses toiles, La Grève au Creusot (1899), soit devenue une icône des luttes ouvrières. Auteur d’une œuvre d’une grande force – notamment dans la première partie de sa longue carrière –, Adler a été largement reconnu en son temps, mais son indifférence aux débats des avant-gardes artistiques et son intérêt croissant pour le monde rural l’ont desservi auprès des générations suivantes. Au mahJ, l’exposition s’arrête aussi sur les résonances de la judéité du peintre dans sa perception du monde et ses engagements d’homme et d’artiste.

Jusqu’au 23 février 2020 au musée d’art et d’histoire du judaïsme

Hôtel de Saint-Aignan
71, rue du Temple
75003 Paris

EXPOSITION “LES NADAR, UNE LÉGENDE PHOTOGRAPHIQUE” – BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE

La Bibliothèque nationale de France a ouvert le 16 octobre dernier la première grande exposition consacrée aux trois Nadar. Félix Nadar (1820-1910), son frère Adrien Tournachon (1825-1903) et son fils Paul Nadar (1856-1939) furent tout à la fois photographes, peintres, dessinateurs et inventeurs… Quelque 300 pièces témoignent des spécificités de chacun des trois photographes, de leurs collaborations comme de leurs rivalités, dans un parcours qui embrasse l’histoire de l’atelier des Nadar pendant près d’un siècle. À travers des épreuves photographiques originales, des dessins, des estampes, des peintures et des objets, l’exposition invite à découvrir l’héritage de l’un des ateliers les plus importants et les plus durables des débuts de la photographie. L’exposition, organisée de manière thématique, se décline en trois parties représentatives des caractéristiques de l’entreprise des Nadar : « Les Nadar par les Nadar », « Art et industrie du portrait » et « Art et science ». Cette dernière partie de l’exposition établit les liens des Nadar avec l’actualité de leur temps et la manière dont leur œuvre photographique s’est très souvent associée à des découvertes scientifiques et techniques.

À découvrir jusqu’au 3 février 2019 !

LA RÉPUBLIQUE UNIVERSELLE EN 1848 – MUSÉE DE L’HISTOIRE VIVANTE DE MONTREUIL – 24 NOVEMBRE 2018

Sylvie Aprile (professeure d’histoire à l’université Paris-Nanterre) et Raimund Rütten (professeur émérite à la Goethe-Universitat Frankfurt am Main) dialogueront samedi 24 novembre, au musée de l’Histoire Vivante de Montreuil, sur l’idée de “République universelle” en Europe en 1848, dans le cadre de l’exposition “1848 ou l’espoir d’une république universelle, démocratique et sociale”.