Archives de catégorie : documents & archives

Quand la ville surgit

Une histoire du vivre en ville avec Alexandre Frondizi
dans Le cours de l’histoire de Xavier Mauduit sur France-Culture
le 6 novembre 2019

Alexandre Frondizi est post-doctorant à l’université de Neuchâtel dans le cadre d’un projet de recherche sur les républicanismes méridionaux (Europe et Amériques) au tournant des XVIIIe et XIXe siècle. Il a soutenu une thèse en novembre 2018 : Paris au-delà de Paris : Urbanisation et révolution dans l’outre-octroi populaire, 1789-1860.
« La ville, elle se fait par le bas. Ce ne sont pas seulement les autorités qui décident du dessin de la ville, des rythmes de sa construction. Ce sont avant tout les habitants, et en grande partie ce sont des immigrés , qui décident, au XIXe siècle, de la construction de la ville. Paris est fait en grande partie par des citadins qui ne sont pas nés à Paris.… Dans Paris, il y a des espaces qui restent non urbanisés au XIXe siècle, il ne faut pas essayer de penser cette urbanisation comme un processus continu (…) j’essaie de déconstruire cette image de constructions précaires qui seraient le noyau d’une ville future » Alexandre Frondizi

A écouter, réécouter ou podcaster sur :
https://www.franceculture.fr/emissions/le-cours-de-lhistoire/une-histoire-du-vivre-en-ville-34-quand-la-ville-surgit

Edition critique de testaments de poilus – Editions en ligne de l’Ecole des chartes

Nous avons le plaisir d’annoncer la publication, au sein de la collection ELEC (Éditions en ligne de l’École des chartes), de l’édition critique de testaments de guerre de Poilus parisiens (1914-1918) conservés aux Archives nationales.

L’édition, encodée en TEI, est consultable à l’adresse suivante :

http://elec.enc.sorbonne.fr/testaments-de-poilus/

Le 1er août 1914 Continuer la lecture de Edition critique de testaments de poilus – Editions en ligne de l’Ecole des chartes

Texte inédit de Blanqui : “Fatal, fatalisme, fatalité”

“L’idée reçue au sujet de Louis-Auguste Blanqui est celle d’un révolutionnaire intransigeant, dont la théorie se résume à la prise du pouvoir par des sociétés secrètes. Blanqui n’aurait été qu’un volontariste désespéré, aux projets démesurés et vains. Ce texte inédit, établi et introduit par l’équipe de The Blanqui Archive (https://blanqui.kingston.ac.uk/), permet de réévaluer le rôle de Blanqui comme organisateur, éducateur et philosophe du prolétariat français. « Fatal, fatalisme, fatalité » est une méditation soutenue sur la capacité des subalternes à interrompre le cours inéluctable des choses, contre tout déterminisme social, mais aussi une attaque en règle contre une idée incapacitante et culpabilisante du libre-arbitre. Blanqui s’avère être un théoricien de la volonté populaire, de l’éducation des masses, de la raison révolutionnaire. Relire Blanqui aujourd’hui, par delà la « condescendance de la postérité », c’est aussi redécouvrir une tradition du volontarisme qui relie Rousseau à Lénine.”

Lien vers le site hébergeant le texte de Blanqui : http://revueperiode.net/un-texte-inedit-dauguste-blanqui-fatal-fatalisme-fatalite/